L'activité manufacturière est moins dynamique en France que dans l'ensemble de la zone euro

 |   |  300  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Selon les enquêtes auprès des directeurs d'achats (PMI), l'activité manufacturière a accéléré en janvier dans la zone euro, mais sa croissance a marqué le pas en Allemagne comme en France.

L'activité manufacturière s'est accélérée plus rapidement que prévu en janvier dans la zone euro, ce qui indique que le secteur retrouve de l'élan dans la plupart des régions à l'exception de la Grèce, selon une enquête Markit publiée ce mardi.

"Ces données montrent une amélioration rassurante dans les Etats périphériques, pour le secteur manufacturier au moins, avec le rebond de l'Irlande et de l'Italie notamment en janvier", commente Chris Williamson, de Markit. L'indice PMI manufacturier de la zone euro a progressé pour s'établir à 57,3 en janvier contre 57,1 en décembre, soit davantage que l'estimation "flash" de 56,9.

En Allemagne, le secteur manufacturier a enregistré une croissance solide en janvier mais les prix à l'entrée des usines ont bondi à leur rythme le plus élevé en au moins quatorze ans, relançant les craintes de voir la hausse des prix des matières premières et de la nourriture gréver les bénéfices. Selon les données définitives, le PMI ressort quasi inchangé en janvier, à 60,5 contre 60,7 en décembre.

Ce chiffre est supérieur à l'estimation "flash" de 60,2 et l'indice se situe au-dessus du seuil de 50 qui sépare la croissance économique de la contraction depuis maintenant 16 mois.

En France, la croissance de l'activité du secteur manufacturier a ralenti en janvier pour tomber à son rythme le plus faible depuis six mois. L'indice PMI s'est replié à 54,9 contre 57,2 en décembre. Une première estimation l'avait donné à 54,3 il y a huit jours.

Le repli de janvier s'explique notamment par un net fléchissement des nouvelles commandes tandis que la croissance des ventes s'affiche au plus bas depuis juillet. Les entreprises interrogées évoquent des réductions de dépenses chez leurs clients ainsi qu'un manque de visibilité économique, explique Markit.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/02/2011 à 17:18 :
comment se fait-il que la croissance du secteur manufacturier reste solide en Allemagne alors qu'elle s'effondre en France ? n'y a-t-il pas un attentisme trop grand et une frilosité dans les affaires des patrons français ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :