Assurance-chômage : "il y a eu une réforme insuffisante. On ne pourra pas en rester là" (Macron)

 |   |  413  mots
Comme l'Etat garantit financièrement le régime, il peut aussi reprendre la main si les blocages sont trop lourds. Le sujet reviendra en temps voulu, a déclaré dimanche 12 octobre Emmanuel Macron au JDD.
"Comme l'Etat garantit financièrement le régime, il peut aussi reprendre la main si les blocages sont trop lourds. Le sujet reviendra en temps voulu", a déclaré dimanche 12 octobre Emmanuel Macron au JDD. (Crédits : Reuters)
Le ministre de l'Economie a déclaré dimanche au JDD que la réforme étant insuffisante, la balle était dans le camp des partenaires sociaux.

Emmanuel Macron relance le débat sur l'assurance chômage concernant le montant et la durée des allocations. Le ministre de l'Economie a ainsi déclaré dimanche 12 octobre au JDD:

"Il ne doit pas y avoir de tabou ni de posture. L'assurance-chômage est en déficit de 4 milliards d'euros; quel responsable politique peut s'en satisfaire? Il y a eu une réforme, elle est insuffisante. On ne pourra pas en rester là. C'est aux partenaires sociaux qu'il appartient de faire avancer les choses"

Avant d'ajouter:

"Mais comme l'Etat garantit financièrement le régime, il peut aussi reprendre la main si les blocages sont trop lourds. Le sujet reviendra en temps voulu"

Manuel Valls lance le débat

Le Premier ministre Manuel Valls avait lancé le débat, lundi à Londres, en estimant que la question du montant et de la durée de l'indemnisation du chômage devait "être posée", selon des propos rapportés dans la presse. "La question de l'efficacité, de l'équité des règles de ce régime (...) est un débat légitime", avait-il ajouté mercredi à l'Assemblée.

Pour rappel, le montant des allocations perçues par un demandeur d'emploi est constant pendant toute sa période d'indemnisation et la durée est calculée selon le principe "un jour travaillé = un jour indemnisé", dans la limite de deux ans pour les actifs de moins de 50 ans, trois ans pour ceux de 50 ans et plus.

Une "provocation"?

Devant le tollé suscité à gauche par ces propos qualifiés de "provocation" par les syndicats, François Hollande s'était montré plus évasif jeudi, en renvoyant aux négociations entre partenaires sociaux:


"Sur l'indemnisation du chômage il y a une convention qui vient d'être signée en 2014 et une autre est prévue en 2016 et il y a une rencontre qui est organisée entre les partenaires sociaux et Pôle emploi"

Une économie de près de 2 milliards d'euros

La nouvelle convention chômage, entrée en vigueur le 1er juillet après un accord entre trois syndicats (CFDT, FO et CFTC) et le patronat, doit permettre à l'Unédic d'économiser 1,9 milliard d'euros d'ici à fin 2016, alors que ses comptes sont dans le rouge: 3,8 milliards d'euros de déficits prévus en 2014 pour une dette de 21,4 milliards.

Cette nouvelle convention, en vigueur jusqu'à fin 2016, durcit le régime de certains allocataires, notamment les cadres touchant une importante indemnité de départ et les intermittents du spectacle.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/10/2014 à 15:41 :
Que peux t'on attendre de personnes qui vont restés 6 mois au minimum dans la fonction pour obtenir leur retraite de ministre (assuré par les travailleurs du privé qui voient leur retraite disparaitre de plus en plus tard) et qui ont dans leur proches des fonctionnaires (comme les syndicaliste d'ailleurs, voir le dernier livre de FO) dont le statut et l'avenir est assuré à vie.
a écrit le 19/10/2014 à 16:52 :
ah j'adooore le choix des images de la réd la Tribune… des closes du genre WOW ! heheheh on dirait que vous faites de la pub pour des opticiens, pour des dentistes... !!! eheheh
a écrit le 19/10/2014 à 15:38 :
Imaginez François, tranquille assis sur son fauteuil, il n'a payé la redevance télé mais peu importe, les clients arrivent. Et qui déboule ? Emmanuel Macron ! Furieux en plus !! D’habitude très doux, un guérisseur reïki sans pareil dans tout le petit monde connu des banquiers. François a vu Arnaud qui a vu Manuel qui a vu Cécile et Jérôme qui ont entendu une femme répéter à perdre haleine qu’il l’avait guérie de ses dettes non honorées. Un prêcheur miraculeux qui renverse tout par terre ?! Alors qu’il a passé des heures à mijoter des petits flacons remplis d’yaourt et de flan baptisés miraculeux ?
- Mais ça va pas, non ? Mais t’es fou ? Mais qu’est-ce que tu fais ?! Ma parole, mais j’ai payé ma place de Moi, Président !! Sur ma vie !!!
a écrit le 16/10/2014 à 12:57 :
arrêtons de prendre les gens pour des imbéciles ! la question n'est pas le contrôle des chômeurs mais comment est utilisé notre argent pour gérer ces administrations : pôle emploi. La France dépense le + d'argent dans le Monde/Europe pour le social pour des résultats très médiocres, voire catastrophiques....suites aux remarques de mr macron.... sur le chomage et à vos articles à ce propos, je voulais signaler sur ce lien http://www.emploi-formation-idf.com/actus/
a écrit le 16/10/2014 à 4:42 :
Il fut un temps il y avait la noblesse et le clergé avec leurs avantages et privilèges, le peuple lui dans la misère. Aujourd'hui il y a les élus et les soi-disant élites avec leurs avantages et privilèges et les "sans dents" dans la misère.
Réponse de le 17/10/2014 à 7:32 :
@ thomas - Vous avez tout à fait raison ... C'est du pareil au même, les " petits " bourgeois ont succédé à la noblesse mais les privilèges n' ont pas disparu ...
a écrit le 13/10/2014 à 16:15 :
France An 2014
Tant qu'il sera toujours exigé de personnes adultes - papas et mamans - un " diplôme " de
lycée ( bac ) pour pouvoir accéder à des cycles d' études ou de formation supérieures il ne faudra pas s' étonner ou s' interroger davantage sur les causes d' un taux de chômage exponentiel ...
a écrit le 13/10/2014 à 13:22 :
Et si on lançait la grande réforme sur les hommes politique, leur statuts, privilèges?! ET au passage sur les conflits d'intérêts évidents et l'absence de mixité sociale dans toute les strates du pouvoir?! Et la finance aussi qui détourne une masse de plus en plus importante des bénéfices issu de l'économie réel pour instaurer des rentes à quelques banksters?!
a écrit le 13/10/2014 à 11:49 :
8 milliards d'euros voilà la dépense faramineuse des privilèges injustifiés des 5,5 millions d'agents publics, territoriaux, salariés d'entreprises publiques (ratp, sncf, edf, gdf,...) y compris députés, sénateurs, présidents des régions, départementaux,... Le gouvernement cherche à faire 20 milliards d'économies ? Macron manque de courage pour s’attaquer à la vraie dépense. Il sera bientôt marron comme le contribuable privé qui paye pour cette monarchie et caste.
a écrit le 13/10/2014 à 11:42 :
il y a actuellement 900 parlementaires en France ,plus tout le système des collectivités territoriales ,les conseils généraux et régionaux et j'en passe !!! QUE FONT ILS??????????
Les français devraient se réveiller ,cela devient insupportable de constater toute cette gabegie financière et administrative.
Ce qui nous pend au nez, c'est que BRUXELLES nous mettent sous tutelles...
IL ne faudra pas dire alors que l'on savait pas!!!!!
a écrit le 13/10/2014 à 10:22 :
Le ministre de l'économie devrait s'attaquer également à la reforme de l'assurance maladie: commencer par exemple par le remboursement des soins dentaires des "sans-dents" puis réformer l'Education Nationale pour que les 170000 jeunes de 16 ans qui sortent de l'école, totalement illettrés, ne postulent pas en masse chez "Gad"! Que de beaux chantiers pour ce monsieur représentatif de l'élite parisienne que le monde entier nous envie!
Réponse de le 13/10/2014 à 16:20 :
Bref, une réforme de fond du système d' enseignement - tous domaines confondus - avec en prime la SUPPRESSION du bac ... ! L' abc d' une initiation générale pour les gosses du lycée et cependant ... exigé pour un public adulte !
a écrit le 13/10/2014 à 7:52 :
Il a raison, les syndicats font une gestion catastrophique. Entre le CE d'EDF, la formation professionelle et la secu, Je dis STOP.
a écrit le 13/10/2014 à 7:02 :
C'est plus facile de s'attaquer aux chômeurs que de supprimer les privilèges de nos politiques ou de traiter les régimes spéciaux des retraites
Une fois de plus nous ne touchons pas l'électorat de gauche
Réponse de le 13/10/2014 à 16:27 :
Tout à fait ! CE N4EST PAS AU PEUPLE DE RENDRE DES COMPTES ( chômeurs par exemple ) C' EST A L' ÉTAT !
Réponse de le 14/10/2014 à 10:09 :
l'état c'est qui ?
c'est nous thomas.
On crève de ce dirigisme étatique et tu ne vois même pas la machine infernale francaise qui prive de liberté et de-responsabilise.
Réponse de le 14/10/2014 à 20:21 :
Je sais tout ça ... Dans un autre commentaire j' ai ajouté : " L' État c' est les impôts et les impôts c' est ... le peuple... " Je vois tout et non seulement je le vois mais je le subis et plus que ... la plupart ( ... )
Réponse de le 15/10/2014 à 0:04 :
" et de-responsabilise " ? Ce terme fait partie du vocabulaire paternaliste bourgeois
et conservateur ... Ce qui en soi est déjà un problème posé au principe de liberté ...
Réponse de le 20/10/2014 à 13:30 :
oui mais un etat trop faible pour s'attaquer aux abus n'est de toute façon pas credible
et qu'il ne s'attaque pas à ses privileges ne fait que le confirmer ?
a écrit le 12/10/2014 à 21:54 :
On reconnait bien là le bon Big MacRond Bilderburger, le roi du Fast Foutrisme.
Il sera de part son expérience et son éducation aussi gentil vis à vis des chomeurs que KFC l'est avec les poulets.
a écrit le 12/10/2014 à 21:44 :
Stratégie de "c'est toujours l'autre qui ne fait pas ce qu'il faut".
C'est le Macron Nouveau qui dénonce l'incapacité des sures à ne pas faire ce que l'état devrait faire.
Quel boulot que ce pauvre homme doit assumer !
a écrit le 12/10/2014 à 21:14 :
Effectivement, il ne faut pas en rester là : Le souci c'est le malade, pas le virus nous dit Macron. Quand on n' a aucune idée pour faire reculer le chômage on fait reculer le nombre de chômeurs indemnisés. Pas de doute, avec des ministres de ce calibre nous sommes enfin sauvés.....Chaque fois on peut croire avoir touché le fond, mais non, ces incapables creusent toujours plus loin!
a écrit le 12/10/2014 à 21:03 :
On commence à sortir de la posture débile du paysage politique Français, avec une gauche 'père noel' (aux frais de nos petits enfants) estimant que l'idéologique est plus forte que la réalité, et une droite moraliste se faisant passer pour bonne gestionnaire, ce qu'elle n'était pas. Si Macron est un pragmatique ca ne peut que nous faire du bien, c'est ce qui manquait depuis des lustres.
Réponse de le 13/10/2014 à 11:15 :
je partage ton avis, enfin du concret dans 1 pays ou le ridicule ne tue pas.
C'est une très bonne nouvelle ce volontarisme pour réfformer.
a écrit le 12/10/2014 à 20:15 :
Les sans dents, est une race qui ne mord plus. Ils sont un peut de la chaire à canon. Ils consomment 2% du budget national et on va à les pressuriser encore un peut plus ! Mais où passe les 98% du budget qui reste ?
a écrit le 12/10/2014 à 20:12 :
qu'on reconnaît le maç(r)on, s'il dit ce qu'il pense et qu'il a l'intention d'agir en ce sens; alors chapeau. Qu'en restera-t-il après le "recadrage" ?
a écrit le 12/10/2014 à 20:11 :
Les sans dents, est une race qui ne mord plus. Ils sont un peut de la chaire à canon. Ils consomment 2% du budget national et on va à les pressuriser encore un peut plus ! Mais où vont les 98% du budget qui reste ?
a écrit le 12/10/2014 à 19:49 :
Tant que le système fiscal écrasera entreprises et particuliers, il faut être complètement cinglé pour entreprendre en France. Normal aux jeunes d'aller vers des horizons plus cléments. Il y a même des pays pour leur dérouler un tapis rouge.
Réponse de le 13/10/2014 à 16:39 :
Quel tapis rouge ? Vous parlez de celui du festival de cannes ? Vos pseudos - compétences c' est du même ordre ... Tout le monde s' en fiche et personne n' attend après .... Et ces " compétences " acquises où et comment ? Réponse :
grâce au système français ...
a écrit le 12/10/2014 à 19:29 :
Ils ont raison , personne ne bouge => Il reste de l'élasticité !
a écrit le 12/10/2014 à 18:28 :
Patrons de PME, après la suppression de la taxe professionnelle, réduction de la TVA pour les restaurateurs, récupération de la TVA sur des véhicules haut de gamme et j'en passe bien d'autres........ Osez rendre publique votre patrimoine accumulé pendant des années., Sans compter tous ceux qui se sont en plus gavés de subventions de l'Etat.
Un chômeur en fin de droit n'a plus rien. Que ses yeux pour pleurer.......
Réponse de le 12/10/2014 à 19:28 :
Ou monte ta boite, et tu verras la bêtise abyssale de ton commentaire. Un employeur n'a pas le chomage, ne récupère pas la TVA, sauf sur les véhicules utilitaires avec 2 sièges au plus ("haut de gamme?"). N'en passe pas "d'autres", tu racontes n'importe quoi.
Réponse de le 12/10/2014 à 21:28 :
en plus , la taxe pro a juste été remplacée par quelques autres taxes , comme seules l'administration française sait en faire.
a écrit le 12/10/2014 à 18:00 :
les employeurs n'ont pas confiance en la gauche.Il y a trop de contraintes administratives
Trop de charges, trop d'impôts de toute sorte.Nos gouvernants n'ont aucun bon sens.
D'ailleurs ils ne connaissent pas les PME.Les lois sur le travail changent tout le temps,il n'y aucune stabilité fiscale.Un vrai foutoire!
Réponse de le 12/10/2014 à 19:34 :
Les autres ,en passant par la droite c'est pareil !
Réponse de le 17/10/2014 à 7:50 :
Les taxes, les impôts et les charges n' ont pas été inventé par la " gauche " C' est le système qui veut ça; alors " droite " ou " gauche " c'est pareil
a écrit le 12/10/2014 à 15:29 :
10% de chômeurs, c'est la honte. Pas étonnant que les jeunes fichent le camp.
a écrit le 12/10/2014 à 15:11 :
Il y aurait moins de chomeurs si les entreprises pouvaient licencier facilement, car cette flexibilite pourrait creer plus d´embauches.
Réponse de le 12/10/2014 à 15:27 :
Entièrement d'accord avec Kazbo. L'indemnisation "généreuse" du chômage en France est la contrepartie logique d'un marché du travail complètement bloqué par les lois et les règlements. Il n'y a qu'en France que ce soit si long, et si difficile, de retrouver un job. On ne peut rendre le chômage moins généreux et ne pas réformer la législation du travail. C'est pourtant ce que des grands esprits comme Mr Macron s'apprêtent à faire.
a écrit le 12/10/2014 à 14:37 :
Oui, il y'a quelques chômeurs qui profitent de la situation, mais une infime minorité, y'aurait plus à faire sur les truandages d'autres prestations sociales!!!
De plus, mettre des coup de pieds au cul au chômeurs avec un taux à 10%, voit pas l'intérêt; Encore si le taux était de 4 ou 5, OK!!!
Il n’y a ni emplois, ni formations, les promesses de Hollande et de Sarkozy sur les formations n’ont jamais été respectées.
L’énorme budget des formations gérer par les syndicats est un cata, on se demande ou passe le fric!!!
Il faudrait mettre un coup de pied dans cette gestion désastreuse.
Dans mon job, y’a beaucoup de gars compétents, collaborateurs, qui galèrent entre missions d’intérim, petits CDD et chômage, Ils ont forcément de grosse période de galères.
Les patrons ne veulent pas embaucher, la France est le champion du monde des emplois précaires. C’est chez nous que les boites d’intérim étrangères font leurs meilleures affaires.
Autre problème de la loi française à la con, généralement, la mission d’intérim ne peut dépasser 18 mois, donc, si mon chez souhaite garder un intérimaire, alors que la direction ne veut pas d’embauche, ce n’est pas possible.
Un exemple, que la société ne veuille pas embaucher un gars proche de la retraite me semble logique, mais impossible de la garder à cause de cette loi à la con, passé 18 mois, obligé de se séparer du collaborateur!!!
Mettez-vous à la place d’un intérimaire qui se fait virer à cause d’une loi qui devait servir à limiter l’utilisation abusive de l’intérim et qui ne résout rien??? Puisque nous sommes la nation qui est championne du monde du nombre d’intérimaires!!!!
Donc, plutôt que de faire une chasse aux sorcières, mieux vaudrait modifier la loi de l’intérim, modifié le système des formations, et surtout créer des emplois, droite et gauche sont à coté de la plaque!!!
a écrit le 12/10/2014 à 13:53 :
A mon avis le gouvernement se trompe encore, c'est pas des économies qu'il faut faire mais des investissements dans la formation des chômeurs et la création d'urgence d'un fond d'investissement pour les petites entreprises qui sont pris à la gorge par les banques(refus de crédit ou taux très élèves). Sans crédit pour les PME garantie par l'état pas d'emplois dans cette période l'incertitude. Elles ont désespérément besoin de fonds pour investir et recruter des employés et stimuler ainsi l'économie.Le rôle économique des PME en France est en effet considérable. Les PME représentent 57% de la valeur ajoutée, 65% des emplois marchands, 82 % des emplois créés.Les PME constituent la trame du tissu économique de la France de 2014, elles assurent l’essentiel des créations d’emplois, elles sont les garantes de la santé du pays.
Renforcer l’employabilité du chômeur en adaptant son profil professionnel aux demandes du marché du travail.Il s’agit à la fois de mesures de reconversion, de perfectionnement et d’intégration professionnelle.Malheureusement dans de nombreuse agence de pôle emploi des interprétations moralistes qui mettent en doute non seulement l’efficacité technique des mesures de formation, mais questionnent également le « mérite », la valeur morale des chômeurs face à une mesure de formation perçue comme un investissement coûteux pour l’administration de l’emploi.Le problème c'est qu'il est normal que l'assurance chômage soit en déficit quand le chômage augmente.
Nous sommes loin derrière le Danemark 2 fois plus généreux avec ses chômeur en terme de part de richesse nationale accordée à chaque chômeur la France se trouve à la 9e position. En 1er Les pays-bas, 2e Danemark, 3e Autriche, 4e Belgique, 5e Finlande, 6e Allemagne, 7e Irlande, 8e Luxembourg. A ceux qui veulent, c'est une erreur de faire croire que la France est le pays le plus généreux .
Réponse de le 13/10/2014 à 8:17 :
@ Dan, Votre classement de la generosite ne prends pas en compte la duree de paiement des prestations chomage.
a écrit le 12/10/2014 à 13:05 :
oui . mais la meme chose pour les parlementaire
a écrit le 12/10/2014 à 12:12 :
Mr le ministre, la solution principale du problème reste dans l'augmentation de l'emploi cotisant ! Pour cela, il faut supprimer les 2 principaux freins à l'embauche :
- seuils sociaux ;
- pouvoir mettre fin à un CDI, (sinon on ne le signe pas au départ!): il faut un nouveau CDI dont employeur comme salarié puisse se libérer, sans avoir à se justifier, contre une indemnité forfaitaire de 10% du cumul des salaires nets pour le salarié.. simple et efficace ! Seul bémol, les prud'hommes auront moins de boulot et les syndicats moins d'emprise sur l' économie française !
Réponse de le 12/10/2014 à 18:14 :

Si les prudhommes et les syndicats perdent leur boulot (fromage) on est foutus !!
a écrit le 12/10/2014 à 11:58 :
Si dans six mois les syndicats n ont pas signé les vœux du MEDEF , nous prendrons des dispositions pour leur convenir.
a écrit le 12/10/2014 à 10:57 :
Il faut dire à M. Macron de se reporter au projet de réforme fiscale de Coe-Rexecode.
a écrit le 12/10/2014 à 10:54 :
Depuis son lancement LA TRIBUNE avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d'abonné à compter du 1er novembre 2014.
Réponse de le 12/10/2014 à 11:01 :
si on arrive là, cela veut dire que votre modérateur ne fait pas son boulot. Pour ma part, je ne m'abonnerai pas
Réponse de le 12/10/2014 à 11:12 :
Donc la tribune perdra énormement et se retrouvera avec un forum comme le monde, d'une médiocrité affligeante.
Réponse de le 12/10/2014 à 11:49 :
ceci est tres bien en esperant que l'ordre ne vienne du pouvoir socialiste
Réponse de le 12/10/2014 à 12:05 :
C'est le dernier critère qui me fait préférer la Tribune à Challenges et Les Échos ! A partir de novembre, devrais-je préférer ces sites et leurs pubs ? Vos régies publicitaires réciproques apprécieront....
Réponse de le 12/10/2014 à 12:46 :
En tant qu'abonné, j'approuve la décision de La Tribune. Trop de commentaires irrespectueux et ineptes ternissaient l'image de cet hebdomadaire. Par ailleurs, le tout gratuit à vécu avec son flot de profiteurs. Bravo pour cette décision.
Réponse de le 12/10/2014 à 12:53 :
Au final, c'est les retraités et les glandeurs en activité qui vont être lésés. Pas de quoi fouetter un chat.
Réponse de le 12/10/2014 à 13:46 :
Réponse à JMC et bof
Bonne continuation et restez bien entre vous à vous complaire dans vos commentaires sans accepter d'etre contredits. N'oubliez jamais que la lumière jaillit de la contradiction et de l'écoute des autres.
Réponse de le 12/10/2014 à 14:58 :
Je pense qu'il serait dommage que la Tribune se prive d'une source de réaction plus "ouverte" que celle des abonnés. Tant pis.
Réponse de le 12/10/2014 à 16:21 :
La tribune doit rester ouverte à toutes les réactions, c est comme cela qu on peut évaluer les réactions de la société francaise
Réponse de le 12/10/2014 à 18:01 :
Une annonce surprenante puisque la plupart des commentaires sont intelligents ou argumentés (il y'a certes des excès mais de là à sanctionner tout le monde...). A 21€/mois pour avoir le droit de s'exprimer, mon choix est fait; j'irais ailleurs. Tout le monde n'a pas les moyens de payer ce prix. Dommage pour ce site de qualité.
Réponse de le 12/10/2014 à 18:09 :
Bon alors restez entre-vous, c'est dômmage car il y avait un débat d'idées avec des suggestions très intéressantes. Je ne comprends pas qu'un journal de votre rang prenne une telle décision.
Merci pour ces bons moments passés avec tous et ...adieu !
Réponse de le 12/10/2014 à 19:15 :
Poisson d avril !!!
Réponse de le 13/10/2014 à 2:27 :
On s'en fout de toute façon on sait qu'il y a pas d'anonymat et ça évitera de perdre son temps a commenter des banalités, on ira au cafe du commerce et après on ira décoller les pavés.
a écrit le 12/10/2014 à 10:51 :
on croit rêver : 21 milliards de dette couverts par l'état. Syndicats et patronats même combat : endetter l'état ! Et après on va mous faire croire que les entrepreneurs seraient mieux à même de diriger la France.....
Réponse de le 12/10/2014 à 12:01 :
... sauf que les représentants employeurs demandent depuis des années de baisser les indemnités pour équilibrer les comptes : les syndicats salariés s'y opposent farouchement !!
a écrit le 12/10/2014 à 10:47 :
la repression =pouvoir socialiste,en prive les elus prennent les chomeurs pour des faineants,
Réponse de le 13/10/2014 à 16:51 :
Le peuple n' est pas responsable des erreurs et de l' inertie de son gouvernement;
c' est à l'état de rendre des comptes, pas au peuple ! Et encore moins aux pauvres !
a écrit le 12/10/2014 à 10:46 :
Le principe d'une assurance est d'assurer un risque en échange d'une cotisation. Si le jour ou le risque survient, on explique que l'assurance ne peut pas rembourser, cela s'appelle du vol. Je cotise depuis bientot 30 ans et j'espère pouvoir être indemnisé si il m'arive un coup dur. Si vous voulez faire des économies, arrêter de subventionner des aides en tous genres pour des étrangers qui necotisent à rien. Attention à force d toujours taper sur la classe moyenne, la revolte gronder et lorsque nous serons dans la rue, il sera trop tard.
Réponse de le 12/10/2014 à 10:58 :
Penses-vous ! Vous ferez comme d'habitude, c'est à dire que vous continuerez à siroter votre bière devant votre télé ou à radoter devant votre ordinateur.
Réponse de le 12/10/2014 à 11:00 :
100% d'accord. Que l'état arrête de donner de l'argent çà ceux qui n'ont jamais cotisé !!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Réponse de le 13/10/2014 à 16:57 :
@ hugo C' est un point de vue ... Mais en aucun cas la " classe moyenne " ne descendra un jour dans la rue et pour une simple et bonne raison ; c' est ELLE qui bloque tout ...
a écrit le 12/10/2014 à 10:39 :
Ce qu'on appelle chomage est en fait du temps de travail libéré par les gains de productivité. Ces gains de productivité sont le fait de l'usage de l'énergie. Continuez le raisonnement!
a écrit le 12/10/2014 à 10:35 :
Le système craque de tous les cotés. Il va bien falloir envisager les vrais réformes. La bête a encore pas mal de gras.
Réponse de le 12/10/2014 à 10:38 :
exact !! par exemple du coté des retraites des fonctionnaires et des régimes spéciaux, .....
Réponse de le 12/10/2014 à 11:33 :
Oui on pourrait calculer celle du privé comme celle du publique et arrêter de prendre en compte dans le calcul les primes du privé comme dans le publique...
a écrit le 12/10/2014 à 10:21 :
Il faudra se poser la question même du principe de "l'assurance" qui garantit une allocation plus qu'un travail tout en surenchérissant par ailleurs le coût du travail pour les entreprises qui veulent embaucher...On se demande si ce budget ne serait pas mieux utilisé dans le financement d'emplois d'avenir proposés aux chômeurs...
Réponse de le 12/10/2014 à 10:48 :
Le chomage est effectivement un risque pour le travailleur et pas pour l'entreprise. Le financement du chomage ne doit pas augmenter la charge sociale des entreprises.
Réponse de le 17/10/2014 à 10:31 :
Question de logique Oui.
a écrit le 12/10/2014 à 10:15 :
Arrêtez de commenter ce genre de rumeurs a 2 sous
Valls a dit qu'on rêverait ca en 2016 donc le sujet est clos malheureusement

Voire les ministres tenir des discutions de comptoir en public est fatiguant

Ils veulent rien changer alors silence
Réponse de le 12/10/2014 à 10:44 :
Ils ne feront rien et en 2016 ce sera N-1 pour la présidentielle
Fermez le ban !!
a écrit le 12/10/2014 à 10:14 :
LA PRIORITE N EST PAS DE S EN PRENDRE AU CHOMEURS ?MAIS A CEUX QUI SONT PAYES POUR LEURS RETROUVE DU TRAVAIL ? ET LES POLITIQUES SONT AU PREMIER RANG? ET ON NE PARLE PAS DE LEUR REDUIRE LEURS PAYE ET AUTRE AVANTAGE? ALORS QU IL EN SONT INCAPABLE DEPUIS 30ANS???
Réponse de le 12/10/2014 à 10:36 :
écrire en majuscules n'apporte rien de plus à votre commentaire mais au contraire, cela fait plus ressortir vos fautes d'orthographes !!
a écrit le 12/10/2014 à 10:12 :
Tout à fait d accord, il ne faut pas avoir de tabous. Virons cette bande d incomptetents a grand coup de pieds dans le cul. Signe un cadre qui a cotisé toute sa vie et qui souhaite pouvoir bénéficier de l assurance chômage en cas de coup dur

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :