Risque de paralysie des services publics aux Etats-Unis

 |   |  348  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Après une nuit de tractations, les discussions ont repris jeudi après-midi à Washington pour tenter de parvenir à un compromis budgétaire et éviter un blocage imminent des services publics américains. L'objectif est de prolonger au-delà de ce vendredi le financement des administrations.

Les négociations se poursuivent  sur le budget au Congrès américain pour éviter un blocage des services publics. Une nouvelle réunion dans le bureau ovale de la Maison blanche entre Barack Obama, John Boehner, président républicain de la Chambre des représentants, et Harry Reid, chef de la majorité démocrate au Sénat, s'est achevée sur un constat d'échec.

De nouvelles discussions sont programmées à 19h ( heure locale), a précisé Boehner. A la Maison blanche, on assure n'être qu'à quelques heures d'un accord. Les négociateurs travaillent à résorber des divergences qualifiées de "relativement étroites" par le chef de la Maison blanche, qui avait déjà reçu les deux hommes la veille.

L'objectif est de parvenir à un accord qui permettrait de prolonger au-delà de vendredi le financement des administrations. Passée cette échéance, quelque 800.000 fonctionnaires pourraient se trouver dans l'obligation de cesser le travail. Les deux partis n'arrivent pas à se mettre d'accord sur les moyens de financer les besoins du gouvernement jusqu'au 30 septembre, fin de l'exercice fiscal 2010-2011.

Pour Barack Obama, un compromis peut être trouvé "mais il va exiger de toutes les parties qu'elles prennent suffisamment conscience de l'urgence".

En début d'après-midi, comme l'avait annoncé John Boehner avant de se rendre de nouveau à la Maison blanche, les républicains, majoritaires à la Chambre, ont adopté par 247 voix contre 181 une proposition de loi qui prolongerait d'une semaine le financement de l'administration fédérale en échange de 12 milliards de dollars de coupes budgétaires.

Mais Barack Obama, démocrate, qui est opposé à une nouvelle prolongation de court terme, ne promulguera pas ce texte. Un blocage du gouvernement, qui serait sans précédent depuis quinze ans, aurait un impact très négatif sur l'économie américaine alors que celle-ci commence à accélérer sa reprise, a souligné le président américain.

L'agence de notation Fitch Ratings a estimé que la note AAA des Etats-Unis pourrait surmonter ces débats, qui risquent de retarder un accord de relèvement du plafond d'endettement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/04/2011 à 20:20 :
La différence ? aux USA on se demande comment faire pour baisser les impôts (de façon surprenante pour les français), et en France on se demande comment on pourra les augmenter alors qu'on est au point de rupture.
a écrit le 08/04/2011 à 15:18 :
Une histoire de quelques milliards sur 14 trillions de dettes (14 000 miliards). Affaire surtout de principe, s'il en reste encore, dictée par le Tea Party. Une leçon.
a écrit le 08/04/2011 à 11:17 :
Tous les Pays du mondes sont endette c est qu il y a un probleme,

on est bien d accord que les banques d affaire et les grosses boites (PSA, Ford, GMT...) on privatise les profits mais nationnaliser les pertes....

Eh bien moi je vois une solution que certain pays dit devellopes avaient entrepris a l egard des anciens PVD, on efface tout.... on effaces les dette de tous les pays et on part au point Zero... du moins en ce qui concerne les dettes inter-etat
a écrit le 08/04/2011 à 10:28 :
Scénario classique et récurrent aux USA. Certaines années les fonctionnaires américains ont parfois été renvoyés chez eux en attendant le refinancement, mais rarement plus de 1 ou 2 jours, car la pression est forte de trouver rapidement un compromis avant la paralysie du pays.
a écrit le 08/04/2011 à 5:24 :
Nicolas regarde ton grand ami. On peut dire qu'il a cassé la baraque. Il a plus une thune! Bon, tout le monde sait que tu fais tout ce que tu peux pour savonner la planche pour Marine et Martine. Il paraît que Marine prend beaucoup de thé, c'est pour ça qu'elle n'en a pas. A la différence de Martine qui est plus café (avec ou sans laie d'ailleurs), elle aime bien les sangliers qui lui rentre dedans au parti ;)
a écrit le 08/04/2011 à 5:06 :
et pour la france c est ^pour quand?car il y a un moment ou un autre a moin de forte augmentation d impot ou l on va se retrouver devant le méme probléme puisqu il faut déja emprunté pour payé les profs par exemple!!et deuxiéme questions il part ou tous cette argents que les gens qui travaillent?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :