Etats-Unis : forte baisse des créations d'emplois dans le secteur privé

 |  | 317 mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le secteur privé américain a créé bien moins d'emplois que prévu en juin. De mauvaise augure à deux jours de la publication des chiffres officiels du marché du travail. Par ailleurs, l'indice d'activité de la région de Chicago a reculé légèrement en juin, mais un peu moins qu'attendu.

A deux jours de la publication très attendue des chiffres officiels du marché du travail américain, les clignotants sont au rouge. Ce mercredi, le cabinet en ressources humaines ADP a indiqué que seulement 13.000 emplois avaient été créés en juin par le secteur privé. Cela représente une forte baisse, comparé aux 57.000 créations nettes de postes enregistrées en mai.

Ce nouveau chiffre décevant ne manquera pas de raviver les inquiétudes des marchés, alors que les économistes tablaient sur 60.000 créations nettes de postes en juin. Il fait suite à la forte baisse de la confiance des consommateurs, publiée ce mardi, et à la révision à la baisse de la crioissance du produit intérieur brut au premier trimestre (ramenée vendredi dernier de 3% à 2,7%). Mais aussi à la prudence affichée par la Réserve fédérale américaine lors de son Comité de politique monétaire.

Les statistiques officielles du département du Travail seront donc publiées ce vendredi. Les économistes misaient jusqu'à présent sur 110.000 destructions d'emplois non-agricoles, en raison principalement de la fin des emplois temporaires liés à la campagne de recensement, qui avaient gonflé les chiffres du mois de mai. Dans le privé, les marchés escomptaient 112.000 créations nettes de postes, bien loin des chiffres livrés ce mercredi par ADP.

Par ailleurs, la croissance de l'activité économique dans la région de Chicago, une des plus industrialisées des Etats-Unis, a continué de ralentir en juin mais un peu moins qu'attendu, montre mercredi l'enquête mensuelle de l'institut ISM auprès des directeurs d'achats. L'indice PMI a reculé à 59,1 contre 59,7 en mai.
Cet indicateur avait atteint en avril son plus haut niveau depuis cinq ans à 63,8 et les économistes anticipaient pour juin un chiffre en léger repli à 59. La composante des nouvelles commandes a reculé à 59,1 contre 62,7 le mois dernier, mais celle de l'emploi est remontée à 54,2 contre 49,2.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :