Nouvelle coalition au pouvoir en Irlande

 |   |  374  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Cette coalition, qui disposera au total de 113 des 166 sièges au parlement, est issue des élections législatives anticipées du 25 février, marquées par la déroute historique du Fianna Fail.

Le Fine Gael, parti du centre droit irlandais, et les travaillistes se sont accordés dans la nuit de samedi à dimanche pour former une nouvelle coalition de gouvernement, a annoncé le Premier ministre désigné, Enda Kenny. "Je suis heureux de vous annoncer que nous avons conclu un accord dont les détails précis sont en cours de finalisation", a dit le chef de file du Fine Gael à la presse.

Cette coalition, qui disposera au total de 113 des 166 sièges au parlement, est issue des élections législatives anticipées du 25 février, marquées par la déroute historique du Fianna Fail.

Le pilier de la vie politique irlandaise, dont la représentation au Parlement a chuté de 78 à 20 députés, a été emporté par la crise financière qui a contraint Dublin à accepter une aide de 85 milliards d'euros de ses partenaires de l'Union européen et du FMI.

Avec 76 députés, le Fine Gael d'Enda Kenny est désormais la première force politique du parlement.

Le Fine Gael comme le Labour, qui ont engagé des négociations lundi dernier, jugent tous deux que les électeurs irlandais leur ont donné un mandat clair pour renégocier les termes du prêt avec l'Union européenne.

Les deux formations souhaitent voir l'UE baisser le taux d'intérêt qu'elle applique à sa part du montant global de 85 milliards d'euros débloqué l'automne dernier avec le Fonds monétaire international.

Mais elles ont défendu des analyses divergentes lors de la campagne électorale, notamment sur l'ampleur des réductions de la dépense publique, l'équilibre à trouver entre hausse des impôts et baisse des dépenses et le calendrier de retour du déficit budgétaire sous le plafond des 3% du PIB fixé par l'UE.

Enda Kenny et son homologue travailliste, Eamon Gilmore, ont tous deux annoncé que les détails de l'accord obtenu sur ces points de divergence seraient rendus publics dans la journée de dimanche.

Gilmore a par ailleurs indiqué qu'il était satisfait de la structure du futur gouvernement, mais n'a donné aucune précision sur la répartition des postes ministériels entre les deux partenaires.

Padraic Halpin; Bertrand Boucey et Henri-Pierre André pour le service français

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/03/2011 à 22:57 :
Ils étaient nouveaux dans l'Europe maintenant ils savent ce qu 'ils ne doivent plus faire ,on doit les aider sous réserve de contrôle strict , l'Espagne et un peu dans ce cas , avec en plus une sortie de dictature sanglante récente , la Grèce elle à menti délibérément avec l'aide d'une banque Américaine ,son cas est plus sérieux .
a écrit le 06/03/2011 à 19:15 :
Les bétises des irlandais doivent être payées par les irlandais et non par le reste de l'
Europe. Nous en avons assez de supporter des gens qui sont dans la m. et qui en plus veulent nous imposer ses conditions. Si le nouveau parlement n'est pas d'accord avec ce que le précédent gouvernement a signé, ils n'ont qu'á quitter l'Union Européenne.
a écrit le 06/03/2011 à 18:15 :
Aider l'Irlande, ça va de soi! Céder au chantage de médiocres opportunistes politiques : non! non! et non!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :