Le Medef dévoile ses propositions "pour créer un million d'emplois"

 |   |  688  mots
Le temps de l'hésitation, de la tergiversation et des demi-mesures n'a plus lieu d'être, affirme le président du Medef, Pierre Gattaz, en ouverture du document. Il appelle à débattre sans tabou.
Le temps de l'hésitation, de la tergiversation et des demi-mesures n'a plus lieu d'être", affirme le président du Medef, Pierre Gattaz, en ouverture du document. Il appelle à "débattre sans tabou". (Crédits : reuters.com)
L'organisation patronale a rendu public mercredi le document d'une centaine de pages contenant son programme "pour la création d'un million d'emplois" qui, déjà révélé en partie dans la presse, avait fait crier les syndicats à "la provocation".

"Au regard de la situation économique et sociale de notre pays, dans la période de crise nationale qui est la nôtre, face aux périls que nous devons affronter, le temps de l'hésitation, de la tergiversation et des demi-mesures n'a plus lieu d'être".

Sur un ton solennel le président du Medef, Pierre Gattaz, ouvre le document d'une centaine de pages contenant son programme "pour la création d'un million d'emplois" qui, récemment révélé en partie dans la presse, avait fait crier à "la provocation" les syndicats.

    Lire >> Moins de jours fériés, révision du salaire minimum: ce que propose le Medef

Appelant à "débattre sans tabou", l'organisation patronale expose plusieurs propositions, chacune chiffrée en nombres d'emplois potentiels.

  • 35 heures

"Revoir le principe d'une durée légale imposée à toutes les entreprises" et "permettre la fixation négociée d'une durée du travail au niveau de l'entreprise" [...] "Pour les entreprises qui sont moins en mesure de négocier, et notamment les TPE-PME, une durée pourrait être négociée au niveau de la branche"

"La loi ne serait plus que supplétive et s'appliquerait par défaut aux entreprises qui ne souhaitent pas, ou ne parviennent pas, à négocier un accord".

  • Contrat de travail

"Mettre en oeuvre, pour l'ensemble des secteurs, un 'contrat de projet' de droit commun, sur le modèle du contrat de chantier existant dans le BTP", à durée indéterminée et prenant fin une fois le projet réalisé.

  • Marché du travail

"Ouvrir rapidement une discussion avec les partenaires sociaux pour envisager la poursuite de la réforme en profondeur du marché du travail pour introduire plus de flexibilité, dans une démarche de flexi-sécurité permettant de sécuriser la mobilité des salariés".

"Ouvrir une réflexion sur les mécanismes d'une meilleure association des salariés au partage de la création de valeur par l'entreprise".

  • Smic

"Travailler sur un cadre transitoire d'accès à l'emploi, destiné à certaines populations très éloignées de l'emploi, par exemple sous la forme de contrats aidés destinés aux entreprises".

  • Retraites

"Recul de l'âge légal de départ à la retraite pour tenir compte de l'allongement de l'espérance de vie, comme cela a été pratiqué dans la majorité des pays".

  • Éducation nationale

"Revaloriser l'apprentissage (...) et mener les réformes structurelles permettant d'associer les entreprises à l'élaboration des filières".

"Ouvrir de manière volontariste le recrutement des grandes écoles vers plus de diversité".

  • Fiscalité des entreprises

Viser "l'harmonisation fiscale avec nos principaux voisins européens".

"Supprimer progressivement les impôts sur les facteurs de production et les taxes sectorielles qui desservent la compétitivité". "Adopter une fiscalité qui valorise le financement long et pérenne des entreprises, par exemple en exonérant d'ISF tous les titres d'entreprises" [...] et en allégeant les impôts sur "l'intéressement et la participation des salariés".

  • Énergie

"Favoriser un développement ambitieux de la recherche et de l'innovation en matière d'énergie, et notamment autoriser la recherche sur l'exploitation des gaz de schiste en France".

  • Investissement

Définir "une politique d'investissement en infrastructures intégrant financement sanctuarisé et programmation". Notamment, "débloquer le plan de relance autoroutier" examiné par Bruxelles.

"Encourager les collectivités locales dans le cadre de la réduction de leurs dotations à privilégier l'investissement", via des "lois de finances locales" fixant des objectifs de dépenses.

  • Seuils sociaux

"Revoir les seuils pourrait permettre de créer entre 50.000 et 100.000 emplois sous 3 ans".

  • Jours fériés

"Supprimer 2 jours fériés par an permettrait d'allonger la durée annuelle travaillée de 1,2 jour, ce qui représente environ 0,9 % de PIB" et "100.000 emplois supplémentaires".

  • Formation professionnelle et apprentissage

"240.000 emplois peuvent par ailleurs être créés en 5 ans dans les métiers de demain adaptés aux entreprises innovantes".

  • Finances

"Mettre en extinction la taxe sur les salaires, qui pèse sur les banques, compagnies d'assurances et entreprises de marché".

  • Tourisme

"Permettre, en accord avec les salariés qui le désirent, l'ouverture le soir et le dimanche".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/09/2014 à 17:27 :
S'il faut abolir les acquis sociaux alors que soient aboli les privilèges. Que P.Gattaz commence par s'amputer de 200 000 euros/mois, pour montrer l'exemple.
a écrit le 24/09/2014 à 17:11 :
Que des propositions qui donnent envie de devenir actionnaire plutôt que salarié.
a écrit le 24/09/2014 à 15:15 :
le chômage baisse ! vive hollande !!!
a écrit le 24/09/2014 à 15:00 :
Le medef sort des propositions qui sentent le renfermé, quant au million d'emplois rapidement il se limitera à 50 à 60000 emplois subventionnés au prix fort et a des emplois maintenus (ce qui est déjà cela en période de crise). On a déjà donné avec les restaurateurs et les emplois qu'ils devaient créer avec la baisse de la TVA. Si le Medef pense tant aux entreprises française pourquoi ne parle-t-il pas du dumping social ou fiscal toléré par l'Europe (sur ces chapitre comme toujours il préfère l'alignement sur le moins disant fiscal et social qui n'est bénéfique que pour l'entreprise mais pas pour ses salariés. toujours ce raisonnement à très court terme du moindre coût sans prendre en compte ne serait-ce que les conséquences à moyen terme.
Réponse de le 24/09/2014 à 16:52 :
Perso ... je ne veux plus de salariés .... trop d’emmerdements !
a écrit le 24/09/2014 à 14:50 :
Soyez tranquille Gattaz parle dans le vide....90% de ce qu'il dit est contraire a l'article 34 de la constitution.Pour qu'on puisse les appliquer faudrait soit la changer soit vraiment la réformer et pour ce faire il faudrait que la majorité du sénat et du parlement soit d'accord pour ça...et là c'est quasi IMPOSSIBLE! prendre l'exemple des autres pays qui n'ont pas les mêmes contraintes c'est nous faire prendre des vessies pour des ...lanternes!
a écrit le 24/09/2014 à 14:45 :
Toujours plus...
Toutes ces "possibilités" deviendront des obligations.
a écrit le 24/09/2014 à 14:39 :
A force de déconner, ça va finir par une révolution... Mais n'est-ce pas ce qu'ils espèrent?
Une façon de tout remettre à plat... mais ce serait prendre un gros risque, l'agitation on sait quand ça commence, pas toujours quand, ni comment ça finit... et ça peut finir très mal.
a écrit le 24/09/2014 à 14:34 :
"240.000 emplois peuvent par ailleurs être créés en 5 ans dans les métiers de demain adaptés aux entreprises innovantes"... Oui, lesquelles?
Un métier de demain c'est quoi pour la majorité qui n'a pas fait d'études longues? Foutaises.
Réponse de le 25/09/2014 à 10:29 :
@sms Pour la majorité qui n' a pas eu la chance de faire d' études " un cadre transitoire d'accès à " l'emploi " ... Il a pensé à tout le Gattaz ...
a écrit le 24/09/2014 à 14:27 :
Vieilles badernes pour de vieilles recettes! Avec autant d'imagination on comprend que le patronat français soit à la ramasse.
a écrit le 24/09/2014 à 14:24 :
Aucune demande pour remplacer les cotisations sociales par une TVA sociale? Et pourtant c'est indispensable pour tout remettre a plat et rend d'office toute les propositions de Sieur Gattaz complètement ridicules!
a écrit le 24/09/2014 à 14:18 :
En rendant votre dernière augmentation, a vous seul vous pouvez financer 30 emplois a plein temps !
a écrit le 24/09/2014 à 13:55 :
Régime local, 2 jours fériés en plus.
Je n'ai pas l'impression qu'on soit à la traîne ...
Réponse de le 26/09/2014 à 17:32 :
Et pour cause, si on inventait un autre jour férié ? Demain c'est mon anniversaire donc demain est jour férié pour moi ainsi que tous ceux nés ce jour-là. Non ?
a écrit le 24/09/2014 à 13:34 :
Le patronnât veut encore des aides, pourquoi pas . . .il pourra ensuite les distribuer en dividendes aux actionnaires. ..décidément les patrons pensent vraiment qu'à eux !
Réponse de le 24/09/2014 à 13:41 :
je suis content de savoir que tu vas te mettre à ton compte !!!!!!!!!!!
Réponse de le 24/09/2014 à 13:59 :
Patronat ne prend qu'un seul "n" et pas d'accent circonflexe .. C'est pas comme "âne bâté".
Réponse de le 24/09/2014 à 14:30 :
@Noel
Et pourtant ça devrait, à écouter Gattaz, c'est semblable...
Réponse de le 25/09/2014 à 10:36 :
On s'enfiche un peu de ses corrections Non ? Et puis pas mal de cadres supérieurs ou de patrons sont plutôt incultes et suivent des cours de rattrapage de français ...
a écrit le 24/09/2014 à 13:18 :
En attendant son million d'emplois, ce soir ils dévoileront les chiffres du chômage de nouveau à la hausse probable....
Réponse de le 24/09/2014 à 14:01 :
ILS BAISSENT ! VIVE HOLLANDE !!!!!!
a écrit le 24/09/2014 à 13:02 :
Du grand n'importe quoi :-) Par exemple: 1) "pratiqué dans la majorité des pays", c'est aboslument faux, car dans les pays anglosaxons qui sont certainemnet la référence de Gattaz, on part quand on veut, mais comme il n'existe pas de protection d'État, on a pas besoin de cositser 42 ans :-) 2) les entreprises créent des emplois quand elles ont un carnet de commandes bien rempli et pas parce qu'il y a 2 jours de congé de moins :-)
a écrit le 24/09/2014 à 12:37 :
Les chiffres d'emplois annoncés sont totalement fantaisistes et assénés avec une désinvolture méprisante.
a écrit le 24/09/2014 à 12:33 :
Pas la peine de se fatiguer. Il n'y a pas 1 million de chômeurs qui veulent travailler.
Réponse de le 25/09/2014 à 10:42 :
Non ! Vous avez raison ... c'est 5 millions qui veulent un véritable emploi ...!
a écrit le 24/09/2014 à 12:29 :
L'exploitation des gaz de schiste pour favoriser la transition énergétique ! Où sont nos polytechniciens ? Ça renvoie comme image celle d'un patronat financier irresponsable sans vision. On comprend mieux l'état du marche de l'emploi en france
a écrit le 24/09/2014 à 12:24 :
n importe quoi !!! comment reculer l age de la retraite, il n'y a déjà pas de travail celà fera plus de chomeur et les cinquanaires au chomage ne trouve plus d emploi. Les entreprises ont de l'argent mais faites moins de cadeaux aux actionnaires et pdgf.
a écrit le 24/09/2014 à 12:18 :
En bref, mettre a la disposition des multinationales et sous-traitant, le pays et ses ressortissants pour améliorer les bénéfices sans que cela lui coute un centime! Une fois que l'aspect social de la flexisécurité et chômage sera réglé, nous pourrons leur accorder plus de liberté, pas avant!
a écrit le 24/09/2014 à 12:12 :
"du contrat de chantier existant dans le BTP", à durée indéterminée et prenant fin une fois le projet réalisé." J'ai déjà eu ce type de contrat. C'est un piège grave. Mais ça évite l'intérim. Tu deviens jetable complet à bas prix.
a écrit le 24/09/2014 à 12:09 :
7 millions. Pas la peine de crier, Mr Gattaz, vous avez déjà une voix aiguë, faut pas en rajouter. Donc, adjugé à 7 millions d'emplois. Lot suivant : un magnifique tableau intitulé croiréssancession. Particularité : fait uniquement de chiffres premiers obtenus à partir du mot : trafiqué. Mise à prix : 2 Euros. Quelqu'un pour proposer plus..??
a écrit le 24/09/2014 à 11:50 :
6 millions comme dernière offre..?? Vous n'avez proposé que 5, monsieur Idose. Ha, c'est votre prénom. Oui, donc, Mr Sarko, j'ai quelqu'un à 6 millions et l'offre est ferme. Il n'y a pas eu quelqu'un qui a piqué dans la caisse, comme vous le dites. Quelqu'un pour proposer plus...??
a écrit le 24/09/2014 à 11:49 :
je vais créé des milliers de travailleurs pauvres , qui grâce a ça n achèterons plus rien que quelque morceaux de pains. les fortunes de tout les plus riches c est a dire ceux du cac 40
on assez d argent pour financer l état pendant vingt ans , ceux qui est dit dans les journaux mais qui est une réalité
a écrit le 24/09/2014 à 11:45 :
