Quitter Pôle emploi ne veut pas dire retrouver du travail

 |   |  531  mots
Les sorties de Pôle emploi pour reprise d'un poste de travail ne cessent de chuter
Les sorties de Pôle emploi pour reprise d'un poste de travail ne cessent de chuter (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
40,5 % seulement des demandeurs d'emploi qui sont "sortis" de Pôle emploi en juin 2014 ont retrouvé un emploi, un taux qui ne cesse de reculer depuis un an. En revanche, signe de désespoir, la part de ceux qui cessent volontairement de s'inscrire progresse nettement.

Au-delà des déprimantes statistiques mensuelles sur le nombre des demandeurs d'emploi, Il y a d'autres indicateurs qui montrent à quel point le chômage est enkysté dans le tissu économique français. Il en va ainsi du taux de retour à l'emploi des chômeurs inscrits à Pôle emploi. Et ce n'est vraiment pas fameux.

En témoignent les dernières statistiques de la Dares (ministère du Travail) sur cette question. Ainsi, en juin 2014, sur les 5.020.200 demandeurs d'emploi inscrits dans les catégories "A", "B" et "C", quelque 470.000 sont "sortis" de Pôle emploi, et parmi ces "sortis", seuls 40,5 % ont repris un emploi. Soit une baisse de 1,8 point en trois mois, et surtout, de 5,1 points en un an.

A l'inverse, les « sorties » de Pôle emploi pour suivre une formation (13,3 %) ont progressé de 2,8 points sur un an. De leur côté, les sorties pour cause de retraite ou de dispense de recherche d'emploi sont passées de 1,8 % en juin 2013 à 2,1 % un an plus tard.

Les sorties "volontaires" de Pôle emploi par découragement progressent

Surtout, phénomène inquiétant, les sorties de Pôle emploi pour« arrêt de recherche temporaire » sont passées en un an de 6,2% à 7,5% et celles pour « non renouvellement volontaire de la demande » de 2,6% à 3,3%. Ces deux dernières causes expriment le découragement qui saisit les demandeurs d'emploi qui n'arrivent pas à retrouver un poste et qui en sont donc réduits, par désespoir, à quitter Pôle emploi.

Le ministère du Travail constate cependant des différences selon l'âge des demandeurs d'emploi. Ainsi, sans surprise, les « sortants » de moins de 25 ans ou de 25-49 ans sortent plus fréquemment pour reprise d'emploi (respectivement 41,1% et 42,3%) que ceux âgés de plus de 50 ans qui ne sont seulement que 30,7% à retrouver un poste. D'où l'envolée du chômage de longue durée des « seniors ». D'ailleurs, entre mars et juin 2014, la part des reprises d'emploi a reculé de 4 points pour les demandeurs d'emploi de longue durée (plus d'un an de chômage).

3,5%  du total des demandeurs d'emploi ont retrouvé un emploi

Mais on peut présenter les choses de façon encore plus pessimiste, ce que fait d'ailleurs la Dares. En effet, si l'on prend, sur la même période de juin 2014, non pas les 470.000 "sortis" mais la totalité des 5.020.200 demandeurs d'emploi inscrits (sur les listes de Pôle emploi en catégories "A", "B" et "C"), le chiffre de ceux qui, après être "sortis", ont retrouvé un travail se ramène à... 3,5%. Un taux dramatiquement faible et pourtant encore en baisse de 0,3 point sur un trimestre et de 0,5 point en un an. Et, là aussi, l'âge apparaît comme un critère discriminant: le taux de retour à l'emploi atteint 6% pour les moins de 25 ans, 3,6% pour les 25-49 ans et.... un malheureux 1,5% pour les plus de 50 ans.

Si, cette fois, on se concentre sur la «qualité » de la reprise d'emploi, on constate que 32,5% de ceux qui ont accédé à un emploi ont un CDI, tandis que 15,9% ont un CDD ou un contrat saisonnier de six mois et plus. Et 83,7% % des demandeurs d'emploi ayant repris un travail étaient encore en poste trois mois après.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/01/2015 à 14:07 :
Il serait temps d'admettre que pole emploi est incompétent pour aider les demandeurs d'emploi à retrouver du travail.
Pour la formation c'est les régions qui décident.
Maintenons l'aspect indemnisation, et supprimons le reste. L'efficacité sera la même pour un coût moindre.
a écrit le 07/01/2015 à 13:39 :
il faut être pragmatique, laisser la recherche d'emplois en cdi , ou cdd aux spécialistes que sont les agences d'intérim, donc sous-traiter le travail et fermer les agences de pôle emploi et laisser gérer le reste par les communautés de communes (stages, formations aides diverses)
Réponse de le 07/01/2015 à 20:27 :
vous avez vus les horaires des communautés des communes rurale...
a écrit le 07/01/2015 à 12:13 :
Et si un certain nombre de demandeurs d'emploi potentiel se désinscrivait de peur de se faire prendre dans les trappes du travail clandestin ? Même le Ministère sait que le travail au noir est en forte croissance en France du fait de la complexité et l'inextricabilité des lois sociales........
a écrit le 07/01/2015 à 9:29 :
l'idée dérangeante : l'efficacite de pole emploi pour quel coût ?!

Supprimer pole emploi pour donner une vrai chance aux chomeurs !
a écrit le 06/01/2015 à 21:07 :
La baisse du chômage passe par une réindustrialisation du pays avec des entreprises ultra-modernes et robotisées à outrance.
Réponse de le 07/01/2015 à 1:12 :
si elles sont robotisées, nécessitent de moins de travailleurs....peut être il faudrait réindustrialiser mais partager aussi le temps de travail
Réponse de le 07/01/2015 à 21:16 :
Réindustrialiser ?! Profits, concurrences, être le meilleur, gagner plus...c'est ce qui nous perd. Mettons le frein à main avant de devenir USA. Les plus riches vivent, la classe moyenne survit, le reste des gens...dans la rue.
a écrit le 06/01/2015 à 21:04 :
Même chose pour les chiffres du chômage aux Etats Unis.
On dit que ça se relance là-bas, mais il n'en ai rien du tout.
a écrit le 06/01/2015 à 20:40 :
Pôle Emplois c'est avant tout des emplois pour ses fonctionnaires et ensuite un guichet social. Une illusion pour faire croire au peuple que l'état aide les gens alors qu'il tire le pays vers le bas depuis 30 ans.
a écrit le 06/01/2015 à 20:28 :
Je pense que la baisse du chômage passe par une refonte complète de Pôle emploi...
Réponse de le 06/01/2015 à 21:11 :
Cela a déjà été fait (de travers)! L'état a dissimulé les inutiles du l'ANPE au sein du Pôle sans emploi. Le cancer de la caisse du chômage est et restera toujours les agents de l'ANPE à l'instar des intermittents du travail. La gangrène est bien avancée et à ce stade de la maladie, l'AMPUTATION ne peut être éviter.
a écrit le 06/01/2015 à 20:24 :
Quitter Pôle Emplois pour quitter ce pays. OUIIIIIIIII !!!!
Réponse de le 07/01/2015 à 1:13 :
bon voyage, alors
Réponse de le 07/01/2015 à 21:17 :
Je connais des membres de ma famille qui en on été réduit.
Direction la suisse et encore, même eux ils commencent à en avoir marre de nous voir leurs prendre leurs travail.
C'est une réaction en chaine.
a écrit le 06/01/2015 à 20:24 :
"quitter pôle emploi ne veut pas dire retrouver du travail"

J'aimerais lancer une pique sur cette conclusion " journalistique"
Mais je vais finalement m'abstenir....
a écrit le 06/01/2015 à 20:18 :
ras le bol de ne pas etre ecoutée par cette institution qui ne sert à rien. Au bout de 8 mois d'inscription et aucune voie de sortie, ni formation concrète, ni emploi , j'ai arrété de leur donner de mes nouvelles chaque mois. Au moins je ne subirait pas la désinscription pour non recherche/trouvaille d'emploi. Y'en à plus pour moi à 54 ans !!!!!
Réponse de le 06/01/2015 à 21:48 :
Le travail au noir
Et celui-là permet de vivre et d'avoir un rôle dans la société.
Depuis deux ans la circulation de la monnaie en France explose grâce au travail du noir qui permet à beaucoup de français de vivre normalement. A quoi il faut ajouter l'économie de tric dans les campagnes et nous avons boucle l'économie souterraine que politiciens et journalistes ignorent car ils savent qu'ils ne peuvent rien contre
a écrit le 06/01/2015 à 19:16 :
pole emploi un nid de fonctionnaire ponctionnant financierement les entreprises , les entreprises ont des amendes lors de recrutement interne , un systeme mafia organise par les pouvoirs, pauvre demandeur d'emploi rien a esperer des cols blancs de cette institution
a écrit le 06/01/2015 à 18:35 :
qui incitent Pôle Emploi à radier les chômeurs notamment ceux qui ne retrouvent pas d'emploi à partir de 50 ans....pour que ces derniers acceptent n'importe quoi. Les socialistes sont les pires, ils concèdent tout au capitalisme financier et aux banques d'affaires, ils passent leur temps à cirer les godasses des amerlocs, et ils étatisent ou maltraitent les professions d'indépendants et les professions libérales (on le voit avec les mécecins), On ne voit encore avec la mansuétude dont fait l'objet une firme comme Uber. Et le pire c'est qu'ils ont soutenu la candidature Junker à la Commission (non seulement un candidat de droite mais c'est le lui le responsable N°1 de l'évasion fiscale des firmes européennes et américianes-l'optimisation- en Europe) et qu' ils abandonnent la Taxe Tobbin, et qu' ils acceptent que le droit européen et le droit français soit supplanté par le droit international anglo saxon ou étranger (cf accord de libre échange UE avec le Canada, un banc d'essai de celui à venir avec les US). Par ailleurs, c'est sous les socialistes que les taux de pollution atmosphériques dans les villes explosent-comme les impôts- et que la régulation européenne en renforcement des normes est abandonnée. Par ailleurs, le PS est déjà avec Sarkozy, le premier responsable de l'expansion du FN et de Marine Le Pen, sa politique lamentable, ses improvisations, , ses errements, son amateurisme et sa couardise, démontrent une fois encore que c'est sous des régimes socialistes qu'arrive les droites nationalistes et peut être demain le fascisme, ils en porteront l'entière responsabilité avec la technocratie qu'elle soit de gauche comme de droite.
a écrit le 06/01/2015 à 18:21 :
C'était pas le but recherché en augmentant l'age de départ a la retraite pour gagner sur la retraite des vieux qui partiront sans le max et ne l'atteindront jamais?
a écrit le 06/01/2015 à 17:04 :
1 - Un français se présente dans une Agence Pole Emploi et se fait interpeller par des étrangers qui lui disent que ce n'est pas un lieu pour lui (du vécu !!!)
2 - Un chômeur demande une formation de Charpentier et passe des contrôles. Il lui est dit par Pole Emploi qu'il est accepté. Parfait se dit il ! Eh bien non,car il n'y a pas assez de place. Il sera donc payé un an de plus par Pole Emploi en attendant la prochaine session.
Les Politiques devraient ajuster leur discours (quand ils ne mentent pas!) à la réalité et s'occuper un peu plus de cette réalité. Et des exemples comme celui ci sont légions à Pole Emploi
Réponse de le 06/01/2015 à 17:25 :
Et les contre exemples aussi ! Mais bon on ne retient que ce qu'on veut bien retenir...
Réponse de le 06/01/2015 à 17:52 :
Les socialistes contrairement à ce qu'il disent ne font rien de plus pour la formation
La seule vrai formation pour le batiment est l AFPA et aujourd'hui il y règne un vrai bazard du à l'état et aux régions

Triste pays d'énarques incompétent !
Réponse de le 06/01/2015 à 17:58 :
Il faut être réaliste, Pôle Emploi n'a pas la main sur les emplois, tout au plus Pôle Emploi peut partager la pénurie d'emplois consécutive à la désindustrialisation massive qui provient des gestion piteuses des gouvernements ChiracRaffarinDeVillepin SarkozyFillonWauquiezLagarde HollandeVallsSapinMacron,
et il faut aussi savoir
que Oseo ex Anvar rebaptisé BPI et les CCI Chambre des Casseurs Industriels et des Commerces et les agences blas blas banquets et les faux centres defaux experts autoproclamés sont aussi très très responsables de se moquer avec grande désinvolture création d'entreprises innovantes exportatrices créatrices d'emplois ;
tous ces planqués du millefeuille précités devraient tous être renvoyés chez eux sans aucune indemnités, ils tondent la laine sur le dos de la Nation et du Peuple de France
a écrit le 06/01/2015 à 16:34 :
De cette information pertinente, il convient de recalculer le nombre réel de chômeurs,
l'on peut estimer le nombre réel à plus de 6 millions de chômeurs réels,
au fait
que n'a t-on point entendu Hollande Valls Macron Sapin s'en expliquer ?
Réponse de le 06/01/2015 à 17:24 :
Pourquoi la gauche devrait s'en expliquer alors que ce mode de calcul est le même depuis plus de 30 ans ?
a écrit le 06/01/2015 à 16:30 :
> Si, cette fois, on se concentre sur la «qualité » de la reprise d'emploi, on constate que 32,5% de ceux qui ont accédé à un emploi ont un CDI, tandis que 15,9% ont un CDD ou un contrat saisonnier de six mois et plus. Et 83,7% % des demandeurs d'emploi ayant repris un travail étaient encore en poste trois mois après.

On peut aller encore plus loin : parmi ces CDI, combien sont 1) à temps plein (McDo embauche en CDI), et 2) offrent un salaire similaire à celui que touchaient ces gens avant de perdre leur emploi précédent?

"Une croissance bridée par la question énergétique ?"
www.dailymotion.com/video/x2al5e3
Réponse de le 06/01/2015 à 18:27 :
Si, cette fois, on se concentre sur la «qualité » de la reprise d'emploi, on constate que 32,5%

just lol cherche du bon ou il n y a pas

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :