"Le gouvernement doit changer de logiciel sur les professions réglementées"

Michel Chassang, président de l'Union nationale des professions libérales (UNAPL), considère que la volonté de dialogue affichée par Emmanuel Macron, ministre de l’Économie, n'est que de façade dans le dossier de la libéralisation des professions règlementées.
Fabien Piliu
Michel Chassang maintient l’appel lancé par l’UNAPL d’une journée sans professions libérales le 30 septembre
Michel Chassang maintient l’appel lancé par l’UNAPL d’une journée sans professions libérales le 30 septembre

La Tribune - Vendredi après-midi, vous avez rencontré Emmanuel Macron, le ministre de l'Économie. Quels enseignements tirez-vous de cette rencontre ?

Michel Chassang - Nous saluons la volonté de dialogue du nouveau ministre de l'Économie. Son attitude tranche avec celle d'Arnaud Montebourg, son prédécesseur. Le contraste est saisissant.

Cette rondeur des formes s'accompagne-t-elle de plus de souplesse de la part de l'exécutif, toujours décidé à libéraliser certaines professions règlementées ?

Pas du tout. Sur le fond, le gouvernement n'a pas varié d'un iota. Il semble toujours décidé à agir vite et fort.

Selon vous, la dérèglementation de certaines professions serait-elle de nature à redonner du pouvoir d'achat aux Français, comme le martelait Arnaud Montebourg à l'initiative de ce chantier ?

C'est absurde ! Qu'est ce qui permet de penser que la libéralisation des tarifs se traduirait par une baisse des prix qui bénéficierait à tous les ménages et qui serait par ailleurs uniforme sur l'ensemble les territoires. Faire ce pari est très dangereux.

Le gouvernement veut agir sur quatre leviers : la liberté des prix, le numérus clausus, l'ouverture du capital des sociétés d'exercice libéral (SEL) et le monopole des actes. Certains sujets sont-ils tabous à l'UNAPL ?

L'UNAPL n'a pas vocation à s'exprimer sur des sujets qui concernent spécifiquement certaines catégories de professionnels. Même si nous les soutenons, nous n'allons pas interférer dans les dossiers des notaires ou des pharmaciens. Ils n'ont pas besoin de nous. En revanche, sur des sujets transversaux, nous sommes prêts à défendre avec acharnement les intérêts des professionnels et des consommateurs.

Lesquels ?

Souhaitée par Bruxelles, qui souhaite libéraliser le secteur des services, l'ouverture du capital des sociétés d'exercice libéral (SEL) est un casus belli si le gouvernement veut passer en force. En interprofessionnel, le sujet peut être discuté. Dans certains secteurs, notamment dans le domaine de la santé, le procédé existe déjà. Des médecins, des pharmaciens et des kinésithérapeutes se sont associés dans des sociétés d'exercice libéral interprofessionnelles ambulatoires (SISA) Mais je constate que d'autres professions s'y opposent. C'est notamment le cas des notaires.

Le gouvernement estime que cette mesure permettrait aux professionnels d'attirer de nouveaux investisseurs.

Nous ne voulons pas que des investisseurs non professionnels, tels des fonds de pensions, viennent dicter la stratégie des cabinets, des officines ou des études. Ce serait une dérive ultra-libérale très dangereuse pour notre système social.

Le gouvernement veut aller vite. Des réunions tripartites entre Bercy, la Chancellerie, le ministère de la Santé et les représentants des professionnels sont d'ores et déjà programmées. Dans ce contexte apaisé, comptez-vous suspendre l'appel lancé par l'UNAPL d'une journée sans professions libérales le 30 septembre.

Le gouvernement est pressé ? C'est son problème. Nous serons prompts à agir s'il veut nous forcer la main. En attendant d'en savoir davantage sur ses intentions exactes, nous maintenons notre appel à une journée sans professions libérales.

Faut-il que le gouvernement revoit sa copie ?

Le gouvernement doit changer de logiciel. L'ultra-libéralisme qu'il réclame est totalement incohérent avec le système que l'État a mis en place. Certaines professions libérales, notamment dans le domaine de la santé ou du droit, remplissent des missions de service public qui, lorsqu'elles sont conventionnées, pratiquent des tarifs administrés négociés avec l'Assurance-maladie ou l'État. Mais si les prix sont libres, si, à cause de l'austérité, l'État décide d'augmenter le nombre des délégations de service public au secteur privé pour ne pas avoir à embaucher dans les hôpitaux, l'impact sur les comptes de la Sécurité sociale risque d'être désastreux !

Fabien Piliu

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 17
à écrit le 26/09/2014 à 15:07
Signaler
Le libéral avec monopole ! C'est plus facile pour réussir !

à écrit le 25/09/2014 à 15:36
Signaler
Le message de caduce résume bien la réalité. Je rajouterai également que les professions libérales ne bénéficient quasiment pas de retraites, et doivent la constituer eux-mêmes.

à écrit le 25/09/2014 à 12:09
Signaler
Le projet vise surtout à diminuer le sécurité juridique, donc à générer des procès, et des honoraires pour les avocats. Ces derniers pourraient alors être des sociétés multinationales basées hors de France, avec le profit pour but unique.

à écrit le 25/09/2014 à 11:31
Signaler
Je suis atterrée en lisant certains commentaires.. Une bande de nababs?? Après avoir fait entre 6 et 10 ans d études et n'être payés 23 euros une consultation alors que ce n est même pas le prix d une coupe chez le coiffeur?? De s être tapé des gar...

le 26/09/2014 à 15:11
Signaler
Vous pouvez changer de métier !

le 27/09/2014 à 18:46
Signaler
Idem pour vous berenice, si vous estimez que c'est comme gagner au loto, pourquoi ne reprenez vous pas vos études pour faire médecine ou droit ou pharmacie?

à écrit le 25/09/2014 à 10:57
Signaler
Il est urgent d'en finir une fois pour toute avec ses professions règlementés qui sont comme pour les fonctionnaires et entreprises publiques une caste de nababs qui ruinent notre croissance et notre pays. La société civile a suffisamment fait des ef...

à écrit le 25/09/2014 à 10:00
Signaler
Il doit bien gagner sa vie pour dire autant de mensonges Évidemment que ça redonnerai aux français si il payait moins partout

le 26/09/2014 à 17:19
Signaler
Tout ceux qui croient que la libéralisation des services publics est la panacée sont de doux rêveurs naïfs. Le jour où on vous fera payer l'air que vous respirez, vous aurez peut être compris !

à écrit le 25/09/2014 à 9:15
Signaler
L'objectif du gouvernement est simplement de ponctionner ces professions pour nourrir l'administration française qui ne produit aucune richesse et qui fonctionne de plus en plus mal avec des gens désagréables qui cherchent à travailler moins pour avo...

le 25/09/2014 à 10:35
Signaler
Il vaudrait tout simplement mieux changer de gouvernement et surtout de président...

à écrit le 25/09/2014 à 9:12
Signaler
La reforme oui mais pour les autres. Moins de depenses encore mieux mais pas pour moi, etc.

à écrit le 25/09/2014 à 8:56
Signaler
On peut effectivement s'interroger sur le rôle, et le cout, de toutes ces professions réglementées. Si l'on part du principe, maintenant reconnues ceux qui font fonctionner leurs cervelles, que seule l'innovation permettra à nos sociétés de conserver...

le 25/09/2014 à 15:30
Signaler
Quiconque connait les systèmes juridiques alternatifs au système de droit romain en vigueur en France a pu constater que notre système est nettement moins coûteux et nettement plus sur que celui à l'oeuvre dans les pays anglo-saxons par exemple. Les ...

à écrit le 25/09/2014 à 8:33
Signaler
Ce gouvernement veut toujours détruire tout ce qui fonctionne encore très bien! Mais qu'il commence par réformer ses services connus pour leur gabegie et leur inefficacité ! Là on aurait des gains de pouvoir d'achat par la baisse des frais !

à écrit le 25/09/2014 à 7:21
Signaler
Le gouvernement doit changer tout court!!!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.