Le gouvernement saisit l'AMF sur la fausse dégradation de la note souveraine

 |   |  305  mots
Le ministre des Finances, Michel Sapin, a qualifié l'article de l'Opinion d'éthiquement répréhensible.
Le ministre des Finances, Michel Sapin, a qualifié l'article de l'Opinion d'"éthiquement répréhensible". (Crédits : reuters.com)
Pour Michel Sapin, le journal l'Opinion a publié une information susceptible de "perturber le marché de la dette française". L'agence Moody's n'a pas dégradé la note souveraine de la France comme annoncé.

Le gouvernement va saisir l'Autorité des marchés financiers (AMF) après la publication par le journal l'Opinion d'une information sur la dégradation imminente de la note souveraine française.

"Michel Sapin, ministre des Finances et des Comptes publics, demande à l'AMF une enquête sur la fausse information diffusée jeudi matin par le journal l'Opinion et relayée par de nombreux médias", écrit un communiqué officiel du ministère des Finances.

Le communiqué poursuit en qualifiant cette information d'"erronée de nature à perturber le marché de la dette française".

Moody's n'a pas dégradé comme annoncé

Hier, le quotidien avait annoncé l'imminence d'une nouvelle dégradation de la note souveraine de la France par l'agence de notation américaine Moody's. Il expliquait que le gouvernement avait été prévenu le matin même, soit 24h avant l'annonce officielle prévue vendredi 19 septembre. A l'échéance prévue, l'agence n'a communiqué aucune dégradation de la note souveraine française.

D'après l'Opinion, Moody's projetait d'abaisser la note de la France de Aa1 à Aa2. L'information a été reprise par l'ensemble de la presse française, si bien que le président de la République a dû s'en expliquer lors de sa conférence de presse de jeudi après-midi.

"Je ne sais pas ce que fera l'agence Moody's", a affirmé le chef de l'Etat, démentant ainsi avoir été prévenu d'une imminente dégradation de note souveraine. Plus tôt dans la journée, Bercy avait également réfuté avoir eu vent des intentions de l'agence américaine.

Dans le communiqué de presse, Michel Sapin a déclaré que "cette pratique est non seulement éthiquement répréhensible ; elle pose aussi dans le cas d'espèce un problème au regard du bon fonctionnement des marchés financiers".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/09/2014 à 8:41 :
Si ce n'était qu'un "projet", ce n'était donc pas encore un événement "certain". Dès lors il n'y a pas matière à engager une procédure, fut-elle abusive et déplacée...
a écrit le 21/09/2014 à 0:10 :
Ca me fait toujours sourire quand un politique s'excite parce qu'on aurait proféré un mensonge qui lui porterait préjudice. Ca fait 40 ans qu'ils mentent à fond et qu'ils n'ont pas de comptes à rendre, qu'ils ne viennent pas jouer les vierges effarouchées, ca ne colle pas aux personnages.
a écrit le 20/09/2014 à 13:05 :
reculer pour mieux sauter...l'inversion de l'information pour une fois doit satisfaire sapin et ses 2000 mds de dettes. ses 4.4% de déficit, ses 3.5 MILLIONS de chômeurs, les mensonges et le mépris de ses potes, thevenoud et ses fraudes, macron et son arrogance vis à vois des humbles. Mais dans peu de temps Moody's se fera un plaisir de le dégrader sur la place publique, puis l'enduire de goudron et de plumes, vu la tête ce sera préférable.
a écrit le 19/09/2014 à 23:54 :
L'agence de notation Moody's n'a pas dégradé la note de la France à Aa2 mais pourrait l'abaisser prochainement.
Contrairement aux rumeurs de dégradation de la France, l'agence de notation financière Moody's a confirmé vendredi la note de solvabilité financière de la France à "Aa1". L'agence maintient sa perspective négative, suggérant qu'elle pourrait l'abaisser prochainement, a-t-elle annoncé dans un communiqué. Moody's a souligné que la note de crédit de la France restait solide en dépit de pressions budgétaires et fiscales significatives.
"En dépit de pression négative sur le crédit, le pays conserve des forces significatives, notamment la taille et la santé de son économie, ainsi qu'un fardeau de la dette soutenable en dépit d'une érosion continue et graduelle de sa solidité économique et budgétaire", note le communiqué.
a écrit le 19/09/2014 à 20:34 :
J'ai cru lire que les prêteurs avaient leur propre jugement économique et qu'ils se moquaient pas mal des agences de notation autoproclamées, qui n'ont été certifiées par personne. Tiens, je vais en ouvrir une en "autoentrepreneur".
Leur boulot est normalement de jauger les entreprises, épicétou.
a écrit le 19/09/2014 à 19:58 :
Il va faire son cinéma alors qu'il sait très bien que la gauche démolit ce pays depuis Mitterrand. La France a des structures de gauche, un mental de gauche. On devine la suite... Sans la BCE, ce pays serait probablement déjà en cessation de paiement... Patience, on y va tranquillement...mais sûrement.....
a écrit le 19/09/2014 à 19:31 :
LES JOURNALISTES NE SONT PLUS CREDIBLES DEPUIS LONGTENT?COMME BEAUCOUP D HOMMES POLITIQUE? ILS SONT AUSSI MENTEUR LES QUE LES AUTRES ??LE PROPLEME C EST QUE LA FRANCE NA PAS BESSOIN DE RIGOLOS MAIS DE VRAIS ACTEURS DE LA VIE COURANTE POUR RETRESSEZ CE PAYS???
a écrit le 19/09/2014 à 18:12 :
L'énarque Sapin avait peur que Moody's dégrade son arrogance et son incompétence !!
a écrit le 19/09/2014 à 16:53 :
C'est dommage, mes actions allaient flambés encore plus, vraiment dommage !
a écrit le 19/09/2014 à 16:23 :
Ils n ont rien d autre a faire ????
a écrit le 19/09/2014 à 16:07 :
Ils n'ont rien réenchanté du tout :
Plus de dette, plus de chômeurs, plus de taxes, plus de délinquance (cf ministres egalement), ...
Sa conférence d'hier est presque confidentielle vu comment les gens l'ont zappé.
Quant à la note de la France, il devrait porter une couche Sapin parce que la France décroche violemment.
a écrit le 19/09/2014 à 15:55 :
On sait que ces notes n'influencent plus la dette car la BCE est la garantie.
Ceci étant la France et son crédit s'effondrent. On ne réforme rien. C'est misérable. Qui va investir et construire dans ce pays?
a écrit le 19/09/2014 à 15:36 :
Le ver est dans le fruit. L'ennemi est à l'intérieur, certains en France n'aiment pas leur pays ou n'aiment tout simplement pas la démocratie.
Réponse de le 19/09/2014 à 15:42 :
Tout simplement.
Ils voulaient le pouvoir.
Ils rament.
Et ils n'ont pas fini de chialer. Encore 3 ans à tenir.
Réponse de le 19/09/2014 à 19:05 :
@gerard: a vous lire, on sent bien que vous n aimez plus votre pays !
a écrit le 19/09/2014 à 15:04 :
Personne pour commenter?!
a écrit le 19/09/2014 à 14:35 :
Les journaux n'ont pas le droit de mentir, c'est réserver aux élus.
a écrit le 19/09/2014 à 14:12 :
Il n'a pas encore regagner sa boîte.
a écrit le 19/09/2014 à 14:03 :
Si Moody ne l'a pas encore fait, c'est qu'elle va le faire !
Réponse de le 19/09/2014 à 14:28 :
croyez vous que ce soit le sujet traité ci-dessus ??
Réponse de le 19/09/2014 à 14:29 :
Oui vous aimeriez voir la France couler
C'est ce que la droite et l'exreme droite reve de voir
Juste pour retrouver le pouvoir.

Admeton qu'elle le fasse ? Ca change quoi ?
Ces agences ne sont meme pas capable de prevoir qq chose
Elle sont comme un metereologue qui predit le temps en regardant le ciel et arrive à se tromper qd meme

Pauvre France avec autant d'enemie dans ces citoyens comment voulez vous qu'ont s'en sorte
Réponse de le 19/09/2014 à 20:23 :
volfo +1

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :