La Grèce baisserait la TVA pour imposer son plan d'austérité

 |   |  353  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La Grèce et les inspecteurs de l'UE, du FMI et de la BCE se sont entendus sur une baisse de la TVA afin d'obtenir un consensus politique sur de nouvelles mesures d'austérité, rapporte ce mardi la presse grecque.

Selon le quotidien financier Imerisia, qui ne dévoile pas ses sources, Athènes a obtenu le feu vert de l'Union européenne (UE), du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque centrale européenne (BCE) pour réduire le taux de TVA, de 23% actuellement à 20%. Le gouvernement grec espère ainsi obtenir l'aval de l'opposition conservatrice pour les nouvelles mesures envisagées afin de réduire le déficit publique.

Le gouvernement d'Athènes s'est refusé à tout commentaire, disant qu'il ne dirait rien tant que se poursuivront les discussions avec la mission UE/FMI/BCE. Le parti conservateur, qui avait voté contre le plan d'aide international accordé à Athènes en mai 2010 afin d'éviter à la Grèce de faire défaut, a exigé une baisse des impôts pour soutenir l'économie.

Après avoir bénéficié d'une aide de 110 milliards d'euros l'année dernière, le risque de défaut de paiement d'une dette de 327 milliards d'euros s'est de nouveau ravivé. La Grèce n'ayant pas réussi à atteindre ses objectifs de réduction de son déficit. Athènes est d'autant plus sous pression que le FMI a déclaré la semaine dernière qu'il suspendrait la prochaine tranche d'aide qui devait lui être versée le 29 juin tant qu'il n'aurait pas des garanties de financement des pays européens pour l'année prochaine.

D'autres mesures fiscales avantageuses pour les employés et les retraités pourraient également être mises en place. "Le gouvernement cherche à éviter de frapper de nouveau les revenus des populations vulnérables afin de trouver un consensus politique au moins avec le principal parti d'opposition, ce que l'UE et le FMI encouragent vivement", explique le journal.

Plus tôt, le Wall Street Journal a rapporté que l'Allemagne envisageait de renoncer à sa proposition de rééchelonner la maturité des obligations grecques afin de faciliter le déblocage d'une nouvelle aide pour Athènes, ce qui a renforcé l'euro sur le marché des changes.

La perspective d'une résolution rapide de la crise grecque a soutenu les Bourses européennes en début de matinée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/06/2011 à 13:16 :
Pourquoi s'inquiéter, Nicolas Sarkozy n'a-t-il pas sauvé l'euro, l'Europe et le Monde ?
a écrit le 01/06/2011 à 9:54 :
Concernant les impots en Grece je vous invite de lire le quot. Kathimerini d aujourdhui pour bien comprendre la situation dans ce pays. L agence de notation Fitch disait Hier que la Grece aura bessoin pour l annee 2013 encore 90 a 100 miards. Ce n est pas fini et plus on les garde parmis nous plus la facture sera salè. Preparer votre budget pour payer pour la Grece des impots en 2014.....
a écrit le 01/06/2011 à 8:36 :
en fait les responsables ne sont pas les "payeurs" et c'est le peuple qui paiera la tricherie des plus riches relativement épargnés....
a écrit le 31/05/2011 à 19:14 :
Ceci est la preuve que les manifestations ont eu un effet sur le gouvernement. Ce qui se joue est la réponse à la question suivante : qui va payer : les populations, par des mesures d'austérité, ou les marchés, par un rééchelonnement ou une "restructuration" de la dette ? C'est un rapport de force entre les deux. Si la population ne bouge pas, elle va payer toute la facture, malgré les erreurs et fraudes des banquiers (notamment Goldman Sachs qui a aidé la Grèce à tricher vis a vis de l'UE en masquant ses dettes). Mais si la population proteste massivement, elle va réussir à faire payer une partie de la facture par les marchés. D'où l'importance pour la population de se mobiliser massivement.
a écrit le 31/05/2011 à 16:03 :
Attendez, je voudrais comprendre. La Grèce emprunte sur deux ans à 26,2 %. Pour pouvoir faire passer les nouvelles et profondément injustes "mesures" de liquidation de leur nation, ses dirigeants vont baisser la TVA de 3 %, ce qui va plomber définitivement toute possible entrée fiscale. C'est moi ou les fous sont lâchés ?
Réponse de le 31/05/2011 à 16:36 :
Peu importe le taux, Bastien, la Grece ne remboursera pas ses dettes. On baisse la TVA ce qui fait plaisir aux Greccques et a nos elites (pas de restructuration de la dette) Les dindons de la farce ? Les citoyens Europeens et les citoyens des pays qui financent le FMI. Jusqu'a temps ces petits tours de prestidigitation dureront, ca c'est une autre histoire.
a écrit le 31/05/2011 à 14:13 :
3% de taux de TVA en moins ça fait une sacrée baisse de recettes fiscales... Par quelles hausses est-ce compensé, sachant qu'il s'agit de renflouer le déficit ?
Réponse de le 01/06/2011 à 9:25 :
Parce que il y a des grecs qui payes d impots? Cela me fait rire. Cette annee l Etat a a rembourser plus d impots qu elle recu, enfin ce que je dis la presse greque. Je crois que vous etes tres loin de ce que se passe dans cet pays!
a écrit le 31/05/2011 à 14:01 :
La TVA est effectivement un frein puissant à l'économie.
a écrit le 31/05/2011 à 14:00 :
Je croyais au contraire qu'il était prévu de nouvelles hausse de la TVA pour combler le déficit... M. Les Technocrates et les apprentis de la finance on a l'impression que vous perdez la boule ou que vous découvrez l'eau chaude. Les grecs quoi que vous fassiez ne paieront pas les 330 milliards d'euros de dette (plus le reste au titre des sociétés nationales et secteur para public et des engagements de retraite et des déficits à venir...) alors que font ils ? Moins consommer? Vous voulez rire, ils passent par l'économie souterraine, voilà c'est tout, ils ont l'habitude mais là ils n'ont pas le choix surtout les plus pauvres;

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :