"Le Tea party a pénalisé les républicains"

 |   |  381  mots
Robert Shapiro, Professeur de sciences politiques à l'Université Columbia, revient sur les principaux enseignements de la victoire des républicains lors des élections de mi-mandat.

La Tribune - La défaite des démocrates est-elle un signe que les Américains n'ont plus confiance en Barack Obama ?
Robert Shapiro - Je pense plutôt qu'il s'agit simplement d'une marque de déception face au bilan économique de l'administration. C'est ce bilan qui a fait perdre les démocrates, plus qu'une volonté d'adhésion aux candidats républicains. Le regard que porteraient les Américains sur les deux premières années de présidence serait bien différent avec un taux de chômage à 6%, au lieu des 10% que l'on connaît aujourd'hui. Et le résultat de cette élection n'aurait pas été le même.

Il conserve donc toutes ses chances d'être réélu en 2012 ?
C'est ce qui s'est passé après les élections de 1994, marquée par une nette défaite des démocrates. Deux ans plus tard, Bill Clinton avait été largement réélu. Barack Obama peut également rebondir. Mais si l'économie ne s'améliore pas d'ici là, il abordera l'élection avec un véritable handicap qui occultera tout ce qu'il a pu faire par ailleurs. D'autant que les républicains disposent d'un autre avantage de taille : en gagnant entre 10 à 12 sièges de gouverneurs, ils auront un rôle très important dans le redécoupage électoral à venir.

Tout dépendra aussi de son adversaire...
C'est la grande question qui se pose aujourd'hui côté républicain. Il faudra d'abord savoir ce que souhaite faire Sarah Palin et quel soutien elle peut obtenir si elle décide de se présenter aux primaires. Par ailleurs, le parti regorge de candidats potentiels solides, conservateurs mais pas extrêmes : John Thune, Mitch Daniels, Rob Portman ou encore Christopher Christie. Ces candidats pourront plus facilement rassembler les électeurs indépendants et même quelques démocrates.

Justement, le mouvement du Tea party n'a-t-il pas pénalisé les républicains lors de cette élection ?
Le mouvement a fortement mobilisé ses partisans. Mais les républicains auraient certainement pu faire encore mieux sans le Tea party, en récupérant des sièges de sénateurs qu'ils n'ont pas remporté. C'est un enseignement qu'ils devront prendre en considération pour 2012. Je pense que les démocrates préfèreraient affronter Sarah Palin que tout autre candidat.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :