L'économie américaine a créé 216.000 emplois en mars

 |   |  469  mots
(Crédits : Reuters)
Quelque 216.000 postes ont été créés en mars aux Etats-Unis, des statistiques encourageantes malgré le contexte international et la hausse des prix de l'énergie. La croissance de l'activité du secteur manufacturier a légèrement ralenti en mars mais moins que prévu, tandis que les dépenses de construction ont reculé beaucoup plus qu'attendu en février.

Aux Etats-unis, le taux de chômage est descendu à 8,8% selon les chiffres officiels transmis ce vendredi par le département du Travail. Par rapport au mois précédent, le nombre d'actifs américains sans emploi a baissé de 0,1 point.

Quelque 216.000 emplois ont été créés soit un solde net de 185.000 nouveaux emplois. Cela réprésente une hausse de 11% en données corrigées de variations saisonnières par rapport à février. Depuis la fin du mois de novembre les données officielles rendues publiques par l'administration américaine indiquent une baisse du taux de chômage de 1 point.

Embauches dans l'automobile

Des exportations plus nombreuses auraient permis d'équilibrer les très fortes hausses du prix de l'énergie. Le prix du baril de pétrole, à 106,72 dollars jeudi, risque encore de grimper en raison des événements en Libye, dans les autres pays d'Afrique et au Moyen-Orient. 

Ces perspectives n'ont pas empêché la création d'emplois aux Etats-Unis notamment dans le secteur automobile. Les ventes y ont atteint leur meilleur niveau depuis plus d'un an en février. Chrysler prévoit même d'engager un millier d'ingénieurs et de techniciens.

Le secteur privé est à l'origine de la quasi totalité de ces créations d'emplois avec plus de 200.000 postes pourvus en mars. En février, le secteur des services américain semblait connaissait aussi une embellie.  Ces statistiques confirment une tendance positive déjà observée au cours du mois de mars.

Par ailleurs, la croissance de l'activité du secteur manufacturier a légèrement ralenti en mars mais moins que prévu, selon l'indice d'activité industrielle des directeurs d'achats publié vendredi. Cet indice, calculé par l'Institute for Supply Management (ISM), est ressorti à 61,2 en mars après avoir touché un plus haut de près de sept ans à 61,4 en février. Les 72 analystes et économistes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur un indice à 61.

La composante des prises de commandes, qui préfigure l'évolution de l'activité pour les mois à venir, s'est établie à 63,3 contre 68 le mois précédent et 67,8 en janvier. Celle de l'emploi s'est élevée à 63 contre 64,5 en février. L'indice des prix payés, à 82 en février, ressort à 85, au plus haut depuis juillet 2008.

L'indice ISM est calculé sur la base d'une enquête auprès d'environ 350 entreprises industrielles.

Enfin, les dépenses de construction ont reculé beaucoup plus que prévu en février, affichant un repli de 1,4% à un rythme annuel de 760,6 milliards de dollars, soit leur plus bas niveau depuis octobre 1999, soulignant le regain de fragilité dans le secteur du logement. Les économistes interrogés par Reuters anticipaient en moyenne un repli de 0,1% après une baisse de 1,8% en janvier (révise de -0,7%). Cette baisse de dépenses a été constatée dans le secteur public comme dans le privé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/04/2011 à 14:02 :
Oui, ... mais grâce au véritable Plan Marshall que le Président OBAMA a organisé pour les grands travaux ou, si l'on veut un nouveau Plan T.V.A d'après 1929.

Le chômage réel américain devrait dans l'année s'aggraver de 2 points.
Réponse de le 02/04/2011 à 6:41 :
Oui , tout à fait Corso.De plus attention au terme et la représentation du terme "Emploi" qui n'a pas le même sens au USA qu'en France !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :