Etats-Unis : la croissance du PIB nettement revue à la baisse

 |  | 318 mots
Lecture 2 min.
Le produit intérieur brut (PIB) américain n'a finalement progressé que de 2,2% au troisième trimestre, bien loin de la croissance de 3,5% initialement annoncée. En revanche, les reventes de logements sont en forte hausse.

L'économie américaine a bien renoué avec la croissance au troisième trimestre. Mais à un rythme nettement moins élevé que les précédentes estimations le laissaient penser. La troisième - et dernière - estimation du Produit intérieur brut (PIB) fait en effet état d'une progression de 2,2% de l'activité en rythme annuel, nettement moins que la croissance de 3,5% publiée fin octobre.

Le mois dernier, le département du Commerce s'était déjà montré moins optimiste que précédemment, ramenant son estimation de croissance du PIB à 2,8% entre juillet et septembre. Les économistes s'attendaient à ce qu'il confirme ce chiffre ce mardi.

Après quatre trimestres consécutifs de contraction, la première économie mondiale est cependant sortie de sa plus longue récession depuis 1930. Elle a notamment été tirée par la consommation des ménages, qui affiche un bond de 2,8% sur la période: sa contribution à la croissance s'élève à 1,96 point. La prime à la casse automobile, mise en place par le gouvernement américain pour relancer les ventes de voitures, a contribué à elle seule à 0,81 point de croissance.

A l'opposé, l'investissement des entreprises reste déprimé, affichant son neuvième trimestre consécutif de baisse (-1,3%), une fois la hausse des stocks des entreprises exclue. Et le déficit commercial des Etats-Unis a pesé sur le niveau l'activité, retranchant 0,81 point de croissance au cours du troisième trimestre.

En revanche, les reventes de logements ont progressé bien plus fortement que prévu en novembre, affichant un gain de 7,4% sur le mois. En rythme annuel, elles ressortent ainsi 6,54 millions d'unités, contre 6,09 millions le mois précédent et 6,25 millions attendus précédemment. Elles sont au plus haut depuis février 2007.

Par rapport à novembre 2008, les ventes de logements anciens ont grimpé de 44%, ce qui constitue la plus forte progression en rythme annualisé depuis la création de cette série statistiques en 1999.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :