Retraites complémentaires : le patronat propose des abattements sur les pensions

 |   |  695  mots
Le Medef préconise des abattements sur le montant des pensions de retraites complémentaires servies entre 62 et 67 ans
Le Medef préconise des abattements sur le montant des pensions de retraites complémentaires servies entre 62 et 67 ans (Crédits : Capture décran)
Patronat et syndicats ont débuté la difficile négociation pour résoudre les difficultés financières des régimes Arrco et Agirc. Pour économiser, le Medef préconise d'instituer une décote dégressive sur les pensions servies entre 62 et 67 ans.

Rendez-vous le 20 mars pour réellement entrer dans le vif du sujet. Comme convenu, la négociation pour trouver une solution aux problèmes financiers des régimes de retraites complémentaires Arrco et Agirc a débuté hier. Et, d'entrée de jeu, le constat de désaccord était manifeste entre le patronat et les syndicats, gestionnaires des régimes.

Claude Tendil, le chef de file de la délégation patronale a tout de suite mis sur la table sa préférence pour des mesures d'âge pour limiter les déficits, alors que les syndicats jouent plutôt sur le montant des cotisations, voire sur le niveau des pensions. Une posture classique en début de négociation.

Des abattements sur les pensions servies

Les organisations patronales Medef, CGPME et UPA estiment « qu'une partie clé de la solution » réside dans le report de l'âge effectif de la liquidation de la retraite. Même si le patronat, à ce stade, n'évoque pas franchement l'idée de retarder au-delà des 62 ans actuels, l'âge où l'on peut percevoir sa retraite complémentaire. Il songe plutôt à dissuader le départ à 62 ans en instituant des décotes.

Concrètement, le Medef suggère d'instituer un abattement sur le montant de la retraite complémentaire à partir de la génération 1957 (qui sera donc âgée de 62 ans en 2019). Ce qui signifie qu'un salarié qui partirait à la retraite à 62 ans, en ayant rempli toutes les conditions pour percevoir sa retraite de base (celle versée par la Sécurité sociale) ne percevrait qu'une partie seulement de sa retraite complémentaire, et ce, jusqu'à 67 ans. Cet abattement serait cependant dégressif année après année.

Le patronat veut ainsi "inciter les gens qui seraient en capacité de prendre leur retraite de prolonger leur activité", tout en "laissant le choix de la date de liquidation", a expliqué Claude Tendil,.

Limiter le montant des pensions de réversion

De même, le patronat a avancé des pistes pour limiter le montant des pensions de réversion qui représentent 15% des dépenses des régimes Arrco et Agirc. Il propose un nouveau dispositif laissant le choix entre deux options : soit la pension de réversion sera maintenue à 60% (son taux actuel) après le décès d'un conjoint, mais à la condition que le premier du couple à partir à la retraite accepte de ne percevoir de son vivant qu'une retraite complémentaire minorée.

Deuxième solution, si le retraité refuse cette option, il pourra alors conserver la totalité de sa pension complémentaire. Mais, dans ce cas, sa veuve (ou son veuf) touchera une pension de réversion à un taux inférieur à 60%, "par exemple, 40%", selon Claude Tendil.

Concernant les pensions, le Medef ne préconise pas une baisse mais un gel de leur évolution au moins sur trois ans à compter de 2016 « sauf reprise significative de l'inflation ». A noter, que les pensions sont déjà sous-revalorisées depuis 2013.

Par ailleurs, bien entendu, le Medef se prononce contre toute hausse des cotisations... Mais reconnaît tout de même que le "sujet n'est pas tabou". On sait la CGT demandeuse d'une revalorisation de 2,4% de la cotisation Agirc sur la « tranche 2 » (celle supérieure au plafond de la Sécurité sociale).

Limiter les droits des chômeurs

Enfin, le Medef veut revoir à la baisse les droits à la retraite complémentaire servis aux chômeurs. Actuellement, les cotisations des demandeurs d'emploi sont acquittées par l'Unedic à hauteur de 70% de l'indemnisation perçue. En revanche, les régimes Arrco et Agirc leurs versent des droits correspondant à 100% de cette indemnisation. "En face de 70% de cotisations, il faudrait qu'il y ait 70% de droits. Ce n'est pas au régime de retraite de se substituer au régime de chômage", considère Claude Tendil.

Des chiffrages précis de ces différentes mesures vont maintenant être effectués par les services de l'Arrco et de l'Agirc et des rencontres bilatérales entre organisations patronales et syndicales vont se succéder. Les syndicats émettront leurs propositions lors de la plénière du 20 mars. Les partenaires sociaux se donnent jusqu'à l'été pour conclure.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/04/2015 à 11:52 :
Comme dans le régime général le mieux serait de conditionner la réversion à une condition de ressources. Il ne faut pas oublier que la réversion a été créée pour les veuves qui n'avaient pas ou peu de droits propres. Et à l'origine les hommes n'y avaient pas droit. Les mari de femmes fonctionnaires avaient même une réversion plafonnée jusqu'en 2003.
Donc le dispositif a été conçu selon une logique d'assurance du système dans lequel le risque veuvage est mutualisé.
A titre de comparaison si le mari et la femme travaillent, ils paient tous les deux des cotisations maladie, pour autant on ne rembourse pas deux fois les médicaments de chacun.
Aujourd'hui quasiment toutes les femmes travaillent donc imposer une condition de ressources serait mieux adapté.
Ainsi au fur et à mesure du temps, le poids de la réversion sur les régimes de retraite diminuerait.
a écrit le 19/02/2015 à 10:35 :
Pourquoi ne pas arrêter les cotisations ou aors laisser le choix pour ceux qui veulent cotiser ?
Au moins ceux qui ne cotisent pas pourraient voir leur salaire augmenter. A charge pour eux de mettre de l'argent de côté pour leur retraite.
a écrit le 19/02/2015 à 9:15 :
Tout cela n'est que la poudre aux yeux .La France est incapable d'effectuer les vrais réformes pragmatiques aujourd'hui .Pourquoi ? Nos politiques ne feront rien ,lis tiennent à conserver leur place ! C'est une catastrophe qui s'annonce, il n'y a plus qu'à attendre tranquillement !
a écrit le 19/02/2015 à 3:15 :
Ces mesures d'âges qui ne touchent pas les pensionnaires actuels sont injustes. Il vaut mieux plafonner la durée d'indemnisation des complémentaires, admettons 15 ans.
a écrit le 18/02/2015 à 21:26 :
La déclaration de la délégation patronale songe à disuader les départs a 62 ans en instituant une pension degresive.!!! Ces personnes n ont vraiment aucune éthique quand on sait qu il font tout pour faire partir les personnes a partir de 50 ans!!! Sont ils prêt à introduire des compensation lorsqu ils organisent des pse pour augmenter les marges des multinationales?
a écrit le 18/02/2015 à 20:19 :
Il faut plafonner les pensions de retraites et de reversions !
Réponse de le 24/05/2015 à 21:00 :
bien dit dilemblue arretons toutes ces retraites des patrons qui se sont deja engraissés et maintenant nous coutent la peau des fesses!
a écrit le 18/02/2015 à 20:11 :
Le FN fera exactement la même politique que le PS ou L'UMP parce que c'est la finance qui gouverne ! Courage il faut continuer a réformer !
Réponse de le 19/02/2015 à 3:18 :
Et les cocos et autres révolutionnaires marxistes?
a écrit le 18/02/2015 à 20:04 :
Pas d'augmentation des retraites depuis 3 ans donc c'est une diminution du pouvoir d'achat de 2 % l'an cumulative à jamais récupérable et on veut en remettre une couche de 3 ans cela correspondrait à une baisse d'environ 15%. Et aucune possibilité de la récupérer un jour ! sans compter les taxes et impôts qui ont aussi augmentés ! Perso j'ai travaillé de 20 ans jusqu'à 65ans et 2 mois. Que les plus jeunes (que moi) fassent la même chose et il n'y aurait plus de problême d'après les analystes.
Réponse de le 19/02/2015 à 3:20 :
Mon âne aussi a travaillé sans compter les heures mais sa productivité était très faible...
a écrit le 18/02/2015 à 19:15 :
Amusant... Quelle "surprise" que le patronat veuillent que les retraites soient diminuées... En réalité, depuis rocard, les entreprises cotisent de moins en moins pour les retraites. Mais c'est pas encore suffisant.
Réponse de le 19/02/2015 à 7:35 :
Affirmation totalement fausse !!!!!
a écrit le 18/02/2015 à 18:57 :
Quid des fonctionnaires????parce que cela fait 30 ans qu'on doit s'en occuper!!! Ils vont faire quoi nos représentants creuser encore un peu plus l'écart????
Réponse de le 18/02/2015 à 19:32 :
"Quid des fonctionnaires????" : Et hop, le lancé de patates chaudes... Pendant ce temps, les jeunes ont des salaires inférieurs aux pensions et seules des dettes se profilent à l'horizon...
Il est grand temps d'aligner le public sur le privé. Ça fera une méthode de diversion en moins.
a écrit le 18/02/2015 à 18:51 :
j'ai commencé le travail à 16 ans vont-ils me faire travailler jusqu'à 67 ans son t y tombé fou.je demande gentillement au capitalisme qui viennent à notre aide 'pour qu'il n'y ait pas de remords
a écrit le 18/02/2015 à 18:18 :
longue carriere ouvrier , a 55 ans chomage avoir commencer jeune a 15 et demi merci donne du (ras) a 16 ans les regimes spéciaux les ministres EDF ET GDF SNCF ET TOUTES L? ADMINISTRATIONS DES PROFITEURS ils vont payer tout cela au presidentiel 2017
a écrit le 18/02/2015 à 17:47 :
Progressivement, il faut garder le système par répartition uniquement pour la solidarité nationale: un minimum vieillesse universel ( la même retraite pour tout le monde quelque soit le revenu antérieur), et libre à ceux qui veulent plus de cotiser dans des fonds de pensions ou ailleurs.
La période de transition sera forcément longue pour ne pas tout perturber, mais on a intérêt à organiser cette solution le plus vite possible pour qu'elle ne s'impose de façon brutale un de ces jours.
a écrit le 18/02/2015 à 16:44 :
rappelez nous qui sont supposé représenter ces gugusses?
Réponse de le 18/02/2015 à 19:44 :
Leur propre porte feuille,il faut bien en prendre soin ,non !!!!
a écrit le 18/02/2015 à 16:03 :
quand j'étais jeune mon père me disait vous? avec les machines qui y a maintenant vous partirez a la retraite à 50 ans .il faut faire payer la machine regarder globe Internet combien il a détruit d'emploi et combien d'excédent il a fait aller de l'année dernière
a écrit le 18/02/2015 à 14:52 :
Et pour les régimes spéciaux ( SNCF, Poste, EDF, GDF, fonctionnaires ) ainsi que la fonction publique en général : il n' y a jamais de réforme, et on part à 52 ans !!! On se fout de qui dans ce pays !!
Réponse de le 18/02/2015 à 15:59 :
Effectivement ses régimes sont déficitaires mais personne n'en parle,mais cela est normal leur déficit de plusieurs milliards est compensé par le budget de l’État donc nos impôts,et tout ses régimes cotisent moins longtemps (départ de 5 a 7 sept avant le privé ,cotisations moins élevées,retraite basée sur les 6 derniers mois,a EDF nous payons chaque mois une taxe qui va a leur caisse de retraite etc ...°Je considère que les travailleurs du privé sont vraiment les mal aimés des différents gouvernements .Naturellement les caisses de retraite sont gérées presque en totalité par des personnes du public,donc le privé ont s'en fout royalement ,ses personnes sont la pour défendre leurs avantages .Lors du gouvernement précédent concernant la POSTE ,il se sont permis de les rattacher au privé ,tout en puisant dans les caisses du privé bien joué et maintenant les caisses sont vides
Réponse de le 18/02/2015 à 16:59 :
les régimes spéciaux sont équilibrés!pas besoin de réformes,c'est le privé qui est mal géré!
Réponse de le 18/02/2015 à 17:17 :
Mais si : Sarko a annoncé avoir définitivement réformé les régimes spéciaux. Qui pourrait douter de la parole de ce saint homme ?
Réponse de le 18/02/2015 à 18:58 :
si si il y a des reformes mais lentes très très lentes pour ne pas trop les choquer!!
Réponse de le 19/02/2015 à 6:57 :
C'est curieux. Fonctionnaire, j'ai 58 ans, je ne suis pas à la retraite et apparemment je dois travailler jusqu'à 62 ans. J'ai du rater un épisode ou alors il y a eu des réformes depuis que vous êtes partis à la retraite.
a écrit le 18/02/2015 à 14:46 :
Un peu d'espoir: les jeunes de maintenant avec le chomage, les grandes vacances, les 35h00, les rtt,...,seront en pleine forme pour travailler pour nos retraites futures.
a écrit le 18/02/2015 à 14:44 :
Le patronat veut ainsi "inciter les gens qui seraient en capacité de prendre leur retraite de prolonger leur activité", tout en "laissant le choix de la date de liquidation", a expliqué Claude Tendil.
Quel foutage de gueule. Où est le choix de prolonger son activité quand les patrons se débarrassent de leurs salariés de plus de 50 ans ?
a écrit le 18/02/2015 à 14:39 :
ce ne sont que des egoistes quand aux syndicats silence radio a
croire qu'ils se sont faient achetes et puis pensé vous pas que le francait rale mais ne descent pas dans la rue
a écrit le 18/02/2015 à 14:33 :
la plus grande INJUSTICE ...est LES RÉGIMES SPÉCIAUX ...indigne d un gvt de gauche....
Réponse de le 18/02/2015 à 16:00 :
de même de la droite
a écrit le 18/02/2015 à 14:25 :
Un abattement de pension, après le gel, c'est pas mal, à quand l'hiver rigoureux pour le déficit? On progresse dans les baisses de revenus? Ou bien va-t-on ponctionner les actifs?
Pour le non financé des actifs, pas de comptes de retraites?
a écrit le 18/02/2015 à 13:53 :
ET LES FOCTIONNAIRES !!!! C' est marrant silence totale des syndicats sur ce sujet !!!
Réponse de le 18/02/2015 à 16:45 :
Les fonctionnaires ne sont pas concernés par l'assurance vieillesse et les retraites complémentaires, puisqu'ils se servent directement dans les caisses de l'état. Raison pour laquelle on n'entend jamais parler de l'équilibre de leur régime de retraite, bien qu'ils cotisent bien moins que ce qu'ils touchent !
C'est un des miracles du statut de la fonction publique: les soucis d'équilibre de la caisse de retraite n'existent pas, puisque la caisse n'existe pas vraiment, c'est le Trésor Public qui règle leurs pensions aux fonctionnaires,
Réponse de le 18/02/2015 à 18:59 :
Vous pourrez parler des fonctionnaires quand vous connaitrez parfaitement leur système de retraite. Jusque dans les années 2005, aucun fonctionnaire ne pouvait cotiser à une caisse de retraite complémentaire, puisque cela n'existait pas. Par ailleurs, concernant les femmes, si elles ont eu le plaisir et la chance de travailler à mi-temps pour élever les enfants ce que je ne regrette pas, il faut savoir que les cotisations étaient calculées sur un travail à mi-temps, ce qui ne représente pas des sommes considérables.
Réponse de le 18/02/2015 à 19:10 :
Pour terminer sur la réponse de GJ Edouard, il est choquant que vous accusiez les fonctionnaires de se servir directement dans les caisses de l'état. Ou avez-vous vu ça ? Ceci est totalement inexact et sur le plan de la déontologie impossible. Malheureusement, contrairement à ce que vous avancez, les fonctionnaires cotisent et ne touchent que ce pourquoi ils ont cotisé. Il est important que vous sachiez également que le calcul de la pension du fonctionnaire est effectué sur le salaire de base à l'exclusion de toutes primes. Sachez que certains fonctionnaires ne gagnent que le SMIC, et n'ont pas une retraite extraordinaire et pas de retraite complémentaire. C'est effectivement le Trésor Public qui règle les pensions des fonctionnaires en fonction de ce qu'il a cotisé.
a écrit le 18/02/2015 à 13:50 :
Rappelez moi qui sont censé représenter ces gugusses?
a écrit le 18/02/2015 à 13:22 :
Pas question de cotiser plus, on est deja suffisemment asphyxiés comme ca !
a écrit le 18/02/2015 à 13:15 :
On veut continuer à vouloir maintenir les pensions des anciens retraités en écartant les futurs retraités du bénéfice de la retraite. C'est une injustice d'autant plus scandaleuse qu'elle est portée par le patronat qui souhaite se débarasser de ses salariés dés qu'ils ont 50 ans.
Réponse de le 18/02/2015 à 14:29 :
Votre remarque sur la responsabilité du patronat est très juste, les souhaits du patronat en quelques lignes :
- virer les salariés de +50 ans.
- neutraliser les prud'hommes pour éviter les indemnisations.
- réduire, voir arrêter les indemnités chômage.
- discriminer l'embauche à partir de l'âge "pas d'embauche >50ans
- reculer l'accès à la retraite au plus tard possible, voire après le décès si possible (gains 100%)
- fustiger les chômeurs qui ne trouve pas après 50ans.
- j'oubliais, pour ceux qui travaille, une réduction du Smic et autres salaires ajoutés à une réduction complète des charges patronales serait souhaitable.
Si ça c'est pas la marque d'un entreprenariat patronal ambitieux et tourné vers l'avenir, c'est que vous ne comprenez rien.
Les effets de la révolution de 1789 arrivent à leurs termes, l'heure est bientôt venue de relancer un nouveau cycle en réactivant les instruments de l'époque.



Réponse de le 18/02/2015 à 18:15 :
les anciens retraités ont souvent commencé à travailler à 14 ou 16 ans travailler jusqu'à 48h par semaines 15 jours de congés et cotisé parfois 46 ans les futurs retraités travaillent 39 ou 35h par semaine commence à travailler le plus souvent après 20 ans ont parfois 17 jours de RTT 5 semaine de congés
Réponse de le 18/02/2015 à 19:34 :
"les anciens retraités ont souvent commencé à travailler à 14 ou 16 ans" : Oui, oui... surtout les jeunes cadres en retraite, bien planqués toute leur carrière, avec aujourd'hui des pensions supérieures aux salaires des jeunes cadres qui les remplacent à 50 heures payées 35.
a écrit le 18/02/2015 à 12:57 :
Et pendant ce temps, les fonctionnaires, qui cotisent bien moins, bénéficient eux d'une retraite de nabab... INJUSTICE féroce de notre pays. Les fonctionnaires, avantagés sur TOUT, les salariés du privé, qui paient pour tout et reçoivent de MOINS en moins. Une honte
Réponse de le 18/02/2015 à 13:40 :
@pat34...votre analyse est tout à fait justifiée je suis à la retraite (cadre) j ai travaillé 12 h par jour en moyenne, ma retraite a été calculé sur 25 dernières années....et les fonctionnaires sur les 6 derniers mois de plus ils partent avec 75% de la moyenne (des 6 derniers mois) rien que ça...!!!! ce qui est loin d etre le cas dans le privé ...bref des fonctionnaires il en faut mais à ce jour la France se paye (ou plutôt nous) la bagatelle de 6 millions de fonctionnaires....On viendra m expliquer pourquoi en Allemagne il faut 4 fonctionnaires pour gérer 1 million d habitants et en France 8.2 pour le meme nombre....Triste à dire mais à ce jour la fonction public est devenue le cancer de notre économie.
Réponse de le 18/02/2015 à 14:03 :
dans mon précédent commentaire j ai commis une grosse erreur (toutes mes excuses ) lire l Allemagne 4 fonctionnaires pour 1000 personnes et non 1 million) désolé
Réponse de le 18/02/2015 à 19:24 :
Et oui, vous avez une retraite de cadre. Un fonctionnaire n'a aucune retraite complémentaire. Un fonctionnaire part avec 75 % de son salaire lorsqu'il a toutes ses années, ce qui pour une femme ayant élevé des enfants à mi-temps est impossible. Sachez également que vous avez travaillé 12 heures par jour en moyenne mais que vous avez très certainement une retraite confortable. Mes parents, anciens commerçants qui ont travaillé très durement puisque mon père a commencé à travailler à 14 ans et a arrêté à 65 ans, et, a pour retraite 600 € mensuel. Je ne les ai jamais entendu se plaindre du nombre d' heures effectuées de 7 heures du matin à 19 heures le soir 6 jours 1/2 par semaine dans le froid. Je pense qu'eux avaient des raisons de se plaindre.
a écrit le 18/02/2015 à 12:24 :
On peut en effet aller vers la voie du toujours moins pour ceux qui ont cotisé, mais la solution demeure quand même la création d'emplois et donc la création de moyens de payer sa retraite. Ma solution serait de débloquer le monopole, en particulier des grandes entreprises, et d'exonérer d'impôts les petites entreprises ayant un chiffre d'affaires disons inférieur à 30 000 euros...moyennant quoi, les dirigeants de ces TPE n'auraient bien évidemment pas droit aux allocations chômage, etc. Nous sommes actuellement dans un scénario où ceux qui gagnent beaucoup ne paient pratiquement rien (en raison de l'optimisation fiscale) et profitent de tout. Les forces vives d'un pays ne sont pas celles qui sont prêtes à trahir leur pays pour s'enrichir, mais celles qui sont prêtes à assurer son avenir :-)
a écrit le 18/02/2015 à 12:21 :
Souhaitons que pour une fois, il y ait une approche positive de cette question, qui devra de toutes les façons être réglée par un effort demandé aux retraités (pour l'essentiel?), et au monde du travail..
Réponse de le 18/02/2015 à 12:58 :
Et les fonctionnaires, ils ne pourraient pas aider les autres pour une fois ? Ce sont NOS impôts qui paient leur retraite, pas leurs cotisations. Alors qu'ils participent un peu à l'effort national
a écrit le 18/02/2015 à 12:19 :
Il ne devrait pas y avoir de cotisations retraite du tout correspondant aux années de chômage mais seulement des trimestres comptés sur le régime de base. On découvre ici des choses incroyables. Même au chômage on continue à bénéficier de points ARCO et AGIRC, j' ai dû mal comprendre l'article tellement cela paraît incroyable....
Réponse de le 18/02/2015 à 12:26 :
Vous avez raison.. Mais dans ce cas, il ne faudrait pas payer de cotisations ARCO et AGIRC quand on est au chomage !
Réponse de le 18/02/2015 à 13:53 :
@Emmanuel_R @twinpeaks....suis désolé mais au chomage personne ne paye de cotisation retraite (ni arco ni agirc )pour nous ....c est perdu pour le chomeur....encore une pénalité pour lui
Réponse de le 18/02/2015 à 14:31 :
Au chômage, vous avez le temps d'aller voir sur les sites Agirc et Arrco, ou vous constaterez que les Pole emplo paye les cotisation des chômeurs, et ceux ci accumulent leurs points de retraite comme un salarié. Vous pouvez aussi lire l'article ci dessus que vous commentez, il vous dit la même chose.
Réponse de le 18/02/2015 à 17:44 :
Faux , le chômeur paye une cotisation Arrco Agirc au taux de 3% de l'indemnité ainsi qu'une csg crds au taux de 6,70%....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :