L'État demande 1,4 milliard d'euros d'économie à la Caisse d'allocations familiales

 |   |  301  mots
Le budget du Fonds national d'action sociale va être amputé de 1,4 milliard d'euros d'ici 2017, estime le président de la Caisse nationale d'allocations familiales. Cela remet potentiellement en cause l'objectif de 100.000 places en crèche affiché par la Cnaf.
Le budget du Fonds national d'action sociale va être amputé de 1,4 milliard d'euros d'ici 2017, estime le président de la Caisse nationale d'allocations familiales. Cela remet potentiellement en cause l'objectif de 100.000 places en crèche affiché par la Cnaf. (Crédits : Reuters)
L'État remettrait ainsi potentiellement en cause l'objectif de 100.000 places en crèche, indique lundi 8 septembre la Caisse nationale d'allocations familiales, confirmant une information du Parisien.

Pour réaliser des économies, l'État a demandé des efforts au Fonds national d'action sociale (Fnas). C'est ce qu'a affirmé lundi 8 septembre la Caisse nationale d'allocations familiales (Cnaf) qui gère le fonds. Jean-Louis Deroussen, président de l'institution, interrogé par le Parisien, avance le chiffre d'1,4 milliard d'euros d'économies exigées par le gouvernement d'ici 2017.

Selon lui, cela remet potentiellement en cause l'objectif de 100.000 places en crèche affiché par la Cnaf. Il faudra probablement revoir à la baisse les objectifs" du nombre de places en crèches "ou créer des places qui coûtent moins cher", constate-t-il en effet.

Une convention prévoyait 7,5% de ressources en plus par an

Le président de la Cnaf a déploré que la COG (convention d'objectifs de gestion) signée en juillet 2013 soit "remise en cause [...] sans même analyser les raisons de la sous-consommation".

La convention prévoyait que les ressources du Fonds national d'action sociale (Fnas), qui finance crèches, centres de loisirs et autres actions en faveur des jeunes, augmentent de 7,5% par an.

Cela devait permettre de financer les 200.000 nouvelles solutions d'accueil pour les 0-3 ans (100.000 en établissements collectifs et 100.000 via des assistantes maternelles) ainsi que 75.000 nouvelles places à l'école maternelle.

La Cnaf forcée à être plus économe en mai 2014

Mais le 20 mai 2014, le président de la Sécurité sociale a contraint la Cnaf à être plus économe: le budget maximal attribué au Fnas en 2013 n'ayant pas été atteint, les 243,7 millions d'euros non consommés doivent être amputés du budget 2014, et tous les budgets doivent être revus en conséquence, en application de cette mesure,  jusqu'en 2017.

Ainsi, le budget de 2014 qui devait être de 5,342 milliards d'euros sera en réalité de 5,078 milliards, d'où l'estimation de 1,4 milliard d'euros de manque à gagner en quatre ans, selon Jean-Louis Deroussen.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/09/2014 à 13:50 :
pas compliquer suffit de demander des certificat scolaire et bien sur vérifier pour éviter les faux après ne payer que jusqu’à 4 enfant et de la maman déclaré officiellement ( beaucoup surtout les gens de couleurs sont bigame alors qu'en France cela est interdit) faire des contrôles plus stricte pour les femmes déclaré mère célibataire,(j'en connais qui sont en couple ayant deux logements la femme étant déclaré mère célibataire profitant du social et son mari chômeur profitant aussi du social)
a écrit le 09/09/2014 à 10:23 :
On ne livre pas le navire d' un milliard d'euros à Poutine et après on demande des économie à la caf !!!! Et ces ministres et députés qui gardent grand nombre de leurs avantages à vie!!!!
a écrit le 09/09/2014 à 6:45 :
tout le monde la connait la solution!!!!!!!!!!!!
a écrit le 08/09/2014 à 16:32 :
Les sans-dents ont la CMU, le RSA, pas d'impot, les bourses pour les enfants, les allocs, Le minimun viellesse. Les classes moyennes n'ont pas d'avantages a part payer pour tout cela, Les riches sont parti a Londres, la Suisse ou Singapour .
a écrit le 08/09/2014 à 15:35 :
Pourquoi est ce encore cette France sociale qu' a souhaité à la fin de la guerre les hommes politiques, qui devraient remplir les caisses des "profiteurs" du gouvernement de nos jours, qui, par égoïsme, appât du gain, ambition démesurée et ce depuis des années, se retrouvent comme des cigales et raclent les fonds de tiroir sans toucher à leurs avantages en tout genre !!!!
a écrit le 08/09/2014 à 15:08 :
Une question ?
Ou sont les économie de l'état
C'est facile de demander aux autres
a écrit le 08/09/2014 à 15:03 :
Encore un geste pour "les plus démunis, les pauvres, les humbles" bref les sans dent.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :