Retraites complémentaires : ce qu'il faut savoir pour suivre la négociation

 |   |  1065  mots
Si rien n'est fait, l'Agirc (retraite complémentaire des cadres) pourrait ne plus avoir de réserves financières dès 2018.
Si rien n'est fait, l'Agirc (retraite complémentaire des cadres) pourrait ne plus avoir de réserves financières dès 2018. (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Organisations patronales et syndicales débutent aujourd'hui une importante négociation pour trouver des remèdes financiers aux déficits des régimes de retraite complémentaire Arrco et Agirc. Tous les paramètres sont sur la table, dont le départ retardé à la retraite.

Il y a le feu. Selon les scénarios de croissance retenus, plus ou moins optimistes, les déficits annuels des régimes de retraites complémentaires Arrco (tous les salariés) et Agirc (cadres) pourraient atteindre 4 ou 7... voire 20 milliards d'euros jusqu'en 2040.

Pis, selon certaines hypothèses, l'Arrco pourrait avoir épuisé ses réserves en 2025. Pour l'Agirc, c'est pire, l'absence de réserves pourrait se produire dès 2018... Mais avec déjà moins de trois mois d'allocations de réserve dès 2016.

L'Agirc et l'Arrco, les deux régimes gérés par les organisations patronales et syndicales, seront donc au cœur d'une négociation qui s'ouvre ce mardi 17 février et qui devrait durer jusqu'à l'été. Objectif : gagner du temps et, dans un premier temps, retarder autant que possible l'épuisement des réserves.

Tour d'horizon des problèmes à régler et des solutions possibles.

1,24 milliard d'euros de déficit pour l'Agirc et 405 millions pour l'Arrco

L'Arrco est le régime le moins menacé... pour l'instant. Selon les données du régime, son déficit net atteint 405 millions d'euros pour 18,1 millions de cotisants. Le nombre des retraités de ce régime s'élevait fin 2013 à 11,9 millions (9,01 millions touchant une retraite directe, 1,29 million une pension de réversion, et 1,6 million cumulant une retraite directe et une pension de réversion) pour un montant total d'allocations versées de plus de 48 milliards d'euros.

Pour l'Agirc, c'est beaucoup plus grave. Son déficit en 2013 atteignait 1,24 milliard d'euros. Or, le montant de la retraite complémentaire représente environ 60% du montant total de la pension retraite des cadres. L'Agirc comptait, en 2013, 4 millions de cotisants et 2,7 millions de retraités (2,17 millions touchant une retraite directe, 520.000 une pension de réversion, et 82.000 les deux).

Le régime a versé au total plus de 23 milliards d'allocations en 2013. Le montant annuel de la retraite directe Agirc (c'est-à-dire hors réversion) s'élève à 10.564 euros en moyenne pour les hommes (soit 880,33 euros par mois) et à 4.235 euros pour les femmes (soit près de 353 euros par mois). Le montant moyen annuel de la réversion est, lui, de 2.565 euros pour les hommes, 6.322 euros pour les femmes.

Ce qui fait dire à Jean-Louis Malys, négociateur et grand spécialiste des retraites à la CFDT: "L'urgence absolue est de trouver une solution pour l'Agirc." En d'autres termes, il faut prendre des mesures qui repoussent le seuil d'épuisement des réserves de l'Agirc pour avoir le temps de prendre les mesures de pilotage qui s'imposent pour le plus long terme .

Vers un départ à la retraite retardé?

Et chacun à sa petite recette. Côté patronal, on insiste beaucoup sur le recul de l'âge de départ à la retraite. Plusieurs pistes ont ainsi étaient explorées, via des projections commandées au GIE qui regroupe l'Arrco et l'Agirc. Par exemple, a été étudié le cas d'un recul progressif à 64 ans (au lieu de 62 ans à partir de la génération 1955) de l'âge possible de liquidation de la retraite et de l'âge du taux plein à 69 ans (au lieu de 67): dans la meilleure des hypothèses, les réserves pourraient tenir jusqu'à 2035.

Une autre projection consiste à reculer l'âge de départ à 65 ans à partir de la génération 1961, tout en maintenant à 67 ans l'âge du taux plein. Cela rapporterait, dans la fourchette haute, 1,1 milliard en 2017 et plus de 5 milliards en 2020. Et cela repousse l'épuisement des réserves à 2040.

Le patronat songe aussi à pratiquer des abattements sur les pensions Agirc/Arrco. Par exemple, une personne disposant de ses droits à la retraite à 62 ans et choisissant d'arrêter de travailler ne toucherait sa retraite complémentaire à taux plein qu'à partir d'un certain âge (64 ou 65 ans, voire au-delà ). L'effort serait alors provisoire. L'abattement pourrait être fixe ou dégressif.

Mais ces mesures d'âge ne plaisent absolument pas aux syndicats. Pour FO, "il n'est pas question que l'on réduise les droits à la retraite", pas plus que de toucher aux bornes d'âge".

Les pensions de réversion sont aussi une piste possible. Elles pèsent pour 15% du total des dépenses. Le Medef a évoqué la possibilité de réduire le taux des pensions de réversion à 54%, contre 60% pour aujourd'hui. Il a également proposé de porter l'âge d'accès à la pension de réversion de l'Arrco de 55 à 60 ans.

Geler les pensions et/ou augmenter les cotisations?

Bien entendu, un durcissement des règles de revalorisation des pensions est aussi sur la table. Syndicats et patronat avaient déjà décidé en 2013 de revaloriser les pensions en 2013, 2014 et 2015 d'un point de moins que l'inflation. Mais la mesure n'a pas eu la totalité de l'effet escompté en raison de la faiblesse de l'inflation.

Maintenir cette mesure en 2016 et au-delà rapporterait 774 millions pour les deux régimes en 2017. L'accord de 2013 prévoit également une clause plancher grâce à laquelle le montant des pensions peut, au pire, stagner mais en aucun cas baisser.

Reste aussi les cotisations. C'est notamment la thèse défendue par la CGT qui estime qu'il manque 2,45 points de cotisation Agirc au-dessus du plafond de la Sécurité sociale (actuellement fixé à 3.170 euros par mois). Selon Sylvie Durand, administratrice CGT du GIE Arrco/Agirc :

"Une telle augmentation permettrait d'équilibrer le régime dès 2023. Si l'on prend la clé de répartition classique des augmentations de cotisation, à savoir 48% à la charge des salariés et 62% à la charge des entreprises, pour un salaire de 4.000 euros mensuels, ceci correspondrait à une augmentation de 7,40 euros pour les salariés, par mois."

En fait, les partenaires sociaux peuvent jouer sur deux taux. Le taux d'appel, d'abord, qui entre dans le calcul de la cotisation mais ne génère pas de points. Actuellement, ce taux est égal à 125%. C'est-à-dire que l'on cotise à 125% mais les points obtenus ne le sont que sur la base d'une cotisation de 100%. Il pourrait donc être décidé d'augmenter encore le taux d'appel.

Le taux de cotisation, ensuite. Déjà, L'accord national interprofessionnel du 13 mars 2013 avait prévu l'augmentation des taux contractuels obligatoires de cotisation Arrco et Agirc de 0,1 point par an sur deux ans en 2014 et 2015. On trouvera dans le tableau ci-dessous les cotisations en cours pour l'année 2015

Tableau

Pendant quatre mois, les partenaires sociaux vont donc examiner tous les paramètres. Sous l'œil attentif du gouvernement qui pourraient s'inspirer de leurs décisions pour faire évoluer les règles de la retraite de base...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/02/2015 à 13:13 :
Les journalistes osent écrire que c'est la faute des générations de l'après-guerre à l'âge de la retraite qui gonfle les dépenses.

Il y a eu aussi une époque celle où le babyboom étant en activité gonflait ces caisses qui "roulaient sur l'or" et constituait un matelas de réserves ... Cherchez l'erreur ...
a écrit le 19/02/2015 à 11:50 :
Les retraités actuels ont commencé à travailler à 17 ans avec des semaines de 48h (et non 35h) ...
Ils n'ont pas jetés l'argent par les fenêtres, ils n'ont pas changés de portables ou de voitures pour suivre la mode...
a écrit le 18/02/2015 à 12:54 :
les gouvernements des 30 dernières années devront justifier le jour venu leurs actions sur ce problème ; des sanctions exemplaires seront appliquées et la justice populaire est cruelle. Qu'ils ne se croient pas exemptés de responsabilités.
Réponse de le 18/02/2015 à 15:50 :
Ce n'est pas l'Etat qui gère les caisses de retraites complémentaires, mais vos élus syndicaux.
Réponse de le 18/02/2015 à 19:37 :
"des sanctions exemplaires seront appliquées et la justice populaire est cruelle. " Ils seront tous morts quand les jeunes découvriront qu'en guise de retraite, ils ont des dettes.
La démocratie universelle favorise le plus grand nombre, pas l'ensemble et encore moins les minorités.
a écrit le 18/02/2015 à 10:35 :
Ce sujet concerne un tiers des français. Il est infiniment plus important que DSK, l'Ukraine ou même la Grèce. Il devrait être en une avec des gros titres de tous les journaux. Il n'en est rien. POURQUOI?
Sur le fond, avoir pour objectif de gagner du temps (c'est le seul objectif avoué) est plus que minable. Qand va-t-on regarder les chiffres de la démographie en face? La retraite par répartition n'est plus économqiuement vivable. Il faut donc en changer. Cela devrait pouvoir être compris par des élèves de CM2, mais apparemment pas par les apparatchiks qui croient nous gouverner.
a écrit le 18/02/2015 à 9:14 :
Attention si on continue de toucher au retraite, le consomateur retraite va allé vivre ailleurs, pour ma retraite j envisage le portugal immo moins chere et pas d impot pendant 10 ans. C est un consomateur qui va partir et qui fait marcher les entreprises si demain ils partent ded branches entiere de notre economie vont disparaitre sur beaucoup de secteurs c est plus de 80% des ventes
Réponse de le 18/02/2015 à 12:01 :
Partez donc !
Réponse de le 18/02/2015 à 15:37 :
Partez, mais ne soyez pas surpris si un jour vous ne touchez plus de retraite du tout!

Les pigeons cotisants se révolteront peut-être contre la gérontocratie méprisante!
a écrit le 18/02/2015 à 0:33 :
Si on parle des retraites, pour les actifs n’est-ce pas un problème alors que ça n’est pas financé ? On parle de l’intérêt des retraités, pas des actifs qui pâtissent de la politique de dette, de cherté des prix, des salaires en baisse, du chômage… de l’Europe sous-compétitive incapable de réformes et de produire de la croissance et sous-innovante. On fait dans le vieillissement et la dépopulation sud européenne !
Pour les salariés dont le chômage n'est pas compris dans la retraite, le système privilégie les fonctionnaires...
a écrit le 18/02/2015 à 0:27 :
Difficile d'augmenter les cotisations vu les impôts, taxes, assurances, et frais divers en hausse.
a écrit le 18/02/2015 à 0:24 :
La seule chose que l'on peut reprocher aux papys, c'est d'avoir eu plus de chance d'avoir eu du travail... Pour le reste, en prenant leur retraite à 60 ans ils ont travaillé plus d'heures que ceux qui partent actuellement en retraite et énormément plus d'heures que ceux qui partiront dans les dix prochaines années en retraite, même en partant à 65 ans.... Quant aux pensions qu'ils touchent, elles sont basées sur le même principe que celles que perçoivent ceux qui prennent leur retraite actuellement!
Regardez donc de côté de ceux qui touchent une pension sans avoir jamais cotisé ou du côté de ceux marquent des points et des trimestres sans cotiser!
Pensez également à revoir le fondement même de la sécurité sociale qui est basé sur des erreurs démographique et économique!
Enfin, n’oubliez pas que ces nantis de retraités font travailler de nombreuses entreprises et si vous les chatouillez un peu trop, ils risquent bien, non pas de descendre dans la rue, pas très pratique avec leur déambulateur, mais d’annuler un certain nombre de dépenses qui mettront en faillite de nombreuses entreprises…. Toute leur vie, ils ont été habitué à se serrer la ceinture, ils peuvent le faire à nouveau !
Vous pouvez également envisager de faire monter chaque année les retraités au cocotier, la sélection naturelle en quelque sorte! Reste à trouver en métropole les cocotiers ou leur payer un voyage aux Antilles!
Réponse de le 18/02/2015 à 3:24 :
Les retraités sont de très mauvais consommateurs car ils disposent d'un confort de vie (équipement) de loin très supérieurs aux jeunes actifs. Les entreprises n'auront aucun problème de recettes une fois le transfert de pouvoir d'achat restitués aux jeunes actifs...
Réponse de le 18/02/2015 à 7:34 :
Je répondrais quand les retraités de ce jour avaient votre age ils avaient pas un grand confort de vie et ils ont élevés leurs enfants parfois avec difficulté,regardé surement vos parents?Ne soyez donc pas jaloux votre tour arrivera et vos ne tiendrai plus le même discours
a écrit le 18/02/2015 à 0:04 :
Le meilleur moyen de ne pas payer les retraites, c'est de rallonger la durée, vu les plans de pré-retraite.
Cette Europe décadente laisse la moitié des jeunes sans emplois, c'est un système immoral.
a écrit le 17/02/2015 à 22:05 :
On parle d’un déficit des comptes de retraite du secteur productif. On oublie le hors-bilan publié à 2500 milliards. Pourquoi les boomers ne veulent pas financer les retraites des jeunes ? Pourquoi irait-on augmenter les cotisations des actifs alors que par exemple un instituteur premier échelon voit son salaire brut réduit de 10% alors que l’écart brut net augmente… on fait des échelons à l’ancienneté qui pénalisent les jeunes. De la même manière on finance des dépendances pour les retraités et quels droits pour les jeunes avant 25 ans ? On plastronne sur la puissance nationale, mais voilà le déclin alors que la richesse par habitant diminue, les salaires gelés parait-il jusqu’en 2017 diminuent et le chômage augmente… On fait dans la croissance molle et on laisse désindustrialiser alors qu’on compte 60% de diplômés sans accès à la vie active. On perd de 16 à 12% de parts à l’export, on est des bons ? Le subprime et les plantages bancaires, on appelle cela le développement ? A quand 6 millions de pré-retraites, des coupes dans les retraites, des baisses dans les prix des logements, un remboursement des dettes et 85 milliards d’impôts ?
a écrit le 17/02/2015 à 21:19 :
Ta retraite si tu ne veux pas de mauvaise surprise, tu te la prépares perso! J'ai 42 ans, encore certainement 25 ans de boulot devant moi, toucherais une pension qui ne dépassera pas 30 a 35% de mes revenus actuels selon mes calculs. Donc j'ai déjà commencé par finir de payer ma résidence principale et maintenant j'investis. Immo, actions, assurance-vie, je diversifie et surtout ne compte que sur ma pomme!
Réponse de le 17/02/2015 à 23:34 :
Bel exemple d'égoïsme......
T'oublies qu'enormement de gens n'ont pas les mêmes moyens que toi!
Tu sais,ceux qui vident tes poubelles,qui remplissent tes rayons de supermarché,élèvent le steak que tu vas manger,boire le vin que tu vas boire,nettoyer les rues ou tu jeté tes papiers ,ta clope ou tes chewing-gum,te servir tes repas et te laver quand tu seras a l'hôpital et en maison de retraite.... La majorité des français quoi....
Réponse de le 18/02/2015 à 0:37 :
Certes mais votre assurance-vie est en obligations donc n'avez-vous pas seulement les intérêts?
Réponse de le 18/02/2015 à 3:17 :
@anonyme

Les pauvres n'ont qu'à pas se reproduire comme des lapins... (dixit le pape François)
Réponse de le 18/02/2015 à 6:58 :
Ce que je veux dire c'est qu'un petit fonctionnaire de catégorie C par exemple partira avec 80% de son dernier salaire en retraite à taux plein, et même si ce n'est pas mirobolant la proportion sera largement supérieure à la mienne qui partira avec la même chose en retraite de base. Ensuite même si je gagne bien ma vie je ne suis pas millionnaire mais fait des choix pour me préparer une retraite confortable et si je ne l'atteint pas mes enfants auront au moins un petit capital. Et c'est bien malheureux, je ne suis pas arrogant mais juste réaliste: vu comment ces caisses sont gérées, je persiste à dire qu'on a intérêt à se préparer perso.
a écrit le 17/02/2015 à 19:43 :
Il faut supprimer les complémentaires. Chacun doit cotiser pour sa pomme et tant pis pour les cigales.
a écrit le 17/02/2015 à 17:08 :
et que dire du holdup pratiquer en 2012 avec l aval d estrosi d une valeur de 6 milliards d euros qui sont parti pour l ircantec avec l aval des syndicats et du gvt fillon a l époque .
on a pris la cagnotte de l arrco et agirc pour le mettre sur la poste qui retournait au privé .
cela s appelle en droit privé un abus de bien social .merci qui merci sarko !
et maintenant reste plus qu a payer .ne vous étonnezpas lors des prochaines élections certains vont s en souvenir ..
Réponse de le 18/02/2015 à 8:36 :
+1 et merci aux syndicats d'avoir couvert ce holdup.
Réponse de le 23/05/2015 à 23:23 :
Il y a bien eu un plan Jospin en 2001 qui devais prendre sur les bénéfices pour être mis sur un plan d'épargne en vue de cette échéance. Il se montait à 35 Milliards en 2011 donc largement de quoi assumer le "déficit". Ces économies ont étés empruntées et dilapidée par Eric Woerth
Le Fonds de réserve des retraites a suscité les attaques les plus virulentes. Instauré par Lionel Jospin et censé aider à passer le pic de déséquilibre démographique entre cotisants et pensionnés, à partir de 2020, le FRR a été finalement utilisé pour éponger les déficits des années suivantes, en attendant l'équilibre promis par le gouvernement en 2018....
a écrit le 17/02/2015 à 16:39 :
J'imagine même pas l'impact d'une baisse des complémentaires. Des personnes âgées obligées de quitter leur maison de retraite par manque de moyens, des biens immobiliers vendus pour causes de moyens financiers diminués, des locations devenues trop coûteuses.... Et pendant ce temps là des pdg guère performants continueront de partir avec des retraites chapeaux de plusieurs dizaines de millions d'euros
Réponse de le 17/02/2015 à 18:46 :
Qu'ils vendent leur parpaing en viager ce qui permettra de remettre le marché de l'immobilier sur le droit chemin par l'abondance des lots... il n'est pas normal de laisser crever les caisse des retraites tout en possédant un patrimoine immobilier important. Les héritiers n'ont aucun intérêt à laisser perdurer une situation insensée qui consiste à conserver la pierre et l'inflation immobilière tout en creusant les pertes des caisses des retraites qu'ils devront surfinancer.
Réponse de le 17/02/2015 à 22:39 :
"des biens immobiliers vendus pour causes de moyens financiers diminués" : Quel drame... Les méritants héritiers qui nous disent d'être généreux avec leurs parents n'auront plus rien! Qui va faire concurrence aux fils de prolo avec des apports de 150 000 euros et maintenir les prix de l'immobilier?
a écrit le 17/02/2015 à 16:36 :
remettre le travail a 49 heures, 25 pour cent a 57 h et 60our cent a 62 h ,bonjour les courageux!!quelle production , avec des couts réduits de 10 pour cent,bonjour 1957
a écrit le 17/02/2015 à 16:32 :
Il est grand temps de revenir aux vieilles recettes qui ont fait leur preuve : une taxation exceptionnelle des grands labos pharmaceutiques, par exemple. Ces affaires génèrent un cash hallucinant.
a écrit le 17/02/2015 à 16:29 :
On va être sauvé
car les 403 + 30 millions de préjudice moral de TAPIE
serviront à renflouer les caisses AGIRC ARRCO ...
a écrit le 17/02/2015 à 16:29 :
conseil boursier : peut-être est-il temps de vendre à découvert les sociétés cotées de maisons de retraite et autres Ehpad. Celles-ci vivent bien en ce moment grâce aux super-retraites que s'est bombardée la génération des soixante-huitards, super-retraites qui touchent manifestement à leur fin.
Réponse de le 17/02/2015 à 17:39 :
20/22 ans en 68 , 2015-1968= 45 + 20/22 =65/67. Clairement ils ne sont pas en ehpad ou maison de retraite....les 68tards, Comme quoi des démonstrations sur des mauvais calculs entrainent des mauvaises analyses, grandes spécialités françaises. ( je ne suis pas 68tards...)
a écrit le 17/02/2015 à 15:31 :
Qui dit faible croissance et chômage dit moins de cotisations... C'est po gagné !
Et les régimes spéciaux EDF GDF, RATP SNCF, parlementaires .. on en parle ?
Reste la rue et les élections !
a écrit le 17/02/2015 à 14:54 :
Retraite complémentaire AGIRC des cadres représente 60% de leur retraite
celle des non cadres ARRCO représente 30%
donc il y a eu un pillage de caisse ...
Réponse de le 17/02/2015 à 16:12 :
Effectivement voila ou est le problème;mais qui osera y toucher
a écrit le 17/02/2015 à 14:35 :
ma belle mère qui est charmante comme tout avec sa retraite de la sécu et de l'arrco touche environ 2000 et quelques pour ses vieux joiurs commence à faire pipi dans sa culotte avec toutes ces réformes énarcotiques de bercy. Bercy beaucoup c'est non et NON
a écrit le 17/02/2015 à 14:09 :
La pension de réversion quelle rigolade. "ma veuve" m'a quitté il y a plus de 20ans fait des enfants avec un autre sans se marier et hop je claque et elle touche cette pension car n'ayant jamais travailler!
Bon rien n'est certain mais quel drôle de système quand même non?
a écrit le 17/02/2015 à 13:53 :
Bonjour,

L'agirc et l'ARCO dévissent avant le régime général ( c'est pour bientot rassurez vous) ... et sui on reparlait de l'adossement des IEG ( industries électriques et gazières..... vous devinez de qui il s'agit sans doute) réalisé il y a 10 ans et qui a généré des millliers d'ayant droits n'ayant pas cotisé à ces régimes. Résultat: maintenant, ce sera moins pour tout le monde !
a écrit le 17/02/2015 à 13:52 :
Il faut laisser faire les syndicats, que le patronat ne lâche rien et laisser ces régimes s'effondrer. Je suis indépendant et ma retraite je me la prépare moi-même. Il faut faire comme dans certains pays anglo-saxons et nordiques: redonner aux salariés et indépendants la part de cotisations dans leurs salaires mensuels et à eux ensuite de se responsabiliser quant à leur avenir et futures pensions.
Réponse de le 17/02/2015 à 14:00 :
Tu te la fais en faisant du travail au noir ?
Réponse de le 17/02/2015 à 19:47 :
C'est drôle, ça sent le poisson.
a écrit le 17/02/2015 à 13:45 :
Côté patronal, on insiste beaucoup sur le recul de l'âge de départ à la retraite. mais au gouvernementles mêmes insistent sur la réduction des cotisations part patronale = coût du travail comme quoi le travail ra?? d'où le trou que ne fait que se creuser.
a écrit le 17/02/2015 à 13:03 :
le front !
a écrit le 17/02/2015 à 12:53 :
Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans ce pays ! Pourquoi faut-il que ce soit toujours les mêmes qui doivent subir des sacrifices ? Les fonctionnaires quels qu'ils soient ne sont jamais concernés ! Leur pension est calculée sur les 6 derniers mois de salaire et basta ! C'est vrai qu'il ne faut pas toucher à cette catégorie de salariés, réservoir inépuisable de vote socialiste. Quoique en dise le baveux qui a pondu cet article, tous les salariés ne seraient pas concernés par une baisse de leur pension , c'est ça la solidarité ? Je ne propose pas la baisse des pensions des fonctionnaires, mais un peu plus de solidarité dans le calcul des pensions de retraite. Les salariés du secteur privé seraient ils des sous salariés ?
Il est certain que certains régimes sont favorisés, celui des " élus " de la république, cela c'est sur ! Mais de cela il ne faut pas en parler !










Réponse de le 17/02/2015 à 19:46 :
C'est curieux, je suis fonctionnaire et je vote FN. Je ne me reconnais pas dans votre diatribe.
Réponse de le 17/02/2015 à 23:05 :
"Je ne propose pas la baisse des pensions des fonctionnaires, mais un peu plus de solidarité dans le calcul des pensions de retraite. Les salariés du secteur privé seraient ils des sous salariés ?" : Alignez donc les modes de calcul! Puis comme vous êtes tous libéraux, laissez les jeunes choisir si oui ou non ils cotisent à vos complémentaires en pure perte.
Avec un peu de concurrence dans ces complémentaires, on verra si elles proposent toujours de reculer l'âge de la retraite à 70 ans pour les jeunes afin de ne pas revoir le mode de calcul des pensions que se sont accordés les retraités actuels.
La solidarité pour les pensions de base, c'est un devoir. Pour les complémentaires, c'est une escroquerie : Il y a trop de bénéficiaires qui se goinfrent sur le logement sans faire preuve d'une grande solidarité envers les cotisants.
La solidarité à sens unique, sous couvert des politiques, sous couvert de la fonction publique d'il y a 25 ans : Ne rêvez pas.
- Vous vous entendez très bien pour reporter les efforts sur les jeunes en matière de retraite :Bossez jusqu'à 67 ans si vous êtes nés après 74!
- Vous vous entendez très bien pour reporter la réduction des dépenses publiques sur les jeunes : Non remplacement d'un fonctionnaire sur deux (même effet pour les baisses de budget) = moins d'emploi pour les jeunes pour ne pas toucher aux acquis,
- Vous vous entendez très bien pour reporter les efforts sur les jeunes en matière d'imposition : Nos enfants de 50 ans ne nous procurent plus d'avantage fiscaux, c'est un scandale! On doit être non imposable dans nos maisons : les jeunes à peine capable de louer 30 mètre carré à 700 euros peuvent payer plein pot!
a écrit le 17/02/2015 à 12:53 :
sans retraités faignants; un pays de travailleurs ! quel rêve !
a écrit le 17/02/2015 à 12:52 :
Comme d' habitude les cadres du secteur privés seront les dindons de l' affaire, car l' AGIRC verse depuis des années de fortes contributions aux régimes spéciaux et aux retraites de la fonction public. Ces retraités du système public français partent plus tôt, touchent des montants de retraite plus élevés, et ont des droits spécifiques : " égalité, fraternité, liberté" sont des mots creux qui ne veulent rien dire en France. Aligner tous les systèmes de retraite sur le même niveau, soit 66 ans pour tous, et capitalisation pour tous.
Réponse de le 17/02/2015 à 13:10 :
L'agirc n'a jamais versé un centime au régime de retraite de la fonction publique ...... C'est tellement facile de de raconter des bêtises.
Réponse de le 17/02/2015 à 14:46 :
La plupart des cadres de la génération baby-boom partant en retraite voir pré-retraite gagnent très bien leur vie ,cela en devient même indécent par rapport aux générations suivantes d'actifs et de futur retraités qui eux vont en baver .Déja ,l'âge de la retraite pour les cadres devraient être à 70 ans voir plus ( durée de vie de 7 ans supérieur aux autres catégories) et pour l'ouvrier ou non-cadre 60 ans).Capitalisation pour tous ! ,tu doit être un cadre pour écrire cela , pour tous et comment vont faire ceux qui touchent 800€/mois , encore un déconnecté de la réalité.
Réponse de le 17/02/2015 à 17:47 :
faux.... En résumé, l'IRCANTEC, la caisse de retraite où sont affiliés les postiers, (mais aussi les sénateurs) s'apprête à piquer dans les caisses des retraites du privé, l'ARCCO, l'ARGICC une somme de l'ordre de 5 à 6 milliards d'euros pour renflouer ses caisses sous le prétexte qu'elle va perdre des cotisants, et le calcul du manque à gagner porterait sur 50 ans.
Réponse de le 18/02/2015 à 15:49 :
Non, l'IRCANTEC couvre les non-titulaires de la fonction publique. Ce sont les nombreuses personnes qui travaillent pour l'Etat mais ne sont pas fonctionnaires.

Je ne suis pas au courant d'un éventuel transfert, mais ce que je peux vous affirmer c'est que les transferts entre caisses du privé sont fréquentes. Il est de notoriété que les salariés comblent les trous des régimes des entrepreneurs et indépendants.

Vous devriez vous attaquer aux vrais scandales!
a écrit le 17/02/2015 à 12:45 :
LES RICHES, LE CAC 40 (BENEFICE CAC 40 2013-2014: 200 MILLIARDS D'EUROS!) OU EST LE PROBLEME ? DE QUOI LA PAYER LARGEMENT NOS RETRAITES!!!
Réponse de le 17/02/2015 à 18:18 :
Reveillez vous, les detenteurs des valeurs du CAC 40 sont etrangers donc non taxable. Vous voulez les taxer? et bien ils iront voir ailleurs et avec leurs sous.
a écrit le 17/02/2015 à 12:40 :
IDEES?il peuvent faire un impot pour sauvez les retraites , comme il ont fait un impot pour la dette,??? APRES TOUT AUCUN DES RETRAITES NON DEMERITEZ PUISQU ILS ONT PARTICIPER A L ENRICHISSEMENT DE LA FRANCE? PENDANT 40 OU 45ANS???
a écrit le 17/02/2015 à 12:36 :
dans les villes ,les campagnes votont pour un fn dur
Réponse de le 17/02/2015 à 12:55 :
votez le MOU LE MOUVEMENT ONDULATOIRE UNIFIE
Réponse de le 17/02/2015 à 12:56 :
DE F HAINE EN FRANCE ! DE L'AMOUR DE LA PAIX SVP !!!
a écrit le 17/02/2015 à 12:07 :
Les conditions de travail sont de plus en plus stressantes : fini le temps où l'on avait l'assurance de passer 37.ans et demi, dans sa meme entreprise, et souvent y gravir des échelons. A présent, l'on est exposé au risque permanent. Chomage à 50 ans, et c'est pour le restant de sa vie, et la misère, la perte de tout, la famille tombe en ruine, et l'éducation et l'avenir des enfants avec !!! IL faut donc non plus retarder l'age de la retraite, et prolonger la misère au chomage jusqu'à 65 ou 67 ans. Mais partager l'effort mensuel, pour moiti" sir les actifs, et moitié sur les Salariés. Instituer Une Cotisation de Solidarité mensuelle de 2.5% prélevée sur Fonctionnaires et Spéciaux actifs et retraités,au profit des Caisses de Retraite et Caisse de Chomage
a écrit le 17/02/2015 à 11:52 :
vous avez peut être cotisé a 24 ans environ et pour les vieux de ce jour ils ont travaillés pour la plupart a 16 ans ,donc en résumé nous aurons cotisé bien autant que vous
Réponse de le 17/02/2015 à 13:53 :
18 + 37, 5 ( années de cotisation minimum de votre génération) = 55,5 ans ( age de retraite de votre génération en moyenne)
Non en faite vous n'avez rien cotisez entre 16 et 18 ans et non vous n'avez pas cotisez autant que les salariés actuel, en %, en montant et en durée.
Le vieux fantasme que vous voulez nous vendre est faux et ce ce qui conduit le système a sa faillite.
Réponse de le 17/02/2015 à 16:20 :
je regrette j'ai travaillé dés 16 ans et demi 40 heures par semaine et a 18 ans 54 heures donc des cotisations en conséquences,et a 60 ans j'ai pris ma retraite soit presque 44 ans d'activité donc ne dite pas sans savoir car je n'était pas un fonctionnaire ni des régimes spéciaux ,mais tout simplement ouvrier dans l'industrie et ma complémentaire est de 510 € par mois.
a écrit le 17/02/2015 à 11:43 :
pourquoi cette solution n'est-elle jamais évoquée (le gel n'étant pas suffisant) ?
Après tout les retraités actuels ont moins cotisé (en pourcentage), sont partis à la retraite plus tôt et ont moins connu le chômage (en moyenne), ils pourraient donc faire quelques sacrifices / compromis, plutôt que de toujours taper sur les cotisants actuels (et retraités futurs, à 70 ans ?!)
Réponse de le 17/02/2015 à 13:37 :
tu oubli une chose c'est que les retraités d'aujourdhui,ont commencé à bossé à 14 ans pour la plupart et les salaires n'étaient pas au niveau de maintenant.Arrétez de taper sur les retraités car leur travail était beaucoups plus pénible que maintenant.Alors travaillé 46 ans et partir en retraite à 60 ans ce n'est pas être favorisé car en général l'espérance de vie n'est pas longue.
Réponse de le 17/02/2015 à 13:48 :
Les retraités actuels ont peut-être moins cotisés en %
mais ils ont commencé à travailler à 17 ans
avec des semaines de 48h (et non 35h) ...
Réponse de le 17/02/2015 à 13:59 :
C'est juste faux, la durée moyenne du travail était de 40h par semaine avant 1981, à moins que vous ayez commencé à travailler avant le front populaire.
Mensonge, mensonge, ou comment justifier que la génération actuel se tue au travail pour financer la génération qui a refusée et refuse tout changement.
Je vous invite a venir bosser 35h à l'heure actuel pour que vous puissiez voir qu'en 35h on produit 2 fois plus que vous produisiez en 40 h.
Alors ou sont les feignants ?
Réponse de le 17/02/2015 à 14:19 :
Les retraités actuels ont peut-être moins cotisés en % mais ils ont commencé à travailler à 17 ans avec des semaines de 48h (et non 35h) ...
Réponse de le 17/02/2015 à 23:30 :
"tu oubli une chose c'est que les retraités d'aujourdhui,ont commencé à bossé à 14 ans pour la plupart et les salaires n'étaient pas au niveau de maintenant." : Les fromagers, je ne dis pas; mais les cadrounets, arrêtez de vous payer nos tronches...
J'ai 30 ans et j'ai commencé à bosser l'été en étant déclarer à 14 ans (vive la Suisse!) sur des horaires raisonnables 56 heures par semaine. Ce qui précède (peinture, tonte, travaux agricole, etc.) : On va passer ça sous silence. Je n'ai pas de leçon à recevoir de bien des cadres en retraite qui sont nés avec une cuillère en or dans la bouche et essayent de se faire passer pour mon grand père commis de ferme : Je ne cotiserai pas pour qu'ils achètent des logements à leurs feignasses de gamin.
a écrit le 17/02/2015 à 11:27 :
L e sénat coûte chaque année un milliard d'euro aux contribuables commençons par fermer cet hospice de luxe et vendons le palais du Luxembourg!!!!
a écrit le 17/02/2015 à 11:20 :
Ce qu'il faut savoir :
En 1981 la retraite était à 65 ans
Depuis l'espérance de vie à augmentée de plusieurs années
La croissance à diminuée, voir disparue
La rémunération des réserves des caisses de retraites à fortement baissée
etc
Donc plus de charges, moins de revenus pour les caisses de retraites et pour ne vexer personne on fait le mort on ne fait rien.
Un peu de courage nos chers élus.
a écrit le 17/02/2015 à 11:20 :
C'est l'hiver, et comme tous les hivers je suis sur mon bateau à Sainte Lucie, ou dans les environs. Et je vois qu'on sonne encore l'alarme sur les retraites, Martine et moi, on a quand même cotisé trente cinq ans, enfin Martine un peu moins parce qu'elle a eu sa retraite à 50 ans (chez EDF on travaillait dur). Si on diminue nos retraites de 5600 Euros pour moi, et 3800 pour elle, on va faire comment ? Il va falloir vendre le pavillon de Chatou, ou l'appartement de Montparnasse. Parce qu'en plus ils nous augmentent les impôts à Paris. Il y a quand même beaucoup de jeunes qui travaillent, à eux de payer.
Réponse de le 17/02/2015 à 11:44 :
oui et qui paiera pour nous?
Réponse de le 17/02/2015 à 12:59 :
petits plaisantins va !!!
Réponse de le 17/02/2015 à 20:25 :
J'imagine que ce Henri et Martine est une manière de plaisanterie car avec des retraites de cadres sup, ils ne sont vraiment pas à plaindre surtout en partant à 50 ans avec la sécurité de l'emploi! Pensons plutot à ceux qui aujourd'hui vivent dans la précarité de CDD en intérim et d'intérim en CDD en passant par la case chomage et qui n'auront peut etre jamais de retraite complète...
a écrit le 17/02/2015 à 11:19 :
DOMI a raison : "il me semble que laisser choisir un depart à la retraite à 62 ans avec dégressivité et taux plein à 65 est une excellente solution. En effet elle laisse le choix du départ au futur retraité. Mais quid des régimes spéciaux, toujours pas de changements ?.... quel scandale. quid des retraites des senateurs, des députés et de leurs personnel ?.... quid des retraites de nos presidents ?...... quel scandale. Un peu de fraternité et l'égalité que diable. Mais ça c'était en 1789."
a écrit le 17/02/2015 à 11:19 :
Contrairement aux régimes privés,les régimes publics sont équilibrés!On doit se pencher sur la mauvaise gestion des caisses privées.Deux solutions;retarder l'age de départ en retraite et augmenter le taux de cotisation:on n' échappera pas a ces recettes douloureuses!
Réponse de le 17/02/2015 à 12:54 :
Etes vous sûr que les régimes publics sont équilibré????
Il serait intéressant de connaitre vos sources !
a écrit le 17/02/2015 à 11:08 :
En matière de régimes de retraites, la France est champion du monde des injustices : en matière de ratio cotisations/pension, les salariés du privé sont les grands perdants face à la multitude de régimes spéciaux (cheminots, députés, sénateurs ... etc) qui se traduisent par des avantages absolument scandaleux. De plus ces régimes, en déficit chronique, sont renfloués chaque année par nos impôts. Notre pays est de plus en plus le "royaume" des inégalités (comme avant 1789).
a écrit le 17/02/2015 à 10:51 :
ABOLIR la retraite ! les vieux n'ont qu'à se démerder! coûtent trop cher ! n'ont qu'à crever! et youpi ! VIVE LA JEUNESSE!!!
Réponse de le 17/02/2015 à 11:47 :
ABOLIR LA RETRAITE......... !!!!!!!???
CERTAINES PERSONNES DOIVENT AVOIR UNE INTELLIGENCE AUSSI GROSSE QUE LES PROPOS QU'ILS ECRIVENT C4EST A DIRE SOIT TRES PETITE , SOIT INEXISTANTE .
Réponse de le 17/02/2015 à 12:48 :
ABOLIR LES RETRAITES! QUE LES VIEUX TRIMENT TOUTE LEUR VIE ET TOUT LE MONDE SERA CONTENT! PLUS DE DEFICIT! PLUS DE MISERE! QUE DU BONHEUR !
Réponse de le 17/02/2015 à 12:51 :
NON C'EST HELAS LA SEULE SOLUTION POUR QU'IL N'Y AIT PLUS DE DEFICIT DE TROU ABYSSAL DES CAISSES D'ALLOC!!! ON Y VIENDRA VOUS VERREZ !!!
Réponse de le 17/02/2015 à 13:31 :
Mieux: Faire travailler les jeunes 80 heures par semaines et tripler leurs cotisations retraite. Là, c'est le jackpot !
a écrit le 17/02/2015 à 10:28 :
1 - les syndicats ne représentent que 8% de la population active . Pourquoi leur donne t on un rôle aussi important consistant le plus souvent à bloquer des évolutions économiques inéluctables et générant ainsi des coûts et charges supplémentaires.
2 - Les fonctionnaires participent au déficit des caisses. Sortons les du circuit et le déficit diminuera. Qu'ils soient indépendant des retraites privées.
3 - pourquoi les Fonds de Pension privés ne peuvent ils pas se développer en France pour que les salariés "choisissent" ou mettre une partie de leur argent pour leur vieillesse ?
Réponse de le 17/02/2015 à 10:52 :
noc !
Réponse de le 17/02/2015 à 14:37 :
Discours de cadre ,non ?
Réponse de le 18/02/2015 à 11:42 :
pourquoi les cadres n'auraient pas droit à la parole puisque ce sont eux uniquement qui cotisent à l'AGIRC ?? Si l'on doit baisser les pensions pourquoi pas mais on baisse aussi les cotisations et personne ne vient plus taper dans la caisse, cela changerait considérablement la situation et on favorise une retraite type "préfond" des fonctionnaires déductible des impots , le pied pour les cadres !!!
a écrit le 17/02/2015 à 10:26 :
Il en va pour Agirc/Arco comme pour toute la gestion publique en France : surtout ne rien faire en temps et en heure avant qu'il ne soit trop tard. Don rien d'étonnant. Evidemment, les députés ne sont pas concernés puisqu'ils ont un régime bien spécial et avantageux.
a écrit le 17/02/2015 à 10:03 :
@domi
D'accord pour les régimes spéciaux, mais à l'échelle du monde, donc aussi celui du privé en France : le taux de conversion moyen le plus élevé au monde et une des durées de retraite effective la plus longue.
Perso, je fais tout pour ne plus abonder cette pyramide à la Madoff...
Les retraites (des retraités actuels) baisseront parce qu'elle le doivent.
a écrit le 17/02/2015 à 9:42 :
On ne suit pas ... On subit !
C'est normal le peuple est trop bête et trop lâche, il a le traitement qu'il mérite .
a écrit le 17/02/2015 à 9:15 :
"Objectif : gagner du temps et, dans un premier temps, retarder autant que possible l'épuisement des réserves." peut on lire dans l'article, c'est totalement faux, cela fait des années que l'on pratique ce genre d'imbécilité et que les régimes s'effondrent. Il faut prendre les véritables mesures maintenant et surtout ne pas impacter le montant des retraites actuels qui vont devoir payer des maisons de retraite qui sont de + en + hors de prix
a écrit le 17/02/2015 à 9:07 :
Ce qui est bien c est qu en France on exempte toujours d effort les retraites actuels... Faut pas facher nos baby boomers qui pourraient mal voter alors que c est l electorat le plus important ... Pourtant c ets bien eux qui ont le plus a perdre si le systeme explose (les actifs eux seront plus ou moins gagnant car ils paieront moins de cotisation. Et comme si vous avez moins d e30 ans, vous aurez pas de retraite de toute facon, vous ne perdez rien...)
Réponse de le 17/02/2015 à 11:55 :
C'est vrai ! Mais pour ceux qui comme moi ont 57 ans, ont toujours cotisé et défendu la retraite par répartition, il y a de quoi se sentir floué, non ?
Réponse de le 17/02/2015 à 13:35 :
Les retraités actuels travaillaient jusqu'à 60 heures pas semaine contre 35 aujourd'hui. Apparemment, ce sont plutôt les salariés actuels qui sont exemptes d'efforts...
Réponse de le 17/02/2015 à 15:47 :
c es pour ca que je ne souhaite pas une explosion en vol du systeme. Mais qu on mette a la diete les retarites actuels. Malheuresement ca ne sera jamais fait et on va vaire X rafistolage avant que le systeme explose. Dans votre cas, vous aurez la chance d en profiter 10 peut etre 15 ans mais pas plus
Moi, j arriverai surement juste au moment ou le systeme explosera mais bon il faut bien qu il y ait un baisé dans l histoire: on ne peut pas avoir un systeme ou il y a de lus en plus de gens a entretenir et de moins en moins qui paient
Réponse de le 17/02/2015 à 23:22 :
"Les retraités actuels travaillaient jusqu'à 60 heures pas semaine contre 35 aujourd'hui. " : Les jeunes retraités ont passé la quasi totalité de leur carrière à moins de 40 heures. Les jeunes ne sont pas rares à faire 50 heures payées 35 avec une différence de taille par rapport à leurs ainés : Il n'est pas aussi simple de claquer la porte le vendredi pour travailler le lundi chez le voisin.
J'ai vécu le passage au 35 heures chez les maçons (j'avais 17 ans) et il en dit long : Vous n'êtes plus payé quand vous chargé le camion au dépôt, vous êtes payé à partir du moment où vous arrivez sur le chantier.
J'ai étudié entre temps et ceux qui approchent de la retraite font tous les mêmes constats : "On passait plus de temps au boulot avant, mais on bossait moins", "Avant les mails, on pouvait prendre notre temps pour répondre", "On apprenait à nous servir d'un outil, on était tranquille pour 10 ans. Maintenant, il faut prendre un outil plus performant tous les 3 ans."
a écrit le 17/02/2015 à 9:06 :
Et les caisses de retraite des régimes spéciaux,qui sont dans le rouge (plusieurs milliards),ah s'est vrai il ne faut pas en parler ,de toute façon le budget de l'état le comble chaque année avec les impôts des FRANÇAIS L'Etat demande de plus en plus de supprimer les doublons au niveau des villes ,collectivités , régions ,départements etc... eh bien pour réaliser d'importantes économies ,il faut aussi l'appliquer pour les retraites et ne faire plus qu’une seule caisse pour les Francais et de la uniformiser ,le montant des retraites ,les années de cotisation etc...ainsi tout les Francais seront logés a la même enseigne,mais nous ne sommes pas prêt de le voir ,,car les caisses de retraite sont gérées principalement par ds représentants du secteur public,au détriment du privé ,donc en résumé ils ne veulent pas se tirer une balle dans le pied
a écrit le 17/02/2015 à 8:51 :
c'est totalement Francais pas de dialogue entre les syndicat et le patronat pas de vision d'avenir mais tirer au maximun les avantages a cours termes ensuite on prend des decisions en catastrophes qui ne comptente personne c'est deja difficile pour tout le monde mais vu l'état des finances je vous dit pas la revolution si comme la Grece ou l'Espagne on reduisait containt et forcé les salaire et les pensions de 30% de par le non dialogue il faut bien que les syndicats apprennent a gerer leur bourse avec des perspectives d'avenir
a écrit le 17/02/2015 à 8:49 :
La seule solution consiste à financer le déficit des caisses de retraites par une taxe sur l'énergie. Mais surtout, ne mécroyez-pas.
a écrit le 17/02/2015 à 8:27 :
Il n'est pas nécessaire d'avoir fait l'ena pour savoir que le système de retraites va à la catastrophe. Nos dirigeants successifs dans leur folle envie d'être ré élu sont incapables de prendre des décisions de bon sens: un même temps de cotisations pour tous 42 ans , un mix de capitalisation ( d'où le succès des assurances vie) au lieu de ça certains partent à 50 /55 ans avec 80% de leur dernier salaire...comprendre qu'il y a un problème 1) de justice, 2)d'arithmétique relève du niveau de cm2...conclusion quand on fait l'ena on a pas le niveau du cm2 cqfd.
Réponse de le 17/02/2015 à 9:00 :
il me semble que laisser choisir un depart à la retraite à 62 ans avec dégressivité et taux plein à 65 est une excellente solution. En effet elle laisse le choix du départ au futur retraité. Mais quid des régimes spéciaux, toujours pas de changements ?.... quel scandale. quid des retraites des senateurs, des députés et de leurs personnel ?.... quid des retraites de nos presidents ?...... quel scandale. Un peu de fraternité et l'égalité que diable. Mais ça c'était en 1789.
Réponse de le 17/02/2015 à 10:33 :
certains perçoivent des retraites énormes, d'autres sont des retraités pauvres. Que les plus favorisés, et ils sont nombreux montrent l'exemple. Pour ne citer que de très nombreux élus, d'anciens grands patrons et hauts fonctionnaires etc........Bizarre aussi on ne parle que des caisses de retraite du privé. Quand bien même la croissance repartirait à la hausse, qui en profiterait le plus ?
Réponse de le 18/02/2015 à 15:51 :
La retraite par capitalisation ne résoudrait rien!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :