L'euro enfonce des seuils historiquement bas face au dollar et au yen

 |   |  437  mots
La dépréciation de l'euro face au billet vert s'accélère ce vendredi avec une monnaie européenne passés sous la barre du 1,26 dollar. Face à la devise japonaise, sa faiblesse s'accentue aussi sous les 118 yen. Les craintes de récession en Europe plombent la monnaie européenne. La ministre de l'Economie Christine Lagarde a estimé que la Banque centrale européenne pourrait encore baisser ses taux.

Les cambistes, estiment que les économies européennes vont être durement touchées par la crise financière. Du coup, l'euro tombe ce vendredi à son plus bas niveau face au dollar depuis deux ans. La devise européenne s'échange contre 1,2640 dollar vers 20h.  Depuis son sommet historique du 15 juillet, où elle avait culminé à 1,6038 dollar, la monnaie unique européenne s'est dépréciée de plus de 20% par rapport à un billet vert renforcé par sa qualité de valeur-refuge.

La faiblesse de l'euro s'accentue également face à la devise nippone. La monnaie européenne passe sous les 119 yen à 118,64 yen. Il s'agit de son plus bas niveau depuis septembre 2002.  Rappelons que début juillet, 1 euro valait 170 yen. Mais le yen poursuivait aussi son appréciation face au dollar, lequel atteignait ce jour son plus faible niveau en 13 ans. La devise japonaise est devenue une "valeur refuge par défaut" vers laquelle les investisseurs se ruent quand tout va mal.  En effet, le yen est une devise traditionnellement plébiscitée par les investisseurs en quête d'une relative stabilité en cas de tempête. La crise financière asiatique de 1997-1998, l'éclatement de la "bulle internet" s'étaient aussi accompagnés d'une ruée générale vers le yen.

D'autres mauvaises nouvelles se sont ajoutées pour la zone euro ce vendredi avec la chute la plus importante jamais vue de l'indice composite des directeurs d'achats (PMI) pour les secteurs manufacturier et des services de la France en octobre.

Dans la matinée, Christine Lagarde, a estimé lors d'une conférence de presse que la Banque centrale européenne (BCE) pourrait encore baisser ses taux ( la prochaine réunion est fixée au 6 novembre) estimant que l'Union européenne a "plus de marge de manoeuvre" en terme de politique monétaire que les Etats-Unis. "Nous en avons beaucoup plus sous le pied", a ajouté la ministre, alors que l'on" assiste maintenant à une baisse rapide de l'inflation", a-t-elle fait valoir. La Banque centrale européenne, dont la principale mission est le maintien de la stabilité des prix, avait encore remonté en juillet son principal taux directeur à 4,25% pour faire face à la flambée des prix. Puis, trois mois plus tard, elle a abaissé son taux à 3,75%, dans le cadre d'une action concertée avec de grandes banques centrales.

De l'autre côté de la Manche, la livre sterling chute aussi face au dollar et tombe à 1,55 contre plus de 1,62 la veille au soir. "La récession est bel et bien là, avec des baisses agressives des taux d'intérêt à prévoir", a commenté Audrey Childe-Freeman, du cabinet Brown Brothers Harriman.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
faut pas s affoller le dollar était sous évalué sa vraie valeur étant un dollar égal 0,80
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
bravo pour votre nouvelle formule, elle est une incitation a s eclairir et élargir notre champ de vision,et met a notre disposition un outil d analyse pertinent,le rapport de la monnaie et des taux dinteret est un exemple.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :