Les alliés se rapprochent progressivement d'un armement des rebelles libyens

La conférence internationale sur la Libye à Londres de ce mardi crée par ailleurs un « groupe de contact » chargé de mener les discussions politiques sur l'avenir du pays

2 mn

Les leaders internationaux réunis à Londres
Les leaders internationaux réunis à Londres

Ballon d'essai ou sérieux pas en avant ? Les alliés occidentaux commencent à évoquer du bout des lèvres la possibilité d'armer directement les rebelles libyens.

Alain Juppé, en clôture de la conférence internationale sur la Libye qui s'est déroulé à Londres ce mardi, se dit « prêt à discuter de l'armement » des rebelles avec ses partenaires internationaux. Le souhaite-t-il ? « Je n'irais pas plus loin. »

Hillary Clinton, le secrétaire américaine, semble aller dans le même sens. Selon elle, la résolution des Nations Unies 1973, qui autorise l'intervention aérienne en Libye, est écrite de telle façon « qu'il pourrait être légitime de transférer des armes (aux rebelles libyens) si un pays choisissait de le faire ». Elle précise aussitôt : « nous n'avons pas pris cette décision actuellement. »

Ce langage codé est logiquement reçu très positivement par le Conseil National de Transition (CNT), l'organisme politique représentant les rebelles. « Nous demandons d'abord un soutien politique, mais si nous pouvons obtenir des armes également, ce serait d'autant mieux », estime Mahmoud Shammam, son porte-parole. Il souligne que ses forces sur le terrain sont extrêmement limitées : « Les jeunes qui mènent les combats ont très peu d'armes. » Selon lui, celles qu'ils ont viennent généralement de ce qu'ils ont pu récupérer des soldats de Kadhafi qui ont fuit face aux frappes aériennes occidentales.

De telles déclarations de la France et des Etats-Unis sont cependant loin de faire l'unanimité. La Russie en particulier se montre très critique. Selon Serguei Lavrov, son ministre des affaires étrangères, l'intervention militaire occidentale va déjà trop loin. « L'intervention de la coalition dans la guerre civile n'est pas, pour l'essentiel, en ligne avec la résolution des Nations Unies. »

Face à ces contradictions internationales, la conférence sur la Libye à Londres, qui réunissait une quarantaine de pays, s'est contentée du service minimum. Un « groupe de contact » chargé de mener les discussions politiques avec le CNT a été mis en place. Il travaillera parallèlement à l'Otan, qui dirige les opérations militaires. Ce nouveau groupe sera composé d'une vingtaine de membres : 15 pays, ainsi que l'Union Européenne, la Ligue Arabe, les Nations Unies, et peut-être l'Union Africaine. Cette dernière a cependant refusé de venir à la conférence de Londres, et sa présence dans le groupe de contact n'est pas confirmée. Le groupe se réunira « dans les prochaines semaines », d'abord au Qatar, puis en Italie, selon Alain Juppé.

Seul véritable consensus des pays présents à Londres ce mardi : l'après-Kadhafi est une affaire intérieure libyenne, qui doit être gérée en interne. Pas question pour les Occidentaux de s'en mêler directement. Mais la ligne est étroite entre la possibilité d'un armement des rebelles, et la non-intrusion dans les affaires politiques intérieures libyennes.
 

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 30/03/2011 à 19:36
Signaler
J'ai entendu le patron de l'otan sur cnn il ne s'est pas exprimé avec certitude ," ils en ont entendu parler " en irak ils avaient entendu parler d'armes de destruction massive ,on a vu la suite .

à écrit le 30/03/2011 à 13:27
Signaler
L'Otan admet que l'opposition serait infiltrée par Al Qaïda... et nos politiques se proposent d'armer les "rebelles"... BRAVO ! http://lci.tf1.fr/monde/afrique/libye-l-otan-admet-que-l-opposition-serait-infiltree-par-al-qaida-6332979.html

à écrit le 30/03/2011 à 5:51
Signaler
Ah !!! ces grands démocrates courageux. Ces fameux democrates Lybiens ils vont pouvoir fanfaronner qu'ils auront "gagné" la guerre contre Mouammar. Mais qui aura gagné ? la Coalition ou eux ? Qui a lu quelque part que la "fameuse" résolution permett...

le 30/03/2011 à 13:03
Signaler
L'OTAN ayant reconnu que Al Qaïda a infiltré les rangs des rebelles Lybien, est-il bien sage d'armer ces derniers ? On en revient à armer des groupes qui vont se retourner contre nous ensuite !

à écrit le 29/03/2011 à 21:44
Signaler
On s'en moque ! Ce qu'il faut, c'est refroidir Fukushima ! Pas le temps de jouer à la guerre !

le 30/03/2011 à 23:34
Signaler
vous avez sacrément raison fesons refroidir le fukushima, c'est plus important que de faire la guerre en lybie, laissons les faires si on reste passif, kadafi va se calmer de lui même.

à écrit le 29/03/2011 à 20:27
Signaler
c'est scandaleux.il y'a desormais un embargo sur les armes.cela doit etre valable pour toute la libye.

le 29/03/2011 à 22:32
Signaler
Non car il n'y a pas équité de forces, il faut donc armer les résistants qui ne sont déjà pas formés afin d'écourter cette guerre et ne plus favoriser les dictateurs qui s'approprient pouvoir, argent et droits au dépens des populations.

le 30/03/2011 à 9:26
Signaler
Cela me fait penser à L'Amérique au temps des indiens. On à armée et aidé certaines trbus puis on à confisqué à cours termes tous leurs territoires. L'histoire ce répéte à perpétuité.

le 30/03/2011 à 19:38
Signaler
il faut les armer d'urgence ou arrêter pour ne pas les envoyer au carnage pour rien .

le 30/03/2011 à 23:40
Signaler
pour le commentaire de lataule, je tiens à vous féliçitez pour vôtre réponse, au moins elle à du sens. Enfin une personne qui à du bon sens et des argumentaires en béton merçi.......

le 01/04/2011 à 9:51
Signaler
pas vraiment: le souci est de savoir qui on arme vraiment... si les insurgés sont des futurs integristes, ca sent pas tres bon, on se retrouver avec un afhagano2 ! a savoir qu'on avait armé les afghans pour lutter contre urss, et qu'en fait c'etait d...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.