Les Grecs manifestent contre l'austérité, le plan français est discuté en Europe

 |   |  827  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Alors que la Grèce tourne au ralenti, en raison d'une grève générale marquée par des manifestations violentes, l'Europe débat toujours du plan défendu lundi par Nicolas Sarkozy pour soutenir le pays en faisant appel aux banques privées.

Coupures d'électricité, vols annulés, transports bloqués... Les Grecs ont débuté mardi une grève de 48h en signe de protestation contre le plan d'austérité qui doit être voté mercredi et jeudi au parlement. A l'appel des principaux syndicats du pays, la GSEE qui représente quelque 2 millions de salariés du privé et Adedy, syndicat de fonctionnaires, les opposants aux fortes hausses d'impôts et aux restrictions budgétaires prévus dans le plan d'austérité s'unissent pour la quatrième grève générale de l'année dans le pays.

Des manifestations, au cours desquelles la police a tiré des gaz lacrymogènes, ont débuté à la mi-journée. Des milliers de personnes se sont réunies, principalement place Syntagma à Athènes, en face du parlement, où campent depuis fin mai les "indignés". Ces derniers réclament notamment l'abandon du remboursement de la dette et la fin des politiques d'austérité.

Le plan, destiné à rassurer les membres de la zone euro et le Fonds monétaire international en assainissant la dette du pays, constitue un préalable au versement d'une nouvelle aide financière à la Grèce. Lundi, le Premier ministre Georges Papandréou a fait appel au "devoir patriotique" des députés pour leur demander de voter ce programme de sévérité économique s'étalant sur trois ans de 2012 à 2015.

"Pas de plan B" pour le Commissaire européen aux Affaires économiques

La proposition française, avancée lundi par Nicolas Sarkozy et consistant à demander aux banques privées de participer à l'effort, reçoit un soutien inégal de la part des partenaires européens de la France. Deux options seraient prévues : la première prévoit un réinvestissement de 70% du principal dans les bons du Trésor grec. Les nouveaux titres viendraient à échéance au bout de trente ans et seraient garantis par une structure spécialisée. La seconde consisterait, pour les banques participant à l'opération, à investir un minimum de 90% du montant reçu dans de nouvelles obligations émises par l'Etat grec avec une échéance de cinq ans et à un taux de 5,5%.

Le Commissaire européen aux Affaires économiques, Olli Rehn, s'est montré réticent, mardi, affirmant qu'il n'y avait pas de "plan B" et que l'adoption par le parlement grec du plan d'austérité est "le seul moyen d'éviter un défaut (de paiement) immédiat" de la Grèce.

Pour Jean-Claude Trichet, président de la Banque centrale européenne, les négociations avec le secteur privé sont "du ressort des gouvernements". Il a aussi ajouté que le plan de la BCE pour la Grèce n'a pas changé après les propositions émises par la France lundi et qu'elle ne prendrait position qu'après une décision commune officielle émanant des gouvernments de la zone euro.

Prudence en Allemagne

En Allemagne, où la prudence est de mise, la proposition française devrait être évoquée jeudi par les responsables des banques et les répresentants du gouvernement. Le ministre adjoint des Finances, Jörg Asmussen, considère le plan français comme "une bonne base de discussion", a-t-il déclaré mardi.

'Nous étudions le plan français avec un grand intérêt" a aussi affirmé l'Association des banques publiques allemandes dans un communiqué. Le patron du premier établissement bancaire commercial d'Outre-Rhin, la Deutsche Bank, a quant à lui, formulé une mise en garde contre toute impatience dans la prise de décision. "Les dirigeants politiques attendent une solution d'ici la fin de la semaine, mais il ne faudrait pas se précipiter", a ainsi déclaré Josef Ackermann à Reuters.

Amsterdam "intéressée"

Ailleurs, le ministre des finances néerlandais Jan Kees de Jager, s'est lui aussi déclaré "intéressé" mardi par l'initiative française de renouveler sur trente ans la moitié des engagements des créanciers privés en Grèce, pour laisser le temps au pays de redresser la situation. "Nous avons reçu la proposition de la part du ministre français des Finances et nous sommes en train de l'étudier. (...) C'est une proposition intéressante mais compliquée " a-t-il déclaré.

En Italie, l'administrateur délégué de la banque Intesa Sanpaolo, Corrado Passera a estimé qu'il y a "de l'espace pour une collaboration forte entre les institutions européennes, les banques et le gouvernement grec mais il reste évidemment du travail à faire avant de pouvoir aboutir à une solution définitive". Il s'exprimait après que l'Institut de la finance Internationale, organisme rassemblant des représentants de 400 banques dans le monde, se sont réunis à Rome pour discuter de la crise grecque.

En Grèce enfin, la presse est plutôt favorable à l'idée portée par la France. Le président français figure ainsi en Une du quotidien économique Naftemporiki. "Le Français a une solution pour la dette", annonce dans une manchette Te Nea, quotidien national favorable au gouvernement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/06/2011 à 9:49 :
Se battre contre la réalité n'a aucun sens. Mieux vaut réserver ses efforts pour des solutions équitables et réalistes.
a écrit le 29/06/2011 à 9:42 :
Peut on m'expliquer pourquoi la GRECE ne se retire pas de l'EURO pour revenir au Drachme ? Ne serait ce pas mieux pour tout le monde ???? et en particulier pour les GRECS....Quand il y a "cancer" il faut absolument éviter les "métastases".... après la GRECE à qui le tour????
a écrit le 29/06/2011 à 8:21 :
Le plus simple la grèce se déclare en faillite et l'euro chute et redevient compétitif.
Réponse de le 29/06/2011 à 9:48 :
Les raisonnements simplistes ne sont pas de mise en la matière. Votre commentaire n'a aucun sens.
Réponse de le 29/06/2011 à 11:05 :
Dommage, alors qu'est qui justifie un euro a $ 1,45??????
Réponse de le 29/06/2011 à 11:13 :
Il est également vraiment que les 93% (la dette)sont détenues par les banques européennes.
a écrit le 29/06/2011 à 8:07 :
La branche sur laquelle sont assis les Grecs est très fragile, par la faute de l'ensemble du pays, mais leur comportement est entrain de finir de la scier... laissons-les dans leur jus !
a écrit le 29/06/2011 à 7:45 :
De toute façon a vous entendre ça sera jamais la faute de la population... y compris en France. Il y aura toujours un méchant politique et/ou riche.
Égalitarisme et keynésianisme nous mèneront a notre perte. J'assume qu'il va falloir se serrer fortement la ceinture.
a écrit le 29/06/2011 à 7:44 :
Moi je pense que la solution la plus sage et envisageable c'est de quitter l'UE . mais voilà où est ce qu'ils vont trouver les fonds ?? cette crise est injuste , car à qui profite en géneral les fonds demandés aux grandes banques et les spéculateurs . Ce n'est pas la faute de la Grèce ou de l'UE c'est le système (Capitalisme ) lui même qui est remis en cause . On ne peut plus continuer comme çà i-e spéculer sur un pays , noter ce pays
Réponse de le 29/06/2011 à 8:12 :
Personne ne les a obligé a emprunter et donc a être dépendant.. idem pour nous.
On a levé des fonds en masse a bas taux sur le marché, il faut ensuite assumer.
C'est grâce ou a cause de ce système que des gens nous prêtent de l'argent dont nous avons tant besoin depuis 30 ans pour boucler nos budgets. Dans notre cas, . En somme arrêtons de nous voiler la face en prétextant que nos malheurs viennent du "système", la cause, c'est nous. Qu'en pensez vous ?
Réponse de le 29/06/2011 à 14:22 :
la faute aux gouvernements successifs qui mentent volent et gaspillent. Par referundum, croyez vous que les français aurez dit oui à voulez vous vous endettez de 10000e par tête?? bien sur que non, surtout quand on voit ou passe l'argent que ce soit dans le social ou autre!! je ne pense pas que les français soit contre de payer le medecin de sa poche à hauteur de 10 e, ni de payer un peu pour l'hopital... ou va l'argent?? certainement pas là ou on nous dit, ex la journée de solidarité pour financer les clim des maisons de retraite!! on me la copiera celle là. se serrer la ceinture, oui, mais pour tous, patrons du cac 40 y compris.
a écrit le 29/06/2011 à 7:28 :
Il ne faut pas trop se moquer des Grecs, car si les socialistes et leurs copains viennent au pouvoir en France, il ne leur faudra pas 6 mois pour nous plonger dans la même catastrophe, souvenons nous de 81, et du gigantesque gachis économique avant que le FMI ne leur tape sur les doigts, et nous le payons encore avec notre compétitivité ravagée face aux produits allemands.
Réponse de le 29/06/2011 à 7:59 :
Sans aucun doute !!!
a écrit le 29/06/2011 à 6:21 :
Tout en continuité: manifester quand tout va bien pour réclamer plus de dépenses permet d'être certain que le pays fera faillite un jour. Et ainsi de continuer à faire manifester pour se plaindre que le pays a fait faillite !
CQFD, tout est de la faute des banques !
a écrit le 29/06/2011 à 4:32 :

Nous avons une solution pour la crise grecque : fam2012.fr

A transmettre à tous vos correspondants y compris en Grèce... SVP...

Stéphane CESARI

Co-fondateur du FAM2012
a écrit le 28/06/2011 à 20:47 :
On peut tout à fait comprendre l'exaspération du peuple grec...
a écrit le 28/06/2011 à 19:59 :
Sarkozy a déjà conduit la france dans le mur. Maintenant c'est l'UE. Vivement qu'il soit renvoyé chez lui dans sa banlieue dorée..
Réponse de le 28/06/2011 à 20:34 :
t'as rien vu : Voilà boule de suif !!!
Réponse de le 29/06/2011 à 7:59 :
Encore un socialo au " Bois dormant ", qui est prisonnier d'une idéologie complètement dépassée... les oreilles ! Il faut les ranger...
a écrit le 28/06/2011 à 19:36 :
aux Grecs de s'indigner et de se révolter ainsi plutôt que de se laisser plumer par les banques sans réagir. Et honte aux politiques qui s'aplatissent devant les banquiers brandissant la sempiternelle menace de chaos financier en cas de défaut. Qu'il est loin le temps où De Gaulle, courageusement, affirmait "la politique de la France ne se fait pas à la corbeille " !! Et combien il avait raison ! Si vous aussi vous êtes indignés par toutes ces basses magouilles destinées à sauver les banques aux frais des populations, une fois de puls, vous pouvez rejoindre ou soutenir sur FB les indignés français (cherchez "démocratie réelle" sur google), espagnols et grecs, et participer aux actions en France.
Réponse de le 29/06/2011 à 6:25 :
Mais bien sûr c'est la faute des banques... révoltons nous ! C'est une honte ces banques qui ont prêté de l'argent a des états irresponsables...
Interdisons tout simplement le marché de la dette publique !
a écrit le 28/06/2011 à 18:49 :
Une question simple : pourquoi le plan d'austérité grec ne touche pas les milliardaires (comme les armateurs), l'église orthodoxe, l'armée qui semble t'il possède beaucoup de choses. Certes prendre un peu à chaque pauvre peut rapporter, mais la morale ne commanderait t'elle pas de faire participer toutes les fortunes à l'effort national ?
Réponse de le 28/06/2011 à 22:42 :
Le peuple grec, désormais, est très pauvre. L'Eglise orthodoxe est très riche. La religion demande aux riches d'aider les pauvres. Pourquoi la riche Eglise orthodoxe refuse t'elle d'aider la pauvre population grecque en participant à l'effort national ? Cette attitude égoïste de l'Eglise orthodoxe n'est elle pas en contradiction flagrante avec ses propres principes ?
a écrit le 28/06/2011 à 16:57 :
pour la France il suffit de mettre Aubry à la tête, quelques réformes de derrière les fagots comme les 32 heures, régularisation des clandestins donc appel d'air à l'Afrique et bien sûr soins gratuits AME avec nos impôts, création de 300 000 emplois "pour rire " , aide financière 200? pour les jeun's en vacances, assistanat à tout casser pour soigner sa clientèle et voilà on arrivera même à battre les Grecs dans les 5 ans. Ce n'est pas une vision je feari remarquer que c'est le programme de ce personnage.
Réponse de le 28/06/2011 à 17:07 :
@ chlac: c'est bien de critiquer les aurtres, mais tu as des idées toi ? Bien entendu, il est plus facile pour certains de vivre toute sa vie en rampant que de vivre debout pour ses idées, non :-)
Réponse de le 28/06/2011 à 17:12 :
@ chalac: et si tout le monde avait ta mentalité, on serait tous des serfs !!! Mais peut-être peux-tu nous expliquer quels sont les intérêts communs des personnes qui seraient à la rue, comme toi, au bout de quelques mois de chômage, avec les riches ???
Réponse de le 28/06/2011 à 17:15 :
Excellent ! Et oui et le plus délirant c'est que cela va marcher !
Réponse de le 28/06/2011 à 17:35 :
@patrick. est ce une réponse? c'est comme à votre habitude (je n'aime pas le tutoiement) ras des pâquerettes. Vous me paraissez peu ambitieux donc vous êtes à votre niveau. Pas de responsabiltés mais vivre en rampant et vous debout, mais mon pauvre ami vous avez lu "closer" et Paris Hilton a sorti cette réplique qui vous a percutée.
Réponse de le 28/06/2011 à 19:31 :
Chlac, vous vous enfoncez : après avoir critiqué Aubry, vous critiquez votre interlocuteur patrickb. Etes vous capable d'autre chose que la critique et l'insulte ? Ce n'est pas ainsi que vous gagnerez en crédibilité.
Réponse de le 29/06/2011 à 7:23 :
Chlac a tout à fait raison, la gauche de l'assistanat n'est pas la solution...
a écrit le 28/06/2011 à 16:00 :
Je crois que les Grecs en ont marre de tous ces margoulins (politiques, banquiers, etc.) qui s'enrichissent el leur laissant la note de leur incompétence et de leurs malversations !!!
a écrit le 28/06/2011 à 14:54 :
Nos élites vont pouvoir pouvoir régler le problématique grec sans problème en les laminant à l'esclavage sur 30xx ans!

Apres les grecs, ça sera le tour du peuple français!!

Bonne chance ! Fuions !!
a écrit le 28/06/2011 à 14:49 :
Si les conditions du prêt sont dures et des intérêts élevés, la Grèce as intérêt à envisager la sortir de l?Euro ou de faire défaut !

Et en tout cas, ils ont intérêt à négocier très dures pour des conditions favorables !
a écrit le 28/06/2011 à 13:05 :
Nos élites sont-elles les mieux placées pour guérir le malade grec alors qu'elles gèrent si mal nos finances? il est vrai qu'on peut faire confiance à ces rats pour quitter le navire quand il sera temps!
Réponse de le 28/06/2011 à 14:55 :
Le grand emprunt arrive trop tard ! la niche Copé nous coute 60 milliards cette année ! les cadeaux aux plus aisés à la veille de 2012 beaucoup trop ! alors que les Finances de l'état vont plutôt mal ! à quand plus de raison ?
a écrit le 28/06/2011 à 12:39 :
Est-ce raisonnable de bloquer l'économie de son pays lorsque celui-ci est en situation de faillite ? Je ne pense pas, les choses n'avanceront jamais de cette façon!
Les grèves depuis des décennies, en Grèce, ont bloqué toute réforme.
Réponse de le 28/06/2011 à 17:14 :
@ logic: est-il raisonnable que ce soit toujours les mêmes qui paient pour les inepties des autres ???
a écrit le 28/06/2011 à 12:26 :
Il faudrait être clair. Il s'agit d'un allongement de prêt exactement identique à un rachat de crédits. Soit, une augmentation gigantesque des intérêts. Cela permet de comprendre pourquoi les banques seraient partantes. Le journal grec qui parle de "solution" ne connait rien au sur-endettement.
a écrit le 28/06/2011 à 12:00 :
Je ne saurais que trop conseiller à yenamarre de lire de toute urgence le dernier essai d' Alain Sorral "Comprendre l'empire"... et vs saurez pourquoi on prete aux grecs 110 millards.... c'est une vaste escroquerie malheureusement legale mais tout à fait immorale....
a écrit le 28/06/2011 à 12:00 :
vive la mondialisation
Réponse de le 28/06/2011 à 13:14 :
Oui la mondialisation celle qu'on se prend tous les jours dans le f...
a écrit le 28/06/2011 à 12:00 :
Ils ouvrent un crédit à ceux qui ne sont pas encore nés!
a écrit le 28/06/2011 à 11:55 :
Le fascisme repose sur trois composantes : Un chef, Le gouvernement par le mensonge, le racisme et ce qui va avec, c'est à dire l'asservissement des masses au grand capital. On pourrait penser avec un peu de lucidité qu'on y est à voir ce qu'on nous propose en France et bientôt en Europe. Mais aussi aux US et en Chine. Mais et là c'est une grande nouveauté, le fascisme prétendrait dans ce cas à devenir mondial, ce que en leur temps ni les allemands, ni les français, ni les soviétiques, ni les gouvernements américains réacs de l'époque de la guerre froide, et enfin ni les japonais n'ont jamais réussi à faire. Le plus difficile dans ce cas serait de voter aux primaires pour un seul chef, mais au train où vont les choses, ce ne sera peut être pas si difficile que ça, on se passera de primaires.
a écrit le 28/06/2011 à 11:55 :
Il y a bien des gens riches en Grèce pour prêter de l'argent...Ils préfèrent vendre leur pays aux banques ... j'en doute . La vérité est qu'il vont encore prendre ce qu'ils peuvent et seulement après il feront défauts. Sont pas bêtes les hellènes...hihi
On va faire pareil de toute façon....Enfin si la politique protectionniste européenne ne se met pas en route...
a écrit le 28/06/2011 à 11:53 :
Si le peuple refuse la solution ils peuvent discuter, signer, pavoiser, parler ... l'argent sera perdu en quelques mois ! Sarko a carrément la méga trouille que la Grèce fasse défaut et que cela entraine l'Euro. Cette monnaie n'a plus aucun sens car il ne s'agir plus de se développer ou de se renforcer mais simplement de se sauver soi même, avec comme délire que la raison de ce chaos est l'Euro ???!!!! Bonne chance
a écrit le 28/06/2011 à 11:23 :
D' un côté la grèce doit faire 20 millards d' économie et pour ça on lui prête A NOUVEAU 110 milliars sur ..... ans . JE VEUX DEVENIR GREC SUR LE CHAMP !!!
Réponse de le 28/06/2011 à 12:04 :
D'après vous la Grèce aurait un déficit de 20 milliards! les économies s'étalent sur la durée ,le prêt sur une durée définie.
a écrit le 28/06/2011 à 11:21 :
Euro monnaie d escroc
a écrit le 28/06/2011 à 10:48 :
votre commentaire

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :