Russie : la chute de l'activité ralentit, Medvedev accélère

 |   |  330  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le produit intérieur brut russe s'est affiché au troisième trimestre en progression de 13,9% par rapport au trimestre précédent. S'il reste en fort recul en glissement annuel, de 8,9%, les autorités attendaient une glissade plus sévère encore, de 9,4%. Dans un discours à la nation ce jeudi, le président Dimitri Medvedev a annoncé la "modernisation" de la Russie.

Le Produit intérieur brut (PIB) de la Russie a chuté de 8,9% au troisième trimestre 2009 sur un an, selon des estimations provisoires de l'agence russe des statistiques (Rosstat) publiées ce jeudi. Les premières estimations du ministère de l'Economie donnaient un résultat bien plus pessimiste, à savoir une contraction de 9,4%. C'est mieux également que les chiffres du deuxième trimestre, où le PIB avait chuté de 10,9% en un an.

En fort recul par rapport à l'an passé, le PIB russe du troisième trimestre est en revanche en forte progression par rapport au deuxième trimestre, de 13,9%. Les autorités russes estiment que le pays a commencé à émerger de la crise lors de ce troisième trimestre.

Le 11 octobre, le président russe, Dmitri Medvedev, a pronostiqué un recul du PIB de 7,5% pour l'année 2009, alors que le gouvernement tablait auparavant sur une baisse de 8% à 8,5%.

Dimitri Medvedev annonce la "modernisation" du pays

Dans un discours à la nation, le deuxième depuis son élection en mars 2008, le président russe a déclaré ce jeudi  que la Russie avait été empêchée de lutter efficacement contre la crise en raison de sa dépendance à l'exportation de matières premières, dont les cours se sont effondrés. Si la Russie a été aussi durement touchée par la crise économique et financière mondiale, c'est en effet parce que les cours mondiaux des hydrocarbures, qui se sont effondrés, représentent 60% de ses recettes d'exportation.

Dimitri Medvedev a toutefois adressé un satisfecit au gouvernement dans la gestion de la crise, l'encourageant à "poursuivre le plan anticrise et être prêt à prendre des mesures complémentaires".

Il a par ailleurs annoncé la "modernisation", "de fond en comble" de la Russie ; il s'est notamment attaqué aux conglomérats publics, apparus pour la plupart sous la présidence de Vladimir Poutine, estimant qu'ils étaient "sans avenir" et qu'il fallait à terme soit les liquider, soit les transformer en sociétés par actions.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :