Professions libérales : Macron compte trouver "des solutions concertées dans les prochaines semaines"

 |   |  615  mots
Selon Emmanuel Macron, beaucoup de gens aujourd'hui sont en grève parce qu'on ne leur a pas dit la vérité ou qu'on a agité des fantasmes et l'inquiétude manifeste (...) repose sur des malentendus.
Selon Emmanuel Macron, "beaucoup de gens aujourd'hui sont en grève parce qu'on ne leur a pas dit la vérité ou qu'on a agité des fantasmes" et l'inquiétude "manifeste (...) repose sur des malentendus". (Crédits : Reuters)
Le ministre de l'Economie a tenté mardi de rassurer ces professionnels en grève. Il insiste: le projet de réforme du gouvernement "n'est que très marginalement relatif aux professions réglementées".

Le gouvernement trouvera avec les professionnels libéraux "des solutions concertées", "dans les prochaines semaines". C'est ce que leur promet mardi le ministre de l'Économie Emmanuel Macron, afin d'aboutir à une réforme qu'il estime aussi "possible" que "souhaitable".

Le gouvernement tente ainsi de rassurer ces professionnels qui sont en grève ce mardi. Ils ont massivement répondu à l'appel pour une "journée sans professionnels libéraux" lancé par l'Union nationale des professions libérales (UNAPL) et manifesté dans toute la France contre le projet gouvernemental de réforme des professions réglementées. Les pharmaciens sont à la pointe de la mobilisation.

>>LIRE: Professions réglementées : le gouvernement ouvre la chasse aux rentes

"Un esprit constructif"

En marge d'une visite au siège parisien du constructeur automobile PSA Peugeot Citroën, le ministre a déclaré:

"Le travail continuera comme il a commencé, c'est-à dire dans un esprit constructif avec les professionnels".

"Avec tous les professionnels pour lesquels nous comptons mettre en oeuvre des réformes, il y a eu des réunions. (...) Il y a un dialogue qui est en cours, et aucune opposition".

Une réforme "pour la jeunesse"

"C'est notre volonté", a-t-il néanmoins souligné à propos de la réforme envisagée, qui est à ses yeux notamment nécessaire "pour que vous puissiez payer au bon prix certains produits et certains actes, qui aujourd'hui ne le sont pas". Elle devrait également permettre aux "professionnels dans certains secteurs" de "mieux s'organiser entre eux (...) et mieux faire face à la concurrence internationale. Penser qu'on peut vivre sans internet demain, y compris pour ces professions, ne sera pas vrai", a souligné le ministre.

"C'est une réforme aussi pour la jeunesse que je veux faire. Parce qu'aujourd'hui il y a des jeunes qui sont diplômés dans beaucoup de ces professions et qui n'auront jamais accès à une responsabilité pleine et entière parce qu'ils n'en ont pas les moyens, pas la possibilité", a-t-il précisé, affirmant: "C'est faux de dire que dans ce pays on ne doit rien changer".

LIRE AUSSI: "Si vous n'entendez pas crier c'est que nous ne faisons pas d'économies" (Hollande)

Pas de "dérégulation" ni de "financiarisation"

Cependant, selon Emmanuel Macron, "beaucoup de gens aujourd'hui sont en grève parce qu'on ne leur a pas dit la vérité ou qu'on a agité des fantasmes" et l'inquiétude "manifeste (...) repose sur des malentendus".

"En aucun cas il ne s'agit d'une déréglementation, d'une dérégulation. En aucun cas il ne s'agit d'une financiarisation", a affirmé le ministre, précisant: "Nous n'ouvrirons pas le capital des pharmacies, des notaires ou que sais-je à des partenaires financiers extérieurs, des banquiers, ou que sais-je encore, cela n'est pas vrai".

Parmi les mesures qui fâchent, il y a en effet l'ouverture du capital des sociétés d'exercice libéral (SEL) à des non-professionnels, qualifiée par le président de l'UNAPL, Michel Chassang, d'"inacceptable".

Mais Emmanuel Macron, qui a repoussé la réforme initiée par l'ancien ministre de l'Économie, Arnaud Montebourg à 2015 et assuré qu'elle serait limitée à de "petits déblocages", insiste:

Le projet de réforme du gouvernement "n'est que très marginalement relatif aux professions réglementées, ça n'est qu'un tout petit sujet".

Un mouvement suivi

Pourtant, mardi, selon le Conseil national de l'Ordre des pharmaciens, "87% de pharmacies" étaient fermées. D'autres professions médicales (dentistes, kinésithérapeutes, médecins), mais aussi juridiques (avocats, huissiers, notaires) ont participé à cette journée d'action.

Les notaires et les huissiers avaient déjà manifesté à Paris à la mi-septembre.

>>LIRE: Réforme des professions réglementées: les notaires contre-attaquent

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/01/2015 à 10:08 :
une charge de notaire d'huissier coute une fortune pas moins de 400.000€ pour pouvoir s'installer.
Naturellement cela est financé par un prêt remboursable sur 15 ans.
Il faut donc investir pour avoir son outil de travail.
En dernier, ce qui coute cher dans les actes de notaire ou d'huissier ce n'est pas les honoraires de ce dernier mais toutes les taxes qui vont a l'état.
Cette réforme est démagogique comme la taxe à 75% pour faire croire au français que les plus fortunés vont payer pour eux et qu'a travers ses dispositifs on va leur redonner du pouvoir d'achat.
Je crains comme le disait un commentaire que cela aboutisse pour certaines charges à du licenciement, et aussi a une baisse d'embauche de stagiaire qui doivent passer par la pour obtenir leur diplôme professionnel et pouvoir par la suite s'installer
a écrit le 01/10/2014 à 23:41 :
il y a quelques décennies : l'épicerie,
puis l'essence,
puis le pain,
maintenant les médicaments,
demain le tabac, les lunettes, les assurances, les produits financiers...
je vous présente la ville de demain :
plein de petits appartements et de petites maisons partout, et un centre leclerc au milieu.
a écrit le 01/10/2014 à 20:08 :
C'est scandaleux : à cause de ce gouvernement et de ses réformes stupides je ne gagnerai plus que 29 000 euros par mois au lieu de 30 000, c'est la prolétarisation, alors que j'ai pourtant un bac +5 qui justifie parfaitement mon salaire de huissier de commerce. C'est pourquoi je fais grève avec mes amis notaires, pharmaciens, avocats et autres défavorisés sous-payés. Sans oublier mes amis pilotes à Air France, qui ont fait grève la semaine dernière pour préserver leurs 15 000 euros par mois (une misère).
Réponse de le 02/10/2014 à 19:02 :
Oui, c' est vraiment grave et la misère n' est pas loin ...
a écrit le 01/10/2014 à 11:51 :
A professions archaïques, réforme drastique !
Réponse de le 02/10/2014 à 19:00 :
+ 100 !
a écrit le 01/10/2014 à 9:59 :
Nos élus ont choisi.

A choisir médecin ou député ? Les deux mon commandant.

Vous voyez que vous pouvez augmenter votre pouvoir d'achat.


Devenez député ou sénateur et cumulez avec votre activité.
a écrit le 01/10/2014 à 8:18 :
Ce n'est pas moi qui plaindrais les pharmaciens, ils sont blindés de fric
a écrit le 01/10/2014 à 8:01 :
L’objectif en filigrane du rapport de l’IGF est de liquider les professions indépendantes au profit de sociétés de capitaux employant des salariés considérant que les revenus des premières sont trop importantes et en voulant niveler par le bas les rémunérations en pensant redonner ainsi du pouvoir d’achat aux consommateurs. Outre le fait que ce n’est pas en dérégulant ces secteurs au profit de la grande distribution et des multinationales que les prix vont baisser bien au contraire, il apparaît dangereux de bouleverser ces gardes fous sur le plan juridique et sanitaire que sont ces professions qui remplissent globalement leur fonction dans le cadre de mission de service public. Je préfère quant à moi des indépendants qui sont des patrons responsables de leur entreprise, qui investissent et qui emploient du personnel et prennent des risques sur leur propre deniers plutôt que les hauts fonctionnaires de l’IGF qui ne produisent rien et dont la fonction est de taxer tout ce qui bouge pour redistribuer à tous ceux qui sont assistés dans ce pays.
Réponse de le 01/10/2014 à 20:11 :
Avec vous on en serait encore aux petites épiceries de quartier, dont les prix sont parfois doubles des supermarchés, et qui seraient encore plus chères sans la concurrence des supermarchés. Rendons du pouvoir d'achat aux français, et baissons le déficit de la sécu !!! IL est temps de réformer et d'économiser !!!
a écrit le 01/10/2014 à 5:13 :
Mettons fin a la profession réglementée des sénateurs:je suis auto entrepreneur ,et je suis pret a travailler comme sénateur pour 30% de salaire en moins.A condition de pouvoir bénéficier de la cantine du sénat et de la prime de chauffage
a écrit le 01/10/2014 à 5:09 :
Tout ce qu'on pourra arracher aces professions protégées pourra servir a la fonction publique de catégorie C,bien mal en point!Prenons aux riches pour redistribuer aux plus modestes!
Réponse de le 01/10/2014 à 10:02 :
L'homme nouveau.
Réponse de le 01/10/2014 à 20:14 :
Il s'agit d'une réforme libérale, qui cherche à libéraliser un secteur, et vous confondez ça avec le communisme !!! C'est tout le contraire !!!
a écrit le 01/10/2014 à 1:18 :
Et si on s'attaquait à la profession réglementée la plus nombreuse : le fonctionnaire !
Réponse de le 01/10/2014 à 20:16 :
Mais c'est déjà fait depuis longtemps mon vieux : salaires bloqués depuis 2010 !!! C'est pourquoi il faut aussi faire faire des efforts aux privilégiés qui n'en ont pas encore fait : les professions règlementées. C'est amusant à chaque fois qu'on demande à quelqu'un de faire un petit effort il propose de demander des efforts aux autres... Ne jamais accepter de faire un effort soi même... Quelle belle mentalité... Surtout venant de professions qui pompent massivement dans les caisses (sécu etc).
a écrit le 01/10/2014 à 0:24 :
Salarié, bac + 5 en droit, 10 ans d'expérience, 1 800 euros net par mois.

Spécialiste des procédures de redressement et liquidation judiciaires,

Ayant lu avec une grande attention le rapport de l'inspection générale des finances, (comme vous tous qui semblez commenter cet article en parfaite connaissance de cause),

Recherche emploi pour cause de licenciement probable pour motif de "redonner du pouvoir d'achat aux français"

Je vous pose la question, à vous tous qui commentez cet article : quel impact aura la réforme du métier de mandataire judiciaire sur votre pouvoir d'achat ? Je parie que vous n'en avez qu'une vague idée. Peut-être vous dites vous que vous n'avez jamais eu affaire à un mandataire judiciaire, et donc que cela ne changera pas grand-chose pour vous. Je vous donne un élément de réponse : vous allez devoir payer mes allocations chômage...

Si vous ne savez pas en quoi consiste la profession de mandataire judiciaire, si vous ne savez pas ce préconise le rapport de l'IGF sur la profession, taisez-vous !

Je me fous de ce que gagne mon patron, je veux garder mon boulot !!!
Réponse de le 01/10/2014 à 4:42 :
Oui, mais le problème c' est les avantages et les privilèges liés à ces professons ...
Réponse de le 01/10/2014 à 12:02 :
Les titulaires de ces offices font le chantage à l'emploi pour faire plier le gouvernement ! À rappeler que ce n'est pas la rue qui gouverne !
Réponse de le 01/10/2014 à 20:19 :
Vous ne perdrez pas votre emploi à cause de cette réforme. AU contraire, vous risquez de gagner la possibilité de vous mettre à votre compte, et de piquer des parts de marché à votre patron, et donc de gagner plus qu'avant. Vous devriez vous réjouir de cette réforme plutôt que de croire naivement les fariboles de votre patron.
Réponse de le 01/10/2014 à 22:03 :
Cher François,
En quoi leurs salariés seraient-ils privilégiés ? Pourquoi faudrait-il taper sur eux ?
Chère Bérénice,
Prenez n'importe quel patron en France normalement constitué, supprimez lui 30 à 40 % de son activité, il supprimera 30 à 40 % de ses emplois... Vous pouvez appeler ça du chantage à l'emploi, j'appelle cela de la mécanique.. C'est d'ailleurs ce que je me tue à expliquer tous les jours aux chefs d'entreprise en difficulté que je rencontre dans le cadre de mon travail... et ce que je ferais si j'étais patron...
Cher Non,
Lorsque vous avez lu le rapport de l'IGF, vous avez pu voir qu'elle préconisait l'attribution d'une grande partie des dossiers de liquidation judiciaire au FISC ou à l'URSSAF. L'URSSAF et le FISC, créanciers des liquidations, deviendraient donc également liquidateurs (ça ne poserait pas un léger problème de conflit d'intérêt ? )...
En tout état de cause, pour exercer ce métier, il faudrait donc que je devienne fonctionnaire (autre profession réglementée au passage). Vous pouvez oublier vos "parts de marché". Pensez ce que vous voulez, mais exercer ce métier avec un salaire d'agent de catégorie C, je ne le ferai pas (sauf à ce que le salaire de ces fonctionnaires soit sérieusement revalorisé, mais ça vous coûtera plus cher...).
D'ailleurs, si je le souhaite, je peux très bien aujourd'hui m'inscrire au concours d'accès à la profession. Mon patron ne m'a absolument fait aucun chantage, je n'ai rien demandé et je suis aujourd'hui un salarié heureux. Je souhaiterais simplement pouvoir le rester...
Il me semblait pourtant vous avoir demander de vous taire si vous ne saviez pas de quoi vous parliez...
Réponse de le 02/10/2014 à 0:45 :
Vous avez probablement raison sur certains points mais ça ne change rien au problème que j' évoquais.
Réponse de le 02/10/2014 à 1:54 :
J'ai juste une petite suggestion : on baisse les honoraires de mon patron mais on lui laisse ses dossiers.. Il fera la tête pendant quelques temps, j'aurais plus de prime à noël, mais je garde mon boulot..
Baisser les honoraires, je veux bien, mais supprimer de l'activité non...
C'était en résumé juste ce que je voulais dire...
Réponse de le 02/10/2014 à 18:28 :
C' est le problème des marges liées à ce type de professions qui est en cause; on peut très bien réduire ses marges et garder une même activité ...
Réponse de le 02/10/2014 à 18:58 :
On peut très bien réduire les marges ( de façon raisonnable - et consciente ) sans
causer la ruine de de ces professions ...
Réponse de le 02/10/2014 à 19:56 :
on est d'accord...
Réponse de le 02/10/2014 à 20:05 :
sauf que ce n'est pas ce que préconise l'IGF.. d'où l'inquiétude des salariés...
Réponse de le 03/10/2014 à 7:28 :
@ françois En principe ... oui.
a écrit le 30/09/2014 à 23:30 :
Combien de victimes économiques avant que l'OMS et l'OMC n'interviennent ?
Réponse de le 01/10/2014 à 5:05 :
Il faut aussi saisir les observateurs de l'ONU pour surveiller toutes les élections truquées
Réponse de le 01/10/2014 à 20:20 :
C'est profondément ridicule de plaisanter avec un sujet aussi grave qu'Ebola qui a fait des milliers de morts. Qui plus est pour défendre ses privilèges personnels, je trouve cela lamentable.
a écrit le 30/09/2014 à 23:15 :
Il n'y a que cela de vrai et ce n'est pas Michel Sapin qui dira le contraire.
Un bon coup de gode en 2017 pour se debarrasser de ce gouvernement de milliardaires donneurs de leçons.
Réponse de le 01/10/2014 à 20:22 :
Vous avez vu un milliardaire dans ce gouvernement ??? Mais ce n'est pas du viagra que vous avez consimmé... Vous confondez avec le petit Nicolas et son ami Bolloré...
a écrit le 30/09/2014 à 22:58 :
Le rôle d'un premier ministre n'est pas de rassurer, mais de prendre des décisions courageuses. Les nantis divers : pilotes d'Air France à 10 000 ou 15 000 euros par mois, les huissiers de commerce à 30 000 euros par mois, etc, doivent faire des efforts !!! IL faut l'abolition dse privilèges, version 2.0, plus de 200 ans après 1789 !! Car les français en ont marre de tous ces privilégiés !!!!
Réponse de le 01/10/2014 à 0:43 :
Certains français sont salariés de ces privilégiés et souhaiteraient conserver leur emploi. Sans doute les considèrerez-vous comme des victimes collatérales... Qu'à cela ne tienne, vous me paierez mes allocations chômage...
Réponse de le 01/10/2014 à 20:33 :
L'Italie et bien d'autres pays ont attaqué ces professions règlementées : résultat : nombreuses créations d'emplois, et économies. La France doit aussi passer par là, et en tirera les mêmes avantages.
Réponse de le 01/10/2014 à 23:08 :
Il est à combien le taux de chômage en Italie ? euh, 12,6 %. et la dette ? 2 170 milliards.. Ah oui, c'est mieux que chez nous, faut qu'on fasse ça...
Vous gagnerez sans doute quelques dizaines de centimes en achetant vos vicksvaporhum chez le pharmacien Leclerc. Perso, je préfère celui qui est à côté de chez moi, qui me dit bonjour tous les matins..
Je ne sais pas comment travaillent les auxiliaires de justice en Italie, je ne m'y attarderai donc pas..
On peut parler des Etats-Unis en revanche...Dans ce paradis là-bas, les auxiliaires de justice sont très nombreux mais également très différents, et croyez-moi c'est beaucoup plus brutal que chez nous...
Mais puisque c'est ce que vous voulez...
a écrit le 30/09/2014 à 22:56 :
Ronald Mac Hollande vous conseille aussi le rayon pharmacie dans votre supérette Sidi Brahim, la réalisation de votre semelle orthopédique par votre conseiller pôle emploi, vos soins dentaires par votre guichetier SNCF...
a écrit le 30/09/2014 à 22:32 :
La réforme ne va pas assez loin.
Pourquoi faut il toujours des diplômes ?
J'ai toujours voulu faire dentiste mais cela n'a pas pu se faire.
Par contre, j'ai d'excellents réflexes et 2 bras tres solides, les gens autour de mois vous le diront. La vue du sang ne m'a jamais fait peur, bien au contraire d'ailleurs.
Alors pourquoi faire une demi réforme quand il y a des gens motivés pour exercer une 2ème activité à temps partiel chez eux ?
Réponse de le 01/10/2014 à 20:26 :
Vous faites une mauvaise caricature de cette réforme, car vous êtres visiblement incapable de critiquer ce qu'elle contient vraiment; c'est un procédé malhonnète.
Réponse de le 02/10/2014 à 18:31 :
Bravo ! On peut tout de même avoir une vue des choses un peu plus large Non ?
a écrit le 30/09/2014 à 21:30 :
C'est le monopole de la création de chômeurs par ce gouvernement.

A qui dois je écrire ?
Macron ?
a écrit le 30/09/2014 à 21:23 :
Que la force du Lénine nous donne la force d'abandonner toutes nos possessions matérielles et tous nos rêves.
a écrit le 30/09/2014 à 21:20 :
Car ils ont une rente de fait de travailler.

Et ce n'est pas normal. Non, pas normal du tout.

Je vois un paquet de gens dans la rue ou sur internet des gens qui travaillent dont les journalistes sur ce forum qui bénéficient d'une rente. Il faut arrêter tout ça et allez tous se coucher.
a écrit le 30/09/2014 à 21:16 :
C'est que la caisse est vide, terriblement vide et que les rencontres avec les allemands sont de moins en moins chaleureuses. Elles vont meme devenir glaciales.

La France est prise en otage depuis bien trop longtemps de mauvais diagnostiques sur son état. Disons qu'on lui a volontairement menti à cette vieille dame.

L'histoire s'accélère depuis quelques années et aujourd'hui c'est Francois Hollande au commande. Plus que son prédécesseur, il est dans une sacrée mouise : ne peut plus distribuer de l'argent (c'est fini), ne plus taxer lourdement (que par petites touches par ci par là), ne peut plus faire davantage la guerre et doit en plus respecter les traités...

Bref, il est à la rue alors il ne reste que la communication, jouer la montre, au moins devant les francais. Pour ceux qui l'écoutent encore aussi.
Alors ce semestre, on se défausse sur les professions réglementées.
Et en 2015, il s'attaquera au PME du bâtiment puis aux éboueurs, puis aux enseignants...

Parce qu'il n'y a que des flocons de neige merveilleux et uniques en France.
Réponse de le 01/10/2014 à 20:24 :
mais ne pas oublier que Sarkozy a fait 600 milliards de dette, ça a des conséquences. Il a coulé la France avant de couler son propre parti, l'UMP, avec ses comptes de campagne, qu'il n'a visiblement pas su maitriser, pas plus que le budget du pays...
a écrit le 30/09/2014 à 20:36 :
Cessez un peu les généralités et les âneries! Ça commence a être gonflant ! Je suis notaire, j ai emprunté 500k€ en 2012 pour m installer, j emploie 12 personnes, je bosse de 7h30 a 21h du lundi au samedi. en 2013 j ai gagné 6800€ par mois, desquels vous déduisez 2500€ de pret, 1000€ d impôt, emprunt maison (prix 180k€). Suis je rentier ? Merde alors! Tous les notaires ne se gavent pas.
Réponse de le 30/09/2014 à 20:44 :
" Suis je rentier " Réponse : Pas encore ... ! Non ?
Réponse de le 30/09/2014 à 20:53 :
Encore un peu de temps et de patience et vous serez vite " rentier " comme vous dites ... Et votre emprunt, sur quelle(s) vous a t-il été accordé ?
Réponse de le 30/09/2014 à 20:58 :
Encore un peu de temps et de patience et vous le serez vite " rentier " comme vous
dites ... Et votre emprunt sur quelle(s) base ( ou rente- patrimoine ? ) vous a t-il été accordé .... Parce que moi mon banquier ...;
Réponse de le 30/09/2014 à 21:01 :
La communication sur votre métier par ce gouvernement pourri a parfaitement opéré.
C'est triste de salir votre profession.

Je n'ai rien avoir avec votre profession et les autres citées dans l'article mais j'espère fermement une année 2015 explosive sur le plan électoral.

À noter que ce projet nihiliste est sorti de la tête de Montebourg. C'est guère étonnant. L'antimondialiste de pacotille est fier d'avoir donné la patate chaude à Macron et à Hollande.
Réponse de le 30/09/2014 à 21:08 :
( ... ) sur quelle(s) base vous a t-il été accordé ? Parce que moi mon banquier ...
Réponse de le 01/10/2014 à 8:21 :
Vous ètes rentier sur les sommes de biens vendus lors d'une succession et vous vous régalez lorsque les héritiers ne s'entendent pas, de par ce fait vous bloquez et placez l'argent à votre étude et qui vous rapporte combien ???????????
Réponse de le 01/10/2014 à 10:12 :
@ françois Oui combien ça rapporte toutes ces " opérations " ?
Réponse de le 01/10/2014 à 20:28 :
Les 500 000 euros, vous les retrouverez quand vous vendrez votre étude; ils seront dans votre poche. Et quand vous aurez remboursé votre prèt, vous gagnerez bien plus que les 6000 euros par mois, qui sont déjà bien plus que la plupart des bac+5 ou même des bac+8. Donc oui, vous êtes un rentier (partiel) et un privilégié; assumez le.
Réponse de le 01/10/2014 à 22:32 :
@ héritier Merci d' avoir confirmé cette évidence;
a écrit le 30/09/2014 à 18:36 :
On l'abat quand son monopole ?
Et ses avantages d'un autre âge que dire. Pff.
Réponse de le 30/09/2014 à 19:09 :
Oui, bref il faut tout revoir ou plutôt tout démolir - les monopoles, les privilèges - la
totalité ou presque du système qui fait que les hiérarchies telles qu' elles s' établissent sont inébranlables et par définition ... injustes !
a écrit le 30/09/2014 à 18:34 :
Après la guerre au Mali qui fait flop, la guerre en ...qui fait flop et la malheureuse guerre en Syrie que BHL appelle de ses vœux, rien, mais vraiment rien ne permet à ce gouvernement d'obtenir des resultats.
Alors ils remontent les salariés du privé contre ceux du public, jettent en pâture à l'opinion des professions qui sont respectées et pour la plupart soumises à des concours hyper sélectifs, ...
Alors oui c'est dur de plafonner à 13% mais l'Histoire retiendra un quinquennat pourri par les scandales, par l'arrogance des gouvernants et probablement par le monopole de l'inefficacité.
a écrit le 30/09/2014 à 18:30 :
Hélas ce gouverment bien trop faible a déja reculé , et encourage ainsi le prochain corporatisme a descendre dans la rue s opposer a un projet le concernant .
C est une spirale délètère pour notre pays, qui est gouverné en dépit du bon sens .Lorsqu un gouvernement entretient la démocratie de rue les institutions sont décrédbilisées.
a écrit le 30/09/2014 à 18:28 :
Tout le monde s'attache à son petit pré carré de privilège, alloc, avantage, etc ... La France avance ... vers le mur !
a écrit le 30/09/2014 à 18:19 :
Macron il annonce déjà que contre les professions réglementées !!
Il annonce déjà qu'il va battre en retraite dans quelques semaines

C est mort ce sera de la com ils sont trop faible et sans aucun courage
a écrit le 30/09/2014 à 17:48 :
Il faut que le gouvernement mette au pas toutes les professions réglementées qui profite d une rente, il a le soutien la majorité des francais
Réponse de le 30/09/2014 à 19:20 :
Tout à fait d' accord, les rentes et les privilèges sont une anomalie. A détruire !
Réponse de le 01/10/2014 à 20:30 :
Mais sera t'il assez ferme, ou reculera t'il comme devant les chauffeurs de taxi et les pilotes de ligne ???
Réponse de le 01/10/2014 à 22:37 :
Peut être un compromis ... autrement dit de réforme de fond.
Réponse de le 02/10/2014 à 17:39 :
( ... ) " autrement dit PAS de réforme de fond ".
a écrit le 30/09/2014 à 17:35 :
Vu par Thevenoud, Cahuzac & co.
Ils vont vous expliquer ce qui est juste et ce qui est pas bien.
Ici, c'est très simple :
les professions réglementées sont des pas beaux.
Réponse de le 30/09/2014 à 19:26 :
Pharmaciens, notaires, huissiers etc ... et les pires peut êtes, dentistes et compagnies ... Il est plus que nécessaire de démolir ces privilèges et ces rentes d' un autre âge ... Première étape : Les taxer davantage et les obliger à rendre des comptes ...
Réponse de le 30/09/2014 à 20:39 :
On peut aussi + avocats, professeurs d' université, tout ce qui s' enrichit par des privilèges ou des états - tout ce qui par nature est conservateur ...
Il faut des réformes, elles sont indispensables à un état moderne ( ... )
Réponse de le 30/09/2014 à 20:52 :
Ne manque pas de supporteurs.

Heureusement, les gens auront toujours besoin de se faire soigner, de se faire délivrer des médicaments par des gens diplômés, de vendre un bien, d'être soutenu par un conseil....
Réponse de le 30/09/2014 à 21:04 :
C 'est un point de vue un peu simpliste Non ? Le problème n' est pas celui que vous évoquez; il est celui de la rente ou des privilèges associés à ces professions ...
Réponse de le 02/10/2014 à 17:42 :
Nihiliste de quoi ? Ce terme me parait un peu excessif ou disons, inapproprié ...
Réponse de le 03/10/2014 à 7:33 :
@the kid Tout à fait d' accord.
Réponse de le 03/10/2014 à 7:39 :
@the kid Tout à fait d' accord.
a écrit le 30/09/2014 à 17:22 :
Il faut les fracasser.
Un bon francais doit épouser le paradigme soviétique et se contenter de 400€ versé mensuellement par l'état et habiter en HLM avec la diversité.
Réponse de le 30/09/2014 à 19:04 :
Vous n'êtes sûrement pas entrepreneur, puisque, en bon français vous pensez que ce sont les études (il y a 25 ans?) qui légitiment les hauts revenus. Bravo pour la rente! Et non, c'est surtout le risque pris.

Des risques, les professions réglementées n'en prennent pas : voir les stats de défaillance.

Vous conclurez par vous même que ce que vous dénoncez (le modèle collectiviste?) est celui sur lequel s'appuie ces professions : des notables, on dirait des apparatchiks!
Réponse de le 30/09/2014 à 20:33 :
Dans tous les cas une prise de risque suppose la possibilité d' une perte et donc la présence d' un capital ...
Réponse de le 30/09/2014 à 20:47 :
Et vous n'avez sûrement pas fait des études tres longues.

Pourquoi une personne qui a fait 6 années d'études ne pourrait pas légitiment aspirer à un revenu supérieur au smic ?

Qu'est ce que signifie une rente pour les socialistes en fait ?
Réponse de le 01/10/2014 à 20:37 :
Non mais qu'est ce que vous croyez ??? Un chercheur, hyper sélectionné parmi les bac+8, gagne 1700 euros net quand il débute. En quoi vos professions règlementées méritent plus qu'un chercheur ? Vous croyez vraiment qu'un notaire ou un huissier de commerce a plus de valeur pour le pays qu'un chercheur ?
Réponse de le 02/10/2014 à 2:12 :
Y'a beaucoup de chercheurs qui cherchent pas grand chose en fait... et qui sont grassement payés !!! Dans les Universités, on y rentre plus par cooptation que par mérite... pour 12h de présence par semaine...
Réponse de le 02/10/2014 à 17:45 :
C 'est une réalité bien française ... + 1000 !
a écrit le 30/09/2014 à 17:18 :
Il vaut mieux etre allocataire avec 5 mômes dans une cité sensible en Seine saint Denis.
L'avenir est là.
Le matin on dépose les gamins à l'école. Le midi on va à la Poste. On n'oublie pas un mandat via Western Union. On récupère les gamins à 16h.
Et à 19h, feux de Bengale visibles de son balcon avec rodéos de scooters volés comme parade.
C'est le seul projet d'avenir qui veuille.
Les autres sont utopistes.
Réponse de le 30/09/2014 à 18:49 :
Allez le dire aux personnes concernées ... La zone c' est la zone ... C' est souvent et malgré tout la misère pour beaucoup ...
Réponse de le 30/09/2014 à 19:30 :
Faites la même chose et revenez écrire après ...
a écrit le 30/09/2014 à 16:37 :
Tiens, il n'a pas traité les professions réglementées d' illettrés...
Réponse de le 30/09/2014 à 20:41 :
Oui, et pourtant ...
a écrit le 30/09/2014 à 16:34 :
Il serait temps de mettre fin à cette anomalie économique dans notre pays !!! Il faut mettre fin définitivement aux 37 professions règlementées qui affaiblissent la croissance par des rentes digne d'une république bananière. Mais la gauche politique comme la droite va faire de cette réforme qu'une rustine. Bref ! une réforme virtuelle. Ainsi vogue la France vers son déclin...
Réponse de le 01/10/2014 à 1:54 :
Les 1 100 000 salariés employés par ces professionnels réglementés, il faut les supprimer aussi ! c'est pas compliqué la politique économique finalement...
Réponse de le 01/10/2014 à 20:39 :
La réforme des professions règlementées a créé des emplois en Italie, etc; renseignez vous avant de dire le contraire de la vérité.
Réponse de le 01/10/2014 à 23:25 :
Vous avez eu la chance, vous, semble-t-il, de vous procurer le projet de réforme que prépare notre gouvernement. Je serais assez intéressé d'en avoir une copie...
Je n'ai pu consulter pour ma part que le rapport de l'inspection générale des finances, et que j'ai lu moi...
En ce qui concerne ma profession, je conseillerais plutôt à un employeur de licencier... Vous pouvez vous reporter à mes commentaires plus haut pour de plus amples développements...
Réponse de le 02/10/2014 à 17:58 :
C' est le problème des marges liées à ce type de professions qui pose problème; on peut très bien réduire ses marges et avoir une même activité ...
Réponse de le 02/10/2014 à 19:59 :
absolument d'accord, sauf ce que ce n'est pas ce que préconise l'inspection générale des finances, d'où l'inquiétude des salariés..
a écrit le 30/09/2014 à 16:31 :
de la France à se réformer. On le voit avec les pilotes, les "maraichers", les taxis, les notaires, les dentistes, les opticiens, les enseignants... La liste est longue, interminable. On ne comprend même plus pourquoi ces gens manifestent, qu'est-ce qu'ils veulent ? Pour le pauvre gars qui bosse sur les chantiers ou celui qui pousse les palettes, tout cela est totalement illisible. Avant de rejeter la faute de l'immobilisme sur les politiciens - qui en portent une partie - les français devraient déjà commencer par s'appliquer ces bonnes résolutions à eux-mêmes.
Réponse de le 30/09/2014 à 17:23 :
Dans la liste des privilégiés vous oubliez les fonctionnaires de tout poil.
Les politiciens sont entièrement responsables de cet état de fait, c'est bien à eux d'avoir le courage d'imposer les réformes nécessaires.
a écrit le 30/09/2014 à 15:16 :
Comment penser une seconde à une once de capacité réformiste de nos gouvernants quand on voit notre Cher Emmanuel Macron incapable d'imposer maintenant que Doliprane et aspirine soient disponibles à la vente dans les grandes surfaces et attendre 2015 pour voir ce qui pourra être fait . Quelle puissance dans la gouvernance !!!!!!
Réponse de le 30/09/2014 à 20:49 :
Hélas, Oui ! Mais bon, les politiques sont d' abord et avant tout des conservateurs ...
avant d' être des pseudo réformateurs.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :