Loi Macron : Hidalgo veut une approche "collégiale" du travail dominical

Le gouvernement a présenté ce mercredi le projet de loi Macron en Conseil des ministres. La Tribune a suivi les réactions des personnalités et des hommes politiques de droite et de gauche tout au long de la journée.

6 mn

Malgré les nombreuses oppositions à gauche, le projet de loi Macron a été adopté mercredi soir en Conseil des ministres.
Malgré les nombreuses oppositions à gauche, le projet de loi Macron a été adopté mercredi soir en Conseil des ministres. (Crédits : Reuters)

Travail le dimanche, réforme des professions réglementées, modernisation du dialogue social... Les propositions de la loi Macron pour l'activité et la croissance grâce à laquelle le gouvernement compte "déverrouiller l'économie française" ulcèrent la gauche et notamment l'aile gauche du Parti socialiste. Du côté du centre et de la droite, on oscille entre enthousiasme et scepticisme.

Mercredi 10 décembre

18H : Anne Hidalgo veut une décision "collégiale" sur le travail dominical

La maire de Paris veut faire entendre la voix des édiles sur la question de l'extension du travail du dimanche, qui ne doit pas - selon son communiqué - être traitée de manière "manichéenne" :

"Je m'opposerai à toute décision unilatérale visant à décider d'en haut, par arrêté ministériel et sans respecter la démocratie locale, la création de zones de tourisme internationale. Ces décisions ont toujours relevé jusqu'ici des Maires et les dessaisir de cette compétence est une décision qui est à rebours de décennies de décentralisation".

17H : La CGPME pointe un "danger mortel pour le commerce indépendant"

La Confédération des petites et moyennes entreprises note d'abord dans un communiqué "quelques avancées" apportées par la loi Macron. Comme la possibilité d'associer les salariés au capital des start-up ou la suppression de la pénalisation du délit d'entrave. Mais très vite, l'organisme pointe "des dangers mortels pour le commerce indépendant de proximité" :

"Si la volonté d'accélérer les délais en matière prud'homale est en soit positive, la CGPME, reste fondamentalement attachée à ce que les chefs d'entreprise puissent être jugés (...) par leurs pairs, seuls en capacité d'avoir connaissance de la réalité du monde de l'entreprise".

Concernant, la "quasi généralisation de l'ouverture le dimanche", cette mesure se traduira selon elle "par une distorsion effective de concurrence entre les différentes catégories de commerces".

15H : La porte-parole de l'UMP Isabelle Le Callennec parle d'un projet "mort né"

Le projet de loi Macron pour la croissance et l'activité est "mort né" estime la porte-parole de l'UMP dans un communiqué :

"Il n'y a de croissance que dans le titre car ce ne sont pas les mesures annoncées qui vont doper la compétitivité des entreprises et donc créer des emplois. Une loi fourre-tout, de plus de 100 articles qui ne dit rien sur la durée du travail, rien sur le cout du travail, rien sur la simplification administrative".

 Isabelle Le Callennec appelle ainsi "son auteur" à "revoir dès à présent sa copie".

14H : Les commerçants de proximité craignent une "catastrophe pour l'emploi"

L'une des mesures les plus commentées - le passage de 5 à 12 dimanches travaillés par an - suscite des angoisses auprès des commerçants de proximité. Pour le Syndicat des indépendants :

"L'annonce d'une compensation salariale obligatoire pour l'ensemble des commerces qui pratiquent l'ouverture dominicale, sans distinction de taille (..), constitue une grave régression pour l'avenir des commerces de proximité".

Le communiqué diffusé mercredi après-midi par le syndicat ajoute que "ce calcul de court terme présente tous les ingrédients d'une catastrophe annoncée pour l'emploi dans des commerces de proximité à bout de souffle".

L'Union professionnelle artisanale abonde dans ce sens en qualifiant le projet de loi de "double peine". Selon l'organisme professionnel qui s'exprime dans un communiqué, ce projet va provoquer "un vrai gâchis économique assorti d'un vaste plan social. Plus de 200.000 emplois sont menacés dans les entreprises de proximité".

12H45 : Jean-Vincent Placé table sur un "compromis"

Le sénateur EELV de l'Essonne estime sur Radio Classique que la négociation sur le travail de 5 à 12 dimanches par an "va finir à sept ou huit et tout le monde dira qu'il y a une victoire culturelle". "Je suis pour qu'on trouve des compromis" a expliqué Jean-Vincent Placé.

11h00: EELV déplore une "vision passéiste"

Dans un communiqué, les écologistes s'inquiètent du "recours aux ordonnances qui (...) contournent la discussion au Parlement" et s'insurgent contre "l'attention démesurée portée à la question du travail du dimanche". Ils dénoncent "la vision passéiste" de la loi Macron qu'ils qualifient de "loi fourre-tout".

10h26: Jean-Luc Mélenchon veut rassembler contre la loi Macron

Dans une interview au Monde, Jean-Luc Mélenchon prône un "large rassemblement" contre la loi Macron:

"Il n'y a pas d'alternative si nous ne parvenons pas à remettre le peuple en mouvement.
Il faut donc tracer une ligne d'arrêt sur laquelle nous pourrions remporter une victoire contre le libéralisme. Ce point d'arrêt, c'est le point Macron. Cette loi qui prévoit le travail du dimanche et la nuit, l'abaissement des normes protégeant les apprentis, tous ces marqueurs de la gauche."

9h00: Travail dominical: Martine Aubry dénonce une "régression"

Dans une tribune au Monde, la maire PS de Lille dénonce l'ouverture des commerces le dimanche, une "régression" qu'elle s'engage à combattre:

"La gauche n'a-t-elle désormais à proposer comme organisation de la vie que la promenade du dimanche au centre commercial et l'accumulation de biens de grande consommation ? [...] Le dimanche doit être un temps réservé pour soi et pour les autres."

8h00: Une "montagne qui accouche d'un troupeau de souris" pour François Bayrou

Sur France info ce matin, le maire Modem de Pau a ironisé:

"Ca ressemble à une montagne qui accouche non pas d'une souris, mais d'un troupeau de petites souris".

Il y a là-dedans des mesures positives a relevé l'ex-candidat à l'Elysée, en citant les liaisons entre villes en autocar même si, "franchement, qu'il faille une loi, on se dit qu'il y a quelque chose d'antédiluvien dans notre manière de voir les choses".

Concernant la loi le dimanche, le centriste  se dit favorable "à des exceptions dans les zones touristiques avec quelques dimanches par an, pourquoi pas."

Mardi 9 décembre

19h00: Geoffroy Roux de Bézieux, vice-président du Medef: "Cette loi ne va pas assez loin"

"Oui, on est favorables. Il y a un certain nombre de mesures qui vont dans le bon sens, souvent pas assez loin" comme "le travail dominical et les professions réglementées", a dit le numéro 2 du syndicat patronal sur BFMTV. "Oui il faut plus de concurrence", a-t-il, renchéri. Concernant le travail dominical, pour Geoffroy Roux de Bézieu il faut:

"Libéraliser [...] Pas tous les dimanches, mais il faut aller plus loin parce que tous les pays du monde le font, parce qu'Internet a bouleversé la donne."

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 46
à écrit le 11/12/2014 à 14:47
Signaler
Et si on parlait d' autre chose ? Ouvre qui veut le dimanche, la nuit ou le jour 24h sur 24 ce n'est pas plus compliqué que ça ... En principe du moins.

à écrit le 11/12/2014 à 9:21
Signaler
Lorsqu'un syndicat attaque une enseigne pour non-respect de la loi sur les ouvertures dominicales, il est le plaignant. Or, la sanction que la justice prononce lorsqu'elle donne raison à ce dernier consiste en une astreinte : une forme d'amende à pay...

à écrit le 11/12/2014 à 8:56
Signaler
Nous aussi, on a notre Merkel (inverse) en la personne d'à ne Hidalgo. Bornée, électoraliste, qui veut tout sans rien payer.

à écrit le 11/12/2014 à 8:50
Signaler
et pendant ce temps là au parti socialiste ( ref les nuls ) au faite PS ça veut bien dire Premier Servi?

à écrit le 11/12/2014 à 8:29
Signaler
on en reparle dans 2 ou 3 ans, et on verra que cette ouverture des commerces le dimanche est une vaste duperie dont pas grand monde profitera à part quelque étudiants

à écrit le 11/12/2014 à 8:11
Signaler
Il faut des lois pour ces bricolages, pauvre France!!!

à écrit le 10/12/2014 à 22:28
Signaler
Loi de tartufe . On ligèfère pour le travail dominical , puis on se lave les mains pour la contrepartie salariale , magnifique .... Lepaon n a pas à rougir .

à écrit le 10/12/2014 à 20:40
Signaler
Moi j'en ais plein le cul , nicolas ma laisse tombe je part au fn

à écrit le 10/12/2014 à 19:49
Signaler
S attaquer à la rente des professions réglementées très bien S attaquer au problème du travail dominical attention pour le commerce de proximité Ne pas s'attaquer à la dépense publique en redéfinissant les missions de l'état On ne peut pas ret...

à écrit le 10/12/2014 à 19:11
Signaler
Ce dont la France a besoin ce n'est pas de la droite mais plutôt d'un souffle libéral qui peut tout a fait être de gauche au sens où on peut protéger les personnes par la régulation si elle est intelligente et au sens aussi où on peut redistribuer de...

à écrit le 10/12/2014 à 18:09
Signaler
L'UMP fait sourire puisqu'elle aurait fait cette loi sous le précédent quinquennat. Les postures, le conservatisme ambiant de ce pays sont en train de nous tuer. Il ne faudra pas pleurer lorsque le système français aura explosé (on se demande si cela...

à écrit le 10/12/2014 à 17:53
Signaler
Ne faut-il pas craindre que les Français, lassés des postures politiciennes, ne se détournent sérieusement des partis de gouvernement actuels ? Comment l'UMP peut-elle s'opposer à une loi qu'elle aurait volontiers votée si elle avait été au pouvoir ?...

à écrit le 10/12/2014 à 17:52
Signaler
Il assez amusant que finalement la réforme consiste à virer les "marqueurs de la gauche", c'est bien la preuve que cette dernière nous handicape depuis des lustres et que la droite est d'une mollesse impardonnable, elle ne défait jamais les erreurs d...

à écrit le 10/12/2014 à 17:32
Signaler
On ne peut etre qu'admiratif à la facon dont s'est organise le processus qui as permis l'issue que l'on connait sur le travail du dimanche. Issue heureuse (pour les commercants tout au moins) puisque le desagremment provoque par une eventuelle majora...

le 10/12/2014 à 21:00
Signaler
Du grand n'importe quoi ! il ne vous vient pas à l'idée que des étudiants puissent être intéressés pour travailler le we, histoire de payer leurs études et ne pas être une charge pour la société ? le travail le dimanche à Nice m'a permis de passer mo...

le 11/12/2014 à 10:55
Signaler
Il est quand meme rare qu'un doctorant ne soit pas payé durant ces années de thèse. Un témoignage qui ne me semble pas très crédible

à écrit le 10/12/2014 à 17:15
Signaler
que le gouvernment encadre la rémuneation des dimanches OK mais seul le patron peut voir s'il est rentable et necessaire d'ouvrir dimanche ,pas un loi commandée par un ministre qui n'est même pas caPaple de nous dire combien il y a d'agents a BERCY...

à écrit le 10/12/2014 à 16:44
Signaler
L'UMP encore dans une posture irresponsable. Cette loi n'apporte pas grand chose mais elle va dans la bonne direction pour l'économie française. Au lieu de cela Sarkozy préfère jouer la carte de l'opposition de principe. Cet homme ne doit pas revenir...

le 10/12/2014 à 17:49
Signaler
L'opposition s'oppose mécaniquement et stupidement, qu'elle soit de droite ou de gauche. Tout est dans la posture, rien dans le contenu ou l'intérêt général. Sarkozy fait juste comme les autres à ce niveau, il sortirait du lot s'il était capable de t...

le 10/12/2014 à 17:56
Signaler
parce que vous pensez que hollande et valls font du bon boulot?? chômage record, dette record à 2000mds, en Allemagne et quasiment partout en Europe elle baisse, déficits à 4.5% Europe en moyenne 3%, avant mai 2012 n'en déplaise aux socialos nos rés...

le 11/12/2014 à 11:12
Signaler
La dette de l’Allemagne est aussi élevé que celle de la France. Certes, elle vient de voter un budget à l’équilibre qui doit lui permettre d’équilibrer puis de diminuer sa dette, mais c’est en faisant l’impasse sur les investissements d’infrastructur...

à écrit le 10/12/2014 à 16:38
Signaler
Comme ils n'osent pas affronter les syndicats sur la réforme du travail, sur la diminution des dépenses publiques, sur la réduction des fonctionnaires etc. etc. Sur les véritables réformes structurelles qui gangrènent notre pays, ils se contentent de...

à écrit le 10/12/2014 à 16:18
Signaler
J'ai du mal a comprendre en quoi le fait d'ajouter des grandes surfaces va relancer l'économie, Pour continuer à tuer les petits commercants , augmenter la polution et le gaspillage , mettre les producteurs dans la misère et généraliser les produits...

à écrit le 10/12/2014 à 16:00
Signaler
il faut que cette loi passe dans la plus large mesure possible. Je ne crois pas au grand soir et ses quelques petits pas, qui vont dans la bonne direction, sont la bonne formule à suivre pour réformer ce pays conservateur gangrené par les conservatis...

à écrit le 10/12/2014 à 15:17
Signaler
Les petits commerçants continueront à disparaître, à cause de la bunkerisation autophobe des centres-villes.

à écrit le 10/12/2014 à 14:18
Signaler
A force de trop boire d'alcool elle dit tout et n'importe quoi Qu'elle passe à l'eau !

à écrit le 10/12/2014 à 14:17
Signaler
Le gouvernement va bientôt nous dire ou nous avons le droit de mâcher du chewing-gum gum ou nous ne pouvons pas regarder les hommes ou les femmes ou nous ne pouvons pas dormir et quand ou nous devons saluer les policiers sous peine d'amende ou nous d...

le 11/12/2014 à 14:52
Signaler
" Vision " des choses tout à fait réaliste.

à écrit le 10/12/2014 à 14:13
Signaler
Tiens tiens, rien que des commentaires pour calmer les socialos de gauche!. On va peut être y arriver au vrai débat non politique et non dogmatique... patience Mais au fait le Macron il a bien des conseillers lui aussi et des commission had hoc; il...

à écrit le 10/12/2014 à 14:12
Signaler
La réflexion de Mme Aubry est lamentable et destructrice. Elle ne mérite pas d'être élue. Sont-ils à ce point ignares dans le Nord pour voter massivement pour elle ?

le 10/12/2014 à 14:28
Signaler
Pas du tout d'accord avec vous et plutôt d'accord avec Martine Aubry là dessus. La consommation depuis les années 60 prime sur tout le reste, en plus avec le travail le dimanche on donne encore plus l'avantage aux multinationales qui elles ont les mo...

le 10/12/2014 à 16:03
Signaler
Vous écrivez n'importe quoi. Vous mélangez tout.

à écrit le 10/12/2014 à 13:35
Signaler
Pauvre France irréformable....les français n'ont que les hommes et femmes politiques qu'ils méritent. C'est à désespérer.

le 10/12/2014 à 15:21
Signaler
Je suis tout à fait d'accord. La France est paralysée dans ses habitudes, dans sa monotonie ou les uns ou les autres y trouvent leur compte. Elle n'avance plus et ne veut pas entendre parler des réformes. Par contre les contestataires sont les rois ...

le 10/12/2014 à 15:51
Signaler
Hâte que la génération des trente glorieuses soit enterrée

le 10/12/2014 à 16:20
Signaler
oui mais vu le peu de courage de la nouvelle génération plus proche du jeu sur le net que du travail qq peu fatiguant......vous en êtes sans doute.

à écrit le 10/12/2014 à 13:28
Signaler
Continuez dans cette voie, Mme Aubry, cela fait le jeu du Front National... Comme à droite, vous divisez, divisez, pour sauver vos petits intérêts, et ce faisant les français vous abandonnent pour rejoindre des gens apparemment moins fréquentables se...

à écrit le 10/12/2014 à 13:23
Signaler
Soyons sérieux, passer de 5 dimanches à 12 dimanches travaillés ça ne va rien changer. Pour rappel il y a 52 dimanches dans l'année!

à écrit le 10/12/2014 à 13:04
Signaler
Mes nièces et neveux sont tous barrés à l'étranger... chine, USA, Canada, Australie ... alors Martine, à toi de te remettre en cause ! La France est devenue un pays d'exode !!!!!!!!!!!!!

le 11/12/2014 à 19:07
Signaler
Histoire de famille. Vous connaissez la formule : " quand le bateau coule etc ... "

à écrit le 10/12/2014 à 13:02
Signaler
Cette gauche qui joue les vierges effarouchées alors que c'est cette même gauche qui nous a fait avaler les traités européens néo-libéraux de gré et surtout de force ! Cette même gauche qui feint d'ignorer que ces mesures du gouvernement proviennent ...

à écrit le 10/12/2014 à 13:01
Signaler
Parler avant les autres, contre son camp, sans attendre les débats à l'Assemblée Nationale..aucun sens de l'intérêt public.

à écrit le 10/12/2014 à 12:55
Signaler
la critique est facile quand on ne s'engage pas....

à écrit le 10/12/2014 à 12:35
Signaler
Martine comme Marine, même combat!

à écrit le 10/12/2014 à 12:27
Signaler
Un bordel économique mondial .... alors le discourt de Martine on s'en fout ... de toutes les façons l'univers politique n'est plus crédible !

le 10/12/2014 à 12:37
Signaler
Le nord region pilote taxe carbone sur les menages , chauffage charbon, gaz , fioul, 278 euros sur un chauffage F5

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.