Etats-Unis : les licenciements massifs font bondir la productivité

 |   |  302  mots
La productivité des entreprises américaines a fortement progressé au troisième trimestre, en raison notamment du nombre important de licenciements. Les demandes hebdomadaires d'allocations de chômage ont reculé plus fortement que prévu la semaine passée.

Hausse de la production d'un côté et licenciements massifs de l'autre: la productivité des entreprises non-agricoles américaines a donc bondi au troisième trimestre, progressant de 9,5% en rythme annuel. Elle avait déjà grimpé de 6,9% (chiffre révisé en hausse de 0,4 point) au deuxième trimestre. Il s'agit de la plus forte hausse de cet indicateur depuis six ans.

Ces gains de productivité sont bien supérieurs aux attentes des économistes, qui tablaient en moyenne sur une augmentation de 6,4% de la production horaire par salarié.

La production non-agricole globale a rebondi de 4% entre juillet et septembre, après une baisse de 1,1% sur avril-juin. Dans le même temps, le nombre d'heures travaillées a diminué de 5% sur la période. De nombreux analystes estiment désormais que les entreprises ne disposent plus guère de marges de manoeuvre alors que l'économie amorce une phase de reprise, ce qui devrait logiquement les conduire à augmenter de nouveau leurs effectifs.

Les coûts unitaires du travail, un indicateur de l'évolution de l'inflation et des pressions sur les profits des entreprises, ont reculé parallèlement de 5,2%, après une baisse de 6,1% au deuxième trimestre. Les économistes tablaient sur une baisse de 4% de ces coûts.

Par ailleurs, les demandes hebdomadaires d'allocations chômage ont diminué davantage que prévu la semaine dernière, avec 512.000 dossiers déposés contre 532.000 la semaine précédente. Les économistes attendaient 523.000 nouvelles inscriptions.

La moyenne mobile sur quatre semaines, considérée comme plus représentative d'une tendance, recule à 523.750 contre 526.750 la semaine précédente, tombant à son niveau le plus bas depuis la semaine au 10 janvier.

Le nombre de personnes percevant régulièrement des indemnités ressort également en baisse à 5,749 millions lors de la semaine au 24 octobre contre 5,817 millions la semaine précédente.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/11/2009 à 11:34 :
alors l'obama on l'aime toujurs autant?? hein?????
a écrit le 05/11/2009 à 16:39 :
Bref, "IN LICENCIEMENTS MASSIFS WE TRUST" ...
Merci, salauds de chomeurs !
et hop : comme d hab., plus on pedale moins vite, moins on avance plus rapidement.
C'EST SANS DOUTE LA VERSION OBAMA DE LA REPRISE ECONOMIQUE.
PAS GRAVE...CE QUI COMPTE C EST QUE LES BANQUES SE GAVENT ...COMME AVANT !

MONDE DE MERDE BONSOIR.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :