Japon : Tepco propose 166.000 euros à dix villes sinistrées

 |   |  520  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Les villes sinistrées par les émissions radioactives, dues à l'accident nucléaire de la centrale japonaise de Fukushima, vont recevoir environ 166.000 euros des mains de l'opérateur Tepco. Sauf une...

Tokyo Electric Power CO (Tepco) a annoncé ce mardi avoir commencé à verser des dédommagements à des municipalités proches de la centrale nucléaire Fukushima, gravement endommagée depuis le séisme et le tsunami du 11 mars dernier.

L'opérateur, qui a déjà operdu plus de 80% de sa valeur en Bourse, doit faire face à une immense facture pour réparer les dégâts créés par ses réacteurs endommagés. "Nous continuons de négocier les montants que nous assumerons et dans quelle proportion nous aurons l'assistance du gouvernement", a déclaré le vice-président de Tepco, Takashi Fujimotohe, lors d'une conférence de presse.

9 euros par habitant.....

Il a annoncé donner 20 millions de yen (167.000 euros) de dédommagement à chaque ville située dans les environs de la centrale. Dix villes précisément. Mais l'une d'elle, Namie, a refusé ce don critiquant son insuffisance. "La population locale dépasse les 20.000 habitants et donc chaque résident aurait reçu moins de 1.000 yens (9 euros). Cela ne permet pas à des gens sinistrés de vivre", a indiqué une porte-parole de la ville en question.

Pendant ce temps-là, à Fukushima, l'eau radioactive est jetée en mer

A Fukushima, la situation n'est toujours pas sous contrôle. Les ingénieurs japonais tentent désespérement de trouver parallèlement un moyen de contenir le déversement d'eau contaminée. Ce mardi,  ils ont ainsi fait usage d'un "verre liquide" dans l'espoir de boucher les fissures dans un puits de béton qui perd de l'eau. "Nous avons tenté de verser des mélanges de sciure, de journaux et de béton à l'intérieur du puits (ndlr, qui mène à des tunnels à l'extérieur du réacteur n°2) mais le mélange ne semble pas pénétrer à l'intérieur des fissures", a reconnu Hidehiko Nishiyama, directeur général adjoint de l'Agence japonaise de sûreté nucléaire et industrielle (Nisa). "Nous ne savons toujours pas comment l'eau fortement contaminée s'échappe du réacteur n°2", a-t-il ajouté.

Un total de 60.000 tonnes d'eau hautement contaminée se trouve dans la centrale depuis que les ouvriers de Tepco ont versé de l'eau de mer pour refroidir les réacteurs. L'exploitant de la centrale a commencé lundi à rejeter dans l'océan 11.500 tonnes d'eau contaminée. Cette opération devrait se poursuivre jusqu'à vendredi. L'eau qui va être déversée dans la mer est environ 100 fois plus radioactive que les seuils autorisés, a précisé Tepco. Mais, selon le gouvernement, il n'y a pas d'autre alternative, car l'opérateur n'a plus de place pour stocker une eau encore plus radioactive ayant servi à refroidir les réacteurs.

Le Japon a parallèlement demandé à la Russie l'envoi d'une usine flottante utilisée pour le démantèlement des sous-marins nucléaires qui permettrait de solidifier l'eau contaminée provenant de la centrale, rapporte mardi l'agence de presse Interfax.

Actuellement en service près de Vladivostok, la plate-forme "Sourouzane", une des usines de retraitement de déchets radioactifs liquides les plus importantes au monde, permet de solidifier 35m3 de liquide contaminé par jour.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/04/2011 à 8:32 :
L'impunité larmoyante des dirigeants de TEPCO est un scandale.

Le fait que TEPCO soit encore en bourse est plus qu'une anomalie.

Après une telle catastrophe les actionnaires qui ont le droit de vote et les membres du conseil d'administration de TEPCO auraient du avoir leurs actions confisquées par la collectivité et les coûts induits par la catastrophe prélevés sur leur patrimoine personnel.

Cela serait plus responsable que des excuses faites par un employé du service de communication de TEPCO avec des larmes de crocodiles.
Réponse de le 06/04/2011 à 11:38 :
Inutile: le cours de l'action est si bas que les investisseurs ont déjà pratiquement perdu leur mise. Leurs actions ne valent plus rien, et personne ne les leur rachètera.
Tepco va probablement faire faillite. Et les marchés financiers mondiaux ont compris la leçon: vous avez des actions d'entreprises possédant des centrales nuclaires? Au moindre accident grave, vous perdrez d'un coup tout votre capital... A comparer avec les actionnaires de BP qui vont probablement se refaire de leurs pertes d'ici 5-6 ans.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :