Poussée inflationniste en Allemagne

 |   |  336  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Le taux d'inflation, porté par la hausse des coûts de l'énergie, progresse dans cinq Länder allemands en février, signe que les pressions sur les prix dans la zone euro pourraient dépasser l'objectif fixé par la Banque centrale européenne (BCE). L'inflation nationale est restée stable à 2%, et a grimpé à 2,2% selon les critères harmonisés de l'UE.

Les prix à la consommation ont augmenté de 0,6% en février en Rhénanie du Nord-Westphalie, Land le plus peuplé d'Allemagne, après avoir reculé de 0,5% en janvier. Sur un an, la hausse observée est de 2,1%, après une progression de 2% le mois précédent, a annoncé l'Office des statistiques du Land.

"Le carburant et les prix de l'alimentation portent l'inflation", explique Thilo Heidrich, économiste à la Postbank, cité par Reuters. "Reste à savoir combien de temps cela va encore durer."

En raison du poids important de ce Land dans le calcul de l'indice national des prix à la consommation, il est possible que le taux d'inflation national dépasse l'objectif de la BCE, fixé à un peu moins de 2%, pour la première fois depuis octobre 2008. En janvier, le taux d'inflation s'est établi à 2% en Allemagne et 2,4% au sein de la zone euro.

Un peu plus tard dans la journée, Destatis a annoncé que les prix ont augmenté de 2% en rythme annuel pour février. Selon les critères harmonisés pour l'Union européenne, les prix ont augmenté de 2,2% en rythme annuel, soit un peu plus qu'attendu.

La BCE devrait laisser les taux d'intérêt inchangés à un plus bas record de 1% la semaine prochaine. Toutefois, certains propos tenus dernièrement par la BCE laissent à penser que la banque centrale pourrait progressivement revenir sur ses mesures de soutien à l'économie le mois prochain.

Dans les Länder de Hesse et de Brandebourg, les prix à la consommation ont augmenté 1,8% sur un an, tandis qu'ils prenaient 2,1% en Bavière. De son côté, le Land de Saxe a connu sur un an une hausse de 2,2%.

La BCE pourrait toutefois faire preuve de davantage de prudence après l'annonce d'une accélération des prêts au secteur privé en janvier, en hausse de 2,4% contre 1,9% en décembre. La croissance de la masse monétaire M3 dans la zone euro a augmenté par ailleurs de 1,5% en janvier en rythme annuel, soit à une rythme moins élevé que le mois dernier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :