"Il faut garder le cap de la réduction des dépenses publiques" (Lagarde)

 |   |  303  mots
Christine Lagarde dit en particulier s'inquiéter que les réformes structurelles qui génèrent de la croissance (soient) réellement, rapidement et complètement mises en oeuvre.
Christine Lagarde dit en particulier s'inquiéter que "les réformes structurelles qui génèrent de la croissance (soient) réellement, rapidement et complètement mises en oeuvre". (Crédits : reuters.com)
L'inflation plus faible que prévu "ne peut pas être utilisée comme un paravent pour reporter les efforts nécessaires", estime la directrice du Fonds monétaire international (FMI) dans un entretien au quotidien Les Echos paru lundi.

Garder le cap. Alors que le gouvernement français a été contraint cet été de revoir à la baisse ses ambitions en matière de réduction du déficit, Christine Lagarde l'appelle à poursuivre ses efforts. Dans un entretien au quotidien Les Echos paru lundi 8 septembre, la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) défend:

"Il faut garder le cap de la réduction des dépenses publiques".

>>LIRE: "Le déficit public sera supérieur à 4% du PIB" (Sapin)

Et Christine Lagarde d'ajouter, rejetant un argument avancé par le ministre des Finances:

"Même si l'inflation est plus faible que prévu, elle ne peut pas être utilisée comme un paravent pour reporter les efforts nécessaires sur la dépense".

Le carcan de la réglementation du travail: une priorité

La France devrait par ailleurs accélérer ses réformes, estime la dirigeante du FMI, qui a notamment salué la volonté du gouvernement Valls de légiférer sur les professions réglementées. Christine Lagarde conseille en particulier de s'attaquer, "dans l'ensemble de la zone euro", au "carcan de la réglementation du travail".

Le volet réformes lui paraît d'ailleurs même plus important que celui budgétaire: plutôt que d'un éventuel report en 2017 du retour du déficit sous les 3% du PIB, elle dit s'inquiéter que "les réformes structurelles qui génèrent de la croissance (soient) réellement, rapidement et complètement mises en oeuvre".

"Quand j'apprends que la France envisage d'avancer par voie d'ordonnance pour aller plus vite, je m'en réjouis. Tout ce qui est de nature à accélérer la mise en oeuvre de vraies réformes de fond va dans la bonne direction", a-t-elle ajouté, appelant le gouverment à "passer des paroles aux actes".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/09/2014 à 10:43 :
LA BAISSE DES DEPENSSES PUBLIC NE SUFIRAS PAS NI LA DERECLEMENTATIONS DES TEXTES SOCIAUX ? SE CONSENTRES LA DESSUS ET UNE PERTE DE TEMPS ? LA VERITABLE ET MELLIEURS FACON DE S EN SORTIR C EST QUE LES BANQUES AIDE LES ENTREPRISES A INVESTIR ET A SURVIVRE? LA PRODUCTION DE RICHESSE ET LA SEUL SOLUTION???
a écrit le 09/09/2014 à 10:27 :
les dizaines de milliards de gaspillages : sécu, dépenses saupoudrées, désorganisations des services publics, les 20 000 enseignants qui n'ont jamais enseigné....sont à traiter de façon obligatoires par les cadres administratifs et les politiques ; les constats de la cour des comptes démontrent tous les jours que ces hauts fonctionnaires publics et politiques ne font pas du tout leur travail de management et de gestion, ils sont en gréve permanente à ne faire que dépenser, recruter....mais rien d'un travail de cadre en optimisation, rationalisation, arbitrages, suivi des indicateurs de performance..à virer d'urgence si on veut s'en sortir.
a écrit le 09/09/2014 à 7:25 :
Mais à quoi sert l'état si les dépenses publiques ne sont plus une priorité mais une charge ou un embarras ?
a écrit le 08/09/2014 à 21:50 :
Plus efficace : Gardons le cap mais coupons le sien....
a écrit le 08/09/2014 à 21:49 :
Au secours! Coupez une bonne fois pour toute le micro à cette incompétente notoire dont les poncifs et les prévisions nébuleuses meublent largement les archives de la presse internationale. Ce qu'elle coûte aux contribuables est certes considérable mais ne pèse rien au regard des dégâts que les conseils qu'elle prodigue occasionnent. Bien sûr, ses élucubrations versatiles seront un jour mises à jour, mais le mal sera fait et ces gens là ne payent jamais le prix de leur incurie! REVEILLONS NOUS!!!!
a écrit le 08/09/2014 à 21:33 :
et le fric de tapis , on accélère quand le remboursement !
a écrit le 08/09/2014 à 19:56 :
Quid des dépenses privées? Vous trouvez normal de payer le même prix une voiture fabriquée en chine que celle fabriquée en occident ? 3 fois le prix de reviens d'un meuble? 2 fois plus cher l'alimentation en France qu'en Allemagnes? 5000 euro la validation d'un plan d'architecte? 20 euros pour faire 10 km en taxi? 2,5% une assurance sur un prêt immobilier? Bien sur tant que les média appartiendrons aux voleurs, ce sera la dépense publique qu'il faudra réduire......
Réponse de le 09/09/2014 à 15:00 :
vous oubliez de dire que l'argent public n'est que l'argent pris au monde du travail privé, libéral, indépendant... même un fonctionnaire qu ipaie des impôts ne la fait qu'avec l'argent qu'on lui donne et qui vient du privé.... d'où l'utilité de diminuer cette perfusion permanente du privé par le public qui s'engraisse au chaud grâce à ceux qui travaillent hard et pas 35h, ni 32 dans les collectivités, ni 22 à la sncf, 18 chez les enseignants aggrégés ...!!!
a écrit le 08/09/2014 à 19:38 :
Et je retoune ma veste et j en profite pour faire mon beurre !!!
a écrit le 08/09/2014 à 19:28 :
Sachant que le fmi se sert des fonds des états, je propose la toute première économie : flinguer le fmi.
Réponse de le 09/09/2014 à 7:29 :
C 'est simple et par conséquent logique !
Réponse de le 09/09/2014 à 10:28 :
sachant que l'état et les administrations se servent de l'argent du privé, je propose de flinguer l'état et les administrations, et on sera bien mieux gérés pour beaucoup moins cher
Réponse de le 09/09/2014 à 14:56 :
@ marc : bien dit et totalement vrai, on est saigné par ce monopole imposé de la médiocrité : sureffectifs, services redondants, règles absurdes et en croissance permanente, inefficacité absolue, services rendus en décrépitude... mais paye trés correcte, absence de stress, d'objectifs, de mobilité, la garantie de l'emploi, la retraite déjà à l'embauche !!!
a écrit le 08/09/2014 à 19:16 :
Cette vielle peau doit partir a la retraite
a écrit le 08/09/2014 à 16:39 :
Etait-elle comptable des deniers publiques dans l'affaire TAPIE ? Le drame de notre pays est que cette dame se croit toujours autorisé à donner son avis sur la réduction des budgets de l'état. Cette dame était ministre d'un gouvernement qui a fait 600 milliards de dettes en 5 ans. Avec Hollande maintenant, c'est un miracle que notre pays soit encore debout.
a écrit le 08/09/2014 à 14:52 :
réduction ne veut pas dire augmentation des recettes ,via les impôts et taxes.
Réponse de le 09/09/2014 à 8:00 :
Pour les impôts et taxes c'est déjà fait ! Renseignez vous ou réfléchissez un peu ...
a écrit le 08/09/2014 à 14:33 :
Désolé Mme Lagarde, c'est une négligence de la france
a écrit le 08/09/2014 à 13:19 :
la donneuse de leçons , d abord baisser sont salaire après on va voir ensuite changer la politique du fmi (affameur) en partageur
a écrit le 08/09/2014 à 12:39 :
.........dépenses publiques.......dont nous sommes CHAMPIONS du MONDE !!!! Cocorico ??????????
Réponse de le 09/09/2014 à 10:30 :
les élus ont tous fait le serment d'hypocrite : bonne gestion, déontologie...ils ne gèrent rien, se contentent de traiter les petits sujets faciles, et se servent copieusement dans la caisse !!! il est où le conseil de l'ordre citoyen contre cette mafia ?
a écrit le 08/09/2014 à 12:38 :
Si seulement on réduisait la dépense publique... À part plus d'impôts, je ne vois pas ce qui à été fait depuis deux ans...
Réponse de le 08/09/2014 à 16:41 :
Vous êtes injuste, 600 milliards de 2007/2012 avec Mme Lagarde ministre.
a écrit le 08/09/2014 à 12:18 :
D'accord pour les réductions de dépenses publiques, en commençant par ramener le revenu de madame Lagarde à 3 SMIC maxi.
a écrit le 08/09/2014 à 12:13 :
Ils sont incompétents pour gérer un budget et un pays. ET maintenant ils sont encore plus incompétents pour gérer des bulletins de vote potentiels.
Ils sont nuls et ils se représentent toujours et les français prennent plaisir à ce jeu alors que de nouvelles générations cherchent à percer avec des visions de développement de la France. Mais les médias qui font le jeu des politiques parlent TOUJOURS des mêmes toquards
a écrit le 08/09/2014 à 11:39 :
Il ne faut pas confondre "austérité" qui est synonyme de taxations exagérée, actuellement le cas, avec la "baisse des dépenses publiques" qui est une mesure élémentaire de salubrité. Le FMI est cohérent dans ses recommandations. La baisse des dépenses publiques n'est pas de l'austérité mais la mesure indispensable pour retrouver une économie saine. Les résultats ne seront malheureusement pas immédiats et le seront d'autant moins qu'on tarde à engager le processus. Il est évident que la période est mal choisie mais comment pourrait-il en être autrement car pendant les périodes fastes, nos gouvernants ont été incapables de mettre en route les mesures d'assainissement. On le paye cash aujourd'hui. Néanmoins nous ne pouvons plus reculer.
Réponse de le 08/09/2014 à 12:16 :
Il ne faut pas confondre "austérité" qui est synonyme de taxations exagérée, actuellement le cas, avec la "baisse des dépenses publiques"
Les entreprises, les fonctionnaires qui seront touchés par la baisse des dépenses publiques , pour vous n'existent pas. L'état qui n'achète plus, c'est un état qui ne redistribue plus .
La baisse des dépenses publiques , revient exactement à la même chose , économiquement parlant, qu'une hausse de taxes et d'impôts.
C'est pas avec ce genre d'électeur qui ne comprend rien qu'on va sortir de la m !
a écrit le 08/09/2014 à 11:35 :
Mis en examen elle n'a pas de lecon a donner ,elle doit partir a la retraite
Réponse de le 08/09/2014 à 14:52 :
nous d abord ......le reste pour les 100dents
a écrit le 08/09/2014 à 10:33 :
Toujours intéressant d'avoir des leçons de la part d'une personne qui elle n'a pas lésiné sur certaine dépense publique: (affaire Tapie) quand elle était au pouvoir. Faites ce que je dis pas ce que je fais!
Réponse de le 08/09/2014 à 11:30 :
@ Gabuzo : L'arbitrage est une méthode largement utilisée dans le cadre des marchés publics. Accuser Madame Lagarde d'avoir dilapidé l'argent publics pour cette affaire est également considérer qu'elle est coupable avant d'avoir été jugée. C'est un procédé cynique et peu honorable.
Réponse de le 08/09/2014 à 16:43 :
Cynique, peu honorable, certe, mais tellement vrai.
a écrit le 08/09/2014 à 10:02 :
La baisse des dépenses publiques ne signifiera jamais la hausse des investissements privées mais la perte d’attractivité pour l'implantation des projets et baisse de confiance pour le crédit!
a écrit le 08/09/2014 à 9:51 :
Attention, les idées néo-libérales conduisent à la maladie d'Alzheimer. A se demander même si ce n'est pas la maladie d'Alzheimer qui conduit au néo-libéralisme. Vivement qu'on trouve un vaccin contre cette maladie, ça nous aurait évité Reagan et Thatcher.
a écrit le 08/09/2014 à 9:39 :
La loi de budget 2015 prévoit de limiter les baisses des dépenses publiques à € 21 milliards, et personne n'a réagit ( Ne s'agissait-il pas initialement de € 30 milliards ).

Naturellement il peut y avoir des changements avec une hausse de TVA, qu'on arrivera à dépenser plusieurs fois.
a écrit le 08/09/2014 à 9:10 :
Ah bon ? Mme Lagarde, seriez-vous ici aussi "négligente" ? Ce même FMI avait lui-même reconnu qu'en 2010 il avait fait une erreur d'évaluation des problèmes en imposant une austérité sur-dimensionnée aux pays européens en difficulté («Coefficient multiplicateur : erreur de calcul ou de modèle économique » – Didier Voydeville – Le Monde de l’Economie – 28/01/2013) et qu'ainsi le FMI faisait rentrer par la fenêtre l’austérité qu’il disait vouloir chasser par la porte ?
Alors Mme Lagarde, ce FMI n'a toujours pas changé son logiciel ?
Je cite : "début 2013, un document du FMI signé par son économiste en chef Olivier Blanchard reconnaissait une mauvaise estimation du « multiplicateur budgétaire ». L’erreur d’estimation était, en effet, de taille ! Le modèle du FMI considérait qu’avec une réduction du déficit public de 1, l’effet négatif sur la croissance serait de 0,5 % seulement. Les nouveaux chiffres avancés par le FMI vont de 0,9 à 1,7 : « Quand la France réduit son déficit public de 1 milliard d’euros, son PIB diminue corrélativement de 0,9 à 1,7 milliards d’euros, soit jusqu’à trois fois plus que le modèle ne le prévoit»...
Mme Lagarde, qu'avez-vous fait lorsque vous étiez ministre de l'économie sous Sarkozy pour réduire ce déficit ?
a écrit le 08/09/2014 à 9:09 :
Hélas, tenir un cap et diriger un pays en faisant des réformes de structures, c' est à dire, entre autres réduire la fonction publique, ce n' est pas Hollande qui sera capable d' accomplir cette mission avec son incompétence notoire et son manque de courage.
a écrit le 08/09/2014 à 9:09 :
Mise en examen sa parole n'a aucune valeur.
a écrit le 08/09/2014 à 9:05 :
Si le FMI servait à quelque chose, l'Afrique (par exemple) ne serait pas dans l'état où elle se trouve aujourd'hui. Alors madame Lagarde, ses conseils, et le FMI pourrait bien ne pas exister qu'on s'en porterait pas plus mal.
Réponse de le 08/09/2014 à 9:29 :
postulez donc votre savoir devrait suffire. Mais dites vous rendez vous compte de l'ineptie de votre propos?? renseignez vous sur le rôle du FMI, ses sauvetages comme ses boulettes du temps de Strousse Ican qui avoua avoir fait des erreurs lors de la crise grecque, mais bon puisqu'un expert comme vous, le dit alors le monde est sauvé. Allez un peu de réflexion, j'allais dire d'intelligence, mais mal approprié.
a écrit le 08/09/2014 à 8:46 :
Mme Lagarde était moins regardante sur l'utilisation de l'argent public lorsqu'elle était ministre des finances, l'affaire Tapie devrait l'inciter à plus de modestie dans ses propos... Sur la réduction du code du travail nécessaire parait il pour fluidifier le marché de l'emploi, cette ritournelle est chantée depuis des années et le chômage continue de croître , la flexibilité est là, en majorité les emplois crées sont de type précaire, cdd, intérimaire etc etc..Et enfin il ne peut y avoir de l'emploi qu'avec des entreprises aux carnets de commandes remplis...
a écrit le 08/09/2014 à 8:28 :
c'est bien une politique ,elle parle des professions reglementées alors que les pires ont bien,les privileges des elus,des fonctionnaires des regimes spéciaux,les POLITIQUES INTERNATIONNAUX ELLE NE PAIE PAS D4IMPOT
a écrit le 08/09/2014 à 8:22 :
Quel cap rien n'est fait!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :