Le cofondateur de Bygmalion Bastien Millot placé en garde à vue

 |   |  257  mots
Les enquêteurs s'intéressent aux conditions d'attribution de deux marchés passés en 2012 entre la ville de Menton et les sociétés de communication Com1+ et Bygmalion.
Les enquêteurs s'intéressent aux conditions d'attribution de deux marchés passés en 2012 entre la ville de Menton et les sociétés de communication Com1+ et Bygmalion. (Crédits : BFMtv)
Le deuxième cofondateur de la société Bygmalion Bastien Millot est soupçonné par la police judiciaire de Nice d'être impliqué dans l'affaire de favoritisme dans l'attribution d'un marché public à Menton.

Après l'UMP Guillaume Peltier et l'autre fondateur de Bygmalion Guy Alvès placés en garde à vue jeudi 11 décembre, c'est au tour de Bastien Millot de répondre aux questions des enquêteurs. Le cofondateur de la société d'événementiel et de communication, a en effet été placé en garde à vue vendredi 12 décembre au matin à Nice dans le cadre d'une enquête pour favoritisme présumé concernant des marchés publics contractés avec la mairie de Menton.

L'élu entendu

Le député-maire UMP de Menton, Jean-Claude Guibal, est également entendu sous le régime de l'audition libre dans les locaux de la brigade financière de la police judiciaire, selon une information de France 3 Côte-d'Azur.

Les enquêteurs s'intéressent aux conditions d'attribution de deux marchés passés en 2012 entre la ville de Menton et les sociétés de communication Com1+, appartenant à Guillaume Peltier, et Bygmalion. Ils cherchent à savoir si ces marchés ont été volontairement fractionnés par l'une ou l'autre des parties afin d'échapper aux procédures d'attribution des marchés publics.

Guillaume Peltier et Guy Alvès ressortis

Guillaume Peltier et Guy Alvès sont ressortis libres sans qu'aucune charge ne soit retenue contre eux à l'issue de leur garde à vue.

L'enquête a été ouverte à la suite d'une plainte déposée en 2012 par l'association Anticor. Bygmalion est également au cœur d'une affaire de fausses factures présumées à l'UMP durant la campagne de Nicolas Sarkozy pour la présidentielle de 2012.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/12/2014 à 11:51 :
Ils ont oublie le petit bonhomme a talonettes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :