Comptes de campagne de Sarkozy : Copé mis en examen pour abus de confiance

 |   |  184  mots
Le parquet de Paris avait ouvert le 6 octobre une information judiciaire sur le règlement des pénalités pour dépassement des frais de campagnes de Nicolas Sarkozy.
Le parquet de Paris avait ouvert le 6 octobre une information judiciaire sur le règlement des pénalités pour dépassement des frais de campagnes de Nicolas Sarkozy. (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Après la trésorière de l'UMP, c'est Jean-François Copé, ex-président du parti, qui est visé par cette procédure pénale dans le cadre de l'affaire des comptes de campagne de Nicolas Sarkozy.

Jean-François Copé a été mis en examen pour abus de confiance dans l'enquête sur les pénalités pour dépassement de frais de campagne électorale payées par l'UMP pour le compte de Nicolas Sarkozy, a-t-on appris mardi 3 février de source judiciaire.

L'ancien président du parti avait été entendu dans la matinée par les juges chargés de l'enquête, au pôle financier du parquet de Paris, a-t-on précisé de même source à Reuters. Le 22 janvier dernier, des perquisitions avaient également été menées au domicile du maire de Meaux.

Le règlement des pénalités par l'UMP contesté

Nicolas Sarkozy, qui a retrouvé la présidence de l'UMP, a finalement réglé fin 2014 au parti ces pénalités liées à l'invalidation de ses comptes de campagne de 2012. Il a alors adressé au trésorier du parti un chèque de 363.615 euros. La régularité de leur prise en charge par l'UMP était notamment contestée par son ancien ministre, François Fillon. Le parquet de Paris avait ouvert le 6 octobre une information judiciaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/02/2015 à 9:36 :
En prison ! Comment peut on encore voter pour ce parti de mafiausaux !
a écrit le 04/02/2015 à 8:27 :
Les juges sont au service de l' UMP et le PS. UMP = PS = UMPS = "corruption et impunité totale pour eux". La justice Française, c'est la grande blanchisserie !
a écrit le 04/02/2015 à 8:09 :
ses copains vont lui voter une bonne petite amnistie...
a écrit le 04/02/2015 à 8:02 :
Bof rien de bien nouveau et puis l'omerta politique marchera bien et les juges du pole financier aidés par les enquêteurs de la police malgré leur détermination, leur probité vont faire face à la maffia politique donc ce Monsieur ne risque rien. Le plus triste des citoyens continuent à voter pour ce genre d' énergumène. La droite comme la gauche d'un extrême à l'autre en passant par les toutous type UDI, Verts sont vérolés depuis des décennies et plus grave ceux dites de la nouvelle génération sont les copies de leurs ainés. Merci aux juges aux policiers qui essaient malgré une omerta digne de la maffia de faire éclater la vérité et montrer ce visage NOIR, SORDIDE de la politique.
a écrit le 03/02/2015 à 21:10 :
Obligatoire.

Les affaires UMP remplissent les tribunaux.
a écrit le 03/02/2015 à 20:17 :
Ce parti part vraiment en déliquescence, quand on voit son patron qui décide de ne pas décider dans la partielle du Doubs et je me dis qu'au vu des cinq ans qu'il a fait à la tête de ce pays, pauvre copé ne va t il être sacrifié pour les intérêts de celui qui parle, qui parle de ne pas décider, pourvu que les deux quittent la politique le plus rapidement possible pour notre intérêt à nous la France silencieuse!!!
a écrit le 03/02/2015 à 20:04 :
Ne pas se laisser bygmalioner avant tout.
Attendre que la justice fasse son travail sereinement.
Dans 200 ans, le petit petit petit petit fils de Copé saura que son aïeul bénéfice d'un non-lieu pour prescription.
a écrit le 03/02/2015 à 17:45 :
Il va écoper!
Réponse de le 03/02/2015 à 19:25 :
Il n'est qu'un fusible et le véritable coupable arrive encore a passer entre les jambes du fusible si vous voyez qui je veux dire...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :