L'équation politique vient compliquer l'aide européenne au Portugal

 |   |  564  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : BLOOMBERG NEWS)
L'aide financières de Bruxelles et du FMI au Portugal ne devait pas a priori de problèmes majeurs, après la Grèce et l'Irlande. Mais la démission du gouvernement socialiste laisse une vacance de pouvoir légitime pour négocier les conditions du prêt. Le président portugais demande un "plan intérimaire".

A priori, le cas de l'activation de l'aide au Portugal ne deavait pas poser de problème. Après la Grèce et l'Irlande, cette économie de la zone euro asphyxiée par les exigences des marchés financiers devait tôt ou tard se tourner vers Bruxelles. Mais c'était sans compter avec la donne politique.  Au lendemain de la demande officielle du Portugal de cette aide , le président portugais Anibal Cavaco Silva a fait grincer des dents tant à la Commission européenne qu'auprès des ministres européens des Finances en réclamant «un plan intérimaire» prenant en compte la situation inédite de son pays.

En effet, l'activation du mécanisme d'aide conjointement négocié avec le Fonds monétaire international (FMI) - qui prévoit de débloquer quelque 80 milliards d'euros en faveur du Portugal, - est conditionné au respect d'un programme de rigueur approuvé par les institutions et les ministres, qui s'étend sur plusieurs années. Surtout, il n'est pas prévu formellement de «prêt relais».

Attendre les législatives du 5 juin

«Ce dont nous avons besoin maintenant, c'est d'un programme intérimaire afin que le prochain gouvernement puisse participer aux négociations finales, parce que c'est lui qui va appliquer le programme», argumente Anibal Cavaco Silva, au nom de la souveraineté du peuple. Depuis la chute du gouvernement socialiste de José Socrates il y a une dizaine de jours, mis en minorité au parlement sur la présentation d'un nouveau plan de rigueur approuvé par Bruxelles, le pays se retrouve sans gouvernement légitime pour négocier les conditions de l'aide. Et il faudra attendre la tenue d'élections législatives anticipées le 5 juin pour en désigner un.

Cette question s'était déjà posée avec l'Irlande. Le gouvernement avait demandé une telle aide sur l'insistance de Bruxelles, qui s'inquiétait de la fragilité du secteur bancaire irlandais, mais avait ensuite perdu les élections. Si la nouvelle équipe a obtenu quelques ajustements en sa faveur, notamment la baisse du taux d'emprunt, elle doit en retour appliquer les engagements pris initialiement sans dévier.

Atteinte à la souveraineté de la Grèce

Le mois dernier, George Papandreou, Premier ministre grec, avait pour sa part peu apprécié que ce soit le FMI qui annonce en premier que le programme de privatisation du pays était révisé à la hausse, de 7 à 50 milliards d'euros, jugeant qu'il s'agissait là d'un geste déplacé, sinon d'une atteinte à la souveraineté de la Grèce.

L'équation politique qui semble secondaire à Bruxelles face à l'urgence financière risque pourtant de peser dans le cas du Portugal. En effet, le président portugais est issu du Parti social-démocrate (PSD), de centre droit, celui là même qui a provoqué la chute du gouvernement en refusant de s'abstenir comme dans les votes précédents en matière budgétaire.

De là à y voir une manoeuvre du PDS, donné favori dans les sondages pour gagner le prochain scrutin, il y a un pas qu'ont allègrement franchi les socialistes. Vendredi, José Socrates accusait le PSD d'avoir «par sa hâte d'arriver au pouvoir jeté le pays dans les bras du FMI». Et dimanche, il assurait que ce serait lui qui mènerait les négociations sur les conditions de l'aide. Vu de Bruxelles, l'aide au Portugal va ressembler au rocher de Sisyphe.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/04/2011 à 7:57 :
Passos Coelho le leader de l'opposition Psd prefere regarder son propre nombril que l'interet de son peuple de son pays . Tous cela pour faire venir par anticipation des élections pour ravir le pouvoir .

Soit disant sous le pretexte que le plan d'austerité du gouvernement du 1er ministre José Socrates était trop rude pour le peuple ...

Maintenant avec la venu du FMI, les plans d'austerité seront bien plus dure . Elle est belle la république aprés 100 ans d'instauration au Portugal :(

mr Cavaco silva le president montre bien qu'il ne sert à rien dans son rôle il est autant responsable que son parti politique qui depuis mr Barroso actuel president de la commission qui parti du poste de 1er ministre le pays connait des deficit budgetaire superieur au 3% de la regle UE.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :