SNCF : la grève est reconduite malgré les concessions du Parlement

 |   |  451  mots
Selon SUD-Rail aussi, le projet reste loin de la revendication des grévistes de créer une seule entreprise publique. /Reuters
Selon SUD-Rail aussi, le projet reste "loin de la revendication des grévistes" de créer "une seule entreprise publique". /Reuters (Crédits : Reuters)
La CGT et SUD-Rail reconduisent le mouvement. Les deux syndicats ne sont pas convaincus par les amendements au projet de réforme ferroviaire votés mercredi soir au Parlement

Les amendements au projet de réforme ferroviaire votés mercredi soir par les députés n'ont pas suffi à convaincre les syndicats. De nombreuses assemblées générales de cheminots grévistes ont reconduit le mouvement. 

Selon Gilbert Garrel, secrétaire général de la fédération CGT cheminots, ces amendements représentent "beaucoup d'enfumage". Au milieu d'une manifestation de milliers de cheminots aux abords de l'Assemblée, il a déclaré:

"La grève est reconduite puisque les cheminots manifestent partout en France aujourd'hui".

Selon SUD-Rail aussi, le projet reste "loin de la revendication des grévistes" de créer "une seule entreprise publique". Le syndicat appelle aussi à "poursuivre le mouvement de grève".

Lepaon et Chassaigne plutôt positifs

Pourtant, plus tôt, le patron de la confédération CGT, Thierry Lepaon avait été beaucoup plus positif:

"Il y a effectivement des amendements (...) pris en compte", une "différence majeure" entre "ce qui était proposé" initialement par le gouvernement et ce qui a été "voté", a-t-il déclaré sur RTL. L'action des cheminots "commence à payer" (...) "sans doute, on arrive à un tournant dans la manière dont les cheminots vont s'exprimer", avait-il dit.

Le chef de file des députés Front de Gauche, André Chassaigne (PCF), porte-voix des grévistes au sein de l'hémicycle, a également estimé que les députés avaient "beaucoup avancé la nuit dernière" et que les grévistes pouvaient considérer qu'ils n'avaient "pas fait grève pour rien".

Le mouvement s'étiole

Selon l'AFP, certaines assemblées générales ont par ailleurs pour la première fois décidé de reprendre le travail, comme à Toulouse, Périgueux, à Rennes et dans six autres sites bretons, ainsi que dans trois sites du Nord-Pas-de-Calais. La direction de la SNCF a fait état jeudi de 10,48% pour l'ensemble du personnel, contre près de 28% au premier jour.

Malgré la reconduction de la grève, le trafic va donc s'améliorer vendredi, avec 8 trains sur 10 en moyenne sur les grands axes, selon les prévisions de la direction.

Une "règle d'or" votée jeudi

Les députés devaient terminer de débattre du projet de loi jeudi. Le vote solennel est prévu mardi.

En plus des amendements votés mercredi soir, les députés ont adopté jeudi "une règle d'or" servant à freiner la dérive de l'endettement du système ferroviaire, une mesure au coeur de la réforme. Elle prévoit que le futur gestionnaire d'infrastructures SNCF Réseau continuera à financer la maintenance du réseau, mais sur les lignes nouvelles les financements proviendront de l'Etat, des collectivités territoriales ou de tout autre demandeur.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/06/2014 à 17:13 :
ON FAIT LA PROMO DU FN !!!!!!!!!!!!!!!
Réponse de le 21/06/2014 à 11:56 :
Vous pouvez développer !
a écrit le 20/06/2014 à 17:00 :
les censeurs de la tribune ... je ne tiens aucun propos diffamatoire !!!!!!!!!!!!
a écrit le 20/06/2014 à 14:45 :
Avec SUD Rail en face, il ne faut pas venir comme un touriste, il faut venir comme un guerrier !
Car ils ne connaissent que le rapport de force et jusqu'au bout. Ils ne font que la politique de la terre brulée !
Ils en ont rien à faire de la souffrance des voyageurs ou de leurs collègues non grévistes.
Ils en ont rien à faire de la démocratie parlementaire et de la République.
Il ne faut pas leur céder !
Pour éviter cela, Mr Guillaume Pépy Président de la SNCF, il suffisait seulement de former il y a quelques mois, les cadres et agents de maîtrises des autres services à la conduite des trains pour assurer le service de transport des voyageurs (et cela ne manque pas avec les filiales, le FRET, Les services généraux, etc). Faire appel aux retraités cadres tractions SNCF capables encore de conduire pour sauver l’entreprise. Faire appel aux cadres de la RATP qui connaissent le métier sur la ligne A et B du RER. Demander de l’aide aux autres réseaux ferroviaires privés comme publiques français et européens de prêter des cadres traction capable de conduire des trains banlieues TRANSILIEN dont la conduite est simple.
Avec l’effectif non gréviste de la SNCF qui rappelons est de plus de 80%, on aurait pu presque réaliser un service normal.
La formation pour conduire un train banlieue n’est ni lourde, ni complexe.
Cela aurait permis de protéger les voyageurs de ces perturbations, les cheminots non grévistes et éviter la pression politique par la rue.
Mais cela demande de la volonté de faire face à un chantage des syndicats qui était prévisible depuis longtemps.
Guillaume PEPY Président de la SNCF : DEMISSION !
a écrit le 20/06/2014 à 9:34 :
Le modèle intégré qui a fait le succès d' Areva est à suivre.
Public ou privé avec contrôle public est secondaire
a écrit le 20/06/2014 à 8:07 :
inadmissible l'amandement gardant le statut SNCF . LES syndicats et LES DEPUTES NE representent pas le peuple mais les privileges
a écrit le 20/06/2014 à 7:20 :
Est-il exact...?
a écrit le 20/06/2014 à 7:04 :
Ils auraient bien tort vu que Manuel Valls a cédé avec les intermittents du spectacle il va donc en faire autant avec eux, ils leurs suffit d'être patient.
Il aura pas fais illusion longtemps notre nouveau premier ministre.
Réponse de le 20/06/2014 à 8:26 :
les intermittents de la SNCF!!!!
a écrit le 20/06/2014 à 0:07 :
Qu'ils continuent de faire la grève c'est le meilleur moyen de relancer l'industrie automobile!
a écrit le 19/06/2014 à 23:37 :
même pas bon pour serrer des boulons ! Les syndicats ne représentent que la fonction publique Risque pas une OPA .
a écrit le 19/06/2014 à 23:12 :
c rigolo de la sncf ne savent t'ils pas que leurs dette est de plus de 40milliards
il n'y a pas que dans la politique qu"ils sont tous pourris les cheminots aussi
Réponse de le 20/06/2014 à 14:02 :
eh,tu utilises les routes pour tes déplacements privés ou professionnels?Bon,on va te coller une dette de 80 milliards correspondant aux travaux pour entretenir le réseau routier depuis 50 ans.
a écrit le 19/06/2014 à 22:17 :
La poursuite du mouvement n'a qu'un objectif : Réveiller les autres contestataires de tous poils et à se révolter contre le gouvernement. Le grand soir n'arrivera pas puisque plus personne ne vous supporte. Ils sont en train de s'auto- détruire comme des grands, Mouvement mené de sous mains par le PCF et Mélanchon.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :