Les saisies immobilières repartent de plus belle aux Etats-Unis

 |   |  543  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le nombre de saisies immobilières aux Etats-Unis a bondi de 31% au troisième trimestre. Mais elles devraient avoir été moins nombreuses en fin d'année en raison de la polémique sur leur régularité.

L'accalmie n'aura été que de courte durée. Au troisième trimestre, le nombre de saisies immobilières aux Etats-Unis a bondi de 31% par rapport aux trois mois précédents, selon les chiffres publiés ce mercredi par les autorités américaines. 382.000 mauvais payeurs ont ainsi été délogés entre juillet et septembre. Et le nombre de procédures en cours fin septembre a progressé de 4,5%, pour atteindre 1,2 million.

Selon Lender Processing Services, une société spécialisée dans les prêts immobiliers, 6,9 millions d'Américains présentaient encore un défaut de paiement sur leurs prêts hypothécaires fin novembre. En janvier, ils étaient 8,1 millions. Le Trésor américain a récemment appelé les banques à tout faire pour trouver des solutions et rééchelonner les échéances. Mais son objectif de 3 millions de prêts modifiés est encore très loin d'être atteint.

Les saisies immobilières devraient cependant reculer au quatrième trimestre, en raison d'une polémique sur leur régularité. Les grandes banques américaines sont accusées au mieux de négligence, au pire de fausses déclarations lors du traitement de milliers de dossiers visant à déloger les mauvais payeurs. Incapables de gérer l'avalanche des défauts de paiement, elles auraient notamment eu recours à des "robot-signers" (signataires automatiques) : des employés, souvent pas ou peu formés, qui paraphaient des centaines de dossiers par jour, sans prendre le temps de les vérifier.

Alors que les témoignages se multipliaient dans la presse, plusieurs établissements avaient suspendu temporairement toutes les procédures. Avant de les reprendre, à l'image de Bank of America qui assurait, après examen de l'ensemble de ses pratiques, être "parvenue à la conclusion qu'elles étaient correctes". Tout juste a-t-elle admis quelques erreurs, tout en assurant par ailleurs n'avoir procédé à aucune saisie non fondée.

L'ampleur prise par ce scandale avait poussé les procureurs généraux des 50 Etats américains à ouvrir, mi-octobre, une enquête commune. Cette enquête se poursuit et pourrait aboutir sur un accord. Le mois dernier, CNBC affirmait que les deux parties étaient proches d'un terrain d'entente. "Nous en sommes encore loin, avait rétorqué Tom Miller, le procureur général de l'Iowa. Nous raisonnons plus en termes de mois que d'années mais tout dépendra de l'ampleur des modifications que nous souhaitons."

Selon CNBC, Bank of America, JPMorgan et Wells Fargo, qui représentent à eux trois la moitié du marché du crédit hypothécaire aux Etats-Unis, auraient accepté d'approvisionner un fonds destiné à indemniser les propriétaires injustement expulsés. Les modalités de financement et le montant des réparations seraient toujours en négociation. L'ensemble des demandes d'indemnisation serait traitée par un médiateur indépendant, avançait la chaîne d'informations financières.

"Notre enquête ne se limite pas au problème des signataires automatiques, expliquait mi-novembre Tom Miller au cours d'une audition devant la Commission bancaire du Sénat. La priorité, c'est de réparer le système de rééchelonnement des prêts". L'accord actuellement en négociation devrait ainsi prévoir qu'aucune procédure de saisie ne peut débuter avant que l'ensemble des options d'ajustement ne soient étudiées.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/12/2010 à 19:34 :
Dans un récent rapport, le gouvernement américain prévoit encore 8 à 13 millions de saisies immobilières d'ici 2012. L'efficacité du programme d'aide HAMP dont il est question dans l'article et qui a coûté 700 milliards de dollars y est fortement remis en cause. Ce programme n'aura évité que 700.000 à 800.000 saisies au lieu des 3 à 4 millions espérées. Plus de 11 millions de logements ont déjà été saisies aux USA depuis 2007 et ce chiffre pourrait atteindre 25 millions au final.
http://cop.senate.gov/reports/library/report-121410-cop.cfm
a écrit le 30/12/2010 à 10:22 :
Un lien avec les prêts de type options ARM et les Alt-A dont les défauts de paiement devraient cartonner en 2011-2012 ?
http://lacrisepourlesnuls.blogspot.com/2008/07/evasion-des-arm-nouvelle-menace-sur-
les.html
a écrit le 30/12/2010 à 9:21 :
Les subprimes qui reprennent, le pétrole qui augmente et flirte avec les 100 dollars le baril, les acteurs de la recrise se mettent en place !
a écrit le 30/12/2010 à 7:47 :
Une bonne nouvelle,maintenant le prix d'une maison moyenne a perdu 30% de sa valeur dans certain état comme le Michigan les maisons vendu aux enchères pour moins de 10 000 dollars.
a écrit le 30/12/2010 à 7:44 :
150 banques de detail ont fait faillite aux USA en 2010, contre 135 en 2009. Pas de doute la reprise vantée par les économistes et les gouvernements est bien la ... Le rythme de faillite des banques americains s'accelere, mais motus les medias se gardent bien d'en parler, pourtant l'information emanant de la FDIC est publique.
a écrit le 30/12/2010 à 5:22 :
Moi qui croyait Madame Lagarde lorsqu'elle nous disait que la crise était finie....
Réponse de le 30/12/2010 à 7:21 :
En aout 2007 si ma memoire est bonne. Apres avoir consulte le mininstre au tresor US de l'epoque Henry Paulson, que faut-il dire au peuple de France,la crise est derniere nous!
a écrit le 29/12/2010 à 22:17 :
messieurs les banquiers, comme vous le savez votre amie la Fed, banque centrale US, est en train de prendre des mesures pour empécher les américains d'annuler les procédures de saisie pour vice de forme, et ce avant la création de l'agence de protection des consommateurs de produits financiers. Vous pourrez donc virer les gens de leurs logements sans aucune limite; ça tombe bien car il en reste encore 6 millions !!! Quel beau métier que le votre, et quel sens des responsabilités : préter à des gens incapables de rembourser, puis les virer de leur logement !
Réponse de le 30/12/2010 à 6:07 :
quel bon sens ,
d une part les banquiers ne prêtent pas !!!! et quand ceux ci le font vous leurs reprochez que ceux-ci exigent le remboursement de ces dits prêts !!! et qui part ailleurs exigent "de virer les gens de leurs logements " , logement qu'ils n ont pas encore payé ( c est donc si facile)!!! et ensuite vous vous étonnerez que l'état doivent aider les banques ! hallucinant de bon sens
Réponse de le 30/12/2010 à 8:42 :
Et contracter un prêt engage à le rembourser...Certains acheteurs récents français le découvrent ou vont le découvrir bientôt ! Si les intermédiaires (notaires, AI...) arrêtent de manipuler le marché, les prix devraient baisser.
Réponse de le 30/12/2010 à 17:13 :
Les banquiers pratique "l'usure" ce système n'est rien d'autre qu'un mécanisme de captation de toutes les richesses de la terre !

Citation de Maurice Allais, Prix Nobel de Sciences Économiques 1988
Par essence, la création monétaire ex nihilo que pratiquent les banques est semblable à la fabrication de monnaie par des faux-monnayeurs, si justement réprimée par la loi. Concrètement elle aboutit aux mêmes résultats. La seule différence est que ceux qui en profitent sont différents.

Napoléon Bonaparte,
Empereur Français (1769-1821)
Lorsqu?un gouvernement est dépendant des banquiers pour l?argent, ce sont ces derniers, et non les dirigeants du gouvernement qui contrôlent la situation, puisque la main qui donne est au-dessus de la main qui reçoit. [...] L?argent n?a pas de patrie ; les financiers n?ont pas de patriotisme et n?ont pas de décence ; leur unique objectif est le gain.

Réponse de le 31/12/2010 à 14:45 :
Il faut en convenir, nous avons besoin des banques, n'en déplaise à Cantona. Mais il appartient aux politiques de mettre en place des règles qui ne soient plus la loi de la jungle! Faut-il encore qu'ils aient les coudées franches...
a écrit le 29/12/2010 à 21:39 :
2011 année des subprime à la française
Réponse de le 30/12/2010 à 5:29 :
Surtout en région parisienne, ou plus aucun français issu des classes moyennes voir des CSP + ne peuvent se permettre d'acheter... et notamment en cas de hausse des taux d'intérêt...
Réponse de le 30/12/2010 à 8:40 :
Et surtout que les entreprises commencent aussi à quitter Paris...Ben oui, trop cher les charges liées à l'immo ! Les travailleurs suivront bientôt...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :