La Chine promet de continuer à réformer son régime de change

 |   |  362  mots
(Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Pékin a nié ce mardi toute manipulation du yuan et a rejeté l'argument selon lequel un renforcement du taux de change réduirait le déficit commercial américain avec la Chine. La Chine a promis de continuer à réformer son régime de change, mais selon son calendrier et ses méthodes.

Pékin a vivement défendu sa politique monétaire ce mardi, alors que les Etats-Unis accusent à couvert la Chine de sous-évaluer sa monnaie afin d'offrir aux exportateurs chinois un avantage sur les marchés internationaux.

Lors d'un point presse ce mardi, une porte-parole du ministère des Affaires étrangères chinois, Jiang Yu, a notamment nié toute manipulation du yuan, également connu sous le nom de renminbi (RMB). Il y a encore trois jours, les Etats-Unis ont annoncé qu'ils reportaient la publication d'un rapport - prévue initialement le 15 avril - susceptible d'accuser la Chine de "manipuler sa devise".

La porte-parole a également rejeté l'argument selon lequel un renforcement du taux de change réduirait le déficit commercial américain avec la Chine. "Le taux de change du renminbi n'est pas la raison principale du déficit commercial entre la Chine et les Etats-Unis". "Une appréciation du RMB n'est donc pas la solution à un rééquilibrage des échanges commerciaux" entre les deux pays, a-t-elle souligné.

La porte-parole a enfin déclaré que son pays continuerait d'améliorer son régime de change. Ce sera cependant en fonction du calendrier et des méthodes de son choix, a bien précisé le porte-parole.

"Elargir la bande de fluctuation du yuan"

La Chine a refixé sa devise au billet vert à hauteur d'un dollar pour 6,83 yuans depuis juillet 2008 afin d'aider ses exportateurs à faire face à la crise du crédit. Au cours des trois années précédentes, Pékin avait laissé le yuan gagner progressivement 21% face au dollar.

Les marchés financiers espèrent que la Chine permettra à sa devise de reprendre sa progression durant l'année afin de contenir l'inflation et de soutenir la demande intérieure. De fait, un économiste du gouvernement chinois a déclaré de son côté que la Chine pourrait élargir la bande de fluctuation du yuan et reprendre une appréciation modeste.

Côté américain, Barack Obama est pressé par le Congrès de persuader Pékin de laisser s'apprécier le yuan, alors que les Etats-Unis ont enregistré un déficit commercial de 227 milliards de dollars l'an dernier avec la Chine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :