Pourquoi le Canada attire les startups du monde entier

 |   |  862  mots
(Crédits : Reuters)
Le Canada séduit les étudiants et les demandeurs d'emploi, mais de plus en plus, les startups profitent du climat entrepreneurial pour s'y installer. Décryptage.

Maddyness

Le Canada, l'Eldorado des entrepreneurs  ?

Connu pour être le pays qui séduit le plus les demandeurs d'emploi, les étudiants et les passionnés de la culture américaine, le Canada accueille chaque année près de 250 000 nouveaux arrivants, grâce à des visas de travail. Avec un champ de possibilités très large, le pays pourrait être un bon tremplin pour les jeunes entreprises.

Grâce au soutien de l'Etat, plus de 100 000 petites entreprises sont créées chaque année au Canada et participent ainsi activement à l'effort économique. Les entrepreneurs immigrants contribuent également à la prospérité de ces créations d'entreprises : près d'un arrivant sur cinq a démarré une entreprise au cours de la dernière décennie. Il faut savoir que l'âge moyen d'un immigrant entrepreneur admis au Canada est d'environ 42 ans.

En 2013, le gouvernement a décidé de lancer le Visa pour démarrage d'entreprise pour attirer les entrepreneurs immigrants des secteurs technologiques. Cette initiative a su prouver l'envie de l'Etat de faire une place aux porteurs de projets innovants de n'importe quel pays. Pour les entrepreneurs qui envisagent l'international pour se lancer, le Canada demeure un territoire intéressant grâce à sa proximité avec les Etats-Unis, et donc son accès aux marchés mondiaux et aux technologies de pointe nord-américaines.

A relire : Ces pays qui lancent des visas pour les startups

Le Québec, l'autre Canada

Le Québec est une alternative pertinente pour ceux qui souhaitent se lancer à l'international, tout en restant dans un univers francophone et bénéficier des avantages anglo-saxons. Le savoir-faire de la France et la qualité de ses produits sont des avantages hautement reconnus par le Québec. De plus, l'accélération du vieillissement de la population en cours pour les 20 prochaines années, pousse la région à multiplier les accords entre la France et le Québec pour convaincre les jeunes français porteurs de projets, de se lancer sur place. La tendance préoccupante qui se dessine en entrepreneuriat, au Québec, est causée par l'insuffisance de nouveaux entrepreneurs âgés de 30 à 44 ans qui nécessite donc de nouveaux arrivants.

Malgré son faible taux de créations d'entreprises, le Québec possède de nombreux atouts pour devenir une grande ville d'entrepreneurs. C'est dans cette optique que de nombreux projets ont vu le jour pour motiver les personnes avec de belles idées, à se lancer dans la vie entrepreneuriale. On peut citer Startup Fuze, un programme en anglais de quatre semaines offert par FSA ULaval, qui permet aux étudiants entrepreneurs de développer une idée et d'en évaluer les possibilités sur le marché afin de parvenir à créer leur propre entreprise. On peut également citer le Festival International des startups qui a lieu tous les étés depuis 2011 à Montréal et qui met en lumière l'entrepreneuriat avec plus de 2.000 créateurs, investisseurs et analystes venus des quatre coins de la planète.

A relire : A quel moment doit se poser la question de l'international pour une startup?

Le Canada, parmi les 5 meilleurs pays au monde pour démarrer son entreprise

Selon une étude de l'Université de l'Etat de Washington, le Canada fait partie des cinq meilleurs pays au monde pour les entreprises en démarrage. Vancouver, Toronto et Montréal sont très souvent citées dans les palmarès des villes où il fait bon entreprendre. Le coût de la vie abordable et des ressources humaines qualifiées y sont vraisemblablement pour beaucoup. Le taux d'inflation y étant presque neutre, les entreprises ne semblent pas avoir à s'acquitter d'impôts importants.

De plus, le pays encourage fortement l'entrepreneuriat grâce à un accès facilité aux financements et à l'accompagnement qui sont mis en oeuvre à la fois au niveau des régions, mais aussi au niveau national. Le dynamisme économique du pays rend les opportunités nombreuses dans tous les secteurs d'activités et notamment dans ceux du numérique et la technologie. Comme pour le Québec, entreprendre au Canada nécessite de se positionner au bon ednroit : les banlieues des grandes villes canadiennes sont souvent plus prospères en terme de croissance, que certains centres urbains.

A relire : Comment le « Diaspora Entrepreneurship » internationalise les startups françaises

Quid des facteurs extérieurs comme la qualité de la vie? Si le Canada est autant plébiscité, c'est aussi pour cette raison. Montréal est une ville en perpétuelle effervescence et possède une scène culturelle et artistique aussi importante qu'à New-York. Quant à Toronto, il s'agit de la ville canadienne qui accueille le plus d'immigrants, ce fait lui confère un caractère cosmopolite. Enfin, Vancouver serait en passe de devenir la ville la plus « verte » au monde et à récemment reçu la palme de la ville la plus écologique du Canada par l'association WWF.

Pour toutes ces raisons et pour bien d'autres, le Canada doit compter parmi ces villes du monde où l'entrepreneuriat peut et doit être envisagé. Rappelons-le, les startups à succès comme Flickr, ou Unbounce pour ne citer qu'elles, ont débuté sur ces terres.

Jennifer Padjemi

Retrouvez toute l'actualité des startups sur Maddyness

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/09/2014 à 9:16 :
Malgré son faible taux de créations d'entreprises, le Québec possède de nombreux atouts pour devenir "une grande ville" d'entrepreneurs.

C'est assez décevant qu'un journal comme La Tribune puisse encore confondre La Ville de Québec, avec la province de Québec .....
Faites vos devoirs s.v.p.
a écrit le 04/09/2014 à 19:26 :
ouff…quel préjugé envers le Canada…alors pourquoi tant de français préfère le Québec à la France ? C'est justement parce qu'ils ne peuvent plus sentir des "chiants" comme vous qui d'ailleurs n'ont probablement jamais mis les pieds au Québec. Nous accueillons les français à bras ouverts...
Aussi, 1754 ? la plupart des québécois ne connaissent pas leur histoire, donc ???
Puis pour les jobs, la Ville de Québec pour exemple détient le record du plus bas taux de chômage en Amérique du Nord…svp, révisez vos sources et arrêtez de vous regarder le nombril
a écrit le 04/09/2014 à 18:28 :
Là bas ils ne sont pas racistes, d'ailleurs c'est ma destination en quittant la France raciste. Bye bye :)
a écrit le 03/09/2014 à 17:33 :
Article de toute évidence écrit avec commission à la clé :-) Ceux qui connaissent le Canada savent que les Québécois ne peuvent pas nous sentir parce que 1 ) on les a abandonné en 1754 et 2) on vient voler la job :-) Le Canada n'en est pas à sa première initiative de ce genre. Ceux encore qui connaissent bien le Canada se souviendront des investisseurs de Hong Kong floués qui ont d'ailleurs porté plainte. Le Canada surfe sur son image de pays paisible (usurpée d'ailleurs, car il y a proportionnellement plus de meurtres à Toronto qu'à New York) pour attirer les immigrants, mais ni les diplômes, ni l'expérience des étrangers ne sont reconnus. C'est la raison pour laquelle, il faut importer des gens qui ont du fric :-)
Réponse de le 03/09/2014 à 19:03 :
C'est vrai en partie ... surtout pour ceux qui partent s'installer la bas en pensant que c'est facile et que les Canadiens les attendent comme des "stars".

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :