Etats-Unis : de nouveau des bons chiffres avec l'industrie et l'immobilier

 |   |  331  mots
Les commandes industrielles aux Etats-Unis ont augmenté contre toute attente en mars, de 1,3% par rapport à février, alors que les analystes estimaient qu'elles avaient baissé de 0,2%. Par ailleurs, les promesses de vente dans l'immobilier ancien ont augmenté plus que prévu en mars, de 5,3%, et atteint un plus haut de cinq mois.

Nouveaux bons chiffres conjoncturels outre -Atlantique ce mardi ! Les commandes à l'industrie ont augmenté de 1,3% en mars, et pour le mois de février, elles ont été révisées à la hausse, à 1,3% contre 0,6% initialement. Les commandes hors-transports ont grimpé de 3,1%, soit la plus forte hausse en près de cinq ans. Hors commandes dans le secteur de la défense, les commandes à l'industrie ont augmenté de 1,3%.

En revanche, les commandes de biens durables sont en baisse de 0,6%, et enregistrent ainsi leur première baisse en quatre mois, même si elle est inférieure aux prévisions d'une baisse de 1,3%.

Par ailleurs, les promesses de vente dans l'immobilier ancien ont augmenté plus que prévu en mars, et atteint un plus haut de cinq mois, grâce à une ruée des acheteurs avant l'expiration d'un crédit d'impôt. L'Association nationale des agents immobiliers (Nar) a fait savoir ce mardi que son indice, calculé sur la base de contrats signés en mars, avait crû de 5,3% à 102,9, après une croissance de 8,3% le mois précédent.

Les analystes attendaient une hausse de 4%. Par rapport à mars 2009, l'indice affiche une croissance de 21,1%. Les acheteurs potentiels devaient signer leur contrat avant la fin avril et confirmer d'ici la fin juin pour bénéficier du crédit d'impôt.

Le marché se montre optimiste mais prudent aussi, espérant que l'amélioration de la conjoncture économique, et surtout le retour de la croissance de l'emploi, soutiendront les ventes immobilières au-delà du crédit d'impôt.

"Dans les mois qui suivront immédiatement l'expiration du crédit d'impôt, nous anticipons une baisse mesurée des ventes", dit Lawrence Yun, chef économiste de la NAR. "Par la suite, au second semestre de l'année et en 2011, les ventes immobilières parviendront sans doute à s'auto-entretenir si l'économie peut créer des emplois à un rythme décent, bénéficiant aussi d'un retour de l'acheteur, attiré par un marché où la valeur des logements se stabilise".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :