La Fed relève ses prévisions de croissance pour 2010

 |   |  305  mots
La croissance PIB américain devrait entre comprise entre 3,2 et 3,7% cette année. Mais la Réserve fédérale n'a pas relevé ses prévisions pour les deux années suivantes, estimant que la reprise devrait restée "graduelle".

La croissance américaine devrait être légèrement plus forte que prévu cette année. La Réserve fédérale a revu ce mercredi sa prévision de hausse du Produit intérieur brut (PIB). Elle devrait être comprise entre 3,2 et 3,7% en glissement annuel à la fin du quatrième trimestre, contre une fourchette précédente allant de 2,8 à 3,5%.

Conséquence: le taux de chômage devrait reculer plus fortement que prévu en janvier. La Fed estime qu'il devrait se situer entre 9,1% et 9,5% en moyenne sur les trois derniers mois de l'année (contre 9,5-9,7% précédemment). En avril, le taux de chômage a progressé de 0,2 point, atteignant 9,9% de la population active.

En revanche, les banquiers centraux américains n'ont pas touché à leurs estimations pour les deux années suivantes. Ils tablent toujours sur une croissance comprise entre 3,4 et 4,5% fin 2011 et entre 3,5 et 4,5% fin 2012. A cette date, le chômage ne devrait pas tomber en dessous de 7,5%, une estimation quasiment inchangée.

Ces nouvelles prévisions ont été publiées en annexe des minutes de la dernière réunion du Comité de politique monétaire de la Fed, les 27 et 28 avril. Dans son traditionnel compte-rendu, la banque centrale fait état d'une reprise "graduelle" de l'activité outre-Atlantique, le PIB ne progressant que de manière "modérée", c'est à dire légèrement au-dessus de son potentiel de croissance (2,5-2,8% par an).

Elle note toutefois que le niveau d'inflation est trop bas, "inférieuraux niveaux qui correspondraient sur le long terme au double objectif de la Fed", expliquent les minutes évoquant la stabilité des prix et la limitation du chômage. Les prix à la consommation hors alimentation et énergie, un étalon de la politique de la Fed, ont augmenté en avril de 0,9% en rythme annuel, leur plus faible hausse depuis 1966.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/05/2010 à 18:17 :
On attend surtout que la Fed relève ses taux. Ceux ci sont à un niveau incroyablement bas de é"entre 0 et 0,25%" alors que le niveau déjà historiquement bas de 1% entre 2004 et 2006 environ est soupçonné d'avoir été à l'origine de la catastrophique crise des subprimes dont nous ne sommes toujours pas sortis. Ces taux sont visiblement en train de créer de nouvelles bulles spéculatives (dettes d'états, matières premières, immobilier dans certains pays comme la Chine, etc). Les taux trop bas de la Fed sont le plus gros problème actuel selon le Brésil. Quand cette aberration historique va t'elle enfin cesser ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :