"Nos gouvernants vivent encore au vingtième siècle" (Jean-David Chamboredon)

 |   |  1424  mots
Jean-David Chamboredon : Certaines start-up que nous aidons ont la capacité de devenir des leaders mondiaux, tout simplement. La France a beaucoup de talents. Ses écoles d'ingénieurs sont excellentes, ses écoles de commerce forment très bien à l'entrepreneuriat. Avec la génération Y, l'économie tricolore dispose d'un bel atout.
Jean-David Chamboredon : "Certaines start-up que nous aidons ont la capacité de devenir des leaders mondiaux, tout simplement. La France a beaucoup de talents. Ses écoles d'ingénieurs sont excellentes, ses écoles de commerce forment très bien à l'entrepreneuriat. Avec la génération Y, l'économie tricolore dispose d'un bel atout." (Crédits : Reuters)
Deux ans après la colère des Pigeons dont il fut l'un des chefs de file, Jean-David Chamboredon décrypte pour La Tribune la politique économique du gouvernement. Son jugement est sans appel. La classe politique mais aussi les partenaires sociaux vivent encore au vingtième siècle. Parce qu'ils n'ont pas encore pris la mesure des évolutions du monde actuel, la France décroche et gâche son talent.

La Tribune : Selon un sondage réalisé pour La Tribune et France Info par Opinion Way, Alain Juppé, Nicolas Sarkozy, François Baroin et François Fillon sont les personnalités politiques qui inspirent le plus confiance aux chefs d'entreprises. Que pensez-vous de ces résultats ?

Jean-David Chamboredon. Difficile à dire. Je ne pense pas que les dirigeants de start-up auraient voté ainsi. Le clivage entre la majorité présidentielle et l'opposition aurait probablement été beaucoup moins flagrant.

Deux ans après les Pigeons, peut-on considérer que la fracture entre les entreprises et l'exécutif a été réparée ?

Les chefs d'entreprises sont passés à autre chose, surtout chez les dirigeants de start-up. J'évoquerai plutôt une certaine désillusion de la part des entrepreneurs. Ils se désolent qu'une grande partie de la classe politique, et ce, quelle que soit leur sensibilité, vive encore au vingtième siècle !

C'est-à-dire ?

La plupart des responsables politiques actuels n'ont toujours pas pris la mesure des enjeux actuels, de la rapidité avec laquelle le monde dans lequel nous vivons évolue. C'est regrettable car nous perdons du temps et nous gâchons nos talents. C'est particulièrement flagrant dans le monde du web.

Pourtant, le gouvernement a multiplié les mesures pour stimuler l'innovation !

Parlons-en ! Le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi [CICE] ? Il ne concerne pas les start-up car les talents sont payés à des salaires supérieurs à 2,5 SMIC. La PEA-PME ? Ce sont essentiellement les entreprises cotées qui en bénéficieront. Le crédit impôt recherche ? En bénéficier, c'est s'assurer d'un contrôle fiscal. Quant au crédit d'impôt innovation, son rôle n'est pas clair. Et parce qu'il a fallu un an pour attendre la publication des décrets d'application, beaucoup d'entrepreneurs ont oublié son existence et son éventuelle utilité.

Mais, grâce au Pacte de responsabilité et aux allègements de cotisations qu'il contient, le taux de marge des entreprises devrait se redresser. C'est une bonne nouvelle, non ?

Bien sûr. Le coût du travail doit être allégé en France. Mais c'est un problème d'ordre 2. Si elle doit embaucher, une start-up n'attendra pas des allègements de charges ! La seule question que devrait se poser le gouvernement et ses partenaires sociaux est la suivante : comment relancer l'investissement, et comment peut-on le financer ? Tous les autres sujets sont d'ordre 2.

Même la question des seuils sociaux, qui, selon le patronat, briderait le développement des entreprises ?

Je ne connais pas un seul dirigeant de start-up qui refuserait d'embaucher un cinquantième salarié pour se soustraire à certaines obligations sociales. C'est inconcevable. C'est une question d'un autre temps. Mais ce n'est pas la seule. Le marché de l'emploi doit également être modernisé.

De quelle manière ?

JDC. Recruter est très risqué. Pour une entreprise, se séparer de quelqu'un, parce qu'il n'est pas performant ou parce que l'activité est en berne, est trop compliqué. Elle ne sait pas combien ce licenciement va lui coûter. Il faudrait que ce coût soit défini à l'avance, avec un plafond d'indemnités, pour que l'entreprise puisse prendre sa décision d'embauche sereinement. Bien sûr, en cas de comportement fautif de la part de l'employeur, cette « sécurité » sauterait, au bénéfice de l'employé.

Vous réclamez plus de flexibilité en somme...

La question n'est pas de dire que l'herbe est plus verte ailleurs, notamment aux États-Unis. Ce que l'on observe, c'est qu'une entreprise de la Silicon Valley qui doit recruter 100 personnes en un mois peut le faire. Elle aura la même souplesse pour se séparer de 50 personnes si elle doit réduire la voilure. Grâce à cette souplesse, elle a une forte capacité de croissance. Ce n'est pas le cas en France où beaucoup d'entreprises voient leur développement s'effectuer en sous-effectif.

A plusieurs reprises, vous avez pris position contre les nouvelles règles encadrant les cessions d'entreprises prévue par la loi Hamon. Pour quelles raisons ?

C'est une catastrophe. Là encore, nos gouvernants nous ont apporté la preuve qu'ils vivaient au vingtième siècle. Informer les salariés d'une éventuelle cession de leur entreprise se justifie parfaitement quand il n'y a pas de repreneur. Dans tous les autres cas, c'est absurde. Dans le monde des affaires, la confidentialité c'est clé. Je crains que cette nouvelle loi fasse capoter de nombreuses cessions.

Existe-t-il une pénurie d'argent en France ?

En France, il existe des seuils très difficiles à franchir. On évoque souvent la « vallée de la mort », la phase au cours de laquelle une start-up cherche des financements, entre 500.000 et 2 millions d'euros, pour se développer. Mais il existe un autre plafond de verre, aux alentours de 10 millions d'euros. Pour ce type de montant, il faut prospecter à l'étranger car il n'y a personne en France pour prendre des risques à cette hauteur. Aux États-Unis, la chaîne de financement est beaucoup plus riche. C'est la raison pour laquelle nous pensons ouvrir un bureau à New-York en 2015.

Même pas Bpifrance ?

Malheureusement, non. Certes, la création de Bpifrance est une bonne chose mais elle ne peut pas être seule à répondre à toutes les questions de financement qui se posent aux entreprises. Il faudrait plusieurs acteurs de la taille de Bpifrance pour dynamiser et fluidifier l'accès au financement.

La Banque de France indique que la demande de crédits accordée aux entreprises est relativement stable. Est-ce que le monde du web est plus dynamique ?

C'est l'effervescence. Chez ISAI, nous recevons chaque année plus de 1.500 projets à financer !

Peut-on en déduire que les banques les ont laissé tomber ?

Il faut dépasser cette polémique sur le rôle des banques. Ce n'est pas leur rôle de prendre des risques de type capital-investissement. Les banques sont avant tout utiles pour financer via de la dette des investissements productifs ou des besoins de fonds de roulement. Ce n'est pas avec de la dette que l'on finance de l'innovation ou des activités entièrement nouvelles. C'est tout.

Les projets que vous recevez sont-ils de qualité ?

Certaines start-up que nous aidons ont la capacité de devenir des leaders mondiaux, tout simplement. La France a beaucoup de talents. Ses écoles d'ingénieurs sont excellentes, ses écoles de commerce forment très bien à l'entrepreneuriat. Avec la génération Y, l'économie tricolore dispose d'un bel atout.

Que faudrait-il faire pour soutenir les start-up ?

Avec France Digitale, nous travaillons sur plusieurs pistes. Pour attirer les talents, il faut relancer l'actionnariat salarié en allégeant le coût pour les entreprises. Il faut aussi ajuster les règles de l'ISF pour que les "serial-entrepreneur" qui ont réussi restent en France et continuent de financer de nouveaux projets. Qui mieux qu'eux peut comprendre les besoins de la nouvelle génération d'entrepreneurs ? Nous sommes en contact régulier avec Bercy sur ces sujets.

Comment Bercy accueille vos idées ?

Le dialogue est de qualité. Après, il faut qu'il y ait une vraie volonté politique.

Que vous inspire le « french tech tour », cette campagne de séduction des investisseurs étrangers ?

C'est très sympathique. Mais pour les investisseurs étrangers, et notamment les fonds pan-européens ou américains, seul le succès compte. Criteo est le plus bel étendard du web français à l'étranger. Il faudrait d'autres success-stories de ce type pour que les investisseurs étrangers regardent la France d'un autre œil.

C'est-à-dire ?

Pour les fonds d'investissement, la carte du monde se décompose ainsi : Amérique du nord, Asie, Europe du nord et « autres ». La France est classée dans la partie "autres" pour beaucoup d'entre eux.

L'affaire Dailymotion a-t-elle été oubliée ?

Je ne sais pas. Mais quel mauvais signal la France a adressé au monde entier ! A cause des rodomontades d'Arnaud Montebourg, la France a été ridicule. Je ne dis pas que les conditions du rachat de Dailymotion par Yahoo étaient optimales. Je dis juste que c'était à Orange de prendre la décision en toute confidentialité. Pas à un homme politique qui, par nature, est de passage et qui en a fait une affaire médiatique.

Existe-t-il d'autres Criteo ?

Une entreprise comme BlaBlaCar en a le potentiel. Son entrée sur le Nasdaq est tout à fait envisageable en 2016/2017.

Deux après ans, la colère des Pigeons peut-elle se réveiller ?

Nous restons extrêmement vigilants. Avec le soutien de France Digitale, nous sommes prêts à nous mobiliser très vite si les circonstances le justifiaient.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/10/2014 à 22:52 :
Monarchie, oblige...
a écrit le 01/10/2014 à 18:56 :
Nos gouvernants vivent au 20 ème siècle et ce patron rêve du 19 ème...
Réponse de le 01/10/2014 à 21:42 :
Son analyse est de bon sens. Par contre, le passage de la bonne idee a la vision d'ensemble, c'est vrai que ca manque de peps.
a écrit le 01/10/2014 à 15:36 :
Il est gentil Jean David, moi je dirais plutôt que nos dirigeants vivent au 17 ème siècle.
D'ailleurs, si Louis XIV revenait aujourd'hui, il ne serait pas dépaysé, il serait même surpris de voir que nos gouvernants ont plus de privilèges qu'à l'époque de son règne...!
Réponse de le 01/10/2014 à 18:11 :
bien vu !
a écrit le 01/10/2014 à 15:01 :
Et tout d´abord que représente Le Web dans la richesse d'un pays... Peu, les principales viennent de l'innovation industrielle ( automobile, aviation, espace, électronique civile et militaire, transport, énergie, recherche fondamentale, médecine,...). Comme auparavant, ces entreprises achetaient des fournitures, calculatrices, ordinateurs, éléments supplétifs a leurs activités, les fabriquant de Web et les transporteur de réseaux ne sont des créateurs de valeur ajoutée de deuxième ordre comparés aux industries cites ci-dessus..
Réponse de le 01/10/2014 à 16:06 :
@friendly . lire Robert Gordon et Patrick Artus qui ,il me semble, vont dans vôtre sens .voir alternatives économiques de septembre 2014 sur la croissance.
Réponse de le 02/10/2014 à 7:01 :
Vous avez raison nous n'avons pas besoin de créer des Google, Facebook ou Twitter en France... C'est bien trop petit pour nous.
Affligeant....
a écrit le 01/10/2014 à 14:52 :
Hé bien si Monsieur le pigeon, le politique et c'est son rôle, doit s'opposer a une main mise étrangère..
Un état digne de ce nom doit protéger.. Et quant à votre proposition d'embaucher et de licencier les gens comme des Kleenex, à votre place j'aurai honte et je mettrai mon slip sur la tête, si vous avez cette crainte d'embaucher un salarié et que vous craignez qu'il fasse défaut plus tard, c'est un déni de responsabilité de votre part et c'est vouloir le beurre et l'argent du beurre. Des Entrepreneurs de bacs à sable dans votre genre et qui se prennent pour les dieux de l'olympe du Web, les travailleurs en ont soupé..
Réponse de le 01/10/2014 à 19:24 :
Et TOC ça ,c'est envoyé ! non mais il vient de quelle planète celui là ?!!!de la planète pigeon ouais ouais
Réponse de le 01/10/2014 à 20:05 :
Ne manquez pas de nous rappeler combien d'emploi vous avez créé pour qu'on profite mieux de la profondeur (abyssale) de votre commentaire. Je suis entrepreneur et tous les entrepreneurs que je connais sont exactement dans la même situation: on embauche à minima car c'est extrêmement couteux et risqué. Vous n'y croyez pas? Montez votre boite, vous réaliserez à quel point votre commentaire est pitoyable.
Réponse de le 02/10/2014 à 6:59 :
Bien envoyé !
Créez votre boîte avant de parler des conditions de la croissance et on en reparlera. Y'a ceux qui en parle et y'a ceux qui font.
a écrit le 01/10/2014 à 13:08 :
...en attendant , siècle ou pas, ils ne perdent pas le nord, et pensent TOUJOURS à se remplir les poches à nos détriments ! rien ne change, mais de plus en plus....
a écrit le 30/09/2014 à 18:32 :
Et certain au 19ieme comme ce Chamboredion les patrons de droit divin qui s'enrichissent sur le dos des travailleurs c'est termine
a écrit le 30/09/2014 à 10:18 :
la France est classée dans les meilleurs pays en matière de e-Government, notamment pour les relations avec les entreprises (4e selon l'ONU ; cf. aussi OCDE).
aux entreprises de faire leur boulot. 2 cabinets de conseil viennent de nous apprendre que les entreprises françaises sont en retard dans l'usage du numérique.
les gouvernants font mieux ?!
que de baratineurs.
a écrit le 30/09/2014 à 10:09 :
Faut il pour être performant, tier vers le bas tout ce que nous faisons ou avons , comme on dit si bien "ce n'est pas nous qui en avons de trop mais eux qui n'ont pas assez" il serait bon que tous ces pays qui travaillent à bas coup se mettent à élever leur niveau de protection sociale, ça permettrai sans nul doute de régler bien des conflits, nous ne sommes pas sur terre que pour travailler, nous avons bien compris que les "pigeons" voulaient faire plein de fric rapidement en revendant au plus leur star up et roucouler au chaud ensuite il bien dépassé le temps ou l'on construisait une entreprise pour ses ouvriers et ses descendants 19 ème siècle vous avez dit!!!!!!!!
Réponse de le 30/09/2014 à 12:44 :
C'est donc au monde entier de s'adapter à vous et à votre vision de la vie....ça m'étonne pas que la France s'appauvrisse de jours en jours
Réponse de le 01/10/2014 à 13:09 :
PARFAITEMENT de votre avis!!
Réponse de le 01/10/2014 à 14:55 :
@Porter : Le monde c'est bien adapté aux droits de l'homme ! Pourquoi ne s'adapterait-il pas aujourd'hui au droit du travail qui a fait ses preuves depuis très longtemps ?
Réponse de le 01/10/2014 à 18:12 :
de votre avis à vous 2
a écrit le 30/09/2014 à 9:13 :
Soyons objectifs: l'Etat fait enfin des économies, ainsi l'Elysee recycle ses bouquets de fleurs! Il aura fallut un sciences po-Hec-Éna pour réaliser cet exploit! Quelle compétence, quel courage!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :