Ultimes propositions de Gordon Brown avant les élections

 |   |  469  mots
Distancé dans les sondages par les conservateurs à moins d'un mois des législatives, qui se tiennent le 6 mai, le Parti travailliste de Gordon Brown a tenté ce lundi de reprendre la main en dévoilant un programme électoral fondé sur le soutien à la fragile reprise économique.

"Je vous présente aujourd'hui un plan radical et réaliste pour la Grande-Bretagne qui commence par garantir la reprise et refonde la Grande-Bretagne en un pays plus juste, plus vert, plus responsable et plus prospère", a expliqué ce lunid Gordon Brown en présentant son programme pour les élections du 6 mai. Ce dernier insiste sur la nécessité de ne pas fragiliser la reprise économique "par de téméraires réductions des dépenses publiques cette année".

Le Parti travailliste veut en outre contraindre les banques à accroître leurs capitaux propres et modifier les règles encadrant les prises de contrôle d'entreprises, qu'il souhaite faire approuver par les deux tiers de l'actionnariat et non plus à la majorité simple comme c'est le cas aujourd'hui.

"Nous continuerons de soutenir l'économie tant que la croissance restera fragile, respectant notre objectif d'augmentation de la dépense publique sur l'année à venir pour soutenir la reprise (...) Lorsque la reprise sera assurée, nous réduirons rapidement le déficit budgétaire", annonce le Labour.

Le parti entend réduire de moitié en quatre ans le déficit budgétaire - qui devrait excéder cette année les 11% du PIB - mais estime que les réductions de la dépense publique beaucoup plus rapides et profondes que prônent les conservateurs, dont le programme sera annoncé mardi, menacent de faire dérailler la reprise économique.

Sur le plan de la fiscalité, le parti au pouvoir depuis 1997 annonce qu'il n'augmentera pas les principaux taux de l'impôt sur les revenus et n'étendra pas le champ d'application de la TVA. Gordon Brown ne s'est pas engagé formellement à ne pas relever le taux de la TVA, actuellement de 17,5%. "Notre plan de réduction des déficits est chiffré, et il n'inclut pas une augmentation de la TVA", a-t-il cependant déclaré.

Les sondages donnent les conservateurs de David Cameron en tête des intentions de vote mais leur avance - six points selon la dernière enquête réalisée par l'institut YouGov pour le Sun - pourrait être insuffisante pour obtenir la majorité à la Chambre des communes. La perspective plausible d'un parlement sans majorité est un motif d'inquiétude pour les investisseurs.

Depuis l'ouverture officielle de la campagne électorale, la semaine dernière, les débats se sont focalisés sur le projet travailliste d'augmenter les cotisations sociales finançant la National Insurance (caisse d'assurance nationale qui verse notamment les indemnités de chômage, les pensions de retraite ou les allocations familiales et de logement). L'opposition conservatrice a rallié plusieurs dizaines de chefs d'entreprise contre ce projet. "Nous avons décidé que nous augmenterions l'assurance nationale parce que c'est ainsi que nous finançons nos services de santé et nos services publics", a insisté Gordon Brown.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :