Le "made in France" perd du terrain en Europe

 |   |  428  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
La France affiche des déficits bilatéraux avec la plupart de ses voisins européens, notamment l'Allemagne, la Belgique, l'Irlande et l'Italie.

Le ver est dans le fruit. En novembre, le déficit de la balance commerciale s'est élevé à 3,9 milliards d'euros selon les Douanes, le montant des exportations étant plus important que celui des importations (35 contre 38,9 milliards d'euros). Au cours des douze derniers mois, la balance commerciale est dans le rouge à hauteur de 50,6 milliards d'euros. À ce rythme là, le déficit commercial annuel devrait frôler le record de 56 milliards d'euros établi en 2010.

Cette mauvaise habitude d'enchaîner de mois en mois les déficits commerciaux provient en grande partie des difficultés que rencontrent les 80.000 entreprises exportatrices françaises à conquérir des parts de marchés dans la zone euro qui accueille les deux tiers de nos produits.

Facture énergétique

Le niveau élevé de la facture énergétique n'explique en effet pas tout (50 milliards sur un an). Même si le déficit commercial avec la zone euro s'est légèrement réduit entre octobre et novembre, « les exportations vers l'Italie, le Royaume-Uni, l'Espagne ou encore la Belgique sont très inférieures à ce qu'elles étaient avant crise », constate Nicolas Bouzou chez Asteres. Résultat : la France affiche des déficits bilatéraux avec la plupart de ses voisins. Entre décembre 2009 et novembre 2010, il avoisine les 16 milliards d'euros avec l'Allemagne, 6 milliards avec la Belgique, 4 milliards avec l'Irlande, l'Italie et les Pays-Bas. En revanche, les échanges avec la Grèce sont excédentaires d'environ 2 milliards. « Dans une vraie zone monétaire et économique, où les stratégies seraient concertées et où la cohésion serait de mise, il n'y aurait strictement aucun problème. Mais, dans la situation actuelle, où chaque pays suit une politique économique sans se soucier de la répercussion sur ses voisins et ?partenaires ?, cet état de fait est singulièrement inquiétant », estime Alexander Law, chez Xerfi.

Tout n'est pas noir, heureusement. Les efforts du gouvernement et d'Ubifrance pour réorienter géographiquement les exportations tricolores vers les pays émergents en forte croissance semblent enfin payer. « Les émergents d'Asie mais aussi d'Afrique accueillent désormais 20 % de nos exportations », calcule Nicolas Bouzou.

Mais ces résultats encourageants sont insuffisants pour compenser les difficultés du made in France dans la zone euro. Et l'année 2011 ne devrait pas constituer une rupture dans ce domaine. Pour deux raisons. D'une part, la dépréciation récente de l'euro/dollar n'aura par définition pas d'effets sur le commerce au sein de l'union monétaire. D'autre part, les perspectives de l'Espagne, du Royaume-Uni et même de l'Allemagne ne sont pas très bonnes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/02/2011 à 5:18 :
Les mesures de rigueur que l'Italie a été obligé de prendre pour réduire sa dette souveraine expliquent en partie la baisse des exportations françaises vers ce pays, venant juste après la Belgique, le déficit ne devrait être que de courte durée. Plus inquiétant est le déficit énorme et chronique avec l'Allemagne, qui elle est en plain boum économique et devrait de ce fait importer plus. Mais la intervient le chauvinisme économique des Allemands, qui vendent volontiers aux autres mais achètent surtout Made in Germany, quitte à payer plus cher à qualité égale, exportant ainsi leur chômage vers les pays déficitaires.
a écrit le 25/01/2011 à 15:20 :
Notons que beaucoup de banques,chambres de commerces et d'autres institutions aident à la délocalisation,laquelle a une face et son revers
a écrit le 18/01/2011 à 5:56 :
Une solution serait de taxer les excédents commerciaux de tous les pays, (seulement les excédents). Cela devrait encourager les investissements dans les pays périphériques déficitaires et ainsi aider a harmoniser les économies dans la zone Euro.
Sur le plan humain cela éviterai la nécessite pour beaucoup de l'expatriation, qui n'est pas une expérience bien plaisante. (je vis en Allemagne et bien que d'origine européenne, cela devient difficile surtout depuis quelques années et à cause d'une xénophobie renaissante, voir l'affaire Sarrazin).
a écrit le 17/01/2011 à 20:52 :
SUITE : la solution est simple : voici un plan en 4 points : 1) à partir de juillet 2011, tous les patrons français (Pouvoirs Publics compris) paient 20% des salaires versés à leurs employés en BONS d'ACHAT (ou chèques restaurant ) qui ne sont utilisables QUE dans nos magasins d'usines, chez nos agriculteurs, artisans et autres usines situées sur le sol français! _ _ 2) en 2012, ce taux passe à 30% un an plus tard ! _ _ 3) en 2013 , il passe à 40 % ! _ _ 4) on instaure tout de suite une taxe (timbre fiscal) ANNUEL de 750 euros sur les passeports et cartes d'identité ( contrôle qu'au moment du passage des frontières ! donc ceux qui ne voyagent pas en sont exonérés)
Réponse de le 18/01/2011 à 5:43 :
Il y a plus simple, il suffit de rouvrir les postes de douane!
Les bâtiments ayant étés conserves (peut-être dans cette éventualité?)
Restons réalistes, voulez vous, et soyons sérieux.
a écrit le 17/01/2011 à 20:50 :
on a besoin de pétrole (encore que .... en doublant notre parc de centrales nucléaire ... ) , mais on peut se passer de jouets ou iphones fabriqués en Chine ! de vacances en Tunise ou Egypte ! _ _ _ la solution est simple :
Réponse de le 18/01/2011 à 5:39 :
Si vous regardez bien le tableau et vous faites le total, ce n'est pas avec la Chine mais surtout avec l'Allemagne que la France a le deficit le plus important, L'Allemagne qui a elle seule a un plus grand excèdent avec la France que la Chine entière. Si vous y ajoutez les autres pays européens vous verrez que le problème ne vient pas (encore) de Chine mais d'Outre Rhin!
a écrit le 17/01/2011 à 20:14 :
délocalisations, volonté politique de fabriquer ailleurs pour servir les intérêts des plus grands - tout ça pour annoncer votre titre !
les plus de 60 ans ont connu une balance commerciale excédentaire !! mais le monde ne veut plus de ça- à la place une avalanche de produits chinois ... et si on arrêtait de gaspiller ! finie la société kleenex !
a écrit le 17/01/2011 à 14:48 :
"sans se soucier de la répercussion sur ses voisins et partenaires''
Voisin peut-être mais partenaires j'en doute. Selon le bureau des statistiques de la Bundesbank, les Allemands ont accumules plus de 800 Milliards d'avoir a l'étranger depuis l'introduction de l'Euro. Ceci grace au surplus commercial, je préfère quand même cette méthode la aux chars.
Réponse de le 17/01/2011 à 16:44 :
Comme disait Napoleon; Peu importent les moyens, c'est la fin qui compte.
Réponse de le 18/01/2011 à 7:02 :
@ Chars et Stukas,
Ce qui me console c'est que Napoléon a échoué, ceci malgré les moyens employés. Il en sera peu t'être de même avec les Allemands super industrieux, ainsi l'Europe restera européenne et ne sera pas germanisée.
a écrit le 17/01/2011 à 13:50 :
Le redacteur Fabien Piliu a écrit : "Le déficit de la balance commerciale s'est élevé ... le montant des exportations étant plus important que celui des importations".
Ne serait-ce pas l'inverse (montant import > montant export) ?
a écrit le 17/01/2011 à 13:27 :
Comment voulez vous qu'il en soit autrement ? on ne trouve plus une lampe de poche autre que made in China , 3 yaourtieres sur 4 made in China .....petites choses me direz vous mais choses bien significatives !!! on ne fait plus grand chose et c'est vrai : il suffit de lire les statistiques sur le chomage .C'est tout un probleme pour trouver un produit Français maintenant :que ce soit machine à laver , aspirateur, televiseur ,frigidaire ......cherchez ....
Réponse de le 17/01/2011 à 16:21 :
Relisez. On parle de l'europe, pas de la chine.
Pour évaluer notre compétivité, on se compare à la zone euro et l'on arrête d'accuser l'euro parce que les compétiteurs ont les mêmes problèmes que nous.
Balance commerciale positive avec la grèce et cela semble être tout.
Nous serons bientôt un pays sous développé.
Réponse de le 17/01/2011 à 19:41 :
Mais si , j'ai bien compris mais si vous voulez ,j'ecris que la France ne sait plus produire beaucoup donc il devient difficile de trouver les éléments pour faire comparaison avec quoi que ce soit ou avec qui que ce soit ....rien d'autre ....
a écrit le 17/01/2011 à 13:19 :
le titre de l'article est racoleur et ne convient pas,
ce n'est pas le fait que ce soit un produit français qui fait qu'il n'est pas acheté, mais plutôt qu'il n'est plus produit en france!
d'autre part le premier paragraphe est en erreur, ce sont les importtopns qui sont plus importantes que les exportations d'où le déficit!
a écrit le 17/01/2011 à 9:09 :
L'égoïsme national, de plus plus fort en Allemagne, n'arrange rien. La presse ayant réussi à faire croire aux Allemands que l'UE, surtout depuis l'introduction de l'Euro, coutait cher au contribuable allemand, alors qu'en vérité l'économie allemande doit son succès initial à l'UE et à l'ouverture des frontières. La majorité des Allemands serait favorable à un retour au Deutsche Mark ou à un Euro réservé à l'Europe Centrale (Allemagne et ses satellites économiques). Une idée qui déjà avant guerre avait beaucoup d'adeptes en Allemagne. L' Europe du sud en serait exclue, la France en ballotage.
a écrit le 17/01/2011 à 8:55 :
Pour votre connaissance qui vous fait défaut ,je vous informe que le transfert de technologie existe depuis fort longtemps ,ceci s'appelait "la construction sous licence".En 1834 Panhard Levassord construisait ses moteurs sous licence Daimler. Au début des années 1960 Automobiles Berliet de Lyon construisait son fameux moteur M520 polycarburant sous licence Man ,le paradoxe c'est que celui ci avait fait ses recherches chez Berliet mais c'est fait virer.Vous faites de l'anti Sarkozysme primaire.
a écrit le 17/01/2011 à 8:49 :
La baisse des exportations vers des pays qui, pour diminuer leur dette souveraine, suivent un programme de rigueur n'est pas inquiétante puisque passagère. Le déficit très important avec L' Allemagne, pourtant en plein boom économique, l'est bien plus, puisque chronique. Il y a une mainmise des firmes allemandes sur l'économie européenne qui pourrait avoir des conséquences sur la stabilité politique de certains pays de la zone Euro. L'exemple Tunisien pourrait être suivi, surtout dans l'Italie du sud, la Grèce et pourquoi pas le Portugal. D'avoir permis une concentration des l'industrie vers l'Europe centrale, pourrait à long terme être désastreux pour l'Europe. Pour faire entendre raison à Mme Merkel sur ce point le charme de M Sarkozy ne sera pas suffisant.
Réponse de le 17/01/2011 à 9:40 :
"la stabilité politique de certains pays de la zone Euro" pourrait effectivement être menacée, d'une part à cause du taux de chômage très élève mais aussi parce-que le RMI ou son équivalent allemand « Hartz IV » n'existe dans aucun de ces pays, les chômeurs étant contraint de faire appel aux aides bénévoles et caritatives.
a écrit le 16/01/2011 à 22:48 :
Souvenez-vous de ce que j'ai écrit lors de la réforme des retraites. Le made in France n'attire plus beaucoup de monde. Quelques grosses firmes (dans l'extravagant et les industries énergétiques) qui paient le moins d'impôt possible en France et réussissent encore bien. Dans l'ensemble çà va mal et c'est amplifié par les transferts de technologies et les délocalisations qui ont été encouragées par ceux qui ne pensent qu'aux profits. C'est pourquoi, depuis longtemps (20 ans) je suggère que l'on ait dans notre Code Pénal le crime de trahison économique.
J'en connais qui au lieu de se goinfrer à l'Elysée seraient à la Santé...JCM
Réponse de le 17/01/2011 à 8:29 :
JCM132 fait partie de ceux qui croient que le Président est à l'origine de tous les problèmes que rencontre la France. Ouvrez les yeux, faites travailler votre matière grise. Les hommes politiques ont une influence sur l'administration qui est bien plus faible que tous ce que vous pouvez imaginer. Comment voulez vous que nos entreprises soient compétitives avec des réglementations, des taxes de toutes sortes qui sont supérieures à celles des autres pays européens et comment pouvez vous croire que le président, quel qu'il soit, ait une telle influence sur l'économie du pays?
Réponse de le 17/01/2011 à 10:04 :
@2RANC. Vous mettez le doigt sur le drame actuel de la France. Les français pensent qu'un homme politique peut à lui seul changer les choses et refusent eux-même de s'engager en modifiant leurs habitudes. Les emplois sont délocalisés et la balance commerciale est déficitaire ? La faute aux chefs d'entreprises incompétents et aux politiques, surtout pas aux français qui passent leur vie à traquer le prix le plus bas et ont plébiscité comme aucun autre pays au monde la grande distribution ! On achète des fruits et légumes de me... "made in Spain" et on s'étonne que l'agriculture française soit en faillite ! La faute au gouvernement. Sans oublier d'accuser les espagnols qui comme on le sait nous obligent à acheter leur produits... Peut-être faudrait t-il que les français commencent à réduire un peu la quantité de produits consommés (en particulier certaines m... made in China) et favorisent la qualité et le local quand ils en ont la possibilité. Et que l'on ne me dise pas qu'ils n'ont pas les moyens, la très grande majorité le peut. Il n'y a qu'à voir les dépenses faramineuses qui ont été faites pour Noël.
Réponse de le 17/01/2011 à 11:14 :
Il est exact que dans ce domaine, la responsabilité revient plus aux entrerpises qu'aux politiques. Les entreprises courrent après la baisse des coûts, en compétition avec le tiers monde, au lieu de s'orienter sur linnovation et la recherche. La différence de R&D en France s'explique intégralement par le faible niveau des entreprises, alors même que la recherche donne droit à un crédit d'impot. Les bons exemples existent et sotn leader dans leur domaine respectif : Essilor, Air liquide, et mieux encore : SEB, alors que ce n'est pas un domaine de haute technologie, est n°1 mondial grace à l'innovation et à même racheté le n°1 chinois Supor. Hélas ce sont des exceptions.
Réponse de le 17/01/2011 à 11:26 :
En France on se sait que râler....c'est de la faute du président, des patrons, du système fiscal, des fonctionnaires, des syndicats etc....mais cette critique n'est pas constructive visiblement! Alors arrêtons de nous plaindre et faisons preuve d'un peu de solidarité...ou alors faisons comme les rats et quittons le navire!
Réponse de le 17/01/2011 à 14:37 :
Commençons déja par acheter "fabriqué en France" avant de vouloir emprisonner tous les politiques. Est-ce que la trahison économique ne commence pas par notre façon d'acheter!!!???
Réponse de le 17/01/2011 à 15:29 :
Essayez seulement de comprendre quand ce marasme a commencé ?
Si je n'étais pas soucieux pour les générations futures; il y a longtemps que j'aurais envoyé paître tous ces minables commentateurs UMPFN et ce journal qui je l'espère va bientôt disparaître...Jean-Claude Meslin
a écrit le 16/01/2011 à 21:20 :
On veut continuer à calculer comme si la Chine n'existait pas, les pays Européens fabriquent de moins en moins il faut en tenir compte .
Réponse de le 17/01/2011 à 13:34 :
Donc encore un peu de temps et on vivra de troc en Europe .Retour 200 ans en arriere oui, si on laisse la finance faire ce qu'elle veut c-a-d des rentabilités à court terme d'où les delocalisations ....
Réponse de le 17/01/2011 à 14:38 :
La solution acheter "Fabriqué en France" ou rien!
Réponse de le 17/01/2011 à 20:08 :
Quant on peut oui .
Réponse de le 17/01/2011 à 20:23 :
Lasciure. Vu ma popularité avec La Tribune, c'est mon 5em essai...
La solution serait: Rapatriez les emplois en France ! A vous d'analyser les conséquences; quoique vous n'êtes pas assez cynique pour comprendre,...JCM

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :