Le rôle des créanciers privés de la Grèce se précise

Nicolas Sarkozy a confirmé lundi que le gouvernement ainsi que les institutions financières françaises avaient proposé un plan pour la participation des créanciers privés de la Grèce au sauvetage du pays. Des précisions ont par ailleurs été apportées au cours de la journée. Paris attend maintenant de savoir si les autres banques européennes seraient prêtes à adopter ce schéma, tandis qu'un "plan B" serait en préparation.

3 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Le président Sarkozy a confirmé lundi que le gouvernement ainsi que les institutions financières françaises allaient proposer un nouveau plan pour la participation des créanciers privés de la Grèce au sauvetage du pays. L?accord porterait sur les titres de dettes arrivant à échéance entre 2011 et 2014 et prévoirait la mise en place d?une structure de défaisance, selon Reuters. Il permettrait, via cette structure, de réinvestir seulement 70% des sommes reçues lors des remboursements des emprunts grecs arrivés à échéance. Au total, 50% des encours seraient alloués à l?achat de nouveaux emprunts grecs, émis à 30 ans et les 20% restants dans des titres dits "zéro coupon", émis par une entité supranationale notée AAA, le Fonds européen de stabilité financière ou la Banque européenne d?investissement par exemple.

Concrètement, cette structure ou "special purpose vehicle" (SPV) aurait l'avantage de faire sortir les titres de dette grecque des bilans des banques, a expliqué cette source. Pour 100 de dette portée, les institutions financières participantes recevraient 30 en cash et le SPV investirait 50 dans de nouvelles obligations grecques à 30 ans et 20 en obligations zéro coupon notées AAA d'une durée comparable.

Le chef de l?Etat a en outre précisé qu?il espérait voir ce plan adopté par les autres partenaires européens. Les banques françaises ont en effet indiqué qu'elles n'adopteraient pas de telles mesures de manière unilatérale. Réuni à Rome, le principal lobby bancaire mondial, l?institut de la finance international (IFF), a discuté de ce sujet avec des représentants de la zone euro.

En Allemagne, la fédération des banques privées (BdB) n?a pas officiellement réagi à l?accord français. Des discussions sont en cours avec le ministère des Finances afin de parvenir à une participation volontaires des banques allemandes au plan d?aide à la Grèce. Mais la BdB souhaite des "incitations", comme des garanties du gouvernement, ce que Berlin refuse, estimant que c?est dans l?intérêt des banques d?éviter la banqueroute d?Athènes. Néanmoins, l?accord français pourrait hâter les négociations. "Je pense que chacun mettra du sien pour sortir de cette situation", a ainsi indiqué le président de la BdB, Michael Kemmer. Le ministre néerlandais des Finances Jan Kees de Jager, a soutenu le plan français pour la participation des créanciers privés au plan de sauvetage de la Grèce, mais a estimé qu'il devrait être étudié dans le détail avant d'être adopté par les banques néerlandaises.

Les discussions vont maintenant se poursuivre jusqu?au 3 juillet, date de la réunion extraordinaire sur la Grèce entre les ministres des finances de la zone euro.

Par ailleurs, la zone euro a accéléré la préparation d'un plan de secours en cas de vote négatif du parlement grec sur de nouvelles mesures d'austérité, ce qui couperait Athènes de tout soutien financier international, ont indiqué lundi trois sources au fait de ces préparatifs à l'agence Reuters. Selon ces sources, les pays de la zone euro et le Fonds monétaire international ne sont pas disposés à aider la Grèce plus avant si les députés grecs rejettent les mesures. Ils planchent donc désormais sur un plan anti-contagion en cas de défaut de la Grèce sur sa dette, ce qui pourrait intervenir dès juillet si la prochaine tranche d'aide de 12 milliards d'euros n'est pas versée.

 

3 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 35
à écrit le 28/06/2011 à 17:06
Signaler
Le plus dramatique dans l'affaire est que les armateurs grecques, entre autres, ne seront toujours touchés par cette crise puisqu'ils ne seront soumis à aucun impôt (pour rappel ces gens sont déjà exonérés). Contribuables français tous à vos port...

à écrit le 28/06/2011 à 9:15
Signaler
a JCM132: comment plus de soucis a se faire? Bien au contraire, comment peut-on RACHETER un système, un pays, DES HOMMES? Les hommes ne sont pas de la marchandise, ILS NE SONT A VENDRE OU A RACHETER!!!!C'est quoi ces ABRUTIS qui immaginent tout ACHET...

le 28/06/2011 à 9:28
Signaler
va falloir prendre du recul mon cher Pierre, JCM 32 déconnait bien sûr.

le 28/06/2011 à 16:07
Signaler
Les hommes vivent dans un monde matériel, même s'il ne faut pas négliger l'esprit. Mais argent nourriture et biens nous sont nécessaires et il convient de savoir gérer le matériel Les Grecs n'ont pas su le faire et ils sont sur le devant de la scène,...

le 28/06/2011 à 16:19
Signaler
ce n'est peut-être pas de la déconnade : nous sommes 7 milliards sur Terre et plus nous sommes, moins nous avons de valeur ; nous ne sommes que du bétail pour la grande finance.

à écrit le 28/06/2011 à 8:41
Signaler
En lisant tous ces commentaires, nous avons vraiment l'impression que le MONDE appartient à quelqu'un ou quelques uns. Mais le MONDE n'appartient a PERSONNE!!!!!Peut-être a DIEU, mais certainement pas AUX HOMMES.Ils le reconnaitrons le jour de leur M...

à écrit le 28/06/2011 à 8:39
Signaler
Plus de souci à se faire: Le Premier Ministre chinois viens de proposer de racheter toute la dette grecque. Bizarre! nos médias n'en parlent pas...JCM

le 28/06/2011 à 9:27
Signaler
Poisson chinois ah ah ah.

le 28/06/2011 à 10:02
Signaler
OK, pour moi ! Vendons la dette greque, toute la dette aux chinois !

le 07/07/2011 à 19:20
Signaler
Vous pensez bien que les médias n'en parle pas, c'est que c'est vrai ! ils achètent les dettes ... la contre-partie le pays, ensuite c'est nos dettes ... ? si ce n'est pas déjà fait ?

à écrit le 28/06/2011 à 8:00
Signaler
Pourquoi l'Etat Grec ne vend-t-il pas des actifs pour rembourser sa dette? Ce n'est pas ce qui manque en Grèce qui est propriétaire d?un immense patrimoine. C'est ce qui se fait communément quand un particulier ou une société s'est mis dans une mauva...

le 28/06/2011 à 9:22
Signaler
Le patrimoine grec (foncier) est détenue par l'Eglise Orthodoxe grecque, dont par le secteur privé; cette dernière à commencé à payer un peu d'impôts mais elle est maitre chez elle. Quand à ceux qui se sont enrichis pendant la période d'euphorie c'es...

le 28/06/2011 à 16:04
Signaler
Mais c'est bien le peuple grec qui a élu ses dirigeants ! C'est bien le peuple grec qui a vécu au dessus de ses moyens ! C'est bien le peuple grec qui a triché, fraudé et j'en passe ! C'est bien la peuple grec qui a agi de façon telle que ce sont ses...

le 28/06/2011 à 16:23
Signaler
Toute cette agitation autour des Grecs : il vaudarit mieux regarder outre-atlantique où la dette publique est 150 fois plus élevée qu'en Grèce ce qui n'a l'air de soucier personne ! Le vrai problème est là : à l'automne ça fera BOUM !!!

le 29/06/2011 à 7:48
Signaler
Les américains n'ont pas la culture de l'assistanat. Obama n'est pas arrivé à leur inculquer malgré tous ses efforts. Quand cela va faire "boum" au USA, ils vont se recentrer sur la "vraie vie" et se remettre à créer de la richesse. Ce n'est pas l...

à écrit le 28/06/2011 à 7:54
Signaler
La Grèce compte chez elle le plus grand nombre d'armateurs Milliardaires au monde, mais ceux ci ne se précipitent pas pour sauver leur patrie, comme les banques leurs appartiennent en partie tout est dit,l'état grec n'a qu'a lancer un grand emprunt n...

à écrit le 28/06/2011 à 7:32
Signaler
Le plan financier n°2 comme le premier imaginé dans la précipitation en Avril 2010, sont inapplicables sauf à être partisan de l'asservissement des peuples surtout les classes moyennes et les pauvres, ce qui semble ne pas gêner les droites européenne...

à écrit le 28/06/2011 à 6:26
Signaler
Quel malheur toutes ces histoires de fric, de banque, de dette.L'homme est-il aussi aveugle pour ne pas voir et comprendre qu'il perd sa liberté de plus en plus. La vie est-elle pieds et mains liés au dolard, a l'euro, je ne sais quelle monnaie. Le m...

à écrit le 27/06/2011 à 21:23
Signaler
"Concrètement, cette structure ou "special purpose vehicle" (SPV) aurait l'avantage de faire sortir les titres de dette grecque des bilans des banques" Tout est dit. On ne dira pas que vous n'avez pas été prévenu qu'il s'agisait avant tout de sauver...

le 28/06/2011 à 4:10
Signaler
Je souscris complètement à votre analyse.

le 28/06/2011 à 8:23
Signaler
100% d'accord !

à écrit le 27/06/2011 à 21:10
Signaler
Qu'est ce que c'est encore que ces magouilles ? On essaie de nous enfumer avec des détails techniques, comme toujours avec les banques. Alors que la proposition allemande : échanger les dettes contre des dettes plus longues, était beaucoup plus simpl...

le 28/06/2011 à 5:41
Signaler
La difference est simple : eviter un simple rollover qui entrainerait defacto le defaut de la Grece.... d'ou ces details !

le 28/06/2011 à 8:24
Signaler
le diable se cache dans les CDS................ booh!

le 28/06/2011 à 10:52
Signaler
On ne peut sauver le système financier sans sauver d'abord les clefs de voûte du système,c'est regrettable ,mais c'est ainsi ; Petite explication:la Grèce a environ 12 milliards de dette qui viennent à échéance début Juillet,si elle ne peut honorer s...

à écrit le 27/06/2011 à 17:59
Signaler
Si j'étais de mauvais esprit, j'oserai dire : le rôle des états se précise face aux créanciers. Vous avez voulu tuer, assumez.

le 28/06/2011 à 1:45
Signaler
Je crains que vous ne soyez victime de propagande...

à écrit le 27/06/2011 à 17:55
Signaler
Facile de trouver des Milliards pour sauver un MORT mais pour financer des recherches fondamentales comme l'hydrogène, le cancer (pour de bon) ... là c'est étrange pas un centimes !

à écrit le 27/06/2011 à 17:45
Signaler
La Grèce va entraîner toute l'Europe dans sa déconfiture. Sarkozy veut sauver ses grands amis banquiers !

le 27/06/2011 à 23:25
Signaler
la sienne d'abord !

le 28/06/2011 à 4:11
Signaler
C'est à peu près cela en effet.

le 28/06/2011 à 10:12
Signaler
La rentrée risque d?être chaude,car les USA qui se font tout petit en ce moment en sont a peu prés au même point que la Grèce,mais bon les agences de notations sont de pays anglo saxon.Le réveille va être difficile...

le 28/06/2011 à 11:28
Signaler
c'est audacieux de comparer grece et usa ... ce n'est pas parcequ'un critère de notation ressemble de loin et dans le brouillard que tous sont similaires ...

le 28/06/2011 à 14:55
Signaler
Regardez - cela donne une idee du risque de la dette greque en France: http://www.bbc.co.uk/news/world-europe-13935400

le 28/06/2011 à 16:25
Signaler
pas de risque : la Grèce ne "pèse" que 3 % de l'Europe.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.