Des propositions raisonnables qui ont le mérite de ne surtout pas toucher aux régimes spéciaux
Réponse de le 24/09/2014 à 12:27 :
Ni aux régimes spéciaux, ni aux retraités de 60.5 ans! La consommation est ainsi sauvée! Les salariés travailleront avec la concurrence des smicards aux rabais, ils compléteront leurs salaires avec des aides via leurs impôts.
Il suffira juste de veiller à ce qu'il n'y a pas de déflation sur les rentes correspondants aux retraites complémentaires : Il suffira d'augmenter les APL afin que les pauvres puissent toujours verser les mêmes rentes locatives.
Le Système parfait!
Réponse de le 24/09/2014 à 12:29 :
la grande,,,,,,INJUSTICE
a écrit le 24/09/2014 à 11:43 :
Du blabla !!!!!!! mr gattaz sait très bien que tant que hollande et les pieds nickelés qui nous gouvernent aucuns investissements ne se fera en France ,Aujourd'hui une annonce et demain son contraire!!!!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 24/09/2014 à 11:41 :
Plus le million d'emplois du CICE et celui de son père, Gattaz va devoir 3 millions d'emplois, bonne nouvelle la courbe du chômage va s'inverser ou pas ...
a écrit le 24/09/2014 à 11:39 :
Bloquer les bénéfices honteux de certains , redistribuer pour l'emploi et valoriser la qualité
a écrit le 24/09/2014 à 11:35 :
Donnez, donnez, donnez
Donnez, donnez-moi Refrain du MedeF depuis 30 ans ....
a écrit le 24/09/2014 à 11:28 :
Le nombre de jours fériés varie d'une année sur l'autre. Si 2 jours fériés en moins = +0.9% de PIB, on devrait voir clairement une influence sur les 2 dernières décennies par exemple. Une idée de petite étude pour des journalistes et économistes ...
a écrit le 24/09/2014 à 11:26 :
Vous me dites..?? Pardon, tout le monde piaille en même temps. Vous me dites 6 ? 6 millions..?? C'est ça? Va pour 6 millions. Quelqu'un pour dire plus..??
a écrit le 24/09/2014 à 11:20 :
Ha ! Quelqu'un me dit 5 millions à ma droite. Le petit monsieur plein d'affaires qui revient ... aux affaires. Quelqu'un pour dire plus..??
a écrit le 24/09/2014 à 11:13 :
C'est drôle de découvrir une liste de lobbying de producteur sans tenir compte du changement de monde des consommateurs.
Les plus malins ,ce sont ceux qui ont intégré la décroissance dans l'innovation et pas ....le gaz de schiste et les autoroutes
a écrit le 24/09/2014 à 11:06 :
Que M. Gattaz demande un avis à Christian de Perthuis.
a écrit le 24/09/2014 à 11:04 :
Il manque l'essentiel qui consiste à basculer la fiscalité du travail sur la fiscalité énergétique.
a écrit le 24/09/2014 à 11:00 :
Comme toujours, tout pour les patrons et rien en contrepartie pour les travailleurs !
On va retourner au temps des plantations...
Réponse de le 24/09/2014 à 11:09 :
" les travailleurs !" à 35H !... il faut arrêter les conneries !
Réponse de le 24/09/2014 à 11:15 :
En même temps, ce sont les patrons qui peuvent (s'ils le veulent et s'ils en ont les moyens) créer des emplois !!
Maintenant, libérez-vous : mettez vous à votre compte... vous n'êtes pas enchainée, me semble-t-il... allez, un peu de courage !
Réponse de le 24/09/2014 à 11:23 :
La moitié des "auto-entrepreneurs" ne gagnent ... rien. L'autre moitié sont des employés par des patrons qui évitent l'intérim. Vive le "compte"...
Réponse de le 24/09/2014 à 11:55 :
La contrepartie pour réduire le cout du travail c'est d'augmenter le prix de l'énergie, mais comme vous serez surement contre, pas de solution.
Réponse de le 24/09/2014 à 12:21 :
"à 35H !... il faut arrêter les conneries ! " : Je vous présente des confrères et leurs salariés à 50 heures payées 35? On joue à un jeu? On supprime les RTT, les 35 heures, les CET et on applique une seule règle : Une heure travaillée est une heure payée.
On verra qui des patrons et des salariés gueulera le plus!
a écrit le 24/09/2014 à 10:59 :
pas de croissance = pas d'emploi ....Pierre Gattaz ne dit pas tout !!!!!!!!!!!!!
a écrit le 24/09/2014 à 10:33 :
Un peu court... J'aurais dit 4 millions. Quelqu'un pour dire plus..??

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :