Zone euro : chômage au plus haut depuis dix ans, nouvelle baisse des prix

 |   |  364  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le taux de chômage en zone euro a atteint 9,4% en juin, un plus haut depuis le même mois de 1999. Du côté de l'inflation, les prix à la consommation ont de nouveau reculé, de 0,6%, soit une baisse record et plus forte que prévu.

Les dernières statistiques macroéconomiques en zone euro publiées ce vendredi confirment une forte poussée du chômage ainsi qu'une inflation négative. Ainsi, les prix à la consommation dans la zone euro ont baissé en juillet, de 0,6% sur un an. Il s'agit d'une baisse sans précédent et du deuxième mois d'inflation négative depuis la création de la zone euro en 1999.

Les analystes attendaient pour leur part une baisse des prix moins marquée, de 0,4% après -0,1% en juin et une stagnation des prix en mai.

Après le pic historique de 4% enregistré il y a un an, en juillet 2008, l'inflation a décéléré, dans le sillage du repli des prix pétroliers et du ralentissement de l'économie. La Banque centrale européenne (BCE), gardienne de la stabilité des prix en zone euro, s'attend cependant à ce que le phénomène actuel d'inflation négative soit de courte durée. Et se refuse pour l'instant à parler de déflation, définie comme un recul généralisé et prolongé des prix, signe d'une grave crise économique.

Dans un rapport annuel sur la zone euro, publié jeudi, le Fonds monétaire international (FMI) n'exclut pas en revanche "un faible risque de déflation", si la récession continue et si la situation sur le marché de l'emploi s'aggrave pour une période plus longue que prévu.

Le chômage justement, qui a atteint un plus haut depuis dix ans dans la zone euro. En juin, le taux de chômage a augmenté à 9,4%, après 9,3% en mai (chiffre révisé contre 9,5%). Il s'agit d'un plus haut depuis juin 1999, mais c'est un niveau toutefois moins élevé que ce qu'attendaient les économistes, qui avaient anticipé un taux de chômage de 9,7%.

Le chômage dans l'ensemble de l'Union européenne a atteint parallèlement un plus haut de quatre ans, à 8,9% en juin après 8,8% en mai.  Pour la France, Eurostat fait état d'un taux de chômage de 9,4% en juin contre 9,3% le mois précédent. Au sein de l'Union, c'est en Espagne que le taux de chômage est le plus élevé, à 18,1%, devant la Lettonie (17,2%).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il n'y a plus de boulot pour tout le monde et il n'y en aura plus pour tout le monde. Les plus diplômés trouveront encore des places mais à des grades très inférieurs à leur compétences. Aussi pour être ouvrier, il faudra montrer des diplômes. Sans diplômes élevés, tu pourras peut-être faire agent d'hygiène mais tu seras en compétition avec des milliers de diplômés avec des études supérieures. Autrement dit si vous êtes très intelligents, faites des enfants. Si vous êtes riches et pas intelligents, vous pourrez en faire aussi car vous pourrez les entretenir. Si vous n'êtes ni intelligent ni riche, abstenez de vous de faire des enfants. Maintenant, chacun est libre, mais qqu'il ne vienne pas se plaindre par la suite, il faut assumer jusqu'au bout !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
@FL : Dans quelle catégorie vous classez-vous?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
" Inflation Negative", funny froggy french!
DEFLATION coming up to Europe
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
deflation , quand on voit la baisse des prix de gros , mais en detail il y toujours un effet retard et une aubaine pour certains , le chomage monte , la deflation menace , on va arriver au meme resultat que le japon avec cette politique monaitaire absurde , bravo la BCE , bientot un endettement de 200% du pib et on nous dira qu'il faut encore faire des sacrifices , ah oui j'oubliais , la cerise sur le gateau de la rentrée , la taxe carbone qui va encore grever les budgets des menages et encourager encore plus les delocalisations , continuons comme celà et bientot on mangera tous des pissenlits

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :