En Grèce, la fronde contre la politique des "étrangers"

 |   |  778  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
En Grèce, alors qu'après l'inculpation de Dominique Strauss-Kahn, les autorités réaffirment leur détermination à prendre les mesures d'austérité réclamées par le FMI et l'Europe, à la veille de la réunion de l'Ecofin qui doit adopter un nouveau plan de soutien. Mais la révolte gronde, dans la rue et même au sein du gouvernement.

"L'arrestation de Dominique Strauss-Kahn, directeur général du Fonds monétaire international (FMI), aux États-Unis, n'influera en rien sur la détermination de la Grèce à mettre en plan les mesures d'austérité conditionnant le plan d'aide du FMI et de l'Union européenne". Rassurer... Quelques heures à peine après la révélation du scandale qui implique le président du FMI, et juste avant un sommet de l'Eurogroupe qui doit ausculter aujourd'hui la crise des dettes souveraines en Europe, et rééchaffauder un plan d'aide à la Grèce, les autorités grecques n'avaient sans aucun doute pas d'autre choix. Mais cela suffira-t-il ?

"Ce gouvernement est cliniquement mort » le constat est sans appel et c'est un médecin, député socialiste grec qui le fait , « le problème, poursuit-il, c'est qu il n'y a rien en face. Georges Papandréou est le seul qui puisse sortir le pays de cette crise mais force est de constater que les ministères ne communiquent pas entre eux .Il y a une grande différence entre ce qui se dit au niveau ministériel, entre ce que dit Papandreou avec ses ministres, et entre ce qui se dit dans les groupes parlementaire .La politique en pâti. L'unité n'est plus au rendez vous".

Il y a 18 mois, lorsque le gouvernement socialiste arrive au pouvoir, l'équipe dirigeante était porteuse d'espoir et elle était unie. Elle l'était toujours lorsque la crise économique a eclaté et elle l'est resté lorsqu'il a fallu prendre les premières mesures d'austérité pour y faire face .Mais un remaniement ministériel plus tard , lorsque le constat d'échec s'impose c'est la cacophonie la plus totale. La plupart des ministres accusent leur camarade des finances, Georges Papaconstantinou, de décider seul et d'imposer à tous sans consultation ses décisions. En tête de la fronde, Tina Birbili ministre de l'environnement qui a refusé de valider la politique de Georgos Papaconstantinou visant à légaliser financièrement les constructions illégales, estimées à plus d'un million dans tout le pays. L'opération devait ramener prés d'un milliard et demi d'euros dans les caisses de l'Etat , mais pour Tina Birbili, "il n'est pas question que les nécessités financières mettent de côté la politique environnementale du pays". Le tollé fut tel que quelques jours plus tard, au cours d'un conseil interministériel, les cameras furent , par hasard , le témoin de d'embrassades chaleureuses entres ces deux ministres. Autre frondeuse, Louca Katselli, ministre du travail. Elle se verrait bien à la place de Georges Papaconstantinou , mais cela fait deux fois de suite qu'il lui souffle le poste. Du coup, elle lui fait une guerre sans fin, sous couvert de préoccupations sociales réelles au demeurant. Par exemple, Loucas Katselli veut des fonds pour faire face au plus de 16% de chômage du pays.  "Trouvez-les toute seule", lui auraient répondu en substance, selon la presse grecque, les contrôleurs du FMI et de l'Union européenne, actuellement en mission en Grèce. Georges Papaconstantinou n'a pas fait un geste pour la soutenir, ce qu'elle ne lui pardonne pas. Autre point d'achoppement entre les ministres, l'affaire des privatisations, d'un montant total de 50 milliards d'euros d'ici 2015, réclamées en contrepartie du plan d'aide. Annoncée fort maladroitement par les représentants du FMI et de l'Union européenne en public, elle a provoqué un tollé général contre Georges Papaconstantinou sur le mode , "ce sont les étrangers qui annoncent la politique de l'Etat"». Le climat est tel que le 9 mai dernier un ténor socialiste a menacé de démissionner du ministère du travail si le plan de redressement des finances du pays n'était pas appliqué à la lettre ."Il ne faut pas perdre plus de temps, a-t-il martelé, et appliquer le plan de redressement du pays".

Le problème, confie un haut fonctionnaire sous couvert d'anonymat , "c'est qu'on a l'impression que le gouvernement se limite au ministère des finances, que les autres politiques, dans tous les domaines, passent après, on en a marre ". Selon la presse grecque, conscient de ce climat, le Premier ministre Georges Papandréou aurait déclaré la guerre aux sceptiques , "je continue avec ceux qui suivent , aurait il dit en substance avant de conclure c'est ça ou les élections". Les élections justement, Odisseas Boudouris les souhaite pour donner un nouveau souffle : "ce gouvernement est le plus nombreux qu on ait jamais eu ! Les réformes sont prises mais l'appareil d'Etat ne suit pas pour les appliquer et les gens au final ne sont pas convaincus qu'ils ont un Etat et qu'il va dans la bonne direction".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/05/2011 à 6:36 :
Le gouvernement grec, on dirait l'école maternelle en bas de chez moi. Pitoyable.
DSK, c'est juste un ado de 60 ans passé qui a, peut-être, dérapé (attendons le jugement)!
a écrit le 16/05/2011 à 16:08 :
"Elle est belle mon Acropole, elle est belle !!! Et le Pirée, vendu aux chinois !! Qui en veut un bout ?..... Ah, quelle merveille cette Europe fédérale des tyrans ! Patience français, votre tour viendra plus vite que vous n'imaginez.... "Une tour Eiffel, une ! Qui en veut ?"
a écrit le 15/05/2011 à 21:04 :
L'inculpation de DSK sonne la fin de la récréation en Grèce, et peut-être de l'Europe sous sa forme actuelle.
a écrit le 15/05/2011 à 18:24 :
On fait tous parti de l'Europe avant de faire parti d'un pays. On n'est maintenant plus des étrangers les uns pour les autres :) . Ca concerne aussi bien la culture que l'entraide, quand cela est nécessaire.
Plus tard, la Grèce pourra ptet aider la France, ou un autre pays, et cela sera aussi un bien pour l'Europe.
Réponse de le 16/05/2011 à 19:52 :
Waouh, je ne sais pas ce que vous fumez, mais ce n'est sûrement pas légal !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :