Assainir ses finances en taxant les touristes ?

 |   |  329  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
En Europe, de plus en plus de municipalités cherchent à compenser la baisse de leurs recettes fiscales en imposant les touristes. Après Berlin et Cologne, Venise songe à instaurer cet octroi d'un nouveau genre.

Venise réfléchit depuis l'automne dernier à introduire une taxe journalière d'un euro pour les touristes, qui arriveraient en bateaux de croisière, par train et par avion, le tout avec la bénédiction du président du conseil. Lors d'une émission télévisée mardi soir, Silvio Berlusconi a estimé "absolument logique" l'introduction d'une telle taxe touristique.

Le gouvernement italien a en effet un projet qui permettrait aux autorités municipales vénitiennes de lever cet impôt. Le dossier est défendu par le Ministre des administrations publiques et de l'innovation, un Vénitien. Il s'agit de soutenir les finances chancelantes de la Sérénissime, comme l'a déclaré ce mercredi le maire de la ville, Giorgio Orsoni. Venise reçoit environ 20 millions de touristes par an.

 

Florence réfléchit également à adopter une mesure du même ordre. Avant ces villes touristiques italiennes, ce sont les municipalités allemandes qui avaient adopté ce principe. Weimar prélève ainsi une dîme sur les touristes depuis 2005. Et Cologne, depuis 2010. Cette dernière ville a institué une taxe de 5% sur les chambres d'hôtel afin de remplir ses coffres, désespérément vides en raison de la crise. Cologne prévoit de récupérer jusqu'à 20 millions d'euros par an de cette façon.

Dans ces deux villes allemandes, cet "impôt" sur le tourisme est destiné à aider la culture. De son côté, Berlin réfléchit à mettre en place une taxe, qui, selon le ministre de l'économie de la ville, consisterait en un prélèvement forfaitaire d'un euro cinquante par nuit pour chaque visiteur.

 

Venise, qui doit faire face non seulement à une crise économique mais aussi à de coûteux travaux de réhabilitation de ses bâtiments qui menacent ruine, avait déjà, ces derniers mois, décidé de vendre des espaces publicitaires, y compris sur le Pont des Soupirs - ce qui avait créé la polémique...

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/12/2010 à 0:28 :
Ils ont fait l'ENA, mais il faut pas sortir de la cuisine à Jupiter (Cocluche dans le texte) pour nous sortir leur genre de solution: une taxe de plus :-)
a écrit le 24/12/2010 à 20:43 :
1 Euro c'est pas terrible, les gens ne venant en général qu'une journée, en apportant leur sandwiches et leur can de Pepsi achetés dans leur supermarché de banlieue, ne dépensant rien et n'apportant rien à la ville.
Tout ce qui peut-être fait pour se débarrasser de cette populace débraillée, emmarmaillée, et surtout désargentée, qui n'a qu'un intérêt vague pour Venise, chef d??uvre absolu dans son ensemble de l'architecture occidentale, est bon. Ils laissent leur détritus de Big Mac, et autres... et empêchent un public sinon cultivé, au moins respectueux, de jouir de ce lieu extraordinaire. Et qu'on ne me dise pas que ce n'est pas démocratique, à chacun ses intérêts, certains dépensent des fortunes pour des sonneries débiles de téléphones, mais ils viennent geindre pour quelques euros pour Venise dont il n'existera plus grand chose dans un siècle si ça continu à ce rythme.
Inutile d'y aller le weekend, c'est pire que le métro.
a écrit le 24/12/2010 à 16:07 :
Depuis longtemps appliqué en France mais sans le service que pourrait exiger nos amis touristes pour qui j'ai beaucoup de respect.
a écrit le 24/12/2010 à 9:28 :
Mais que fait Sarko ? Il dort. Vite une taxe
a écrit le 24/12/2010 à 7:48 :
La liberté de circulation, OUI, mais il faut un portefeuille bien garni? Je ne pense pas que cela améliore les caisses des cammerçants et de la vie économique de la ville. Nous n'avons pas de grands cerveaux aujourd'hui, cela se voit!
a écrit le 23/12/2010 à 13:43 :
l'économiste capable de mesurer le gain ou le manque à gagner ou la perte de ce genre de taxe n'est pas encore né!
a écrit le 23/12/2010 à 12:34 :
Ca existe déjà en France (taxe de séjour), donc 'no big deal'
a écrit le 23/12/2010 à 11:40 :
Ce qu'il faut revoir c'est toute la fiscalite. Le monde a change avec la globalisation. Les riches peuvent se tailler ailleurs ou simplement menacer de le faire. Du coup la fiscalite sur le patrimoine et les revenus s'est considerablement allegee. On peut se regretter, mais on n'y peut rien. Alors il ne reste plus qu'a taxer la consommation. Par exemple, la nuit dans un palace. Les riches peuvent se refugier dans un paradis fiscal s'ils le veulent, mais il faudra bien qu'ils en sortent. Et donc je crois qu'il faut developper ce genre de taxes. Malheureusement les coins perdus et banlieux pourries n'ont gagneront rien.
a écrit le 23/12/2010 à 10:15 :
Autant, cela peut se comprendre pour Venise et Florence qui sont des villes bien particulières et dont la préservation coûte des fortunes... autant vue le patrimoine assez réduit de Berlin et Cologne c'est un peu surprenant ! Tant que l'on applique ces taxes à la France, cela me va !
a écrit le 23/12/2010 à 9:40 :
il faut rétablir l'octroi !!! rien de nouveau sous le soleil . Tout le monde s'extasie devant les travaux pharaoniques entrepris par les municipalités - sous les conseils éclairés d'architectes dont le bruit des ? tombant dans leur escarcelle les fait frétiller- mais tout à un coût....en attendant de payer dans quelques décennies l'air que l'on respire
Réponse de le 23/12/2010 à 12:42 :
Les touristes participent lorsqu'ils consomment, en payant la TVA, les taxes,les impots qui sont récupérés par les commerçants (qui servent de collecteurs d'impôt), sans parler des park-mètres et autres frais qui entrent en direct dans la poche de l'administration. Si l'Etat utilise mal cette manne, ce n'est pas la faute aux touristes, (j'aurais du écrire"Comme l'Etat utilise mal...)
a écrit le 23/12/2010 à 9:09 :
notre système est gangréné
a écrit le 23/12/2010 à 8:25 :
La taxe de séjour ici, ou la "Kur Tax" là bas, s'applique déjà dans de nombreuses localités touristiques. Si les touristes doivent contribuer à couvrir les frais qu'ils engendrent là bas, les citoyens qu'ils sont aussi seront-ils dégrévés à domicile des frais qu'ils n'engendrent plus ici ?. Ou s'agit-il d'une double imposition ?
Réponse de le 23/12/2010 à 11:22 :
Je ne suis pas d'accord. Certes il va payer la TVA mais c'est un impôt national pas local. En revanche il profite d'infrastructures très subventionnées. A commencer par les transports publics pour lesquels les usagers ne paient qu'une part minoritaire du coût réel de fonctionnement et d'investissement. Ce sont les contribuables français -particuliers et entreprises - qui paient pour que nos métros, trams ou musées soient attrayants. Il me semble logique de demander aux touristes de contribuer aussi financièrement à un confort dont ils jouissent. L'été dernier, j'ai visité la ville de Lijiang dans le Yunnan. Les autorités locales exigent elles aussi des visiteurs le paiement d'une taxe. Le système est simple si vous logez à l'hôtel, vous la payez directement et si vous êtes chez des amis ou de passage pour la journée, vous ne pouvez visiter les musées et parcs de la ville qu'en vous en acquittant. Du coup, quasiment personne n'échappe à cet impôt touristique.
a écrit le 23/12/2010 à 6:11 :
bonjour la paperasse!Qui sera qualifié de "touriste",celui-ci sera-t'il filé? rétabliront-ils les octrois et les passeports intérieurs?

J'ai l'impression qu'on perd un peu la tête!

Réponse de le 23/12/2010 à 11:21 :
Je ne suis pas d'accord. Certes il va payer la TVA mais c'est un impôt national pas local. En revanche il profite d'infrastructures très subventionnées. A commencer par les transports publics pour lesquels les usagers ne paient qu'une part minoritaire du coût réel de fonctionnement et d'investissement. Ce sont les contribuables français -particuliers et entreprises - qui paient pour que nos métros, trams ou musées soient attrayants. Il me semble logique de demander aux touristes de contribuer aussi financièrement à un confort dont ils jouissent. L'été dernier, j'ai visité la ville de Lijiang dans le Yunnan. Les autorités locales exigent elles aussi des visiteurs le paiement d'une taxe. Le système est simple si vous logez à l'hôtel, vous la payez directement et si vous êtes chez des amis ou de passage pour la journée, vous ne pouvez visiter les musées et parcs de la ville qu'en vous en acquittant. Du coup, quasiment personne n'échappe à cet impôt touristique.
a écrit le 23/12/2010 à 0:18 :
Tout va à contre sens. Il faut plutot leur donner un cadeau de bienvenu, car il dépense
toujours sur place.
Réponse de le 23/12/2010 à 11:21 :
Je ne suis pas d'accord. Certes il va payer la TVA mais c'est un impôt national pas local. En revanche il profite d'infrastructures très subventionnées. A commencer par les transports publics pour lesquels les usagers ne paient qu'une part minoritaire du coût réel de fonctionnement et d'investissement. Ce sont les contribuables français -particuliers et entreprises - qui paient pour que nos métros, trams ou musées soient attrayants. Il me semble logique de demander aux touristes de contribuer aussi financièrement à un confort dont ils jouissent. L'été dernier, j'ai visité la ville de Lijiang dans le Yunnan. Les autorités locales exigent elles aussi des visiteurs le paiement d'une taxe. Le système est simple si vous logez à l'hôtel, vous la payez directement et si vous êtes chez des amis ou de passage pour la journée, vous ne pouvez visiter les musées et parcs de la ville qu'en vous en acquittant. Du coup, quasiment personne n'échappe à cet impôt touristique.
a écrit le 22/12/2010 à 21:16 :
Désespérant de voir l'industrie quitter la France, je pensait qu'il n'y aurait bientôt plus que le tourisme comme activité... (pour visiter les usines vides).... et bien voilà une nouveauté, après avoir tué l'industrie (le travail en général), les Etats vont s'attaquer aux touristes... déjà bien impactés par des prix "spéciaux touristes".... on les entendra ensuite se plaindre que leur pays attire moins de séjours de vacanciers ....
a écrit le 22/12/2010 à 18:38 :
si l'on prend le temps de la réflexion ,il me semble qu'une telle taxe est tout a fait logique .Hormis celui qui dort ,le touriste bénéficie gratuitement de toutes les commodités, sécurité misent en place par la mairie. laissant sur place déchets et autres ,demandant toujours plus .Je ne suis pas un fou de la taxation mais demander aux contribuables locaux de payer pour les autres cela est peut être finis ,
Réponse de le 22/12/2010 à 20:19 :
les taxes de séjour existent déjà il me semble dans les hotels, camping ? je campe et acquitte une taxe par nuitée partout en France .....
Réponse de le 22/12/2010 à 21:32 :
@ mimosa: oui, mais tu ne paies pas ton droit de respirer l'air ambiant. C'est la raison pour laquelle on devrait avoir une taxe pour sortir de chez soi...en attendant celle pour revenir à la maison :-)
Réponse de le 22/12/2010 à 21:42 :
@ sauros: toujours la même rigueur intellectuelle :-) Ben, j'aime pas les taxes, mais une petite par ci par là :-)
Réponse de le 22/12/2010 à 22:24 :
Oui, un droit pour respirer... Calculé selon la capacité thoracique du contribuable... Ce pourrait même être payé une seule fois dans l'année, comme la taxe d'habitation...Idée géniale n'est-ce pas ?
Réponse de le 23/12/2010 à 6:25 :
retraité caravaning nous payons les taxes de sejours + faisons vivre l'economie des villes visitées, nous sommes un groupe nous avons discuté de cette taxe,c'est terminé ,nous quittons ce pays pour vivre au maroc,au moins on ferat vivre une economie qui n'est pas dirigé par la MAFIA
Réponse de le 23/12/2010 à 11:21 :
Je ne suis pas d'accord. Certes il va payer la TVA mais c'est un impôt national pas local. En revanche il profite d'infrastructures très subventionnées. A commencer par les transports publics pour lesquels les usagers ne paient qu'une part minoritaire du coût réel de fonctionnement et d'investissement. Ce sont les contribuables français -particuliers et entreprises - qui paient pour que nos métros, trams ou musées soient attrayants. Il me semble logique de demander aux touristes de contribuer aussi financièrement à un confort dont ils jouissent. L'été dernier, j'ai visité la ville de Lijiang dans le Yunnan. Les autorités locales exigent elles aussi des visiteurs le paiement d'une taxe. Le système est simple si vous logez à l'hôtel, vous la payez directement et si vous êtes chez des amis ou de passage pour la journée, vous ne pouvez visiter les musées et parcs de la ville qu'en vous en acquittant. Du coup, quasiment personne n'échappe à cet impôt touristique.
a écrit le 22/12/2010 à 18:35 :
La taxe à l'hôtel existe déjà, la taxe sur les billets d'avion existe aussi. Alors, on fait quoi, on met un gendarme derrière chaque personne qui entre en France ? Cela sera un peu plus dur pour les boat people qui d'habitude n'annoncent pas leur arrivée :-)
a écrit le 22/12/2010 à 17:55 :
taxer les touristes, cela se fait déjà ! un jour ont taxera les gens constipés et ceux qui ont des diarrhées ! les politiques veulent-bien interdire les diesels et les 4x4 en ville !
Réponse de le 22/12/2010 à 18:15 :
La différence avec ce qui existe déjà en France, c'est que la taxe s'applique quel que soit le lieu où réside le touriste y compris d'ailleurs s'il ne dort pas sur place. Si vous passez quelques jours à Paris mais que vous logez dans une commune périphérique ou chez des amis, votre contribution à la fiscalité parisienne est nulle.
Réponse de le 22/12/2010 à 22:42 :
Ne vous laissez pas berner , un touriste qui vient passer quelques jours à Paris ,même s'il n'y loge pas contribue à la fiscalité de la ville de nombreuses manières, tout cela est normal , mais il faut appeler un chat ,un chat .
Réponse de le 23/12/2010 à 11:20 :
Je ne suis pas d'accord. Certes il va payer la TVA mais c'est un impôt national pas local. En revanche il profite d'infrastructures très subventionnées. A commencer par les transports publics pour lesquels les usagers ne paient qu'une part minoritaire du coût réel de fonctionnement et d'investissement. Ce sont les contribuables français -particuliers et entreprises - qui paient pour que nos métros, trams ou musées soient attrayants. Il me semble logique de demander aux touristes de contribuer aussi financièrement à un confort dont ils jouissent. L'été dernier, j'ai visité la ville de Lijiang dans le Yunnan. Les autorités locales exigent elles aussi des visiteurs le paiement d'une taxe. Le système est simple si vous logez à l'hôtel, vous la payez directement et si vous êtes chez des amis ou de passage pour la journée, vous ne pouvez visiter les musées et parcs de la ville qu'en vous en acquittant. Du coup, quasiment personne n'échappe à cet impôt touristique.
a écrit le 22/12/2010 à 17:38 :
Tabt de fois que j'ai du payer un taxe de tourisme aux hôtels en France et cela depuis dess années. Alors quoi de nouveau?
Réponse de le 22/12/2010 à 18:16 :
La différence avec ce qui existe déjà en France, c'est que la taxe s'applique quel que soit le lieu où réside le touriste y compris d'ailleurs s'il ne dort pas sur place. Si vous passez quelques jours à Paris mais que vous logez dans une commune périphérique ou chez des amis, votre contribution à la fiscalité parisienne est nulle.
Réponse de le 23/12/2010 à 10:39 :
En fait, je ne vois pas la différence entre la "Kulturförderabgabe" (redevance pour la promotion de la culture), comme l'appellent Weimar et Cologne, et une taxe de séjour. A Cologne on paie cinq pour cent du prix de l'hôtel (VAT y compris!), prélevé par l'hôtel. Celui qui ne dort pas dans un hôtel de cette ville n'est pas affecté.
Bien, l'idée de Venise est nouvelle. Je m'imagine déjà des contrôles de passeport aux sorties de la gare pour vérifier, si on habite dans la ville, ou demandant des justificatifs qu'on voyage pour des raisons professionnelles/non-touristiques.
Réponse de le 23/12/2010 à 11:14 :
L'été dernier, j'ai visité la ville de Lijinag dans le Yunnan. Les autorités locales exigent elles aussi des visiteurs le paiement d'une taxe. Le système est simple si vous logez à l'hôtel, vous la payez directement et si vous êtes chez des amis ou de passage pour la journée, vous ne pouvez visiter les musées et parcs de la ville qu'en vous en acquittant. Du coup, quasiment personne n'échappe à cet impôt touristique.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :