Les bons conseils du chef économiste du FMI aux pays de la zone euro

 |   |  220  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Dans le magazine interne du FMI, Olivier Blanchard suggère aux pays de la zone euro de suivre l'exemple grec et irlandais en faisant appel à l'aide du FMI et de l'Union Européenne dès lors que les marchés financiers leur imposent des taux trop importants.

Pour éviter de voir leur dette publique s'envoler, l'économiste en chef du Fonds monétaire suggère à certains pays d'Europe de se faire aider à la fois par le FMI et l'Union européenne.

Dans le magazine interne du FMI, Olivier Blanchard explique en détail sa recommandation : "Je comprends tout à fait la réticence des pays à demander un programme commun de l'Union européenne et du FMI . Mais de tels programmes peuvent aider" reconnaît-il d'emblée. 

Mais à ses yeux, ce soutien est le mielleur moyen pour lutter contre les tendances spéculatrices propres aux marchés financiers : "Premièrement, en fixant un plafond au taux d'intérêt auquel les Etats peuvent emprunter, les programmes éliminent le risque (...) que les investisseurs, qu'ils aient tort ou raison, demandent des taux d'intérêt élevés, rendant impossible le remboursement pour les pays, et permettant aux peurs des investisseurs de se matérialiser par elles-mêmes. Deuxièmement, même si les programmes ne demandent pas d'en faire plus que ce que le pays comptait faire de son côté, ils renforcent la crédibilité de ces engagements, et rassurent les marchés à propos du moyen terme"

L'économiste en chef du FMI se garde néanmoins de citer nommément un pays parmi les membres de la zone euro.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/01/2011 à 9:01 :
On croît rêver. Voilà que la Grèce devient un modèle. Au lieu d'exhorter les Etats européens de ne pas dépenser plus qu'ils ne gagnent, le FMI donne des conseils aux flambeurs pour flamber au moindre coût !
a écrit le 02/01/2011 à 13:14 :
Je pense que les pays européens doivent avant tout choisir de bon gestionnaires des comptes de la nation et chasser les incapables et les incompétents qui occupent la place actuellement, en France notamment. Il faudra faire appel à des gens capables comme autrefois, le regretté Raymond Barre !
Réponse de le 02/01/2011 à 15:19 :
Barre, Poincaré, Necker...pq faire appel au passé? Ce qu'il faut c'est ouvrir l'appareil de production au marché tel qu'il est aujourd'hui,et ne pas entraver la croissance en focalisant tout sur la dette; au demeurant tous les échafaudages bâtis par les anciens cités n'ont pas tenu face au déroulement de l'histoire : celle-ci n'est pas prévisible.
Réponse de le 02/01/2011 à 15:19 :
Oui un excellent economiste M.BARRE
a écrit le 30/12/2010 à 19:05 :
"faire appel à l'aide du FMI " n'est absolument pas nouveau et cela s'est toujours fait. Ce qui est nouveau c'est que des pays Euro soient obligés de faire appel à l'aide du FMI.
L'avantage de la zone Euro était entre autre justement de pouvoir obtenir des prêts a des taux très bas. Ceci a été le cas pendant une dizaine d'années, c'est à partir du moment ou l'on s'est aperçu de la vraie situation de la Grèce que les choses se sont gâtées. Surtout à cause de la réaction allemande. Mme Merkel semblait tout faire pour aggraver la crise. La dernière proposition de Mme Merkel, consistant à demander aux créanciers de renoncer à une partie de leur prêts, semble toute faite pour rendre un nouvel emprunt pour les pays en difficulté impossible et par contre coup faire baisser les taux pour l'emprunt allemand, puisque considère sur. Voila la grande solidarité européenne. Merci Mme Merkel. Et voilà que hier der Économistes allemand ont sérieusement proposé que Mme Merkel prenne la direction des opérations. Ce serait mettre le loup dans la bergerie ou pour le dire dans la langue de Goethe: ?den Bock zum Gärtner machen ?
a écrit le 30/12/2010 à 17:15 :
Que se passerait-il si de nombreux pays demandaient l'aide du FMI et de l'Unoin Europeenne.A-t-il des fonds illimites, Mr Blanchard? ou une planche a billet? Jusqu'a quand les pays qui financent ces deux institions seront ils d'accord avec sa brillante idee?
Réponse de le 31/12/2010 à 13:07 :
Comparativement aux pays auxquels le FMI a l'habitude de prêter, le risque lié à des prêts à des pays européens est extrêmement faible, contrairement à ce que veulent nous faire croire certains messages encouragés par ceux qui bénéficient de l'envolée des taux. C'est même un placement à coup sûr pour le FMI ou le Fonds européen de stabilité financière. La seule différence, c'est que les intérêts pratiqués par ces institutions n'étoufferaient pas les pays de la zone euro et que la dette publique servirait beaucoup moins à remplir les poches des banques et autres spéculateurs. Donc : merci Monsieur Blanchard pour cette nouvelle idée, encore une fois excellente.
Réponse de le 01/01/2011 à 4:38 :
Je ne suis pas si sur que le risque lie a des pays europeens soit si faible que ca comparativement aux pays auxquels le FMI a l'habitude de preter.Ca le serait si tous les pays Europeens jouaient le jeu mais je crois que Mme Merkel a ete assez claire.De plus, la medecine generalement prescrite par le FMI sera beaucoup plus difficile a faire avaler aux Europeens qu'elle ne l'a ete a d'autres.
Réponse de le 03/01/2011 à 15:16 :
le FMI serait dans son rôle d'Institut d'émission de DTS, car il faut comprendre que la monnaie n'est qu'un moyen pas un but en soi et par le passé on a su répondre à des besoins de capitaux par définition toujours en expansion pour y répondre:c'est un pb politique d'abord.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :