Pourquoi S&P revoit ses prévisions à la baisse pour la France

 |   |  462  mots
La croissance au cours des deux années à venir dépendra de la consommation des ménages, juge l'agence américaine qui rappelle que celle-ci stagne depuis 2011.
La croissance au cours des deux années à venir dépendra de la consommation des ménages, juge l'agence américaine qui rappelle que celle-ci stagne depuis 2011. (Crédits : Reuters)
L'agence de notation prévoit 0,7% de croissance en 2015 et 1,2% en 2016, contre 1,1% et 1,5% précedemment. En cause selon Standard & Poor's: la faible compétitivité des entreprises et des réformes du marché du travail peu efficaces sur le court terme.

Alors que l'OCDE prévoit 0,8% de croissance pour la France en 2015 et 1,5% l'année suivante, l'agence de notation Standard and Poor's se montre plus pessimiste. Elle prévoit 0,7% de hausse du PIB en 2015, et 1.2% en 2016. Des prévisions en baisse, puisqu'au mois de septembre elle prévoyait respectivement 1,1% et 1,5% du hausse du PIB. Explications.

  • Compétitivité faible à l'export

La molesse de la consommation intérieure n'est pas palliée par les exportations françaises selon l'agence. S&P juge que celle-ci est en perte de compétitivité depuis 10 ans, comparée à ses voisins européens. Alors que l'Allemagne a accru ses exportations de 48,5% et l'Espagne de 49,6%, la France n'a connu qu'une hausse de 28,4% depuis 2005.

Et l'avenir risque d'être sombre selon Standard and Poor's. Elle pointe le manque d'investissements français dans l'automatisation, ce qui risque de gréver la compétitivité française à l'export. Et de citer la Fédération de la robotique qui recense en 2013 "167.578 robots industriels polyvalents en Allemagne, 58.400 en Italie et seulement 31.600 en France.

  • Des entreprises peu compétitives

Les marges des entreprises se sont détériorées selon Standard & Poor's, ce qui les empêche d'être compétitives par rapport aux autres entreprises à l'international. Elle mentionne l'exemple du coût du travail dans l'industrie qui a auglmenté plus rapidement que dans bien d'autres pays, comme l'Allemagne par exemple. "Les sociétés françaises sont ainsi forcées de baisser leurs marges pour rester compétitives", écrit l'agence de notation.

  • Les ventes de voitures en berne

Exemple typique du retard français par rapport à une partie de ses voisins européens, d'après S&P: le nombre d'immatriculations. Entre janvier et octobre 2014, l'Espagne (+18,1%) et le Royaume-Uni (+9,5%) ont connu une croissance importante. La France n'a connu qu'une hausse de 6,1% sur les 10 mois et, plus grave, une contraction de 3,8% de ses ventes au mois d'octobre. En outre, il n'y aura pas de rebond des ventes dans l'Hexagone avant 2016 ou 2017, explique l'agence américaine, s'appuyant sur une analyse de l'Association des constructeurs européens d'automobiles.

  • Des réformes peu efficaces sur le court terme

"Les réformes du marché du travail et de la fiscalité des entreprises introduites ces deux dernières nécessiteront du temps avant de produire un effet sur la croissance." Standard & Poor's cite notamment l'exemple du Crédit impôt compétitivité emploi (CICE), mis en place "pour réduire la masse salariale des entreprises jusqu'à 6%". Elle juge l'impact modeste pour le moment, ayant simplement permis de "ralentir le rythme des suppressions de postes".

  • L'importance de la consommation des ménages

Enfin, la croissance au cours des deux années à venir dépendra de la consommation des ménages, juge l'agence américaine qui rappelle que celle-ci stagne depuis 2011.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/12/2014 à 17:56 :
moi je prevois 0.04 pour 2015 et 0.06 2016
a écrit le 02/12/2014 à 15:54 :
Robin des bois pas de calais , le budjet festif des elus 1, 6 millions d'euros
a écrit le 02/12/2014 à 15:10 :
je ne dispose que d'un petit système statistisque, un mes revenus retraites bloquées moins 0.3 % de taxe de dépendance...mes revenus fonciers rognés...ceux des enfants bloqués aussi, et ceux de certains de mes petits clients en forte réduction, commandes en baisse, négociation classiques mais super atroces avec la grande distribution, TVA augmentée et une série d'impots heritage de SARKOSY plus le bouquet Hollande, quelques veuves qui viennent de voir leurs impots presque doublé....a part la baisse des carburants et celles des croisières peu d'espoir de baisse, le nombre de véhicule immatriculés qui baisse et qui est composé de petites voitures pas chéres, donc moins de TVA et d'autres taxes....facile de prévoir une vraie recession du pouvoir d'achat...et j'oubliais on calcule la croissance du PIB sans tenir compte des 300/400 000 Français ??? en olus donc il faut faire au moins PLUS 0.5 pour avoir un pib par tete de pipe égal....
a écrit le 02/12/2014 à 14:51 :
facile, cela fait bien longtemps que la conso des ménages tire la France.
a écrit le 02/12/2014 à 14:50 :
Tant que que le gouvernement comme l'ancien de Sarko ne tapera pas dans le dur des réformes c'est-à-dire l'état et la fonction publique et territoriale pour remettre les finances d'aplombs la France poursuivra son déclin et ce n'est pas en continuant à taper sur la société civile déjà à genou par les réformes et restructurations que la France retrouvera le chemin de la compétitivité et la croissance...
a écrit le 02/12/2014 à 14:25 :
C'est normale, non??? et parfaitement prévisible!!! Je suis juste étonné que ce n'a pas été fait plus tôt.
a écrit le 02/12/2014 à 14:20 :
En ce qui concerne les ventes de voitures je suis loin d'être d'accord. Car après des années d'atonie au RU et en ESPAGNE il est normal que les ventes repartent. La FRANCE est un pays équipé et le modèle basé sur la croissance a du plomb dans l'aile. Le vrai problème à régler est celui des importations/exportations/consommation qui déterminent notre balance commerciale.
a écrit le 02/12/2014 à 13:56 :
La France est dans une situation bien pire car plus personne n'y croit. Hollande l'a tuer !
Réponse de le 02/12/2014 à 14:55 :
troll
Réponse de le 03/12/2014 à 8:24 :
Après le vote du Sénat français pour la reconnaissance de l'Etat palestinien, préparez-vous, il y aura dans nos forums un vrai tsunami de trolls-catastrophe vous savez venus d'où !
a écrit le 02/12/2014 à 13:44 :
Sans en vouoir enfoncer le clou, je dirais que ces prévisions de S&P concernant la croissance française sont trop optimistes. Le FMI, par exemple, ne table pas sur le même avis, il donne (au max.) 0.8, 0.9 % pour 2016.
Réponse de le 02/12/2014 à 16:19 :
Je suis tout a fais d'accord avec ce que vient de dire Gertrud.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :