Moody's abaisse à nouveau la perspective de croissance de la France

L'agence de notation Moody's prévoit une croissance de 0,5% du PIB cette année en France. Une prévision abaissée deux semaines après une première révision à la baisse.

2 mn

L'agence Moody's table désormais sur 0,5% de croissance en France en 2014.
L'agence Moody's table désormais sur 0,5% de croissance en France en 2014. (Crédits : reuters.com)

Moody's s'aligne sur les prévisions du gouvernement. Pour 2014, l'agence de notation prévoit une croissance de 0,5%. Lundi 5 août, déjà, elle avait abaissé sa prévision à 0,6%, contre 1% auparavant. Pour 2015, l'agence Moody's prévoit une croissance de 0,9%, alors qu'elle attendait 1,3% selon sa précédente estimation.

Ces anticipations précédaient la publication jeudi par l'Insee de chiffres pour le deuxième trimestre qui indiquent une stagnation du produit intérieur brut. À la suite de cette publication, Michel Sapin, le ministre des Finances a signalé dans Le Monde un ajustement de la prévision du gouvernement: désormais fixée à 0,5% au lieu de 1%.

"Réglementations coûteuses"

Pour justifier cette nouvelle baisse, Moody's pointe la faiblesse de la demande dans le pays (elle n'a crû que de 0,2% au deuxième trimestre) et la contraction de 1,1% des dépenses d'investissement.

L'agence juge que

"des rigidités anciennes sur les marchés (particulièrement les barrières à l'entrée dans de nombreux secteurs des services, comme les services juridiques) ainsi que des réglementations coûteuses pour les entreprises ont aussi tiré vers le bas les prévisions de croissance du pays."

Bien qu'elle reconnaisse les "initiatives" politiques du gouvernement, Moody's affirme aussi que sa décision de ne pas prendre de nouvelles mesures pour respecter la règle européennes des 3% de déficit mettra en cause de façon "significative" les mécanismes de surveillance budgétaires européens et la gouvernance européenne.

Pas de "changement de cap"

En même temps que la révision de la perspective de croissance, Michel Sapin a annoncé jeudi que l'objectif de 3% de déficit ne serait pas atteint cette année.

>> "Le déficit public sera supérieur à 4% du PIB" (Sapin)

Le Premier ministre de son côté a justifié dimanche 17 août un "maintien" du cap des réformes, malgré ces conditions économiques.

>> Croissance zéro: Valls ne veut surtout pas changer de cap

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 19/08/2014 à 8:34
Signaler
Arrêtez de parler de cap il n'y a aucun cap, a la rigueur vous pourriez parler de statu quo en France, il n'y a pas de reforme sauf augmenter un peu plus les impôts et taxes indirectes. Il est normal que le système s'effondre il est complètement ina...

à écrit le 18/08/2014 à 15:38
Signaler
La belle et juste Moody's abaisse la note d'un pays qui étale une croissance 0.5%, la 5ème plus puissante économie de toute la galaxie ? je n'en reviens pas....

à écrit le 18/08/2014 à 13:48
Signaler
0.5 , bref rien du tout ! 2015, super 0.9% magnifique ! Arrêtons, pour créer de l'emploi et de la croissance, une solution jamais essayé en France, un vent de libéralisme, fin du CDI pour tous, fin des allocs chômage, fin des 35h prestation familia...

le 18/08/2014 à 14:39
Signaler
Oui, comme aux USA où il fait bon vivre (à Détroit, par exemple ?) !!!

le 18/08/2014 à 16:44
Signaler
"Oui, comme aux USA où il fait bon vivre (à Détroit, par exemple ?) !!!" Detroit a dépensé et "fait du social", on voit le résultat : ils ont coulé leur boite d'automobile, ruiné l'emploi, fait fuir les créateurs de richesse, maintenant ils couine...

le 18/08/2014 à 17:53
Signaler
Ah, ah, ah ! Bien sûr, le social ! C'est vrai qu'aux USA, on est socialiste !

le 19/08/2014 à 8:38
Signaler
Il faut surtout supprimer la moitie des fonctionnaires et administrations qui ne servent a rien, c'est de la que vienne les sur cotisations et impôts en tout genre!

à écrit le 18/08/2014 à 13:08
Signaler
la croissance sera de 0.2 sur l'annee pas 0.5 il reve avec tout ces impot qui va consomme

à écrit le 18/08/2014 à 12:35
Signaler
Hollande disait pendant la campagne électorale que la croissance reviendrait avec son élection et 51% des votants l' on cru, et il y a un an il disait encore " la croissance, elle est là" . Jusqu' à quand les français vont croire les promesses de ce ...

à écrit le 18/08/2014 à 12:18
Signaler
On va être karcherisé d'impôts nouveaux et de taxes nouvelles. Que le Jacquouilles Attaly la libère la croissance.

à écrit le 18/08/2014 à 11:14
Signaler
Nous allons "faire pire" que la Grèce, l'Italie ou l'Espagne ! Nous disposons du pire gouvernement qui soit : immobilisme, laxisme, démagogie et incompétence notoire dont se moque toute l'Europe! En invoquant la sempiternelle excuse, franco-française...

à écrit le 18/08/2014 à 10:50
Signaler
Moody's devrait s'occuper de noter honnêtement son pays en déclin et nous foutre la paix !

à écrit le 18/08/2014 à 10:28
Signaler
je crie dans le désert économique de nos médias et des gouvernants, si on se refére au P I B par tete, nous sommes en france entre 350/400 000 de plus chaque année si on veut que le gateau total (PIB) se développe également il faut au MOINS 0.6 % de ...

à écrit le 18/08/2014 à 10:26
Signaler
Qu'ils siègent à l'Assemblee nationale, au sénat, dans les collectivités locales ou à Strasbourg. Trop de fric et d'avantages qui tirent la croissance vers le bas.

à écrit le 18/08/2014 à 10:04
Signaler
Maintenir des réformes ? mais quelles réformes ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.