Histoire belge : "a-t-on vraiment besoin d'un gouvernement ? "

 |   |  760  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les Belges s'apprêtent à célébrer, avec le sens de la dérision qui les caractérisent, un "record du monde" de période sans gouvernement. Est-ce grave ? Essai de transposition de la théorie de l'"efficience-X" appliquée à la politique économique.

Harvey Leibenstein a publié en 1966 un article célèbre dans lequel il présentait le concept de "l'efficience-X". Cette théorie porte sur l'efficience des organisations en fonction notamment de leurs facteurs de production et de leurs conditions de concurrence ou de "pression". Les études empiriques menées dans ce cadre ont pu, par exemple, comparer des usines a priori très similaires mais dont les résultats différaient largement. Ou encore analyser les effets d'une réduction brutale de la force de travail employée sur la production d'une entité. Seront ainsi étudiées des structures dont une part importante du personnel se met en grève sans que leur activité diminue dans des proportions comparables... Et conformément aux théories de la concurrence, mais par un autre chemin, l'efficience-X fait apparaître les situations monopolistiques comme étant souvent les moins efficientes.

A l'heure où la Belgique traverse une crise politique historique, notamment par sa durée, et alors que des Belges s'apprêtent à célébrer avec le sens de la dérision qui les caractérisent un "record du monde" de période sans gouvernement, la transposition de l'analyse de l'efficience-X à la sphère politique est naturellement tentante.

Depuis 2007, en effet, la Belgique n'arrive pas à former un gouvernement stable qui agirait avec un mandat clair, et cette crise a pris une nouvelle dimension avec l'impossibilité de constituer un nouveau gouvernement depuis les dernières élections législatives, il y a maintenant plus de sept mois. C'est donc un parfait cas d'école pour étudier l'efficience d'un système politique puisque l'une de ses principales composantes est inexistante sur une durée suffisamment longue pour pouvoir en mesurer les possibles effets.

Les résultats sont éloquents. Depuis 2007, les indicateurs les plus conjoncturels, comme par exemple la confiance des consommateurs ou celle des chefs d'entreprise - a priori beaucoup plus sensibles au contexte politique que des indicateurs de production -, évoluent exactement de la même façon en Belgique et dans l'ensemble de la zone euro. Avec plutôt moins d'à-coups qu'avant 2007 ! Et depuis sept mois, pas la moindre trace de décrochage de la confiance des Belges sur leur situation économique par rapport à ce qui est observé dans les pays qui les entourent.

La conclusion semble s'imposer : le gouvernement belge démontre par son absence qu'il ne sert à rien. Au moins en matière économique. Bien entendu, il y a des administrations en Belgique qui remplissent des fonctions indispensables, et un personnel politique qui assure les affaires courantes. Mais il n'y a ni projet, ni programme en cours d'application, et l'économie belge n'en subit aucune conséquence dans ses chiffres.

Il ne s'agit pas de mésestimer une situation potentiellement à risque dans un pays en proie à ses tensions linguistiques, ni la souffrance qu'elle suscite pour beaucoup de Belges. D'ailleurs, si la situation de vacance du pouvoir est exceptionnelle en Belgique, la conclusion sur l'efficience des politiques économiques n'a aucune raison de l'être.

On peut bien sûr objecter que le contexte d'un pays fédéral est très spécifique, que les exécutifs locaux du royaume de Belgique sont puissants et pleinement opérationnels et que, par sa taille, l'économie belge est de toute façon très dépendante de la santé de ses grands voisins appartenant à la même zone monétaire. Mais ce cas est trop éloquent pour ne pas s'interroger de manière plus générale sur l'efficience de l'action politique. Au moins une autre situation type mérite d'être citée du fait de son importance et de sa fréquence : la cohabitation entre partis rivaux à la Maison-Blanche et au Congrès, et/ou au sein de celui-ci, qui se traduit généralement par une grande inertie de l'action politique aux Etats-Unis (moins de lois adoptées, une gestion beaucoup plus "affaires courantes"). Ces périodes ne se caractérisent pas, loin s'en faut, par de mauvaises performances relatives et absolues de l'économie américaine. Réciproquement, les années où le président et le Congrès sont à l'unisson ne sont pas souvent les plus brillantes.

La théorie de l'efficience-X appliquée à la politique économique penche clairement en faveur du "laisser-faire". Et devrait au moins conduire à considérer avec prudence les plaidoyers passionnés pour le volontarisme comme la dénonciation enflammée des technocraties, qu'elles soient de Bruxelles, de Francfort ou d'ailleurs. Finalement, celles-ci se débrouillent plutôt bien toutes seules pour accomplir leurs missions...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/05/2011 à 22:41 :
Trois mois plus tard, la Belgique existe toujours. Je suppose qu'elle n'a pas eu à payer tous ces inutiles. Si seulement on pouvait faire la même chose en France. Ce serait mieux que de donner le pouvoir au FN. Ou vu l'enthousiasme des français pour les mariages princiers, béatification et autres cultes de la personnalité, se retrouver avec une monarchie et ce minable rejeton de nobles hongrois en Sarkonaparte 1er roi des français. Dans ce pays de malades mentaux, on peut s'attendre à tout ! Jean-Claude Meslin
a écrit le 27/02/2011 à 16:01 :
Tout à fait d'accord, et l'équipe Sarko montre d'ailleurs elle aussi qu'elle ne sert à rien! Rien de plus insupportable que tous ces politicards qui parlent de leur action comme si elle était indispensable.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :