Etats-Unis : la production industrielle progresse plus faiblement que prévu

 |   |  657  mots
Quatrième mois consécutif de hausse pour la production industrielle, de 0,1% en octobre. De son côté, l'indice des prix à la production (PPI) affiche une progression de 0,3% par rapport à septembre. Enfin, les entrées nettes de capitaux aux Etats-Unis ont augmenté en septembre pour atteindre 133,5 milliards de dollars.

La production industrielle a augmenté de 0,1% aux Etats-Unis en octobre, une hausse plus faible qu'attendu, selon les statistiques publiées ce mardi par la Réserve fédérale, qui reflètent la baisse d'activité du secteur manufacturier après la fin de la prime à la casse automobile. Les économistes anticipaient une hausse de 0,4% à 0,7% de la production sur un mois, après celle de 0,6% de septembre, initialement estimée à 0,7%.

La hausse d'octobre marque le quatrième mois consécutif de progression de la production industrielle, qui accuse néanmoins un recul de 7,1% sur un an. Le taux d'utilisation des capacités de production, qui permet de mesurer les capacités excédentaires, a augmenté de 0,2 point de pourcentage à 70,7% mais reste inférieur de 10,2 points à sa moyenne de la période 1972-2008. Le marché l'attendait à 70,8%.

Le détail des statistiques montre que la production automobile est retombée en octobre à 6,8 millions d'unités en rythme annualisé, contre 7,1 millions en septembre.

Côté finances, les entrées nettes de capitaux aux Etats-Unis ont augmenté en septembre pour atteindre 133,5 milliards de dollars, contre un chiffre révisé à 25,3 milliards en août, a annoncé mardi le département du Trésor. Celui-ci avait initialement fait état d'entrées de 10,2 milliards de dollars en août.

Les entrées nettes de capitaux à long terme, qui excluent les "swaps", sont en hausse à 40,7 milliards de dollars en septembre contre 34,2 milliards (révisé) le mois précédent. Les entrées ont été plus que suffisantes pour compenser le déficit de la balance commerciale américaine, qui ressort à 36,5 milliards pour septembre.

Les prix à la production ont augmenté légèrement moins que prévu en octobre en dépit d'un rebond des prix de l'alimentation et de l'énergie, montrent les statistiques officielles publiées mardi. L'indice des prix à la production (PPI) affiche une progression de 0,3% par rapport à septembre alors que les économistes tablaient sur une hausse de 0,5-0,6%. L'indice avait reculé de 0,6% en septembre.

En excluant les éléments volatils que sont les produits alimentaires et l'énergie, l'indice PPI ressort contre toute attente en baisse de 0,6%, plus forte diminution depuis juillet 2006, contre une hausse de 0,1% attendue par les économistes et après un recul de 0,1% le mois précédent. Par rapport à octobre 2008, les prix à la production ont diminué de 1,9% le mois dernier alors que le marché anticipait un recul légèrement inférieur, de 1,8%.

Le département du Travail a indiqué que les prix de l'essence avaient augmenté de 1,9% le mois dernier mais ils affichent une baisse de 16% par rapport à la même période l'an dernier. Les prix des produits alimentaires finis ont par ailleurs augmenté de 1,6%, leur plus forte hausse depuis février 2007. Ils sont en recul de 2,7% sur un an.

Enfin, le moral des professionnels de la construction résidentielle est resté stable à un bas niveau en novembre, montre mardi une enquête réalisée avant la prolongation d'un crédit d'impôt aux primo-accédant à la propriété. L'indice NAHB-Wells Fargo du marché du logement est resté stable à 17. Le marché anticipait un chiffre en légère hausse à 19 après celui de 18 publié initialement pour octobre. Un indice supérieur à 50 signifie que les professionnels évoquant une amélioration du climat d'activité sont plus nombreux que ceux attestant d'une dégradation.

L'enquête a été réalisée avant la décision de l'administration de prolonger le crédit d'impôt de 8.000 dollars accordé aux contribuables acquérant pour la première fois une résidence principale, une mesure très populaire considérée comme l'un des moteurs de la sortie progressive de la crise de l'immobilier.

"Maintenant que le Congrès a fait son travail en prolongeant le crédit d'impôt jusqu'à l'an prochain (...), nous espérons vraiment que cela aura l'effet incitatif attendu sur les ventes", a déclaré le président de la NAHB (National Association of Home Builders), Joe Robson.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :