Après les députés, Berlusconi a convaincu les sénateurs

 |   |  596  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Silvio Berlusconi a obtenu ce jeudi au Sénat le vote de confiance dont il avait besoin. Un sauvetage provisoire de son gouvernement. Nombreux sont ceux qui parient désormais en Italie sur des élections législatives anticipées au printemps.

Silvio Berlusconi a obtenu jeudi comme prévu la confiance du Sénat, au lendemain d'un vote similaire de la Chambre des députés. Peu avant le vote du Sénat, Berlusconi avait affirmé que la confiance accordée par les députés renforçait son gouvernement, ce dont doutent la plupart des observateurs qui évoquent la possibilité d'élections législatives anticipées au printemps en Italie.

Car le président du Conseil n'est parvenu à obtenir mercredi la confiance d'une majorité de députés qu'avec le soutien des alliés de Gianfranco Fini, son désormais ennemi juré.  Silvio Berlusconi a répété jeudi devant le Sénat les arguments développés la veille devant la chambre basse du parlement lors de son discours de politique générale pour la deuxième partie de son mandat, censé expirer en 2013. "La majorité est plus forte (...) le gouvernement est en situation d'aller au terme de son mandat", a-t-il dit.

Le gouvernement italien est en fait fragilisé depuis la scission en juillet au sein du Peuple de la Liberté, la formation créée en 2008 par Silvio Berlusconi et Gianfranco Fini pour unir la droite.

Leur relation ne cessant de s'envenimer, Gianfranco Fini a alors claqué la porte du parti en emmenant avec lui une trentaine de députés et une dizaine de sénateurs, privant ainsi Silvio Berlusconi d'une majorité stable au parlement.

Des législatives au printemps ?

Le vote de confiance organisé mercredi a clairement prouvé que l'avenir du gouvernement était entre les mains de Gianfranco Fini, président de la Chambre des députés, et de ses alliés. "En réalité, le gouvernement a obtenu un sursis qui masque de nombreuses menaces", écrit l'éditorialiste Massimo Franco dans le Corriere della Sera. "Silvio Berlusconi ne dispose plus d'une majorité indépendante."

Les alliés du président du Conseil ont multiplié cajoleries et menaces à l'égard des élus centristes et indépendants avant le vote des députés, dans le but manifeste de prouver que Silvio Berlusconi disposait toujours d'un soutien parlementaire suffisant pour gouverner. Peu d'observateurs ont été convaincus. En Italie, certains s'attendent désormais à des législatives au printemps. Le mois de mars est avancé comme une date probable.

"On ne peut pas se permettre de faux-pas sinon nous allons vers des élections anticipées", a prévenu Umberto Bossi, le chef de la Ligue du Nord, qui avait provoqué la chute du premier gouvernement Berlusconi en 1994.

Formation fédéraliste représentée au gouvernement, la Ligue du Nord a le vent en poupe et verrait d'un bon oeil la tenue d'un scrutin anticipé qui lui permettrait d'étendre son influence sur le plan national. Quant à Gianfranco Fini, il risquerait d'être relégué au rang de figurant avec seulement 7 à 8% des suffrages selon les instituts de sondage.
Silvio Berlusconi pâtit pour sa part d'une popularité déclinante depuis son retour au pouvoir en 2008. D'après les sondages, il serait toujours en mesure de battre une opposition de centre gauche peu en verve mais il en sortirait affaibli.

Depuis son irruption sur la scène politique, l'homme d'affaires a cependant prouvé sa capacité de résistance à de multiples reprises mais les chances de voir son gouvernement tenir jusqu'en 2013 sont ténues. "Si l'on doit faire un pari sur les chances du gouvernement de rester en place jusqu'au bout à la lumière des événements d'hier, les raisons d'être pessimistes l'emportent très largement", souligne Il Sole 24 Ore, le quotidien des milieux d'affaires.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :