Pour la Coface, les pays émergents deviennent des pays avancés

 |   |  874  mots
Copyright Reuters
A l'occasion de son quinzième colloque "Risque Pays", le grand assureur-crédit français spécialiste de l'international indique que "l'heure est à la convergence des risques entre les pays avancés et les pays émergents, qui ont vu leur note s'améliorer à l'épreuve de la crise.

A force de qualifier d'"émergés" les pays émergents notamment les fameux "Bric" (Brésil, Russie, Inde, Chine) comme les avait baptisés la banque d'affaires américaine Goldman Sachs, les commentateurs se lassaient du vocable. Le grand assureur-crédit français spécialiste de l'international, la Coface, a décidé de prendre le taureau par les cornes.

A l'occasion de son quinzième colloque "Risque Pays", elle indique que "l'heure est a? la convergence des risques entre les pays avance?s et les pays e?mergents qui ont vu leur note s'ame?liorer a? l'e?preuve de la crise. Si au moment du lancement de la notation pays en 2001, Coface suivait 130 pays, aujourd'hui elle note 156 pays dont 28 pays dits avance?s. En 2011, la question cle? du risque pays sera le contro?le de la dette prive?e et le financement de la croissance."

Selon les pre?visions de Coface, la croissance mondiale devrait ralentir en 2011 a? 3,4% contre 4% en 2010, sous les effets conjugue?s du de?sendettement du secteur prive?, de la mise en place des politiques budge?taires restrictives en Europe, de la hausse possible des matie?res premie?res et du ralentissement attendu du commerce mondial. Les pays avance?s afficheraient une croissance de 1,8% contre 2,3% en 2010 et la zone euro une de?ce?le?ration de croissance limite?e (1,4% contre 1,7% en 2010). Cette baisse mode?re?e aura un effet ne?gatif sur le risque de cre?dit moyen des entreprises mais l'impact sera tre?s contenu car le diffe?rentiel de croissance entre 2010 et 2011 est limite? a? 0.6 point de PIB.

Grands gagnants de la crise, les pays e?mergents poursuivront en 2011 leur trajectoire de croissance solide, avec un le?ger ralentissement : 6,2% contre 6,7% en 2010. A la diffe?rence de la zone euro, ou? la bulle d'endettement prive? a entrai?ne? des crises souveraines, l'activite? des pays e?mergents n'est pas handicape?e par le poids de la dette prive?e. Toutefois, les pays e?mergents ne se sont pas a? l'abri d'une envole?e de l'endettement du secteur prive?. Comment en effet financer le boom de l'investissement que l'on observera encore en 2011 ? On devra alors surveiller deux types de profils

- le profil "polono-bre?silien" : les entreprises ont tendance a? s'endetter a? l'e?tranger car les banques locales sont trop re?ticentes et les taux domestiques sont prohibitifs d'ou? un risque d'avoir dans ces pays des contreparties de plus en plus endette?es en devises ;

- le profil "sino-vietnamien" : les entreprises s'endettent pluto?t en monnaie locale aupre?s des banques domestiques souvent peu arme?es pour analyser correctement les risques. Des entite?s tre?s endette?es et parfois peu transparentes pourraient se trouver en difficulte?.

Un nouveau phe?nome?ne : la convergence entre les risques des pays avance?s et des pays e?mergents se renforce

"En se fondant sur son expertise en matie?re d'appre?ciation des risques pays, Coface constate une tendance positive quant au nombre de changements de notes pays pour l'anne?e 2010, e?cartant le sce?nario d'un "double dip". Si en 2009, Coface a proce?de? a? 23 reclassements ou mises sous surveillance positive et 47 de?classements ou mises sous surveillance ne?gative, en 2010 elle a reclasse? ou place? sous surveillance positive 47 pays et n'a de?classe? ou place? sous surveillance ne?gative que six pays.

Le panorama mondial du risque pays pre?sente? lors du colloque 2011 souligne un effet de ciseau prononce? des risques entre les pays avance?s et les pays e?mergents, lie? a? la stabilite? des performances des derniers et a? la re?sistance de l'expe?rience de paiement constate?e par Coface sur les entreprises des e?conomies e?mergentes pendant la crise. Les pays e?mergents affichent des rythmes d'activite? e?leve?s et stables et une forte solidite? financie?re, alors que les risques se sont de?grade?s pour les pays avance?s. Parmi ces derniers, seulement 9 sur 28 ont retrouve? leur niveau d'avant-crise.

Avant la crise, la note la plus basse des pays avance?s e?tait A2, 9 pays e?mergents avaient des notes supe?rieures ou e?gales a? A2. En 2010, la note la plus basse des pays avance?s est A4. Vingt-sept pays e?mergents dont la Chine, la Turquie, le Bre?sil, l'Inde ou la Pologne ont des notes supe?rieures ou e?gales a? A4 et se retrouvent mieux note?s que la Gre?ce, l'Irlande ou le Portugal, sujets aux bulles de la dette qu'elle soit prive?e ou publique. La Turquie est de?sormais seulement un cran en dessous du Royaume-Uni, la Pologne est mieux note?e que l'Islande.

"Traditionnellement, le concept de risque pays e?tait re?serve? aux e?conomies e?mergentes, avec un risque majeur lie? a? la dette en devises de ces pays. Or, la zone euro a montre? qu'on pouvait e?tre en crise avec une dette externe tre?s e?leve?e mais libelle?e en "monnaie locale". Cette grille de lecture vole donc en e?clat", explique Franc?ois David, pre?sident de Coface. "Ces e?volutions nous confortent dans notre choix de me?thodologie : Coface n'a jamais re?ellement fait de diffe?rence de nature entre les pays e?mergents et les pays avance?s".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/01/2011 à 14:54 :
d'accord avec la Coface; les pays emergents deviennent les pays avances.Maintenant la vrai question: Que deviennent les pays avances?( Pays en regession? le futur tiers monde? )
Réponse de le 18/01/2011 à 9:28 :
La COFACE devra évoluer pour garantir les ventes des pays émergents à la France qui deviendra de plus en plus douteuse.
Réponse de le 29/01/2011 à 22:21 :
D'accord avec alan john, nous devenons des pays du tiers monde. Un peu à la roumaine façon Causescu, il suffit de regarder le nombre de petites bagnoles vendues façon dacia renault, la chute est rapide. Ce n'est pas que je suis un pro bagnole de luxe ou un mec en porsche, mais je pense qu'un pays qui n'a pas de moyenne gamme n'est plus un pays développé mais plutôt un pays émergent. Donc nous sommes décadents et au bord de la rupture. Et ne voyez pas mon analyse trop simple et ouvrez les yeux autour de vous et regardez bien les autres signes de notre chute, comme la prolifération des magasins de destockage ou encore les cash converters ou l'on rachète toutes nos merdes futiles de cette société de consommation complètement à côté de la plaque. Il y a des foyers avec des écrans plats ou des enfants ne mangent pas à leur faim!!!!!!!!
ça craint vraiment!!!!!!!!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :