Logement, transports : ces dépenses qui creusent l'écart entre riches et pauvres

 |   |  215  mots
En 1979, les 20 % des ménages les plus modestes dédiaient 35 % de leur budget à l'alimentation, les 20 % les plus aisés 18 %, soit une différence de 17 points. En 2011, l'écart se réduit à 4 points.
En 1979, les 20 % des ménages les plus modestes dédiaient 35 % de leur budget à l'alimentation, les 20 % les plus aisés 18 %, soit une différence de 17 points. En 2011, l'écart se réduit à 4 points. (Crédits : reuters.com)
Les ménages les plus pauvres dépensent un peu plus de 20% de leurs revenus pour se loger, soit 8,3% de plus que la part des plus aisés, d'après la dernière enquête "Budget de famille" de l'Insee. Même si les disparités s'atténuent au fil des ans, l'Insee précise: "Les écarts restent encore importants entre les ménages les plus aisés et les plus modestes"

En cinq ans, les ménages les plus pauvres (20% de la population) ont vu leur part de dépenses dédiée au logement passer de 24,8% à 20,6%. Selon la nouvelle enquête  "Budget de famille" de l'Insee datée de 2011 et publiée lundi 29 septembre, "les disparités selon le niveau de vie s'atténuent au fil des ans en métropole". Mais l'Institut de statistiques nuance : "Les écarts restent encore importants entre les ménages les plus aisés et les plus modestes".

Ainsi, les ménages les plus riches (20% de la population) consacrent 12,9% de leur budget pour se loger. L'explication est simple: 60 % sont propriétaires parmi les plus pauvres contre 21 % pour les plus aisés.

Des écarts de dépenses importants en culture et transports

Autre poste de dépenses plus lourd pour les plus pauvres: l'alimentation, qui représente 18,2 % de leur budget, contre 14,2% pour les plus aisés.

A contrario, ces derniers dépensent des parts plus importantes dans les transports (18,3% contre 13,9% pour les plus modestes). En 2006, ces dépenses montaient à 16,5% pour les plus riches, contre 11% pour les plus pauvres. Idem pour la culture (11,8% contre 7,9%, 14,5% contre 8% en 2006).

dépenses ménages

>> À lire aussi : Les postes de dépenses des ménages les plus aisés en 2011.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/09/2014 à 13:40 :
Abonnement tv, abonnement tel portable, abonnement internet, voitures neuves, téléphones portables à 6500 Francs.
En 1970 de telles dépenses auraient été considérées comme pure folie, ils faut aussi penser à payer les courses pour manger, revenir à la réalité des coûts.
a écrit le 30/09/2014 à 11:31 :
L'article est difficilement compréhensible~:
"Ainsi, les ménages les plus riches (20% de la population) consacrent 12,9% de leur budget pour se loger. L'explication est simple: 60 % sont propriétaires parmi les plus pauvres contre 21 % pour les plus aisés".
Faut-il comprendre que 60% des ménages pauvres sont propriétaires et que seulement 21% des ménages aisés le sont~? Dans ce cas, la part réduite du logement dans le budget serait due à la location~?
De plus, les infographies donnent exactements les mêmes % pour les 2 liens.
Comment un article d'une aussi mauvaise qualité peut-il être mis en ligne~?
a écrit le 30/09/2014 à 10:38 :
C'est quoi exactement un aise? Combien gagne-t-il par personne dans un ménage? en net après impôts.....
Pareil pour un pauvre.....
En plus 2000 euros en Ile de France n’est pas la même chose que 2000 euros ailleurs en France.....
a écrit le 30/09/2014 à 10:04 :
Célibataire le logement c'est 25% de mon salaire net et je ne fais pas partie des pauvres du moins jusqu'à quand...
Réponse de le 30/09/2014 à 10:39 :
vous avez raison de vous poser la question.........
a écrit le 30/09/2014 à 9:54 :
et plus on est pauvre et précaire plus les taux bancaires pour emprunter sont importants!!! logique non??? Moins vous avez les moyens d'acheter un logement et plus vous le sentez passer!!! Autre logique : pendant les meilleures années, on a même prêté à taux zéro (sur le dos du contribuable) à des gens qui n'en avaient pas besoin!!!
a écrit le 30/09/2014 à 9:14 :
s'il n'y avait que ça, qui creusait la "différence", qui donc, ne peut plus se soigner?....manger correctement, se chauffer correctement?
a écrit le 30/09/2014 à 9:08 :
20,6% pour le logement reste une moyenne, un célibataire locataire s'approche plus des 30 %.
Réponse de le 30/09/2014 à 10:00 :
Moi 27% de mon salaire. , en région parisienne c est courant

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :